• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Fatima, ange gardien

Fatima, ange gardien

Avec L’extraordinaire histoire de Fatima Monsour (Editions Héloïse d’Ormesson, 21 euros), les scénaristes américains Joanne et Gerry Dryansky donnent la preuve que le XVIème arrondissement est un vrai quartier avec de vraies gens : à travers la vie mouvementée d’une employée de maison tunisienne, ils nous en livrent la chronique.

Qu’on le sache, une fois pour toutes : le XVI° arrondissement a été chanté par les plus grands littérateurs – et chanté de toutes les manières. Voilà un quartier qu’on dit monolithique, uniformément habillé d’or et de pierreries – et qui se révèle, à y regarder de près, bien plus bigarré que ne le dit la légende urbaine. Vous voulez du torturé ? Ouvrez Julien Green. Vous voulez du grandiose ? Ouvrez Maurice Barrès. Vous voulez du romantique ? Ouvrez Balzac. Vous voulez du cosmopolite ? Ouvrez Benjamin Franklin.

Vous voulez du rigolo ? Ouvrez le dernier livre de Joanne et Gerry Dryansky. Il y est question d’une petite bonne femme née sous le soleil de Djerba et qui se retrouve, la trentaine bien sonnée, au beau milieu du XVI° arrondissement, près de la place Victor-Hugo – on peut difficilement faire plus central ! – au service d’une aristocrate tout droit tirée d’un sketch de Charlotte de Turckheim. Fatima ne sait pas lire, ignore tout des usages français, accumule les maladresses – mais elle a un cœur encore plus grand que la place du Trocadéro. Sa générosité, son sens de la gratuité, sa franchise aussi lui vaudront de belles amitiés, au point d’en faire une parisienne pur sucre. Bref, Mimie Mathy en beurette à l’ancienne, la Comtesse de Ségur revisitée par les Mille et Une nuits de Walt Disney. Absolument charmant. Trois cents pages de pure chaleur au cœur du mois de janvier.

Certes, on pourra trouver certains dialogues un peu naïfs (« Il y a tant de choses qui restent sans réponse, même au sujet de notre propre coeur ») ou certains personnages un peu caricaturaux (« Les Denis-Rabotin étaient une famille nombreuse, tous blonds et indéfectibles fidèles de la paroisse Saint-Honoré d’Eylau »), mais la séduction n’en opère pas moins. Et ce, parce que L’extraordinaire histoire de Fatima Monsour ne s’embarrasse d’aucun attendu stylistique, ne se soumet à aucun carcan littéraire : la phrase pioche où elle veut, quand elle veut, ce qu’elle veut. De toute la littérature urbaine, et notamment parisienne, les auteurs font leur miel. Votre cœur balance-t-il entre Les grandes familles de Maurice Druon et Le Diable s’habille en Prada de Lauren Weisberger ? Ce joli conte vous enchantera. Vous avez la collection complète des œuvres de Janine Boissard mais vous ne vous refusez pas, de temps en temps, un petit Proust ? Eh bien vous aimerez ce livre, où mille et une questions sérieuses – l’immigration, la tolérance, l’amitié, l’amour, la diversité, la mort - sont traitées avec légèreté, cependant que mille et une questions légères y sont le prétexte à des aventures très sérieuses. Bref, une way of life comme on n’en connaît que dans le XVI° arrondissement de Paris !

 

Matthieu Grimpret


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires