• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Gotlib, le gentil persifleur à l’humour grinçant de la société (...)

Gotlib, le gentil persifleur à l’humour grinçant de la société française

« J’aime les bandes très découpées, avec beaucoup d’expressions de visages. Les gags avec une énorme chute ne sont pas intéressants, sauf cas exceptionnel. Le gag est grillé d’avance car le lecteur feuillette le journal avant de le lire, et tombe bien sûr sur le grand dessin final, sans avoir lu ce qui précède. Je n’aime pas non plus les grosses lettres. Je préfère écrire les phrases les plus importantes en tout petit. Au moins, l’effet de surprise est certain. Le lecteur découvre le gag au moment où il faut qu’il le découvre. » (Gotlib, 2006)

yartiGotlib01

Il faut vraiment être un comique français pour naître le jour de la fête nationale. C’est le cas de l’auteur de bande dessinée Gotlib (Marcel Gotlieb à l’état-civil) qui fêtera ses 80 ans ce lundi 14 juillet 2014. Quatre-vingts ans d’une vie de persiflages doux et tendres, car on ne saurait imaginer le personnage autrement que ce qu’il a toujours été à travers ses bandes dessinées.

C’est d’ailleurs à l’occasion de l’anniversaire de ce postadolescent permanent que le Musée d’art et d’histoire du judaïsme (créé en 1998) lui consacre une exposition sur "Les mondes de Gotlib" du 12 mars 2014 au 27 juillet 2014 à l’Hôtel de Saint-Aignan à Paris. Les commissaires de l’exposition, Anne Hélène Hoog et Virginie Michel, y ont rassemblé cent cinquante planches originales ainsi que des documents photographiques pour présenter sous forme chronologique et thématique l’œuvre de Gotlib.

L’anticonformiste Gotlib a été le premier étonné qu’un tel musée lui apporte une telle caution et il s’est alors rappelé qu’il avait effectivement des origines juives : son père Erwin Gottlieb (le second t est tombé à la suite d’une erreur administrative), fut déporté par la police française à Drancy en septembre 1942, et a été tué au camp d’extermination de Buchenwald le 10 février 1945. Informée d’une nouvelle rafle, sa mère Régine a réussi à cacher ses deux enfants à la campagne.

yartiGotlib41


Cet épisode très douloureux de Gotlib (il avait 8 ans quand son père a été arrêté) lui fit dessiner en 1969 l’éloquente histoire "Chanson aigre-douce" très autobiographique basée sur une comptine : « Leblesmouti labiscouti ouileblesmou labiscou » en retraçant : « C’est l’orage dehors au loin mais dans l’étable, je suis bien, silence, obscurité, chaleur. » ; cela pour décrire l’arrestation de son père ("l’orage") et sa clandestinité auprès de paysans « un peu Thénardier sur les bords » qui le préféraient garder la chèvre à aller à l’école ("Télérama" du 15 mars 2014). 1969, c’était aussi la naissance de sa fille Ariane.

Gotlib, qui s’est toujours senti « plus français que juif », a témoigné le 13 mars 2014 : « Je suis avant tout athée, mais, d’un autre côté, je suis juif et si je ne l’étais pas, je serais athée également. Tout ça est bien compliqué. Disons que je suis obligé de tenir compte de cette appartenance à la judéité dans la mesure où cela a été la dégringolade du côté de ma famille pendant la guerre. Cela dit, je n’ai jamais claironné que j’étais juif. Mais je ne l’ai jamais caché non plus. » ("Le Monde").

Gotlib a commencé à décoller en 1965 grâce au mythique René Goscinny qui dirigeait le journal "Pilote". Il a ensuite créé en 1972 son propre journal, "L’Écho des Savanes" (avec Moebius, Nikita Mandryka, l’auteur du Concombre Masqué, et Claire Bretécher, veuve du constitutionnaliste Guy Carcassonne disparu le 26 mai 2013), puis en 1975 "Fluide Glacial" ainsi que sa maison d’édition Audie qu’il a cédée à Flammarion en 1995. Très prolifique dans les années 1960 et 1970, il se recentra plus dans la direction de publication à partir des années 1980, si bien que son humour fin et sophistiqué manque à la société technologique d’aujourd’hui.

Au contraire de l’école belge aux figures lisses et simples, les dessins de Gotlib sont assez réalistes, avec des visages très expressifs mais une gestuelle qui n’a rien à voir avec les dessins réalistes ordinaires puisque le trait est plutôt comique et parodique, à l’instar des bandes dessinées de Harvey Kurtzman et Wallace Wood dans le magazine américain "Mad" qui fut son modèle artistique : « La parodie me fait rire même quand je n’en connais pas la référence. ».

Gotlib parle, pour qualifier son art, de "style réalistico-comique". La précision des yeux et des paupières apporte une vivacité extraordinaire aux personnages. Gotlib emploie aussi fréquemment les procédés cinématographiques, un peu à l’instar d’un Gustave Caillebotte. Entre deux cases, il en profitait aussi pour caricaturer en douce un copain ou une célébrité, comme Goscinny (très régulièrement), Isaac Newton (systématiquement), Valéry Giscard d’Estaing, Woody Allen, Beethoven, Georges Brassens, Jacques Chancel, Alain Delon, Jean-Pierre Melville, Françoise Hardy, François Truffaut, Pierre Tchernia, Jacques Chirac, Claude Chabrol, Jeanne d’Arc etc. et bien sûr, lui-même !



J
’ai découvert Gotlib au détour de mon adolescence un peu par hasard dans une grande librairie de Lorraine. Initialement, je ne le connaissais que par sa bande dessinée bon enfant, "Gai-Luron", mais rapidement, j’ai trouvé bien plus intéressantes ses bandes dessinées miroir social d’un pays très daté, celui des années 1960 et 1970. Comme Binet, l’auteur des "Bidochon" et d’autres excellentes satires sociales dessinées, Gotlib est un très fin observateur des mœurs et les replaquent dans ses dessins sans complaisance mais sans méchanceté non plus.

Sans prétention et sans rapport avec l’exposition que j’ai signalée, je propose un petit tour personnel de l’ami Gotlib, qui, pour moi, est l’équivalent dessiné de l’imitateur caustique Thierry Le Luron, à savoir le maître incontestable de son art.

Comme je viens de le citer, Gai-Luron est le premier personnage qui vient à l’esprit car c’est le seul qui a été véritablement créé par Gotlib avec son compère Jujube, le renard, et qui revient en tant que personnage principal dans une dizaine d’albums. Chien à la Tex Avery, c’est un antihéros comme l’époque aimait en créer (avec Gaston Lagaffe pour le plus notoire). D’allure assez taciturne, il ne semble pas vraiment acquis au don comique, au contraire de Jujube, un peu plus vif d’esprit. Pour égayer les cases un peu vides, le dessinateur a fait vivre également la petite souris qui, à elle seule, peut attirer le lecteur dans d’émouvants clins d’œil.

yartiGotlib06


Parmi les récurrences de Gai-Luron, on peut évoquer le fameux "jeune lecteur du Var", Jean-Pierre Liégeois, tenace correspondant du chien, ou ces réveils amers du héros qui ne pourra plus se rappeler le rêve qu’il a fait (on apprend qu’il rêvait qu’il rêvait).

Mais Gotlib s’épanouit dans son art avec "Les Dingodossiers" (en collaboration fructueuse avec Goscinny) et "Rubrique-à-Brac", des albums fourre-tout qui sont particulièrement hilarants. Ce sont en fait de simples chroniques sociales où l’auteur s’évertue à montrer un certain nombre d’observations personnelles et c’est à cette occasion que le style, l’originalité et la personnalité de Gotlib s’expriment le mieux.

yartiGotlib04


C’est dans ces histoires qu’il s’est amusé à intervertir les convenances sociales. Par exemple, mettre les enfants sur le mode adulte à l’occasion d’un goûter d’anniversaire, ou, au contraire, mettre les adultes sur le mode enfant à l’occasion d’une réception mondaine.

Les pages de Rubrique-à-Brac apportent toute une foule de personnages à la grande joie des lecteurs.

Le premier personnage récurrent est l’alter ego de la souris pour Gai-Luron, à savoir la petite coccinelle qui a toujours son grain de sel à rajouter, parfois drôle, parfois triste : « La vérité est que je n’ai jamais aimé dessiner les décors. C’est pour cela que j’ai créé la coccinelle des coins de page : elle occupe l’espace. Mon truc à moi, cela a toujours été les personnages, les expressions du visage, les attitudes corporelles… Aujourd’hui, ma main n’est plus assez sûre pour dessiner. L’envie de prendre le crayon a disparu car je sais d’avance que ce ne sera pas bon. » (interviewé par Frédéric Potet le 12 mars 2014).

yartiGotlib07


Tous les personnages de Rubrique-à-Brac sont particulièrement distrayant et forment un monde à part dans la bande dessinée. Il y a malheureusement trop peu d’albums qu’il a arrêté de réaliser au milieu des années 1980 et j’aurais aimé connaître avec Gotlib, comme Binet a osé le faire, les comportements sociaux avec un ordinateur, avec Internet, avec un smartphone, avec un GPS, avec la modernité d’aujourd’hui.

Deux autres personnages reviennent régulièrement au fil des pages de Gotlib.

yartiGotlib43


Le premier est le fameux Isaac Newton, découvreur de la loi de la gravitation universelle. On le découvre donc dans mille gags visant à recevoir sur la tête une pomme, un pépin, une coccinelle, un pommier, bref, toutes sortes de choses qui s’entrechoquent avec son crâne. Choisir Newton comme symbole de la science n’est pas sans pertinence, car il est, avec Maxwell et Bohr, l’un des trois mastodontes de la physique actuelle. Certes, il faudrait aussi ajouter Einstein qui a beaucoup fait avancer la physique quantique par ses critiques, et aussi par sa Théorie de la Relativité générale, et on se met à imaginer Gotlib faire avec Einstein ce qu’il avait fait avec Newton. Dommage…

yartiGotlib42


L’autre personnage récurrent est également un scientifique, mais plus pédagogue que découvreur. C’est un biologiste qui porte toujours une très studieuse blouse blanche, c’est le fameux Professeur Burp dont les narrations animalières peuvent égayer les enfants les plus imaginatifs et les plus curieux. Un cochon décrit avec de la confiture, une biche traitée vulgairement, une girafe qui a besoin de trois cases pour faire entrer son cou dans la page, etc. toutes ces chroniques animalières ne sortent pas seulement du cerveau un peu fantaisiste de Gotlib mais également de quelques bonnes encyclopédies. C’est là que j’ai appris l’existence du pluvian, par exemple, dont le métier est dentiste chez les crocodiles.

yartiGotlib05


Parmi les nombreuses histoires que Tonton Gotlib aime raconter, il y a cet émouvant éloge du métier d’éboueur, mystérieux héros des temps modernes aux commandes d’un supercamion. Ou encore l’histoire du Petit Poucet recomposée avec des variantes pour les cailloux (écrous, sabots, enclumes, etc.). Ou encore ce voyage intergalactique très élaboré avec des relations extraterrestres tout à fait réalistes. Ou encore la dure vie de Superman coincé dans une cabine téléphonique. Ou encore les premiers regards de bébé. Ou encore les fabuleux calculs du matou matheux à la sauce de Fred, l’auteur rêveur de Philémon. Ou encore cette mort sans autorité qui se fait toujours repousser au dernier moment par un auteur de gags. Ou encore…

yartiGotlib44


Mais l’inventeur (avec Lob) de Superdupont, véritable hérétique antinational, quand on y songe, avec son béret et ses pantoufles, a également commis quelques bandes dessinées à destination exclusive des adultes.

J’en citerai trois et il n’est pas sûr que dans les années 2010, il puisse réécrire les mêmes plaisanteries sur un mode aussi léger pour des sujets aussi lourds mariant la sexualité et les enfants.

yartiGotlib08


Il y a ce Pervers Pépère, sorte d’exhibitionniste professionnel prêt à aider la veuve et l’orphelin pour commettre ses blagues gentillettes. Mêler sexe et enfance semble aujourd’hui beaucoup plus audacieux qu’hier. On y voit aussi un Pervers Pépère en superhéros capable de sauver une charmante jeune femme légèrement dévêtue des griffes des méchants, mais à sa manière tellement particulière que je ne peux l’exposer ici impunément.

Dans le même registre d’humour potache très sexué, il y a aussi "Hamster Jovial et ses louveteaux" qui s’adresse aux jeunes scouts. J’ai souvenir par exemple d’un concours pour savoir qui de l’enfant scout ou de l’adulte chef scout urine le plus haut sur le mur, et finalement, c’est une demoiselle qui bat tous les records.

Pire que Pervers Pépère et Hamster Jovial, et plus récent, c’est "Rhââ Lovely" (et aussi, avant, "Rhââ Gnagna") qui est une série réalisée dans les années 1970 en rupture avec Goscinny et "Pilote" (un magazine pour la jeunesse), sobrement associé à cette mention : "Livre d’images pour adultes".

yartiGotlib09


Gotlib en profita donc pour se débrider sur le sexe, la religion, la psychologie. Il organise des histoires d’inceste, de parricide, d’exorcisme, comme par exemple, cet enfant qui est endiablé jusqu’à ce qu’on comprenne qu’il a avalé une hostie chrétienne qu’il n’a pas digérée (apportant ici la marque indéniable non seulement de l’athéisme de son auteur mais aussi de son anticléricalisme quasi-militant).

Ces scènes parfois torrides ne sont toutefois pas les plus représentatives d’un Gotlib honnête père de famille et son humour ironique et malicieux reste très marqué par la période d’écriture : entre le ministre "crâne d’œuf" qui explique quelques notions d’économie, l’hippopotame qui fait du vélo, et le danseur japonais en patins à roulettes, les dessins demeurent bon enfant et les messages pleins de tendresse.

yartiGotlib03


« Je classe l’humanité en deux catégories :
a. ceux qui classent l’humanité en deux catégories

b. les autres, dont je fais partie. »
Gotlib ("Ma vie en vrac", Flammarion, 2006).

Informations pratiques.

Exposition "Les mondes de Gotlib"
Jusqu’au dimanche 27 juillet 2014.
Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme.
71 rue du Temple, à Paris 3e (métro Rambuteau).
Ouverts tous les jours de 11h00 à 18h00
sauf le samedi (fermé toute la journée),
le dimanche (ouvert à 10h00)
et le mercredi (fermé à 21h00).


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 juillet 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Site officiel de Gotlib.
Comment sauver une jeune femme de façon très particulière ?
Programme de l’exposition.
Dossier de presse de l’exposition.
Masques et jeux de rôles par Peter Tischer (janvier 1996).



(Tous les dessins sont de Gotlib, éd. Audie).


yartiGotlib10



 



 


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 12 juillet 2014 10:09

    Un grand de la BD avec son humour grinçant...+++


    • alinea alinea 12 juillet 2014 14:40

      Quel plaisir de relire tout ça, avec les réminiscences idoines !!! Merci !
      ( Léo Ferré, lui, a eu le mauvais goût de mourir un 14 juillet ! smiley )


      • xmen-classe4 xmen-classe4 12 juillet 2014 16:07

        il y a saint rows the third qui ressemble un peut.


        • Plus robert que Redford 12 juillet 2014 21:27

          Ouaip !

          Sûr que l’humour de l’époque, plutôt fin et sophistiqué comme il aimait à le dire, ça ne fait plus recette de nos jours...

          Grande liberté de ton, anticatholicisme mesuré... loin des attaques style panzer des « Femen »

          Il revient à ma mémoire une planche, désopilante, mettant en scène un Jésus Christ, auréole et mine toute pénétrée de mysticisme, marchant sur les eaux.... Arrive l’Apôtre Pierre qui le dépasse dans un crawl impeccable, se retourne et lui lance : « Putain, t’es con ! Elle est vachement bonne ! »

          Une autre, moins racontable, faisait la publicité pour la colle à dentier « Carrego »

          Je soupçonne fort les Nuls d’y avoir pensé lors du sketch célébrissime « Toniglandyl »


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 juillet 2014 21:32

            Rubrique-à-brac ...Rhaaaaa ....Lovely !


            • crazycaze 12 juillet 2014 23:58

              Mes premiers et plus grands fou-rire en lisant une BD... Pour moi, Gotlib, c’est un maître de l’expressivité et du mouvement, un dessinateur et un gagman génial... et surtout, l’inspirateur et le révélateur d’une foultitude de grands auteurs de BD.... Que dire de plus ?... 


              • christophe nicolas christophe nicolas 13 juillet 2014 09:55

                il n’y a rien à dire, c’est de loin le meilleur des humoristes, que d’imagination... mais aussi que de vérité...


                • bakerstreet bakerstreet 13 juillet 2014 11:40

                  J’ai découvert Pilote, Gotlib, Cabu, et toute la famille royale en même temps que le tour de France, en 1964.

                  Je ne m’en suis jamais remis.
                  Ces maîtres à penser ont compté autant pour moi, que Rousseau et Voltaire.

                  De Gaulle avait inventé le journal « Le Monde » ; c’était pas mal, mais sans images et sans gag. 
                  Il a pas inventé « Pilote », mais il aimait bien les gags.
                  Parait qu’il le lisait dans les chiottes de l’Élysée !

                  L’humour de ces années là, pour les gosses, c’était une bouffée d’air, quelque chose de 68 avant la date. Ca nous changeait de « Sylvain et Sylvette » et de « Prince Vaillant ». 
                  Gotlib qui connaissant la revue « Mad », a beaucoup fait pour la mini-jupe, même sans tenir une aiguille, tenir une paire de ciseaux

                  Le ciseaux, c’était ceux des censeurs : Il fallait faire avec, ce qui donnait de l’inventivité et du peps à un genre qu’on considérait même pas mineur. 
                  La BD, c’était rien, un truc pour les gosses. Une poignée qui sortait chaque année, une consécration, comme les 33 tours pour les « artistes »

                  Je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaitre.
                  Cabu, lui, continue à avoir l’age du grand Duduche !
                  Toujours le même trait mordant toutes les semaines dans le canard.
                  Il n’en finira jamais avec les beaufs, anciens et nouveaux, pour notre grand bonheur !

                  Mais je m’égare dans cette rubrique à brac, revenons à Gotlib !

                  Il n’y a rien à dire, comme dit Cristophe, qui était aussi un chanteur de ces années là, mais on dit quand même. 
                  Je suis sûr que Gotlib a une pleine brassée de dessins et d’histoires qu’il cache dans une grande malle de pirates. 
                  Ce genre d’espoir sert à donner à une forme de dessin à cet avenir incertain ( poils aux mains....)

                  • patatas.fritas patatas.fritas 7 octobre 2014 11:46

                    Quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi l’article a obtenu 31% de non !!!
                    je ne vois aucune critique dans les commentaires ???
                    Merci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires