• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Framazic, le portail francophone de la musique libre

Framazic, le portail francophone de la musique libre

Comme les logiciels, la musique est susceptible d’être mis en partage, selon des règles déterminées par les licences libres, dont Creative Commons est la plus connue. C’est un monde mouvant, en pleine effervescence que le portail francophone Framazic débroussaille pour nous. 

En matière de produits libres, le logiciel est le secteur le plus ancien et le plus dynamique. Mais les autres secteurs sont gagnés peu à peu par le phénomène. C’est le cas dans le domaine musical, où l’on observe un foisonnement d’initiatives autour des licences ouvertes, ainsi qu’une certaine prolifération des titres mis en partage sur de nombreux sites. Mais voilà, la musique libre est un monde à découvrir et, en France, il nous manquait un portail pour nous guider. C’est chose faites avec Framazic.

Site frère de Framasoft, le réseau francophone du logiciel libre, il vous permettra tout d’abord de faire un tour d’horizon des idées et des concepts. Vous y trouvez également une sélection (réduite mais de grande qualité, voir ci dessous) d’albums téléchargeables, dans des domaines très différents, et surtout une précieuse bibliothèque de liens vers tous ce qui bouge en matière de musique libre : plateformes de téléchargement, labels, moteurs de recherches spécialisés ou radio…

Le contenu reste encore modeste, quantitativement parlant, mais il devrait s’étoffer dans les prochains mois…

 

La sélection d’artistes

Framazic n’est pas une plateforme de téléchargement mais à sélectionné pour nous un échantillon d’artistes et de groupe, dans des styles musicaux très divers : électro pop avec Tryad, rock acoustique avec l’américain Josh Woodward, world music avec le groupe franco-malien Lessazo et bonne chanson française avec Lohstana David ; et, en prime, les variations Goldberg de Bach, interprétées par Kimiko Ishizaka.

Breadcrumbs et l’avant dernier album, très réussi, de Josh Woodward. Cet artiste américain, dont les titres ont été téléchargés plus de 2 millions de fois, est un pionnier de la licence Creative Commons. Il offre de beaux morceaux de folk qu’on a pu comparer parfois au folk rock de Simon and Garfunkel, parfois au blues rock de John Mayer.

Lohstana David est un artiste français. Son album, les yeux dans les étoiles, oscille entre des tempos un peu lourds à la Brassens et les rifs de guitare pointue façon Dire Straits. Musicalement c'est un peu hétéroclite mais sympa. Quant aux textes, un peu désabusés, un peu décalés, ils sont loin d’être con …

Soleil d’hiver est le double album du groupe franco-malien Lessazo. On n’est pas si loin de l’exotisme d’un Salif Keita, avec des mélodies simples, et des influences pop, mêlées à des rythmes et des percussions très africaines. J’avoue avoir eu le coup de foudre pour ce Soleil d’hiver…

Les variations Goldberg sont là pour nous rappeler qu’à priori le répertoire de musique classique n’est constitué que d’œuvres libres, puisque tout ce qui a plus de 70 ans tombe automatiquement dans le domaine public. Ce n’est pas le cas de l’interprétation, en général. Remercions donc la pianiste japonaise Kimiko Ishizaka de nous offrir ces variations Goldberg, qui, autant que je puisse en juger, me paraissent excellentes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • morice morice 9 janvier 2013 13:54

    http://www.youtube.com/watch?v=CXFbxd7Ju3Q


    on va pas y arriver avec ça....

    la musique de patronage, même en téléchargement, ça reste une musique de patronage.

    • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 9 janvier 2013 16:04

      Il est vrai que ce petit extrait de Lohstana David n’est pas impressionnant. Je trouve qu’il y a quand même du bon dans son album.

      Il y a de très bons albums dans le domaine libre. Ceux que j’ai mentionnés ne sont peut-être pas des chefs d’oeuvre absolu, mais je trouve qu’il valent bien des productions commerciales. 
      Comme je l’explique sur mon site (http://robinson-dans-la-crise.franceserv.com/musique_et_films.html) il y a a boire et à manger dans le domaine du libre. Des sites comme Framazic sont là pour nous aider à faire un peu le tri et trouver les labels et les plateformes de téléchargement qui nous correspondent. 

      • rotule 10 janvier 2013 08:52

        http://www.jamendo.com/fr est très bien aussi, non ?


        • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 10 janvier 2013 12:30

          Où avez vous lu dans mon article que les paroles de l’album de Lohstana David auraient le moindre point commun avec Brassens ? Avant d’écrire n’importe quoi il serait bien d’apprendre à lire. Je n’ai jamais dit non plus que sa musique pouvait se comparer à celle de Dire Straits. 

          Quand à la vidéo mis en ligne par Morice, je ne la connaissais pas, donc j’aurai eu bien du mal à en tirer une quelconque conclusion. 
          Ah mais oui, ça me revient maintenant... Calmos, c’est le gars qui n’a jamais écrit un article, jamais fait la moindre proposition mais qui a rédigé plus de 10000 posts rageurs, pour critiquer tout et n’importe quoi !
          Eh Calmos, vous devriez essayer le Xanax...

        • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 13 janvier 2013 13:25

          Les rythmes c’est pas pareil que les paroles. 

          Pourquoi être aussi agressif ? J’ai du replier votre précédent commentaire, dans lequel j’étais carrément insulté. Quelque chose ne va pas dans votre vie ?

        • roro46 10 janvier 2013 11:45

          Dans une société dont nous avons choisi qu’elle fonctionne par échange monétaire, il n’est pas possible d’avoir de la musique libre et gratuite pour tous, comme je le lis sur la page d’accueil de « jamendo ». Il faudra toujours payer quelque chose à un endroit de la chaine, car les musiciens, compositeurs, ne sont pas des robots auto-créés qui vivent gratuitement, et dont les créations ne coûteraient rien..
          Après, si on veut d’une autre société, où l’argent ne serait pas, je suis partant à 100%... mais pour l’instant, on en est loin je crois.

          ROTULE : auriez-vous plus détails à nous fournir concernant jamendo, sont fonctionnement, etc... ? Je serais sincèrement curieux de savoir comment ce site vit, et comment ses créateurs et ceux qui s’en occupent au jour le jour vivent.


          • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 10 janvier 2013 12:52

            Beaucoup d’auteurs sont à la recherche d’un modèle économique différent, dans lequel :

            1/ Ils gagneraient correctement leur vie
            2/ Ils pourraient proposer une musique plus sincère, qui ne serait pas influencé exclusivement par des arrières pensées commerciales
            3/ Ils ne seraient pas honteusement exploités par les distributeurs (comme c’est le cas dans le circuit commercial habituel)..
            Bien sûr qu’il faudra les payer si vous allez les voir en concert ! Idem si vous souhiatez les faire venir à un festival ou pour animer une soirée !
            C’est la contrepartie qu’ils attendent, la plupart, de la libre diffusion de leurs oeuvres.
            Pourquoi n’auraient-ils pas le droit de vivre, comme tout le monde ?



            • roro46 11 janvier 2013 10:59

              Bonjour Patrice,
              « Pourquoi n’auraient-ils pas le droit de vivre, comme tout le monde ? »
              je crois que vous avez mal compris mon propos - et sans doute l’ai-je mal exprimé... C’est bien cela que je défends, au contraire ; et ô combien puisque je suis concerné au premier chef smiley

              « Contrepartie qu’ils attendent », dites-vous... oui, mais qu’ils n’obtiennent pas encore de manière - comment dirais-je - « automatique », loin s’en faut. J’entends par là que pour l’instant, ce qui est rentré dans les esprits et qui est devenu automatique à vitesse grand V, c’est le sens unique de « la musique gratuite pour tout le monde et tout de suite ; là, maintenant, et je ne veux pas attendre ni payer !! »... Mais quand au retour d’échange - et encore plus quant au nouveau modèle économique, il n’est pas là. On a mis la charrue bien avant les boeufs.

              Pour les autres points que vous notez, je crois qu’il y a longtemps que de très, très, nombreux artistes proposent une musique sincères sans arrière pensées principalement commerciale. On n’a pas, me semble-t-il attendu ce concept de « musique libre », pour cela.
              Il faut noter en outre que ce mode de diffusion - sous couvert de « musique gratuite pour tous » et de « c’est bien pour les artistes pasque ça les fait connaitre » -, n’est pas dénué d’intérets commerciaux pour tout le monde, car bien souvent ces sites fonctionnent sur la publicité !!! Donc quand ils avancent de tels argument, c’est « un peu » l’hopital qui se fout de la charité !

              D’autre part, si il est évidemment vrai que les grosses boites de prod ou de dustributions profitent honteusement, ce n’est pas le cas de plein et plein de petits label - qui eux non plus n’onts pas attendu cette mode du tout gratuit pour soutenir sincèrement les artistes sans les exploiter.
              Se servir de l’argument « de toute façon les grosses boites de disques, c’est tout pourri » pour d’autre part diffuser sans payer les artistes en retour me semble pour le moins relever pratiquement de la même philosophie.

              Pour ma part, en tout cas, il y a bien quelques décennies que, comme tout mes collègues, j’ai déjà diffusé mes oeuvres gratuitement pour faire connaitre ce que nous faisons, ce sans attendre internet. Cela existait bien avant. Mais avant, parralèllement, on vendait encore des disques. Maintenant, quand on en vend 500 sur une production, c’est tout le bout du monde..... Et ce n’est certainement pas les concerts qui compenssent, contrairement à ce qu’on entend dire souvent !!
              Il existe un excellent rapport très fourni sur l’état des revenus (entre autre) des artistes depuis une dizaine d’année, rapport réalisé par un mebre d’une troupe de théatre, et qui a été présenté devant le parlement assez récemment je crois. Il souligne la baisse des revenus des artistes d’environ 35% depuis 10 ans. C’est catastrophique, et nous sommes de plus en plus nombreux à en faire les frais.... Et tout jours pas de solution viable à l’horizon...
              Il faut que je retrouve le lien vers ce rapport, je le posterai ici.
              bonne journée à vous


            • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 11 janvier 2013 12:24

              Bonjour

              Pardon de vous avoir un peu vite classé dans la catégorie de ceux qui parcourent les articles ’d’Agoravox" en critiquant tout et n’importe quoi sur des sujets qu’ils ne connaissent pas.
              Je vois que manifestement ce sujet ne vous est pas étranger. 
              Je connais un peu les ambiguïtés du tout gratuit, qui suscite beaucoup de débat dans les logiciels, par exemple. Certains programmeurs font au plateforme de diffusion de freeware le même type de reproche que vous à Jamendo et autres.
              Je pense toutefois que la perte de revenus des artistes vient du piratage de masse que la musique et le cinéma subissent. A partir du moment où on trouve tout en libre service gratuit, commercialement un album ou un film, ça ne vaut plus rien. Vous me direz, la mise à disposition en licence libre ne fait qu’ajouter de la diffusion gratuite légale à de la diffusion gratuite illégale... Mais je pense que c’est plus compliqué que ça. Moi, je reste persuadé que si, dans le circuit commercial traditionnel, on trouvait des albums (physiques) vendus à un prix décent et sur Internet des albums numériques vendus également à un prix décent, la place de la diffusion libre serait renforcé. Sa spécificité ressortirait.
              Désolé je vais un peu vite pour taper ce message car le suis pressé...
              J’aimerai reprendre cette conversation directement avec vous. Pourriez vous m’envoyer votre mail (à partir de l’adresse de mon profil ici) ?
              En attendant, vous pourriez aussi jeter un coup d’oeil sur ce que je dis sur mon site à ce sujet :
              C’est un point de vue qui est un peu tranché (volontairement) et centré sur le consommateur (et non sur le producteur). Mais je voudrais aller plus loin sur ce sujet...
              Merci pour votre commentaire.

              • roro46 14 janvier 2013 11:10

                Bonjour,
                tout n’est en effet pas si simple, et je ne vous rejoins pas sur le fait que « la perte de revenus des artistes vient du piratage »... C’en est un des espects non négligeable, bien sûr, mais loin, bien loin, d’être le seul.
                Et il faudrait aussi définir qui est le pirate, d’ailleurs...
                Je me refuse à considérer la majorité des gens comme des « pirates » (à part quelques téléchargeurs maldifs, mais ce n’est pas la majorité loin s’en faut).
                Comment reprocher à des gens de se servir d’un outil qu’on met à leur disposition ? Le problème est là. Le législateur a laissé mettre en place - sciemment de mon point de vue - tout ce systeme de libre accès, faisant la promotion d’internet et de son apport, et laissant que tout était gratuit, et surtout en ne prévoyant rien comme systeme de rémunération pour les musiciens (ou autres artistes) derrière cela...
                C’est toujours le même problème en france (enfin, pas que !), on à des outils, et on vous tape sur les doigts pasque vous osez vous en servir.
                De la musique à disposition ? pan sur les doigts !
                Une voiture qui roule à 200 ? Ah mais non, y pas le droit ! pan, sur les doigts !
                Des cigarettes en vente libre ? allez, on taxe et on retaxe
                L’alcool ? hop là ! n’en buvez pas, sinon on vous puni...
                Et on pourrait continuer comme ça longtemps...
                Bref.
                je vous contacterai par votre mail si vous souhaitez continuer à discuter de cela.
                cordialement
                R.


              • roro46 14 janvier 2013 11:13

                Une simple question pour finir :
                Quel est selon vous un prix décent pour un CD ? 15€, cela vous semble indécent ??


              • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 14 janvier 2013 12:11

                15 euros est-il un prix décent pour un CD ?

                Il m’est difficile de répondre à cette question, faute de qualifications. La réponse varie d’ailleurs beaucoup d’un album à l’autre (en fonction de la notoriété plus ou moins grande de l’auteur, de l’intensité de la promotion, etc).

                Je crois toutefois que ce chiffre est probablement trop élevé puisque dans de nombreux pays, notamment aux Etats-Unis, les produits culturels sont beaucoup moins chers. Je pense qu’il y a, d’une manière générale, une déformation des coûts en raison de la part beaucoup trop importante prélevés par les distributeurs. C’est vrai pour la musique mais aussi pour beaucoup d’autres secteurs (notamment dans l’alimentaire). C’est vrai dans le monde entier, mais particulièrement en France.

                Ce ne sont pas les artistes qui se payent trop (à quelques exceptions médiatiques près) puisque qu’ils touchent à peine 1€ par CD vendus !

                Bref je me suis laissé dire qu’un prix moyen de 10 €, serait possible, tout en rémunérant mieux des artistes et les producteurs. Et vous, qu’en pensez-vous ?



              • roro46 18 janvier 2013 11:58

                Je tape rapidement dans relecture, faute de temps ; désolé pour les fautes !

                On ne peut pas comparer les etats-unis et la france. Les musiciens aux US jouent beaucoup plus et sont payés quand il jouent. Ils sont considérés et leur travail est reconnu. Ce n’est pas le cas en france.

                Pour le disque (comme pour les autres aspects de ce qui touche à la musique), il faut arrêter de tout ramener aux gens produits par les « grosses » prod. C’est la minorité, ça ! La partie émergée de l’iceberg ! Certes, ces gens ne retouchent pas beaucoup par disque, mais le nombre de vente compense, et c’est pourquoi ceux-là, on ne les entend pas beaucoup se plaindre.
                Le reste, la grande majorité, ce sont des petits labels, des petites productions, qui encore une fois n’entubent pas les artistes... Et surtout, ce sont souvent des auto productions (ou des prod via une association, ce qui revient au même). Pour pouvoir produire quelque chose, il faut le vendre ; et inversement, c’est un cercle.

                Dans ces conditions, un CD coûte des sous à produire, même si on ne paye pas les musiciens pour le faire (ce qui est à 99% le cas) ; et en france, 10€, ce n’est pas viable.
                Rien n’est gratuit. Il faut payer le studio, car c’est normal (certain me dirons « mais aujourd’hui on peut enregistrer chez soit sans problème... Certes, mais le matos, l’odi, l’électricité, personne ne nous les donnes. Le temps passé, personne ne nous le paye, et le cadeau que vous font les potes en venant enregistrer gratuitement ne met pas non plus de beurre dans leurs épinards)...
                ...il faut payer le pressage, la pochette, la sdrm...
                (pour info, mon dernier CD m’a couté 17.000€. C’est un budget faible pour un disque)
                Alors on nous dit »il y a les concerts« . Ah oui, mais combien et à quel prix ? Et qui vend des CD en concert et combien...

                En france, le budget de la culture est ridicule. Quand je lis des gens qui disent que la france »se ruine" parceque sa musique, son théâtre, son cinéma, sont sous perfusion de subventions... J’aimerais qu’ils regarde le budget de cela, et qu’ils me disent quel secteur peut survir avec un tel budget ! Heureusement que les autres secteurs n’ont pas aussi peu de participatin publique, sionn ce serait le chao ! Imaginez le nucléaire sans la perfusion de l’état... !!! Ou encore l’agriculture industriel sans les aides.
                La répartition de la chose, oui, me donne des nausées ; mais le montant global du budget culturel, c’est peanuts.

                Donc non, un CD à 15€, ce n’est pas trop cher. Cela fait combien d’années, d’ailleurs, que ce prix n’a pas augmenté ? Pourtant tout le reste à augmenté à côté.
                Le prix d’une place de cinoche (ce qui n’empêche pas les ciné d’être plein, soit dit en passant, malgré le soi disant piratage !!)... ... le prix du carburant, du timbre, de l’électricité...
                ...Aussi des ordinateurs, des tablettes, des nintendo DS, des tél portables, etc...et j’en passe... là tout le monde trouve l’argent pour, curieusement !!!
                Et on vient nous dire qu’on va se ruiner avec un CD à 15€... C’est le monde à l’envers !!

                 smiley

                bonne journée


                • roro46 18 janvier 2013 12:12

                  Pour finri, une chose aussi que je ne comprends pas, c’est qu’à force d’entendre dire « telle ou telle chose est gratuite sur internet », on a fini par faire entrer dans la tête des gens que uinternet était gratuit.
                  Hors internet est loin d’être gratuit !
                  Box, abonnement, ordinateur, tablette, électricité, clé usb, CD-R, disques durs.....................etc...

                  Tout cela est un trompe-l’oeil parfait, et de plus coupe les gens du monde réel, ce qui fait qu’il n’est pas étonnant qu’on oublie que, derrière la musique dont on considère qu’il est normal qu’on l’écoute « gratuitement », se cachent pourtant des gens de chair et d’os qui, comme tout un chacun, mangent, boivent (beaucoup pour les musiciens, certes !!! smiley ), se chauffent ; ont des maisons, des familles, etc....


                • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 18 janvier 2013 12:44

                  Vous êtes tout excusé pour les fautes et coquilles, d’autant plus que j’en ai laissé ci-dessus un nombre assez impressionnant...

                  Merci pour ce commentaire, qui apporte de l’eau au moulin. Toutefois, je ne suis pas du tout un spécialiste de ces questions – et je n’ai d’ailleurs jamais prétendu l’être. Au départ je n’ai écrit qu’un article sur Framazic, un site concernant la musique libre. En temps que consommateur (et non d’artiste ou professionnel quelconque de la musique), je trouvais l’initiative intéressante. Après, les commentaires m’ont entraîné sur des terrains inconnus de moi.

                  Sur le fond de votre dernier post : j’ai bien conscience qu’un CD coûte beaucoup plus cher à produire pour un petit label ou l’artiste lui-même que lorsque la production est assurée par une grosse boite. Les « économies d’échelle » doivent être conséquentes ! C’est bien ce que j’ai souligné dans mon dernier commentaire. Ceci dit, sur le nombre total d’albums produits en France, combien sont produits par des indépendants ou des petits labels ? Très peu, vraisemblablement…

                  L’idée, peut-être fausse, que je me fais c’est que les majors du culturel nous ont vendus trop cher leurs films et leurs CD, sans pour autant rémunérer correctement les artistes. C’est une idée très générale. Les difficultés rencontrées par les indépendants pour se faire une place, entre les majors d’un coté et le piratage de masse de l’autre, sont certainement réelles et importantes. Mais je pense que par rapport à la discussion qui s’est développé ici, c’est une autre problématique.

                  Content en tout cas de cet échange. Toujours prêt, de mon coté, à en apprendre davantage de la part de ceux qui ont une expérience que je n’ai pas. Et toujours prêt aussi à remettre en cause mon jugement sur tel ou tel sujet…


                • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 18 janvier 2013 12:47

                  Pour Internet, d’accord avec vous. On se cache de plus en plus derrière des écrans et on oublie le monde réel... 


                • roro46 19 janvier 2013 02:49

                  D’accord pour votre constat sur les majors, et ô combien !!

                  Par contre
                  "Ceci dit, sur le nombre total d’albums produits en France, combien sont produits par des indépendants ou des petits labels ? Très peu, vraisemblablement…« 

                  Non, au contraire, c’est la majorité ; très largement. Certes, cette majorité est dans l’ombre, on ne la voit pas, on ne l’entend pas sur les radios, et elle n’est pas d’avantage en vue sur internet (alors qu’il paraitrait que ce support aiderait à ça !! ...Foutaises !), mais c’est bien là qu’on trouve 90% (non je n’exagère pas) de la »production« (je n’aime pas trop ce mot - ce terme dirais-je plutôt) artistique, en tout cas musicale... Ce sont des centaines de »petits« groupes, chanteurs, musiciens, orchestres de styles aussi divers que variés... tous très souvent plus talentueux les uns que les autres, il faut le souligner et le répéter sans cesse ! On ne les écoute tout simplement pas, on n’y fait pas attention, et ils n’ont pas d’avantage accès aux scènes, qu’elles soient locales, régionales ou nationales... C’est réellement très triste et totalement dommageable pour la diversité artistique ! ...combien de »Brel« ou de »Brassens", de Grappelli ou de Django, et j’en passe des références...... vivottent aujourd’hui dans l’ombre et l’oublie - l’inintérêt, ce qui est presque pire - le plus total...

                  Pour les autres domaines de l’expression artistique, je n’en sais pas suffisamment... Mais j’imagine facilement qu’il peut en être de même.


                • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 19 janvier 2013 10:36

                  Malheureusement je suis bien convaincu, et depuis longtemps, que vous avez raison. Le système favorise la médiocrité et la reproduction des recettes qui ont marché, pas l’émergence de nouveaux talents. Malgré tout, de vrais artistes émergent encore de temps en temps : Bénabar, Fersen par exemple.

                  D’autres vivotent. Il y a pas mal d’année, j’ai découvert sur les conseils d’un ami un artiste lyonnais, « La Blanche », qui a sorti un album appelé « Michel Rocard » (parce qu’il n’avait survécu à un moment donnée de sa vie que grâce au RMI) : des textes poétiques et d’une grande force, une musique très peaufinée… Toutes les personnes à qui je l’ai conseillé l’ont adoré… J’étais persuadé que tant de talent ne pourrait qu’exploser. Et puis non. A ma connaissance La Blanche vivote. Même pas de fiche dans Wikipedia… Un second album est sorti il y a 10 ans. Et depuis, silence radio…

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires