• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Gatsby le magnifique serait-il un plagiat du Grand Meaulnes (...)

Gatsby le magnifique serait-il un plagiat du Grand Meaulnes ?

Une impression de "déjà connu".

J'ai pu voir cette année la nouvelle adaptation cinématographique du roman de F.Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique, avec Di Caprio dans le rôle de Gatsby. Au fil de la projection, une étrange impression de "déjà vu" ou de "déjà connu" s'est emparée de moi..."Mais c'est le Grand Meaulnes !" réalisai-je tout à coup, mi incrédule et mi amusé...

Cette idée par la suite m'est sortie de l'esprit, et je me suis employé surtout à lire le livre de l'auteur américain pour juger de la fidélité de son adaptation au cinéma. Fidélité dont j'ai pu constater la réalité.

Le style est très différent de celui d'Alain-Fournier, et du roman se dégage une cohérence particulière : il apparaît comme une bonne traduction de l'atmosphère des années folles en Amérique.

Ressemblances troublantes.

Quelque temps plus tard, cette idée d'une parenté entre les deux œuvres a recommencé à me trotter dans la tête, et plus j'y réfléchissais, plus l'évidence de cette parenté s'imposait.

Tout d'abord une remarque : le titre américain du livre de Scott Fitzgerald est "Gatsby the Great", le décalque parfait du titre du roman français !

Chronologiquement, S.F a très bien pu connaître le Grand Meaulnes, paru en 1913 : Gatsby date de 1925.

L'assez bonne connaissance que j'ai du roman d'Alain-Fournier , que j'ai eu l'occasion d'étudier de près en tant qu'enseignant à l'occasion de projets scolaires, me permet de cerner plus précisément les points communs.

La narration par un personnage masculin fasciné par un autre personnage masculin hors normes , assez imprévisible, et auréolé de mystère est le premier trait commun le plus évident des deux œuvres ; dans les deux cas ce narrateur n'est que le spectateur de l'histoire d'amour impossible de deux êtres, ne s'impliquant personnellement que comme entremetteur (sollicité dans Gatsby ,volontaire dans Le Grand Meaulnes) : dans les deux cas, c'est grâce à l'aide du narrateur que les "amants" se retrouvent.
Rien de plus "couru" certes qu'une histoire d'amour impossible.
Néanmoins, concernant cet élément de l'intrigue, des ressemblances troublantes là encore entre les deux œuvres : l'idée dune jeune fille idéalisée perdue (Daisy/Yvonne de Galais), puis recherchée, et enfin retrouvée bien plus tard est commune aux deux romans.

Evidemment , l'explication de la séparation initiale par la différence sociale, et la présence du thème de l'argent qui intervient lourdement dans l'œuvre (l'idée qu'il doit faire fortune pour se présenter devant elle et la mériter) sont totalement absents du roman d'Alain-Fournier : Fitzgerald "américanise" l'intrigue en quelque sorte.

La luxueuse demeure de Long Island où le mystérieux Gatsby -que beaucoup de ses invités ne connaissent pas - laisse entrer qui veut pour participer à de brillantes fêtes n'est -elle pas le pendant du "domaine mystérieux" du GM qui accueille tous les gens du pays, où les enfants sont rois, le temps d'un noce dont on ne connait les protagonistes que tardivement ?
Et puis, quand tout tourne mal , la fête prend fin dans l'amertume...

Fitzgerald transpose, mais les fils principaux de son intrigue sont bien les mêmes que chez Alain-Fournier.

 
Alain-Fournier à 17 ans , à l'âge du grand Meaulnes.
 
 
 Quoi d'autre ?

Les retrouvailles dans les deux romans se ressemblent assez : on dirait que Gatsby comme Meaulnes fait tout pour les gâcher , pour se persuader que rien n'est plus possible ; et pourtant, dans un deuxième temps, il se reprend et l'horizon s'ouvre.

La présence d'une intrigue amoureuse annexe , sur fond de trahison : Tom, le mari de Daisy, a une maîtresse (à demi tolérée d'ailleurs) ; dans le GM c'est Meaulnes qui en désespoir de cause a une liaison avec Valentine , qui s'avère être la fiancée perdue d'un autre personnage, Frantz de Galais. Dans les deux cas, les situations seront source de souffrance et de drame.

Le caractère fantasque de Gatsby, qui ouvre sa maison à qui veut et gaspille sa fortune dans de folles fêtes, qui remplit de fleurs la maison du narrateur où se dérouleront les retrouvailles, qui a des fréquentations un peu douteuses, renvoie d'ailleurs à la personnalité de Frantz de Galais dans le Grand Meaulnes.

 
 Francis Scott Fitzgerald

L'auteur américain paraît avoir davantage inventé pour la fin de l'intrigue, avec la mort de la maîtresse de Tom écrasée involontairement par Daisy au volant de la voiture dans laquelle elle part avec Gatsby, suivie de la vengeance du mari garagiste, attisée par Tom, qui finit par tuer Gatsby.

Dans les deux cas l'amour reste impossible, chez Fitzgerald par l'assassinat de Gatsby et le repliement de Daisy sur sa famille (elle a une petite fille, comme Yvonne de Galais), chez Alain-Fournier par la mort d'Yvonne en couches.

Autre point commun : des récits à péripéties plutôt complexes, pour ne pas dire rocambolesques, remarquons-le !

 En conclusion, on ne peut pas ne pas parler d'un large plagiat : Fitzgerald a peu inventé concernant l'intrigue de son roman, et les traits de caractère de ses principaux personnages paraissent largement empruntés à l'auteur français.

Il a su opérer des transpositions suffisamment efficaces pour que son œuvre apparaisse comme le roman d'une génération en Amérique, celle des années 20.

JMS

ps : un petit tour sur internet a confirmé mes doutes.
Plusieurs documents confirment que Scott Fitzgerald "est parti du Grand Meaulnes".

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • jmsatto jmsatto 25 juillet 2013 21:50

    Je ne suis pas le seul à avoir fait le rapprochement visiblement :

    * Extrait d’un article de Julian Barnes ,du Guardian , qui fait le rapprochement entre les œuvres :

    « There is a self-awareness, too, of fiction being fiction : thus Meaulnes is like »the hero of a novel« to the narrator François Seurel ; while both search for »the [secret] passage that they write about in books« . And the novel is not just fiction-soaked but fiction-predicting : at least, it seemed quite evident to me that Seurel must have been the precursor for Nick Carraway, the narrator of The Great Gatsby. Both are shadowy, rather passive figures in thrall to an enchanted world, stay-at-homes who admire the otherness and daring of the adventurer ; both press their noses to the shop-window (as we, the readers, do), while aware that the glass is unbreakable. Surely Fitzgerald, in Paris in the 1920s, would have read Le Grand Meaulnes (and even borrowed the template of its title) ? But I haven’t been able to substantiate this connection : the nearest proof-by-association being the fact that the first translator of Fournier’s novel was Harry Crosby, the millionaire expatriate who moved in the same Parisian circles as Fitzgerald. »

    Il note une filiation entre François Seurel et Nick Carraway , et souligne le fait que le premier traducteur du GM était un proche de Scott Fitzgerald .

    * Trouvé un article de l’Economist sur le Grand Meaulnes où le journaliste rappelle l’admiration que de grands écrivains américains ont eu pour ce livre avant d’évoquer l’avis de plusieurs critiques sur la filiation entre le GM et Gatsby :

    « Henri Miller venerated its hero ; F.Scott Fitzgerald borrowed its title »The Great Gatsby« (and some critics think Fournier’s main characters were models for Nick Carraway,and his loverlon pal »).

    Le journaliste illustre son article d’une photo du film « Gatsby » avec cette légende :« Gatsby ,the latest descendants of Meaulnes ».


    • Pierre Pierre 25 juillet 2013 23:00

      J’ai lu les deux romans à des époques différentes de ma vie. The Great Gatsby en anglais quand le film avec Robert Redford était sorti. Je n’irai pas voir le film avec Léonardo DiCaprio parce que je veux rester sur la bonne impression du roman.
      Je n’avais pas relevé les similitudes que vous relevez dans votre article. Elles sont cependant évidentes.
      Merci pour cet article et pour ce beau travail de recherche.


      • Raymundo007 Raymundo007 27 juillet 2013 03:53

        Je n’ai pas envie de voir ce film. Je n’aime pas trop Léonardo DiCaprio à cause de Titanic qui me hérisse la peau mais le film qu’il a fait dans lequel il joue le rôle de Rimbaud me semble franchement très bon.


      • jmsatto jmsatto 26 juillet 2013 08:30

        *Dans le John Baker’s blog on trouve la précision suivante :

        « Le Grand Meaulnes, as a title is almost exactly equivalent to Scott-Fitzgerald’s The Great Gatsby. And the similarities between these two novels don’t end there. In both cases there is the enchanted estate, the guests, the festivities, and perhaps more telling, the green lanterns. In both novels the narrator is an habitual onlooker and the hero never less than charismatic. Fitzgerald was, of course, in France (he wrote The Great Gatsby during the summer and autumn in Valescure near St. Raphael), and was obviously influenced by Alain-Fournier’s work. »

        Influencé , ou un peu plus ?


        • Abou Antoun Abou Antoun 26 juillet 2013 08:31

          C’est décidé je vais relire l’un et l’autre à la lumière de cet article.


          • ZenZoe ZenZoe 26 juillet 2013 17:26

            Je suis d’accord avec que vous dites, qui s’applique tout à fait au cinéma. 
            Pour autant, il y a quand même de belles réussites. J’adore toujours écouter West Side Story, « plagiat » relooké de Roméo et Juliette.
            Mais heureusement en France on a des réalisateurs malins : quel producteur hollywoodien va nous plagier « The Artist », puisque le film est déjà estampillé USA ? Un coup de génie ce film !


          • jmsatto jmsatto 26 juillet 2013 18:34

            Il ne s’agit pas du problème d’un film par rapport à un livre,mais d’un livre par rapport à un autre ;


            • alanhorus alanhorus 26 juillet 2013 20:40

              J’ai cherché la signification de Meaulnes, c’est sans doute du vieux français, je n’ai pas la reponse ;

              Votre article est interressant, Gatsby et Augustin se ressemblent aussi.

              • Raymundo007 Raymundo007 27 juillet 2013 03:49

                Merci ; c’est très intéressant. et cela donne une bouffée d’air dans cette forêt d’articles politiques de niveau assez inégal parfois ; dommage que je sois à la retraite car cela me donne envie de traiter cette oeuvre et l’intertextualité que vous mettez si bien en évidence.
                J’aime bien « le grand Maulnes » ; c’est aussi ma région natale et Alain Fournier est un personnage attachant, fauché hélas dans cette horrible guerre 14-18.


                • Mowgli 27 juillet 2013 03:59


                  « le titre américain du livre de Scott Fitzgerald est »Gatsby the Great« , le décalque parfait du titre du roman français »

                  Pour écrire cela il ne faut savoir ni le français ni l’anglais.

                  « Gatsby le Magnifique » est en effet la bonne traduction de « The Great Gatsby ». « Meaulnes le Magnifique » serait-il l’équivalent de « Le Grand Meaulnes » ? Non. « Le Grand Meaulnes » serait « Big Meaulnes » tout simplement parce que Meaulnes est l’aîné de François Seurel, le narrateur. Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures. C’est d’ailleurs la traduction de Jennifer Hashmi.

                  Quant au roman lui-même, que je me suis farci un jour par pure curiosité, voyant partout crier au chef-d’oeuvre, c’est un navet qu’on dirait écrit par un pré-adolescent travaillé par ses hormones. En quelques mots, c’est l’histoire d’un grand dadais qui tombe amoureux d’une fille de la haute aperçue un jour de loin et qui n’a dès lors plus de cesse que de devenir pourri riche pour pouvoir aller habiter à côté de chez elle et l’impressionner par son grand train bling-bling. Ce faisant il devient pourri tout court mais cette évolution n’est pas décrite, seulement révélée à la fin et à demi-mots, l’auteur manquant probablement et d’expérience de la pègre et d’imagination.


                  • jmsatto jmsatto 27 juillet 2013 11:33

                    Petite faute d’anglais en effet dont je me suis aperçu mais que je n’ai pas pu corriger ;

                    Cela change-t-il qq chose au fond de l’affaire ?


                  • Mowgli 27 juillet 2013 13:36

                    Non, cela ne change rien au fond de l’affaire, qui est que « Gatsby » est un navet de première magnitude. Qu’on puisse comparer le personnage de Gatsby à celui de Meaulnes me laisse pantois. Gatsby est un trouduc bling-bling qui s’imagine conquérir Daisy par le fric et le bling-bling. Pour ce faire, comme il n’est pas né riche, comme Daisy, il lui faut faire fortune. Et il fait fortune en frayant avec la pègre et en trafiquant, de drogues entre autre.

                    Alors expliquez-moi ce qu’il y a de commun entre Meaulnes et son Yvonne de Galais et Gatsby et sa Daisy.

                    Quant à cette histoire de plagiat, Marcel Camus (Orfeu Negro) a-t-il plagié Jean Cocteau ? La Fontaine a-t-il plagié Marot, Marot Esope ? Au hasard de mes périgrinations j’ai découvert une légende mélanésienne semblable à celle d’Orphée et Eurydice. Plagiat ? La mythologie japonaise comporte une légende semblable. Plagiat ?

                    Revenons-en à Gatsby. Lisez plutôt « Gadsby » un lipogramme de 50.000 mots reconnu pour la qualité de son écriture et la valeur de son intrigue, autre chose que la pitoyable « Disparition » de Pérec, qui empeste l’artificiel à vingt lieues à la ronde.

                    Si par hasard vous connaissiez pas « Gadsby » renseignez-vous auprès de la wikipedia anglophone http://en.wikipedia.org/wiki/Gadsby_%28novel%29

                    Le roman lui-même est disponible gratuitement ici :
                    http://www.holybooks.com/wp-content/uploads/Gadsby-by-Ernest-Vincent-Wright.pdf


                    • jmsatto jmsatto 27 juillet 2013 14:03

                      Relire l’article :il répond à plusieurs de vos remarques.

                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès