• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Flashdance » au sixième mois du Gymnase

« Flashdance » au sixième mois du Gymnase

Après "West Side Story" et "Grease", c'est au tour de "Flashdance" d'être transposé en Comédie musicale.

JPEG - 93.6 ko
FLASHDANCE
photo DR.

Tout le monde a vu le film d'Adrian Lyne sorti en 1983 narrant l' histoire d' Alex, jeune fille travaillant de jour comme soudeur dans une aciérie de Pittsburgh, le soir dans un night-club pour arrondir ses fins de mois car, passionnée de danse, elle voudrait pouvoir auditionner auprès d'une grande école.

La Comédie musicale tirée de ce film, lancée à Londres en 2008 avec un vif succès, est adaptée pour la première fois à Paris et mise en scène par Philippe Hersen au Théâtre du Gymnase et sera jouée jusqu'au 15 mars 2015.

Le ton est donné d'entrée de jeu sur ce beau plateau à dimension humaine très proche du public. Le rideau s'ouvre et ça fait des étincelles, ça crache du feu. Le décor superbe d'une usine de métallurgie en impose. La troupe entonne un titre inédit sur le travail à la chaîne. C'est fort, tonique, tonitruant. Les différents tableaux se succéderont à un rythme d'enfer sous des jeux de projection grand écran permettant des changements de cadre rapides.

Le show se révélera très énergique tout le long de cette histoire. On suivra le coup de foudre improbable d'Alex et du fils du patron Nick interprété par le séduisant Gaëtan Borg, vu dans "Mamma Mia", les rivalités entre les filles dans le cabaret tenu par Harry (Fabrice de la Villeherve), les tensions internes entre les ouvriers, les mauvaises tentations de Louise (Virginie Perrier), la copine, qui risque de dériver du chemin de la danse artistique pour s'exhiber aux convoitises masculines.

Priscilla Betti est Alex, rôle tenu par Jennifer Beals dans le film culte. Plutôt chanteuse que danseuse, elle fait ici ses premiers pas dans la comédie musicale. Avec détermination et conviction, elle endosse la personnalité sauvage et rebelle de cette jeune ouvrière qui n'a qu'une idée s'imposer comme danseuse professionnelle, mais, fière, refuse l'aide financière de Nick pour intégrer la prestigieuse académie. L'accent est ainsi mis sur le grand écart social entre celui qui peut payer et celle qui doit trimer pour tenter de réaliser ses rêves.

Justaucorps noir, échancré, révélant une musculature digne d'une gymnaste chevronnée, Priscilla Betti investit, corps et âme, avec un impressionnant abattage, la chorégraphie dynamique et souvent acrobatique de Marjorie Ascione, au milieu d'une douzaine de danseurs aguerris. Soulignons l'excellence de tous et pour le fun, les deux danseurs époustouflants de hip-hop, Thomas Bimai et Kevin Boni, torse nu, roulant à fond des mécaniques.

Les voix sont puissantes et nous font vibrer aux sons des morceaux emblématiques des années 80 comme "Manhunt" "I love Rock'n Roll" le trépidant "Maniac", "Cameleon girls" "He's a dream".

Notons la performance de Virginie Perrier (Cabaret) dans une scène plutôt hard et sulfureuse à souhait, clamant sans vaciller le légendaire " GLORIA" tout en passant de bras en bras et projetée en l'air comme en apesanteur, celle de la pétillante Kania Allard (Sister Act) dans le rôle de Kiki, dont le timbre chaleureux donne des frissons et revenons à Priscilla Betti, dans l'apothéose finale, réalisant avec fougue une danse abrupte sur le fameux hit "What à feeling" devant un jury, d'abord récalcitrant, puis subjugué et envoûté.

Heureusement, tous les tubes phares issus de la B.O. du film sont en version originale car, petit bémol, certaines chansons sont traduites un peu platement en français et les musiciens sont absents de la scène. Mais ne boudons pas notre plaisir devant cette troupe débordante de charme et de sensualité d'une trentaine d'artistes qui, sur des chorégraphies endiablées empruntant à la fois l'univers du classique et des danses urbaines, et dans une esthétique de clips, chantent sur ce qui se faisait de mieux dans les années 80. A coup sûr, une ambiance survitaminée qui électrise le public.

photos DR.

FLASHDANCE - **** Cat’s / Theothea.com - de Tom Hedley & Robert Cary - mise en scène Philippe Hersen - avec Priscilla Betti, Gaetan Borg, David Ban, Jimmy Bourcereau, Fabrice de la Villeherve, Djamel Mehnane, Marie Orlandi, Virginie Perrier, Jocelyne Sand & la troupe de danseurs - Théâtre du Gymnase

JPEG - 51.7 ko
FLASHDANCE
photo DR.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès