• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Fin de Partie » de Samuel Beckett, au Théâtre de l’Athénée

« Fin de Partie » de Samuel Beckett, au Théâtre de l’Athénée

La mise en scène de Bernard Levy dessine les contours symboliques d’un espace mental cubique où deux fenêtres donnant respectivement sur terre et mer culminent de part et d’autre, hors d’atteinte de taille humaine.

Deux poubelles, un fauteuil d’handicapé, un escabeau et une longue vue constitueront les éléments solides d’un décor que quatre personnages vont occuper virtuellement en égrenant le rythme d’une journée où il ne se passera rien ou si peu que même la mort de l’un, de l’autre ou même de tous ne pourra être un événement puisque la partie est déjà jouée.

Les nombreuses didascalies de Samuel Beckett installent le dialogue sur des rails en contraignant de fait les acteurs et leur directeur à penser les mots comme autant de tentatives d’évasion d’un imaginaire carcéral.

Mais la sortie de secours entre vivant et non-vivant ne peut résider que dans la matière cérébrale que deux d’entre eux vont malaxer obsessionnellement pendant que les deux autres se contenteront d’en subir béatement l’insatisfaction.

Que Neil (Marie-Françoise Audollent) et Nagg (Georges Ser), les parents âgés soient ainsi abandonnés, chacun au fond de sa poubelle personnelle, que leur fils Hamm (Thierry Bosc) soit handicapé moteur tyrannisant Clov (Gilles Arbona) le souffre-douleur aussi servile que rebelle, voilà enchaînés les maillons d’une existence trop humaine qui psalmodient la ronde métaphorique d’un quotidien exemplaire en fin de course.

"A moi de jouer !...", annonce d’emblée Hamm placé au centre de l’échiquier obligeant à son tour le seul pion claudiquant resté en atout à faire les cent pas d’une case en impasse à l’autre pour différer sans cesse l’échec et mat.

En affichant ainsi d’entrée de jeu les derniers râles d’un monde autiste, le Théâtre de l’Athénée s’ouvre judicieusement à l’interprétation implacable d’un quatuor stylisé.

- FIN DE PARTIE - *** Theothea.com - de Samuel Beckett - avec Thierry Bosc, Gilles Arbona, Marie-Françoise Audollent & Georges Ser - mise en scène : Bernard Levy - Théâtre de l’Athénée -

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Marsupilami (---.---.222.34) 11 octobre 2006 20:15

    Samuel Beckett est génial. Merci de faire revivre sa mémoire avec cet article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès