• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > France, ta culture fout le camp !

France, ta culture fout le camp !

medium_Bibliotheque_Berlin.jpgDemandez-vous ce qu’il adviendra, dans dix ans, d’une génération élevée à la Star Academy, aux séries américaines, sitcoms de M6, paroles creuses d’un Stéphane Bern, émissions vulgaires de Rire et chansons. Avec comme horizon les jeux vidéos et, comme unique ouverture sur le monde, les téléphones portables et les messageries instantanées où sévissent les sabirs de plus en plus hermétiques.

Eh bien, lorsqu’un esprit lettré, un fou, évoquera les Pensées de Pascal, son interlocuteur sera convaincu qu’il est question du dernier chanteur à la mode.

Aussi voulais-je vous alerter sur la disparition de notre langue et sur la déperdition de notre culture, car les deux sont liées. J’avais dessein de vous conter un entretien avec l’amie Assia Djebar, fin juin dernier, sur l’importance de la langue française qui aurait dû paraître dans un grand hebdomadaire mais que vous ne lirez pas car, le jour prévu, la France était qualifiée en quart de finale de la Coupe du monde de football. Et le foot c’est une valeur sûre ; pas comme la littérature.

Mais comme le je fais souvent, quand je compose un prochain livre, j’ai parcouru ma bibliothèque d’un regard toujours curieux et en ai extrait, au débotté, un ouvrage réfugié entre Lettre à un otage de Saint-Exupéry et Littérature confidentielle de Marcel Jouhandeau  : Enfance, de Nathalie Sarraute. Je l’ai ouvert, toujours au hasard, page 84 :

« Je suis dans ma chambre, à ma petite table devant la fenêtre. Je trace des mots avec ma plume trempée dans l’encre rouge... je vois bien qu’ils ne sont pas pareils aux vrais mots des livres... ils sont déformés, comme un peu infirmes... Et voici un tout vaillant, mal assuré, je dois le placer... ici peut-être... non, là... mais je me demande... j’ai dû me tromper... il n’a pas l’air de bien s’accorder avec les autres, ces mots qui vivent ailleurs... j’ai été les chercher loin de chez moi et je les ai ramenés ici, mais je ne sais pas ce qui est bon pour eux, je ne connais pas leurs habitudes....

Les mots de chez moi, des mots solides que je connais bien, que j’ai disposés, ici et là, parmi ces étrangers, ont un air gauche, emprunté, un peu ridicule... on dirait des gens transportés dans un pays inconnu, dans une société dont ils n’ont pas appris les usages, ils ne savent pas comment se comporter, ils ne savent pas très bien qui ils sont. »

Qu’énoncer de plus pour vous persuader que la langue c’est la vie, que le bien écrire, le bien parler ce sont, aussi, le bien vivre ? Ecrire, c’est l’inconnu, disait Duras. Et les mots sont une façon de l’apprivoiser en le nommant, de se désigner dans le monde et d’envisager l’autre dans le sien afin d’entrevoir, au détour de la phrase, le point de conjonction.

Ce ne sont pas la technique, ni la science, qui nous sauveront du déclin, mais la culture. Le verbe reste la dernière arme contre la violence.

Souvenons-nous du propos d’Alain : L’homme persécute s’il ne peut convertir. A quoi remédie la culture qui rend la diversité adorable.


Moyenne des avis sur cet article :  3.87/5   (180 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 30 novembre 2006 12:59

    Article un peu screugneugneu-tout-fout-le-camp mais constat réaliste. Puisque l’auteur cite Assia Djebar, je recommande à tous son excellent La Disparition de la langue française que j’ai presque fini de lire.


    • tonio tonio 30 novembre 2006 13:26

      Je ne suis pas sur que Dorothée et ses croissants, Dragon Ball Z et compagnie était beaucoup mieux. Ce qui n’a pas empêcher la génération année 80 de faire quelque chose, d’écrire, de lire ..etc etc

      De plus la nouvelle génération a accès a d’autre chose, facilité de voyage, facilité d’accès à mille information sur le monde entier, facilité d’échange.. J’ai un peu du mal à croire que « c’était mieux avant », je crois plus facilement que l’on devient nostalgique de son époque...


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 30 novembre 2006 13:42

        Tu m’enlèves les mots de la bouche !!

        J’ai été élevé à grand coup de Club Dorothée, de Mangas des années 80-90, de séries TV américaines, et il ne me semble pas que mon cerveau soit particulièrement endommagé !!

        De plus, je suis entièrement d’accord avec toi pour voir, dans l’argumentaire de l’auteur, beaucoup de ce « c’était mieux avant » auquel on cède tous assez facilement.

        @L’auteur

        « Ce ne sont pas la technique, ni la science, qui nous sauverons du déclin, mais la culture. Le verbe reste la dernière arme contre la violence. »

        Le verbe ne peut-il pas, bien plus que toutes les sciences et techniques provoquer la violence et même la mort ?

        Votre manichéisme m’étonne. La culture, dans le sens que vous employez, n’est en rien un rempart contre la violence, tout au plus permet-elle de se prémunir contre les manipulations les plus simples.


      • bj33 (---.---.206.205) 30 novembre 2006 14:02

        Et mes parents se plaignaient que les Beatles, Rolling Stones et autres, c’était le début de la fin de la culture, du savoir et de ce que du temps de mes études on appelait les Humanités.

        Sans applaudir des deux mains au spectacle de la télé de nos jours, je cosntate que l’on est toujours le décadent de la génération précédente....


      • chimel56 (---.---.123.150) 1er décembre 2006 07:32

        Hélas ! Même pour un commentaire, il serait bon que les agoraphiles fassent attention à leur grammaire, orthographe et conjugaison ; bref, qu’ils essaient de s’exprimer dans un français correct...Ce qui est loin d’être le cas !!!


      • Yann (---.---.123.176) 30 novembre 2006 13:31

        Il n’y a pas que la lecture et l’écriture qui font partie de la culture.


        • miteny (---.---.165.158) 30 novembre 2006 13:50

          TOut ça, c’est probablement la faute de l’athéisme. C’est pourquoi j’ai décidé de poursuivre André Comte Sponville en justice jusqu’à ce qu’il publie un livre intitulé : « mea culpa, je me suis trompé, Dieu existe ».

          dieuexiste.com


          • Anthony Meilland Anthony Meilland 30 novembre 2006 14:02

            La faute à l’athéisme ?

            Donc le problème dont parle Lallemand, ne doit concerner que les Français et les Chinois, seuls pays où l’athéisme a triomphé.

            Aux USA, où l’athée est rare et marginalisé, les enfants doivent donc atteindre un niveau scolaire et culturel bien supérieur au notre. C’est pourtant le contraire que montre toutes les études sur le sujet.

            Loin de moi, l’idée de prétendre que pour obtenir un bon niveau scolaire et culturel il faille être athée. Mais le contraire est certainement aussi faux.

            On peut même aller un peu plus loin et dire que notre athéisme « triomphant », et plus encore notre matérialisme, nous ont protégé au moins d’un des deux grands obscurantismes que sont la foi et le consumérisme !


          • ILLUMINATI (---.---.240.50) 30 novembre 2006 14:57

            Dieu n’existe pas puisque rien ni personne n’est jamais revenu de la mort pour témoigner de sa puissance et de sa gloire ou de son infinie bonté.

            Puisque tu as la foi, suicide-toi et reviens nous dire ce que tu as vu dans l’au-delà.


          • Guillaume (---.---.180.194) 30 novembre 2006 16:19

            Ben non... Le suicide étant un péché, il ne pourra au mieux que prouver l’existence de l’enfer et du diable. Pas de Dieu...

            Sinon, c’est sûr que les religieux ont fait beaucoup pour la culture : autodafés, mainmise sur la science jusqu’au XVIIIe siècle, et même coupes dans leurs textes fondateurs...


          • Gzu Xto (---.---.15.26) 30 novembre 2006 19:09

            Mais non, c’est pour la bonne cause, celle de quête de la Connaissance : il sera pardonné, sanctifié, angélifié. Et puis qui voit l’enfer, voit aussi le paradis par renversement des valeurs, cqfd.

            Nul besoin de se jeter du haut d’un pont ou se saigner les veines, il n’a qu’à faire et laisser faire comme l’Araméen en son temps au pays des Mille et Une Nuits : aller prêcher la bonne parole et brandir la Sainte Bible au milieu de la roue des milliers de supporters de Mahomet lors du Ramadan à la Mecque, ou plus expéditif se porter en première ligne au Darfour, en tant que bouclier humain. Ses os fumants deviendront sans nul doute des reliques de paix et de tolérance, engrais de premier choix d’un espoir vivace fleurissant dans le désert des mécréants.

            A l’heure de taper une belote bien méritée (comme d’autres se taperaient des vierges) avec le maître des clés, n’oublie pas de prier et manifester la lumière de ton ectoplasme à nous autres, pauvres pécheurs ignares égarés agnostiques.

            Maintenant et pour des siècles et des siècles (200, 300, ... ?).

            Amen.


          • Plus robert que Redford (---.---.198.167) 30 novembre 2006 21:37

            Puisqu’il est question de culture, et d’athéisme, je vais essayer d’en étaler un poil.

            Il y a 40 années de cela, un jeune abbé (l’abbé Rebuffet) pour qui je garde une grande tendresse, bien que toute religion m’ait quitté depuis, nous posait une petite devinette Hélléniste. Je ne résiste pas au plaisir de vous la narrer à mon tour...

            Un abbé et un athée déambulent de concert sur un chemin cahotique autant que boueux. tout à leur argumentation philosophique enflammée, aucun des deux ne remarque un profond fossé en travers du chemin, dans lequel, bien évidemment, ils chutent ensemble. Il en résulte trois provinces grecques.

            Du fossé, ressortent : L’athée sali, L’abbé aussi, et au fond, il reste la trace....


          • (---.---.228.187) 2 décembre 2006 16:58

            Je souhaite m’adresser ici à Anthony Meilland, en réaction à son message sur l’athéisme.

            Il est complètement faux et fou d’affirmer que la France et la Chine sont les deux seuls pays où l’athéisme a triomphé (vous confondez athée et recencé comme non-religieux, sous la pression d’un régime politique, par exemple). D’abord, parce qu’il y en a peut-être d’autres. Ensuite, le Chinois est tout sauf athée si vous l’entendez dans le sens que vous attribuez au Français. S’il n’est pas confucianiste, taoiste, bouddhiste ou les trois en même temps (et ce sont ces riches « mélanges » possibles en Chine qui la rendent justement très loin de l’athéisme), sa famille s’est convertie au christianisme. A l’ouest de la Chine on trouve aussi des musulmans et quand ce n’est pas pour partager la foi de ces grandes familles religieuses que je viens de citer, le chinois a toujours une divinité propre à ses racines à invoquer. Car le Chinois a besoin de croire, il est superstitieux et dépendant d’une foi en quelque chose. Et cela malgré toutes les récentes études ou grands spécialistes de la question que vous pourrez nous citer, désolé !


          • (---.---.228.187) 3 décembre 2006 17:32

            (le lien pour signaler un abus de fonctionne pas ce soir. Qu’à cela ne tienne !)

            Je ne sais pas si l’on peut identifier là un abus de comportement mais de langage, sûrement. Anthony Meilland désigne la foi comme de l’obscurantisme au même titre que le consumérisme (? ??) Désolé mais à mes yeux la foi, sous-entendu pas forcément en un dieu mais en toute chose qui fait croire et espérer, se différencie de par sa définition de la religion. Et j’espère que c’était là la pensée d’A.Meilland, sinon son élévation de l’athéisme (dont on peut aisément conclure qu’il en est) comme un comportement qui sauverait des obscurantismes ne fait au contraire qu’en créer un nouveau.

            Je me sens une deuxième fois abasourdi par le texte de ce monsieur à propos duquel j’ai déjà formulé une critique hier soir. Je le répète ici : la Chine ne compte quasiment pas d’athées au sens où nous occidentaux l’entendons ! On trouve il est vrai des centaines de millions de Chinois se déclarant de leur propre chef comme « non religieux ». Et bien cherchons d’abord à savoir pourquoi ils le font avant de conclure de manière simpliste qu’ils sont athées.

            J’ai survolé un autre article avant de formuler cette deuxième critique : « Attention à ne pas prendre les blogeurs pour des journalistes ! » peut-on lire ailleurs sur Agoravox. Et bien je pense qu’il est grand temps de lancer le sujet : « Ne gaspillons pas notre droit d’expression en prenant l’internet pour un paillasson à langage irréfléchi. » Merci de m’avoir lu.


          • clairette (---.---.144.132) 3 décembre 2006 20:02

            @ Miteny, ce serait encore mieux si vous pouviez ajouter « et je l’ai rencontré » ! çà ne vous rappelle rien ?

            Et là ce serait vraiment passionnant comme témoignage !


          • mesAvis (---.---.19.10) 20 décembre 2006 16:43

            La religion triple que vous évoquez est très présente dans l’Asie du Sud (Vietnam notament). Mais je vis en Chine, je peux vous assurer que même si certaines supertsitions culturelles sont toujours vivaces (avoir un numéro de portable avec des « 8 » vous coutera toujours plus cher) tout ce qui a très à la religion est vraiment loin des esprits.

            Sauf pour les régions autonomes = à minorité éthnique importante.


          • (---.---.37.70) 30 novembre 2006 14:03

            « Eh bien, lorsqu’un esprit lettré, un fou, évoquera les Pensées de Pascal, son interlocuteur sera convaincu qu’il est question du dernier chanteur à la mode. »

            Pascal ?? Trés trés mal vu à l’Education National !

            En fait, vous avez raison : depuis Mai 68 la lutte contre « la culture bourgeoise et élitiste » s’est engagé. C’est d’ailleur pour cela qu’on a mis en avant les maths et que sort maintenant, 30 ans aprés la poursuite assidu de ces réformes, des incultes -à tout les niveaux d’éducations, dixit Finkelkraut.

            On pensait en effet que les fils de bourgeois étaient « naturellement » cultivé, et que les math serait plus égalitaire. En plus c’est plus facile à corriger, et ca évite la contestation idéologique (tout les régimes totalitaires enseignent massivement les maths, ca apprend à obéir à des ordres, administratifs, nottement, « La science ne pense pas », les scientifiques non plus).

            « Ce ne sont pas la technique, ni la science, qui nous sauverons du déclin, mais la culture. »

            On est mal barré, alors..


            • Bill Bill 30 novembre 2006 14:12

              Je disai un jour à une jeune femme que j’aime le théatre... Elle m’a répondu « moi aussi, j’adore, j’su aller voir Elie et Dieudonné » ! J’allais parler de « l’école des Femmes » de Molière par exemple, cette merveille de drolerie et de sagesse ou encore de « huit clos » ou du « Diable et le Bon Dieu » de Sartre (pour votre plaisir cher auteur)ou du « voyageur sans bagages » de Jean Anouilh (ah, Anouilh, cet homme fin, je vous le conseille)... Elle m’a opposé de suite les humoristes !

              Oui, tout cela est triste et même pire ! La bêtise nous perdra !

              Très cordialement à l’auteur

              Bill


              • krokodilo (---.---.146.173) 1er décembre 2006 09:42

                Vous semblez opposer culture et humoristes, or, il faut beaucoup de finesse pour faire rire les gens. Des gens comme Smaïn, Elie, Gad Elmaleh, et même Bigard (!) sont certainement sensibles et cultivés. Je vous accorde qu’il semble y avoir un doute sur Dieudonné... Feu Fernand Raynaud était très agacé lorsqu’un spectateur un peu idiot semblait le confondre avec ses personnages... Molière n’a-t-il pas commencé dans la farce avant d’écrire ses meilleures pièces, où drôlerie, drame et profondeur psychologique sont mêlés ?


              • Albator (---.---.229.236) 1er décembre 2006 09:45

                « Vous semblez opposer culture et humoristes, or, il faut beaucoup de finesse pour faire rire les gens. »

                Surtout des ploucs de banlieue, c’est bien connu...

                « Molière n’a-t-il pas commencé dans la farce avant d’écrire ses meilleures pièces, où drôlerie, drame et profondeur psychologique sont mêlés ? »

                Moliée à effectivement commencé là ou vos types n’arriverons jamais.


              • Bill Bill 1er décembre 2006 09:59

                Krokodilo

                Attention cher ami, il faut comparer ce qui est comparable ! Je n’ai aucun mépris pour les humoristes ! Dieudonné se disait « bouffon » il y a peu et en a parlé comme d’une chose très noble, je le rejoins (même si je sais que vous ne l’appréciez pas...)

                Mais je doute que lui-même se compare à Molière... ! Et il a raison, puisque cela ne lui enlèvera pas le talent qui est le sien dans son domaine.

                Bill


              • Pinpin (---.---.49.145) 30 novembre 2006 14:12

                Le taux d’illétrisme n’a jamais du être aussi bas. De tous temps, quelle était la proportion des « personnes cultivées » dans la population ? ça n’a jamais dû s’élever bien haut. Certes la télé rend rarement les gens plus intelligents, mais tout le monde ne s’y abrutit pas. Et internet est un tel moyen de se cultiver, il devient si facile (mais à bas la facilité) d’obtenir n’importe quel livre, n’importe quel document, et qui en plus nous fait découvrir tant d’autres aspects inconnus, que je ne m’inquiète pas trop pour nos enfants.

                Les gens essaient souvent de devenir un peu moins cons, et continuent d’écouter les autres, tout aussi bien que les auteurs du passé, dont les livres abondent gratuitement les bibliothèques minicipales.

                L’Humanité est toujours et restera au bord du chaos, la fin du monde semblant toujours proche.


                • PASCALOU (---.---.84.214) 30 novembre 2006 23:19

                  Si je suis d’accord avec le fait que le taux d’illétrisme n’a jamais été aussi bas en France, je suis convaincu que le taux de gens qui lisent et écrivent(très)mal n’a jamais été aussi élevé . Par ailleurs, je pense que les jeunes n’ont pas le réflexe d’ouvrir un dictionnaire ou un quelconque document pour apprendre comme on a pu le faire il y a encore 20 ans . Aujourd’hui, ils appuient sur un bouton, ça fait des bruits et des couleurs, c’est marrant, ça prend pas la tête ... Je suis inquiet pour eux car il y a vraiment une génération de bof en devenir .


                • Albator (---.---.229.236) 1er décembre 2006 08:24

                  Mouais, 20% des éleves de 6éme ne savent pas lire...

                  Et le nombres de livres sérieux vendu s’est effondré depuis 15 ans..

                  D’ailleur même rocard le dit : la persistance de l’extréme gauche et autre antimondialiste ne s’explique que par l’inculture de la société. Sans aller jusque là, on peut tout de même constater que ces gens rabaches des idées moisies et déja testé avec d’énorme échecs, il y a 30 ou 40 ans..

                  Ce qui fait peur, c’est le mathématicien, inculte évidement, et qui crois que tout se résoud à cout (si j’ose dire) d’équation, et qui n’a qu’une vision du monde simpliste. Il ne comprend rien à l’épaisse complexité de l’humain..


                • Pinpin (---.---.49.145) 1er décembre 2006 11:45

                  Le sage antique est mathématicien et philosophe. Cette cloison scientifique littéraire actuelle, l’illusion de ceux qui lisent et ne comprennent rien aux maths.

                  Je conjoncture que tous ceux qui dénoncent ouvertement la disparition de la culture se considèrent comme cultivés, et doivent l’être effectivement, ayant feuilleté une partie de l’énorme patrimoine littéraire humain. Hérodote, Platon Spinoza, Nietzsche, et tous les autres...

                  Tous mes amis lisent, et pourtant nous ne sommes pas des intellos.

                  A la votre !


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 novembre 2006 14:53

                  Derrière cette désaffection culturelle pointe le vide abyssal des projets politiques, ceux des principaux protagonistes. Heureusement, les caméras sont là pour montrer que ces candidats existent, avec des people à leurs côtés et une salle surchauffée par les militants. Un vide faussement comblé par l’appel au sentiment national, marronnier tiré des limbes de l’histoire afin de donner une substance au vide, mais nul n’est dupe, car le fin mot de l’époque est qu’elle sonne faux si on la mesure à l’aune des discours des prétendants au trône !

                  http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=13235


                  • Yvance77 (---.---.234.111) 30 novembre 2006 14:58

                    Jeune nous l’avons tous été, et d’aussi loin que je me souvienne, les pensées de Pascal (pas le chanteur de starac) ou le journal de Mathilde (pas l’actrice de porno) c’est bien simple je m’en foutais ...

                    Je voulais mordre la vie à pleine dent, j’écoutais Acdc, Trust, Téléphone .... que des hirsutes interdits d’ORTF et qui paradoxalement, aujourd’hui font figure d’icône, et comme avant eux les Beatles, Elvis ou Aretha Franklin. Ils font partis de la culture rock par exemple et on se plait à réécouter cela aujourd’hui.

                    J’ai pris le cas de la musique, mais on peut l’étendre à d’autres domaines, et si je ne prends que le cas d’un Coluche, que n’avons nous pas entendu à son époque, et à ce jour :

                    1/ il manque toujouts cruellement

                    2/ il n’a pas été remplacé

                    Et c’est ainsi pour tous les champs.

                    Alors il ne m’empeche pas aujourd’hui de gambader allègrement sur le net pour apprendre des choses, les voyages et mon job dans d’autres pays m’ont beaucoup apporté, en de simples mots, tout ne se trouve pas dans les livres non plus.

                    Les supports changent, aujourdh’ui je suis en train de lire (enfin d’écouter) un audio-book, de Daniel Pennac, c’est une autre forme trés intéressante de parcourir un livre, l’on peut continuer ainsi des heures...

                    La population aura sa frange d’inculture permanente, mais laissez les temps à d’autres de venir se cultiver sans les culpabiliser.

                    C’est bien parisien dans le fond, car quand tu habites au fond du Gers faut m’expliquer comment tu peux toucher à tout, les facilités ne sont pas les mêmes que dans la capitale.

                    Et puis aller au théatre, n’est pas incompatible à une bétise profonde de certains hommes


                    • roumi (---.---.74.206) 30 novembre 2006 18:46

                      aurais tu oublie ANGE ?

                      roumi


                    • stephane (---.---.202.18) 30 novembre 2006 15:42

                      certes la generation Dorothee n’etait pas mieux par certains cotes, et elle s’en sort plutot bien.. cependant ou je rejoins l’auteur et son inquietude est peut etre l’exces qui desormais deferle car plus de radios, de teles, plus d internet bref plus de medias et un probablement un ’’culte de la connerie’’ qui existait peu ou pas tout de meme il y a vingt ans. et en quoi hier serait toujours forcement moins bien que maintenant ?http://danslevif.over-blog.fr


                      • schpins (---.---.255.244) 30 novembre 2006 15:45

                        Je ne suis pas du tout d’accord avec cet édito. Je pense que l’inculture n’a pas régressé, elle s’est modernisée comme tout le reste. Si elle était encore « rurale » il y a 15 ans, elle est devenue urbaine, médiatique et virtuelle de nos jours. J’avais vu la rediffusion d’un reportage sur FR3 qui datait de l’époque de Giscard... On demandait à des candidats à une élection de Miss régionale qui était le président de la République... les candidates le savaient, par contre à part Paris, elles ne connaissaient pas les 4 plus grandes villes de France.

                        De nos jours, je pense que tout le monde et en particulier les « jeunes » connaissent ces villes. Souvent, ils ont même visité une grande ville européenne, appris les bases d’une langue étrangère etc...

                        Les priorités ne sont plus les mêmes. Pour avoir un emploi, il faut désormais savoir se servir d’un ordinateur. Si l’on replace les choses dans le contexte, mon grand-père me disait qu’avec ma vilaine écriture, je n’aurai jamais un bon travail !

                        Sans confondre la forme et le fond... je crois que la culture ou plutôt l’envie de se cultiver est avant tout une question de tempérament. Internet donne accès à une masse énorme d’information, là où les bibliothèques permettaient un accès tout aussi aisé à la connaissance et à la culture. Libre à chacun de consulter autre chose que des sites web de jeux vidéos. On faisait le même reproche à ceux qui se contentaient de lire San Antonio ou des bandes dessinées.


                        • schpins (---.---.255.244) 30 novembre 2006 16:16

                          Au risque de me faire enguirlander, je me sens quand même obligé de rajouter un commentaire à cet article... Rien que le titre « France, ta culture fout le camp ». Je le trouve bien grandiloquent et il me fait penser à la chanson de Jacques Brel (qui était Belge, désolé pour la culture de la « France » qui « fout le camp »), je vous laisse juges :

                          Jacques Brel Les bourgeois

                          Paroles et Musique : J. Brel, J. Corti 1962

                          Le cœur bien au chaud
                          Les yeux dans la bière
                          Chez la grosse Adrienne de Montalant
                          Avec l’ami Jojo
                          Et avec l’ami Pierre
                          On allait boire nos vingt ans
                          Jojo se prenait pour Voltaire
                          Et Pierre pour Casanova
                          Et moi, moi qui étais le plus fier
                          Moi, moi je me prenais pour moi
                          Et quand vers minuit passaient les notaires
                          Qui sortaient de l’hôtel des « Trois Faisans »
                          On leur montrait notre cul et nos bonnes manières
                          En leur chantant

                          Les bourgeois c’est comme les cochons
                          Plus ça devient vieux plus ça devient bête
                          Les bourgeois c’est comme les cochons
                          Plus ça devient vieux plus ça devient c...

                          Le cœur au repos
                          Les yeux bien sur terre
                          Au bar de l’hôtel des « Trois Faisans »
                          Avec maître Jojo
                          Et avec maître Pierre
                          Entre notaires on passe le temps
                          Jojo parle de Voltaire
                          Et Pierre de Casanova
                          Et moi, moi qui suis resté le plus fier
                          Moi, moi je parle encore de moi
                          Et c’est en sortant vers minuit Monsieur le Commissaire
                          Que tous les soirs de chez la Montalant
                          De jeunes « peigne-culs » nous montrent leur derrière
                          En nous chantant

                          Les bourgeois c’est comme les cochons
                          Plus ça devient vieux plus ça devient bête
                          Les bourgeois c’est comme les cochons
                          Plus ça devient vieux plus ça devient c...


                          • c florian (---.---.162.39) 30 novembre 2006 16:42

                            à priori, on peut être en accord avec cet article, les jeunes ne s’expriment pas parfaitement, ont une orthographe et une grammaire horribles et ne lisent plus beaucoup. en étudiant un peu plus le sujet, les jeunes savent communiquer avec un type qu’ils n’ont jamais vu à l’autre bout du monde, ils ont une connaissance et une culture pas moins riche que celle de leurs parents.

                            en écoutant les « anciens », j’imagine la france du siécle dernier comme un pays de savants, de littéraires, de philosophes, d’écrivains... et encore cela n’est rien en comparaison du siécle des lumiéres, à l’époque où la france était ouverte, généreuse, libérale... bien sur la réalité est bien différente, et ces visions trés parisiennes. quand certains regrettent le temps où l’on discourait sur pascal, d’autres se remémorent l’époque où les femmes savaient coudre ! le monde évolue t il dans le mauvais sens parce que les plus jeunes ne savent pas conjuguer un verbe, je n’en suis pas sur. les émissions « intellectuelles » de la télévision vont elles abrutir toute une génération, c’est leur donner beaucoup trop d’importance.

                            la culture française fout le camp si on arrete cette culture à un moment M. elle ne peut être limitée, sinon elle cesse de vivre. on ne peut défendre une culture en l’empéchant d’avancer. elle se nourrit du passé mais doit s’en détacher, l’avenir ne peut être lié à la stagnation. la culture des plus jeunes se mondialise, on écoute les mêmes musiques, regarde les mêmes films, joue aux mêmes jeux... cela n’empêche pas à chaque région de ce monde d’avoir sa propre culture, sa propre identité. malgré l’américanisation du monde, le foot reste le sport le plus populaire sur la planéte !


                            • (---.---.75.4) 30 novembre 2006 16:49

                              Oh, les jeunots ! Vous me faites tous rire !

                              Oui, la culture fout le camp ! Et depuis des siècles !

                              La preuve ?

                              Moi, quand j’étais jeune... il y a si longtemps... je dansais le tango ! C’était quand même autre chose que vos agitations débiles que vous appelez danse !

                              Vous me direz, mon père ricanait !
                              - Moi qu’il me disait ! Je dansais le charleston à ton âge ! C’était autre chose que votre tango de fainéants ! C’était du sport !

                              C’était ensuite au tour de l’arrière-grand père d’éclater de rire dans son fauteuil !
                              - Parlons-en de ton charleston ! Une musique de nègre ! Moi, je dansais le menuet ! C’était encore de la vraie musique ! Maintenant, c’est fini, c’est n’importe quoi !

                              Bref, tout ça pour prouver que la culture fout toujours le camp devant nous mais que personne n’arrive à la rattraper !  smiley


                              • lesyeux (---.---.210.117) 30 novembre 2006 16:50

                                certains confondent l’intelligence et la culture dans ces commentaires

                                on peut être très intelligent et pas cultivé du tout cultivé et pas intelligent

                                certainement, la télé ne rend pas intelligent à mon sens, parce qu’elle nous laisse spectateur passif vautré ,gavé d’images et de mensonges

                                mais elle peut aussi nous cultiver selon ce que nous regardons , tard le soir ou sur des chaines thématiques ou sur ARTE

                                quant à la lecture , aux mots, à leur sens, nous sommes tous un peu co-responsables en tant que parent, tout ne se fait pas à l’école

                                et...à l’école...

                                ....pour l’avoir vu et lu dans les cours, classes,e t copies de ma fille, les instits et les profs souvent n’écrivent pas mieux le français que leurs élèves... parfois ma fille relevait leurs fautes

                                quant au niveau culturel d’un jeune de 16 ans d’aujourhd’ui par rapport à un jeune des années 40 ou 50 scolarisé, il est certainement moins cultivé en histoire, géographie, litterature mais connait plus de choses, même superficiellement, est plus ouvert et perméable sans doute à d’autres formes de culture


                                • Yann (---.---.123.176) 30 novembre 2006 17:04

                                  La culture ne se mesure pas, comment savoir si elle fout le camp ? On peu etre cultivé, et ne rien connaitre de ce que raconte le voisin parce qu’on aura pas la même culture, pas les mêmes centres d’interets,...


                                  • mijdrol (---.---.111.244) 30 novembre 2006 17:19

                                    Il me souvient d’une découverte, faite assez recemment, d’une tablette babylonienne datée de 2 ou 3 millénaires avant J.C. qui disait un peu la meme chose que l’article, bien sur sans la starac ni Pascal, mais avec la meme idée que les jeunes incultes vont saccager la belle civilisation que les anciens nous ont laissé. Nihil novi sub sole !


                                    • Skull Skull 30 novembre 2006 18:24

                                      Kikou ! 7 tro delir ton texte ! lol !!!!


                                      • Le Hérisson Le Hérisson 30 novembre 2006 19:04

                                        Vous n’avez, certes, pas tout à fait tord mais il faut se remettre dans un contexte historique plus large. Nos grands parents, pour la quasi totalité, n’avaient accès à aucune culture. Aujourd’hui, certaines émissions de télé, par exemple, nous désespèrent, c’est vrai. Mais il y a 50 ans, la « sous culture » était autant généralisée, sauf qu’elle ne se manifestait pas à la télé mais dans les canevas que les gens accrochaient dans leur salon.


                                        • (---.---.135.165) 30 novembre 2006 19:08

                                          « Qu’énoncer de plus pour vous persuader que la langue c’est la vie, que le bien écrire, le bien parler ce sont, aussi, le bien vivre ? »

                                          La langue, c’est aussi la pensée.

                                          « Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale » (Pascal, le vrai).


                                          • Gasty Gasty 30 novembre 2006 19:52

                                            Avant on piratait les vinyls sur des cassettes pourrave. On copiait du pourrave sur d’autres cassettes pourrave....« Le top ».

                                            Rien qu’à l’évoquer , je suis ému !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès