• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Forêts : spectacle automnal pour combien de temps encore ?

Forêts : spectacle automnal pour combien de temps encore ?

medium_IMG_1173.2.jpgSi vous avez la chance de vivre près d’un bois ou l’opportunité de faire une balade en forêt c’est le moment. Sinon, rendez-vous dans un parc, car le spectacle en vaut vraiment la peine. Il ne faut pas tarder. La nature en technicolor est un moment dont la quintessence ne dure que quelques jours ! Ce n’est que depuis une petite semaine que se manifeste le spectaculaire et subit changement de couleur du feuillage, du moins en plaine. On constate quelques jours de décalage dans ce processus paroxystique de virage des couleurs selon la région où l’on se situe.

medium_IMG_1186.jpg Les forêts prennent actuellement des tons allant du vert émeraude (résineux qui restent persistants) au jaune d’or (bouleau, frêne, hêtre) en passant par toutes les nuances de l’orangé jusqu’aux rouges les plus carmins et le roux (fougères, érable, merisier, châtaignier et des espèces importées comme le chêne rouge). Ce qui fait la beauté de ce phénomène, c’est une superposition de caractéristiques : la soudaineté, la variété de la palette mise en oeuvre par la nature et le côté éphémère de cette explosion colorimétrique. Un même spécimen peut présenter plusieurs nuances en même temps incluant quelques pans de sa livrée verte habituelle.
C’est comme si toutes ces essences d’arbres s’étaient mises en synergie à la suite d’un cri de ralliement qui resterait inexplicable pour l’entendement humain. D’une certaine façon, cette manifestation collective d’une classe entière d’êtres vivants n’est pas sans rappeler le soulèvement des Ents dans l’épisode II du Seigneur des anneaux. Bien sûr, vous pourrez toujours remarquer qu’il s’agit d’un point de vue anthropomorphique. Toutefois, ce billet n’a pas une vocation scientifique. C’est juste le compte rendu d’un être humain lambda qui observe la puissance de la Nature à l’oeuvre avec une vision esthétique.


Quels processus interviennent dans le changement de couleur du feuillage des arbres caducs ?

Voici quelques éléments simplifiés de ce phénomène naturel proposés par un promeneur des bois un peu curieux.

Il faut savoir que le changement de couleur ou la perte du feuillage ne concerne pas seulement les arbres à feuilles plates qu’on appelle les feuillus. Ainsi, certains conifères, le mélèze d’Europe, le métaséquoia et de façon surprenante le Gingko biloba, par exemple, se comportent comme des arbres caducs. Pour rappel, les arbres dits caducs perdent leur feuillage à l’automne. A l’inverse, les arbres dits persistants conservent le leur tout au long de l’année (du moins, celui-ci se renouvelle en permanence).

medium_IMG_1055.jpgLes paramètres qui expliquent le changement de couleur des feuilles à l’automne relèvent de la biochimie. Notez que c’est la photosynthèse qui commande la pigmentation des arbres. En effet, sous l’action de la lumière l’arbre génère un pigment vert appelé chlorophylle. La propriété verte du feuillage n’est pas systématique. Sous l’action d’autres pigments (anthocyanines), certaines essences présentent un feuillage rouge toute la saison, qui peut même virer parfois au vert à l’automne. En fait, pour simplifier, certaines cellules de la feuille, les chloroplastes, se mettent à créer des grains de chlorophylle si les conditions de luminosité sont suffisantes (en intensité et en durée). C’est le nombre élevé de ces chloroplastes omniprésents dans la feuille qui crée un effet de couleur général vert. La chlorophylle, sous l’action des rayons du soleil, produit des sucres grâce au gaz carbonique emmagasiné par les feuilles ainsi qu’à l’eau et aux sels minéraux récupérés par les racines. Le "carburant" qui alimente ce processus est un cocktail que les agriculteurs et certains jardinier connaissent bien : le trio NPK (azote, acide phosphorique et potasse). Ces sucres produits par les feuilles sont ensuite diffusés dans tout l’arbre pour permettre son métabolisme.

medium_IMG_1140.jpgConcernant le changement de couleur, c’est à nouveau la lumière qui entre en jeu et plus exactement sa diminution (l’automne les journées raccourcissent) ainsi que les amplitudes thermiques entre le jour et la nuit. Donc, la chlorophylle, concentrée dans les feuilles, perd peu à peu sa fonction principale à ce moment. Le fait que le rôle de la chlorophylle disparaisse révèle les autres pigments de la feuille : jaune, orangé ou rouge selon les espèces. C’est pourquoi, à l’automne, le feuillage rend visible ce qui était masqué par la chlorophylle durant les beaux jours.

medium_IMG_1167.jpgLa chute des feuilles, elle, à d’autres causes. Les liens fournis plus bas peuvent vous aider à comprendre les différentes étapes de la vie des arbres. Ce qui rend le changement de couleur particulièrement flamboyant, c’est le mélange aléatoire des différentes essences dans un même champ de vision. Chaque essence d’arbre ayant sa propre nuance, un effet d’ensemble multicolore se dégage, presque pointilliste. Ce sont les forêts mixtes, celles constituées d’une grande variété d’essences différentes, qui sont le plus spectaculaires à l’automne.

medium_IMG_1216.jpgOr voilà, cet aspect bariolé a tendance à s’uniformiser dans nos bois et forêts. En effet, même si on constate une extension des territoires boisés en France, les forêts naturelles ou primaires tendent à régresser en Europe, plus que 3% et 14% en Russie occidentale, au profit de forêts gérées de façon rationnelle par l’homme. Et évidemment, quand l’homme y met sa main, cela se traduit fréquemment par des forêts constituées de seulement quelques essences utilitaires plantées en rangs d’oignon. Outre le problème préoccupant de réduction de la biodiversité, l’esthétique rationnelle d’origine humaine n’a pas le même impact que celle offerte par la spontanéité naturelle. Sommes-nous condamnés à hériter à terme d’un environnement totalement artificiel et à nous contenter seulement d’une vaste sylviculture ? Alors, vous aussi, si vous en avez l’opportunité, allez vous balader en forêt pour ne pas perdre une seule miette du sacre de l’automne.

Pour approfondir le sujet

Couleurs de feuillage sur le portail ’Les Arbres
Un portail ’Plantyfolia’ (Suisse)
Site canadien ’Erablière’ (très complet)
Dossiers ’Education’ de France5
Un site perso ’Arbres et Forêts’ (approche très pédagogique)

Quelques faits pour devenir conscient

Les dernières forêts anciennes (Rapport Greenpeace)
Le Global Forest Watch (GFW)

Et un peu de lecture

Arbres des régions tempérées d’Europe (Guide Vigot)


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 21 novembre 2006 13:48

    Merci pour cet excellent texte encore automnal bien écrit et très poétique. Et un petit lien vers le poème Aux arbres d’Yves Bonnefoy.


    • HKac HKac 21 novembre 2006 14:02

      Merci à vous surtout, cher lecteur, pour l’enrichissement de ce texte par l’ajout d’une référence poétique ! L’automne est probablement la plus belle des saisons. Si seulement chaque enfant des cités avait la chance de visiter une forêt en automne, ou à d’autres saisons, je suis sur que de nombreux problèmes de société diminueraient parce que la nature et la forêt rendent paisible. La forêt donne des ressources mentales et énergise l’esprit. Si seulement tous nos enfants étaient égaux sur ce plan...


      • Marsupilami Marsupilami 21 novembre 2006 14:15

        « La forêt donne des ressources mentales et énergise l’esprit. Si seulement tous nos enfants étaient égaux sur ce plan... »

        Très vrai, et ce n’est malheureusement pas le cas. La randonnée en forêt est une régénération corporelle et spirituelle. Encore merci pour cet article d’automne qui détone agréablement dans cette cacophonie préélectorale qui absorbe les temps de cerveau disponibles au détriment de la sève qui devrait les irriguer.


      • LE CHAT (---.---.75.49) 21 novembre 2006 14:11

        comme dit marsu , merci à toi pour cet article très bien écrit et de circonstance , car cet automne tardif nous fait profiter cette année plus longtemps de ces merveilleux paysages , les feuilles tardant à tomber......


        • Marie Pierre (---.---.1.221) 21 novembre 2006 14:26

          Bonjour et merci pour votre article.

          Cependant, je voudrais rectifier une chose : vous dites « Et évidemment, quand l’homme y met sa main cela se traduit fréquemment par des forêts constituées de seulement quelques essences utilitaires plantées en rangs d’oignon ».

          Cela est vrai aujourd’hui, mais les grandes forêts qui subsistent sont également l’oeuvre de l’homme : les forêts domaniales ont été plantées aux 17°/18° siècles pour la chasse. Cette activité se déroulant à l’automne, la forêt se devait de paraître dans ses plus beaux atours. Ce qui donne cette touche pointilliste.

          On peut remercier l’homme et souhaiter qu’il reprenne les gestes et le regard de ses ancêtres.


          • HKac HKac 21 novembre 2006 14:44

            Je trouve votre commentaire utile. Il est vrai que mon article est un peu romancé, mais pas tant que cela. Je me base sur des constats de pratiques actuelles, pas sur celles des anciens qui avaient probalement d’autres motivations pour reboiser. Par exemple, la forêt des Landes, d’origine humaine, partait d’un bon principe du type assécher des marécages insalubres (bien que les marais sont aussi des zones de grande biodiversité !). Il faut savoir qu’au 19 siècle les forêts françaises se sont très fortement réduites (guerres napoléoniennes, révolution industrielle naissante, chemins de fer,...). Sur ce plan, la France a bien réussi a reconstituer son patrimoine forestier. J’ai visité des forêts gérées par l’ONF. Je n’ai rien contre l’ONF. Ceci dit, j’ai été un peu attristé de voir que la part de la forêt mixte était assez restreinte par rapport à la part du domaine occupée par des rangées d’arbres d’une seule espèce (pins). J’ai eu la chance de visiter des forêts dans certains pays d’Europe Centrale où les forêts « sauvages » me semblaient un peu mieux préservées. Mon opinion, est que le domaine forestier national laissé dans son état spontané devrait être accru. Mais pas seulement pour des considérations esthétiques (sujet de mon article) mais aussi pour l’aspect biodiversité. Merci à vous et bonne continuation.


          • oohlala (---.---.124.230) 21 novembre 2006 15:40

            Merci @ l’auteur de ce salutaire ballon d’oxygène et d’humus dans le sommaire d’Agoravox. Et pour confirmer votre conclusion, à 60 km au sud de chez moi, les collines du Morvan vont être tondues sous quinzaine : elles sont plantées (cultivées serait plus exact) de sapins ...de noël. Le Morvan en est le 1er fournisseur). Pas gai.

            @ Marie Pierre : « ont été plantées aux 17°/18° siècles » : et aussi les forêts de chênes par Colbert, pour la Marine. Et celles gérées et vendues -arbre à la pièce- par l’ONF, de chênes également, dont on fait les tonneaux (sud Limousin).


            • jef88 (---.---.212.232) 21 novembre 2006 18:29

              Dans notre beau pays c’est l’homme qui a fait la forêt. Je suis Vosgien et j’étudie la région depuis près de 40 ans .
              - Dans la période celte et gauloise les hauteurs sommets et collines étaient occupées par l’homme.

              Citation de RICHER moine vers 1250 qui racconte l’arrivée d’un moine évangélisateur en 640. "Après avoir traversé de nombreuses terres, il parvînt en une vallée des Vosges en laquelle ce serviteur de Dieu s’installa, comme il se voit encore aujourd’hui, et comment avec l’aide de Dieu nous l’exposerons pleinement le moment venu. Mais parce que cette terre est inconnue à de nombreuses personnes, bien que bon nombre emploie son nom assez fréquemment, je vais m’efforcer d’exposer clairement sa situation et ses frontières. Cette terre est occupée par des montagnes très élevées, couvertes de rochers Si immenses que l’on dirait être des châteaux posés naturellement sur leurs sommets, donnant ainsi à celles-ci un aspect terrifiant. Entre ces montagnes escarpées comme nous l’avons dit se trouvent de très profondes vallées, couvertes de forêts de sapins, renforçant ainsi cet aspect Si obscur qui donne Si grande peur à ceux qui les observent. "

              Les essences forestières ont évolué au fil des temps.Jusqu’au 18ème feuillus exportés par flottage pour le chauffage d’agglomérations en aval et pour la proto-industrie : verreries, forges. Depuis sapins et épicéas pour fabriquer charpentes et bois d’oeuvre.

              - A la fin du moyen age, aprés l’instauration des corvées les vallées ont commencé à être occupées

              - au 19ème siécle avec l’arrivée de l’industrie textile les rivières ont été recreusées et les fonds de vallée définitivement conquis

              - Depuis 1950 la forêt gagne du terrain : les exploitants agricole, qui vivaient sur 4 à 6 Ha ne sont plus remplacés et leurs héritiers repiquent des épicéas.


              • (---.---.162.15) 21 novembre 2006 22:04

                Le ginkgo biloba n’est pas un conifère et je ne vois pas pourquoi il est étonnant qu’il perde ses feuilles... Heureusement qu’il les perd, c’est là qu’il est le plus beau...

                Am.


              • Hkac (---.---.170.51) 21 novembre 2006 22:44

                @ Am, Et si, cher Am, j’ai été surpris aussi d’apprendre que le Gingko est apparenté aux conifères (gymnospermes). C’est un arbre très primitif proche des conifères et c’est vrai il forme un genre (ginkgoacées) un peu à part dans laquelle il trone tout seul. C’est donc pour cela que je m’en suis étonné dans mon article. Pas parce que le Gingko perd ses feuilles mais parce qu’il appartient à une famille proche des conifères contrairement aux apparences. En effet, l’arbre aux mille écus est très beau au moment où il perd ses feuilles (aiguilles ?). Bonne continuation et merci pour ton commentaire.

                http://www.coniferes-parc.com/lexique.htm


              • Plus robert que Redford (---.---.211.4) 21 novembre 2006 22:46

                Ouf ! un peu de vent frais pour balayer l’atmosphère délétère de l’Agoravox ces temps ci (Ségo-Sarco-Polluto)

                Pour qui vit à la campagne, toutes les saisons sont un bonheur, et c’est le changement perpétuel et attendu qui est un ravissement...

                Mais, c’est vrai, l’automne a ceci de particulier qu’il éveille chez nous une espèce de langueur et d’inquiétude diffuse, probablement en rapport avec le côté périssable et pourrissant des végétaux.

                Mais soyons objectifs, tous les animaux qui meurent aussi à l’automne (beaucoup d’insectes) n’ont surement pas la même vision romantique des choses...


                • poipoi 22 novembre 2006 04:11

                  Pourquoi attendre l’automne pour aller se balader en forêt, ou au moins dans les parcs ? Toutes les saisons la Nature est magnifique ! En hiver avec son manteau blanc, au printemps avec l’écolsion et le retour à la vie, en été avec les oiseaux et bien sur, en automne :)

                  J’admets que les couleurs de l’automne ont un charme particulier, un petit plus, par rapport aux trois autres :D


                  • HKac HKac 22 novembre 2006 15:43

                    Mot clef : Mafate.


                  • Le furtif (---.---.5.113) 23 novembre 2006 14:45

                    Je suis trop vieux et paresseux pour « faire » Mafate


                    • HKac HKac 23 novembre 2006 15:57

                      Mais peut-être pas trop vieux pour la petite binouze que je t’ai promis ? Au cas où on se rencontre. Bonne continuation. Bah pour Mafate, y a des photos qui trainent sur certains blogs :)


                    • maxim maxim 27 novembre 2006 21:12

                      amis« Agoravoxistes »,si vous etes Parisiens venez au moins une fois dans votre vie profiter du spectacle de la foret de Fontainebleau.... j’ai le privilège d’habiter dans un parc boisé attenant à la foret,et on en prend plein les yeux,surtout quand le temps est ensoleillè. c’est à cette saison qu’elle est la plus belle..je ne fais là aucune pub d’aucune sorte,je vous communique simplement le plaisir d’admirer la nature qui ne triche jamais et qui nous rappele que les joies les plus simples sont les meilleures... amitiés à tous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

HKac

HKac

...


Voir ses articles







Palmarès



Partenaires