• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Freud : l’ogre de Moïse !

Freud : l’ogre de Moïse !

Le 6 mai, sera célébré l’anniversaire de Freud, ce penseur de notre modernité. Celui qui traqua nos vérités intimes dans un nouveau continent appelé l’inconscient a une histoire personnelle plus complexe qu’il n’y paraît, liée à celle d’un autre fondateur d’histoire : Moïse. Qu’en est-il de leur relation « inconsciente » ?

Freud a peur d’une statue

Freud est-il un ogre ? Telle est la question que pose sa relation avec la figure mythique de Moïse. Lors de son premier voyage à Rome, il est fasciné par la statue de Moïse, il est même quelque peu effrayé, il a peur face à ce colosse aux mains chargées des Tables de la Loi ! Il a du mal à se tenir debout devant ce patriarche, à se rendre visible ; se sent-il coupable d’avoir essayé de le dévorer ? Plusieurs années après ce périple à Rome, il écrira un article sur cette statue, il ne le signera pas ! Questionné par ses disciples, il répondra : " Pourquoi ferais-je tort à Moïse en lui accolant mon nom ? ". Et pourtant la réalité est bien différente. Freud a déjà dévoré, englouti, le nom de Moïse dans celui de ses enfants.

Ses enfants, emprunts de Moïse

Les initiales des premières lettres des six prénoms de ses enfants forment le nom du fondateur Moïse ! Mathilde et Martin , ensuite Olivier, Ernst, Sophie, Hanna soit MOESH (Moïse en hébreu) ! On peut penser qu’il signe la volonté (inconsciente) d’être lui aussi fondateur d’une science ou d’une nouvelle religion. Dans son dernier livre, Moïse et le monothéisme, il efface son nom, il en fait un chef égyptien assassiné dans le désert qui impose sa religion aux juifs, puis un prêtre madianite ! Il renie alors la judaïté de Moïse et ceci dans les années trente. Conscient du caractère osé de son geste, il déclare : " Déposséder un peuple de l’homme qu’il célèbre comme le plus grand de ses fils est une tâche sans agrément et qu’on n’accomplit pas d’un coeur léger ". Pourquoi utiliser le terme fils  ? Freud se prend-il pour le père ? Comment peut-il alors se tenir debout devant le Tout-Autre ? Sa relation sera donc plus horizontale : la sexualité , le divan deviendra le coeur de son oeuvre. Sa fécondité serait-elle alors la meilleure preuve d’une volonté de se substituer à la figure originelle ?

Comment lutter contre l’ogre de barbarie ?

D’où la nécessité de construire un nouvel équipement conceptuel pour se rapprocher du ciel, "ce lieu où nous sommes quand nous cessons d’être invisibles les uns aux autres", selon la belle définition de la psychanalyste Marie Balmary. Quant à l’équipement, il renvoie à l’étymologie du mot apôtre qui renvoie à l’équipement d’une flotte, à l’expédition d’une ambassade ! Etre équipé pour la rencontre, tel est le message biblique ; serait-il aussi celui de la psychanalyse ? S’équiper pour faire face au mal, aux maux, c’est une mission peu ordinaire, ou extraordinaire ? Dans tous les cas, il faut apprendre à ne pas dévorer son prochain, mais aussi à ne pas être dévoré par lui. L’ogre doit s’effacer pour éviter la barbarie et faire advenir une parole à croire, sans complément ! Voilà pourquoi, il faut apprendre aux enfants à avoir peur des ogres, c’est-à-dire à ne pas se faire déposséder de sa propre parole...

(A lire de Marie Balmary : Le moine et la psychanalyste, Albin Michel)


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Antoine (---.---.192.189) 5 mai 2006 13:32

    waouh ! Super ce rapprochement entre Saint Nicolas et Freud !


    • davideo (---.---.239.53) 5 mai 2006 20:28

      Dieu que j’aime ces articles qui vont chercher loin des rapports que l’on n’imagine même pas. Aux démonstrations de cet article, il manque un peu d’explications mais je suppose qu’il faut lire le livre pour les avoir.


      • Gil (---.---.93.79) 12 mai 2006 22:49

        Vive la masturbation psychanalytique ! C’est Dieu jouissif en diable, non ?

        Euh, au fait, y’a un message dans cet article ?


        • Gil (---.---.93.79) 12 mai 2006 22:51

          Petites interrogations au passage : Dieu travaille-t-il pour le FBI ? Et y a-t-il un lien entre Roswell et Moïse ?


        • Joldtime (---.---.224.225) 15 mai 2006 08:56

          Il n’y a pas un message, mais plusieurs, il faut les décrypter. c’est un travail comme un autre ...

          Cordialement JO


        • Antoine (---.---.239.101) 12 mai 2006 23:41

          Disons, que pour être dépossédé de sa propre parole, il faut qu’il y ait un fait qui mène à la privation de celle-ci.

          Une violation de l’intégrité telle que l’ogre peut le faire. L’ogre arrive avec son intention de mutilation physique et son geste est dirigé vers l’enfance, l’enfant.

          Dans les contes, sa figure est multiple, elle met en garde dans le récit du coin du feu, les enfants, de les inciter à la prudence. Tout les humains ne sont pas protecteurs et pleins de bonnes intentions.

          Bien sûr, on pense immédiatement à la transgression sexuelle à l’encontre de l’enfance.

          Or, si je me souviens bien, Freud a confié ds son amitié épistolaire avec un de ses confrères, un possible abus sexuel de son propre père envers un de ses frères. (Si je me souvien bien correspondance avec S.Ferenczi, sous réserve de vérification)

          Moralité : On n’est jamais aussi bien soigné que par soi-mme.


          • pingouin perplexe (---.---.75.206) 16 mai 2006 11:21

            Cet article a le mérite d’aborder des questions difficiles touchant au rapport entre religion et psychanalyse. Marie Balmary, que vous évoquez, fait une lecture croisée fort intéressante des textes bibliques et psychanalytiques. J’avais lu et beaucoup apprécié « La divine origine ». Ce que la lecture croisée permet d’envisager, c’est peut être qu’une attention suffisante apportée à ces textes serait à même d’apporter beaucoup contre l« ogrisme ». Que l’on soit ou non croyant, et quelle que soit la religion est affaire de choix personnel. Il se peut bien, aussi, que le dialogue inter-confessionnel, et même inter-culturel se trouve favorisé par de telles lectures croisées.

            Cordialement. Le pingouin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès