• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Exposition sur l’empereur Hadrien (117-138 AD)

Exposition sur l’empereur Hadrien (117-138 AD)

La mémoire d’Hadrien

Révélé au large public par Marguerite Yourcenar, Hadrien est réellement un personnage de premier plan. Il sera évoqué ici quelques points marquants de sa trajectoire.

Par exemple que dire d’Hadrien et Antinoüs ? C’est le thème de Mort à Venise en plus jeune que Thomas Mann. Hadrien avait 46 ans, ne s’entendait pas avec sa femme. Quoi de plus naturel d’avoir une attirance pour ce bel éphèbe. Ce qui surprenait les contemporains n’était pas tant le lien lui-même que le fait qu’il se muât en folle passion.

Crayencour ayant elle-même pratiqué la chose, ne pouvait qu’avoir une inclination favorable à cette liaison, envers l’empereur auquel elle consacra son meilleur ouvrage historique quoique romancé puisqu’elle se met carrément à la place d’Hadrien dans les mémoires d’icelui.
Il fallait oser, elle l’a fait.

La perte d’Antinoüs fut une effroyable épreuve pour Hadrien qui lui dédia rien moins qu’une ville et de nombreux monuments.
La Villa Tivoli fut son œuvre architecturale privée, conçue pour la beauté des yeux et le repos du guerrier.
Il fallait un cadre digne de l’intensité des liens avec Antinoüs
Comme tout mégalo qui se respecte, Hadrien se fait construire un palais. Ce sera la Villa Hadriana puis appelée Tivoli * avec une piscine grande comme un champ de course - de chars, mais c’est déjà pas mal - des bassins, des saunas, des thermes, des jardins somptueux *.

* Ses jardins ont inspiré l’architecte de la Villa d’Este où furent tournées de nuit, ainsi qu’à la Villa Tivoli, des scènes mémorables du Corniaud dans lequel Louis de Funès était poursuivi par des sbires à la solde de Venantino Venantini.
Un extrait parmi cinquante autres.
La nuit, L.D.F. recule sans regarder et le doigt pointé d’une statue le touche dans son dos. Croyant à un canon de révolver il se retourne brusquement en donnant une manchette au bras de la statue qui n’en peut mais, et reste de marbre.

Certains ont des noms de rue, de place, de square, d’inventions, Hadrien a son mur, le mur d’Hadrien.

Définition technocratique du mur : un mur est un ensemble d’éléments bétonnés, équipé électroniquement, fait pour claquemurer des populations anormales, barbares, et proprement irrécupérables à l’extérieur d’un ensemble prospère et policé.

Avec une telle traduction dans la réalité, l’Empire romain n’aurait pas tenu deux ans.

Contrairement au limès, la frontière continentale de l’Empire tenue par des tribus assimilées encadrées par des officiers romains de souche avec des pôles de légions à intervalles réguliers, le mur d’Hadrien se voulait étanche tellement les Calédoniens semblaient incontrôlables.

Le système clanique * poussé à son extrême plus tard par les Picts et les Scots, avec trucidation réciproque des chefs de clans - Macbeth ne faisait que suivre la tradition - et leur extermination, voir la rivalité sanglante entre les MacDonald, les MacLeod et les MacLean, était l’exact contraire de l’administration impériale.

Comment faisaient-ils ces Romains du soleil, dispersés le long de ce fichu mur, pour supporter la pluie fine et pénétrante qui écornait le cuir et rouillait les armures en point de temps, et entendant les chiens des Baskerville hurler dans la nuit aux confins de la lande écossaise

* La génétique a prouvé que les mâles des MacDougall, des MacDonald et des MacAlister partagent primordialement le même chromosome "Y". On pense que c’est le chromosome "Y" de Somerled.

Finalement Hadrien se révèle non comme conquérant, mais comme pacificateur, comme diplomate exceptionnel, voir sa négociation avec Osroès cuirassé d’or, consolideur de l’ordre romain, la Pax Romana.
Il en vient même à restituer des territoires, comme la Mésopotamie, l’Irak de l’époque. *

*Par pure coïncidence, il se tient également une exposition sur Babylon
message subliminal envoyé pour justifier le retrait des troupes britanniques en laissant les Etats-Unis dans le pétrin avec Petraeus en Irak ?

A la sortie le visiteur est attendu... par les marchands du Temple (romain). La vente à tout va bat son plein. Mis à part les livres avec beaucoup d’images et de photos, il y a une variété d’objets liés de près ou de (très) loin à Hadrien.
Panolie du parfait petit légionnaire romain, 2 tailles 5/6 ans 7/8 ans, soldats de plomb, tasses, ustensiles de cuisine, couverts divers - on a frôlé l’anachronisme de la fourchette en plastique transparent made in Taiwan -, tee-shirts avec la mention "Life love legacy Hadrian empire and conflict", amphores en cellulose plus légères et transportables dans le métro que les originales, fausses pierres du mur de Berlin, euh... pardon d’Hadrien avec ses tags en latin, etc., tout est bon pour le commerce. Un atelier taille de pierre s’est tenu le 16 août 2008. Comme dans les stages de cuisine, on pouvait emporter ses œuvres chez soi, la pierre était fournie gratuitement.

Pratique
exposition du 24 juillet au 26 octobre 2008
www.britishmuseum.org

Conférences

Hadrian : Empire and Conflict
13 h 15 le 17 oct. amphi BP

Images of power : portraiture
11 heures - 16 heures le 11 oct. grande cour

Lectures


Keeping in, keeping out :
walls and the politics of division
18 h 30 le 16 oct. amphi BP

Hadrian and the emergence of
Salagossos as the first city of Psidia
18 h 30 le 23 oct. amphi BP

Comment y aller

voir Journey Planner (désactiver adblock)

Itinéraire

pour aller au British Museum
rester en anglais sinon la page revient à l’accueil, désactiver adblock

ou depuis la gare
King’s Cross and St Pancras sur Euston Road
bus 59 ou 91 jusqu’à arrêt Russell Square

pour l’entrée secondaire sur Montague PLACE STREET (désactiver adblock, grossir avec CTRL + )

One day travel card zone 1- 2 valable dans métro et bus

pour les bons marcheurs et monteurs d’escaliers :
depuis King’s Cross St Pancras métro ligne Piccadilly
jusqu’à Russell Square
(la ligne peut être fermée les week-ends pour maintenance)

En bref une exposition à voir jusqu’au 26 octobre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Manuel Atreide Manuel Atreide 14 octobre 2008 20:22

    @ l’auteur ...

    Votre article est un joli résumé à la fois du chef d’oeuvre de Yourcenar mais aussi de la vie de cet empereur romain atypique, au fond si peu romain dans l’âme. Rome n’était pas son lieu de villégiature favori et il a passé des années à Athènes pour rendre à la ville grecque par excellence (au moins à son epoque) son lustre d’antan.

    Pourtant, de tous les empereurs romains qui ont fait bâtir à Rome, ses oeuvres sont celles qui ont le mieux traversé le temps, deux sont toujours en fonction d’ailleurs ...

    Cela dit, vous ne parlez finalement pas de cette expo qui se tient encore pour quelques jours au Brit. Dommage car, faute d’avoir le temps d’aller la voir, je crains, j’aurais aimé en avoir un compte rendu. Cela est étrangement absent de votre papier. Dommage !

    Merci tout de même pour cette évocation du personnage, qui m’est cher pour de multiples raisons. Personnage dont j’ai pu voir un buste au musée archéo d’Athènes cet été. Détail émouvant, un autre buste tenait compagnie à celui d’hadrien : celui d’Antinoos ... Cette délicatesse muséographique m’a ému.

    Manuel Atréide


    • Torvald 14 octobre 2008 23:05

       

      Etant commentateur de longue date sur Avox je me posais souvent la question :

      comment écrire un article à l’époque de l’hypertexte (les liens quoi).
      Plus tard je répondrai au sujet des Mémoires, ça demande de s’y replonger un moment.

      Raconter ce qu’on a vu est insuffisant aujourd’hui face à la documentation vertigineuse présente sur le net.
      Et faire une vraie synthèse entre l’expo et l’oeuvre réelle historique d’Hadrien relève de l’exploit et concerne plus le spécialiste or je ne connais vraiment bien que la période dite de la guerre froide. On est donc loin de Rome, ce serait plutôt nos jours qui s’en rapprocheraient le plus et, n’ayant aucune distance, je n’y comprends pas plus que qui que ce soit.

      D’où la présence, peut-être inopportune, de petites anecdotes comme celle du "Corniaud". Mais justement si on persiste à tourner des films, hors peplum, c’est que l’impact d’une construction comme la villa Tivoli reste dans les mémoires.

      Ceci dit, par rapport au web en général et le lien exposition Hadrian en particulier, on est en présence d’un enchaînement de salles avec des maquettes, des objets, des statues assez bien mis en valeur. Exemple la maquette de la reconstitution de la villa Hadriana rend compte du luxe et de l’étendue des bâtiments et des extérieurs. Chaque salle traite d’un thème, Antinoüs, le Mur, la famille d’Hadrien, la vie à Rome sous Hadrien avec son Pantheon.
       
       


    • Hieronymus Hieronymus 14 octobre 2008 22:09

      d’abord j’adore l’histoire
      et en particulier l’histoire ancienne
      ainsi l’antiquite me fascine ..

      Cela dit j’ai essaye de lire "memoires d’Hadrien" de Yourcenar,
      je ne doute pas que celle-ci soit un immense ecrivain mais
      le livre m’est tombe des mains au bout de 50 pages environ
      est ce a cause d’Internet ?
      je ne serais plus capable que de zapper ?
      Je crois plutot que Yourcenar est une sorte d’ecrivain du XIX siecle
      qq part le roman a vecu, est un genre suranne, Yourcenar aurait ete
      parfaite il y a cent ans, ou encore jusqu’a la 2eme guerre mondiale
      aujourd’hui, ca ne passe plus, n’est plus de mise, il y manque
      vivacite et action, son style est extremement classique et erudit
      mais depourvu d’humour, de causticite et de drolerie, le roman
      moderne doit surprendre le lecteur, etre une remise en question
      Cette ecriture tres dense, tres fournie et documentee de Yourcenar
      requiert une extreme concentration, ne laisse pas le lecteur respirer
      comme une etude en salle de classe, il regne un serieux tres pesant

      D’autres gens se sont trompes d’epoque, sont comme arrives trop tard
      Mendelsson compositeur classique a l’epoque romantique, Jacques Brel
      chanteur a texte traditionnel en pleine vague rock et pop, cela n’enleve rien
      a leur valeur mais les fait paraitre d’emblee desuets, ennuyeux, dommage !


      • Jean-Paul Doguet 23 octobre 2008 22:35

        Je suis d’accord avec Hieronymus. Le livre de Yourcenar est totalement insipide. Moi il ne m’est pas tombé des mains mais je l’ai trouvé totalement dépourvu d’intérêt. Je ne comprends pas du tout qu’on puisse y voir un chef d’oeuvre. C’est d’une absolue banalité.


      • marc 16 octobre 2008 20:08

        Comment faisaient-ils ces Romains du soleil, dispersés le long de ce fichu mur, pour supporter la pluie fine et pénétrante qui écornait le cuir et rouillait les armures en point de temps,

        Il n’y en avait pas beaucoup de ces "romains du soleil".
        Les gardiens du mur étaient principalement des belges ( des Celtes à l"époque ). Aprés 25 ans de bons et loyaux services, on leur donnait la citoyenneté romaine ainsi qu’une terre, au pied du mur , qu’ils continuaient ainsi à défendre pour eux-mêmes.


        • Jean-Paul Doguet 23 octobre 2008 22:42

          L’année dernière j’ai suivi avec ma voiture le mur d’Hadrien. Il y a des endroits extraordinaires et vraiment magiques comme Housesteads en pleine lande, et Stil Reeg, où le mur épouse totalement la crète des collines. La villa de Tivoli est également remarquable mais elle n’est pas dédiée à Antinoüs, à la différence de Sheick Ibada en Egypte, l’ancienne Antinopolis, là où Antinoüs s’était noyé. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès