• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Grizzly Man

En attendant King Kong, le grand singe amoureux d’une poupée, vous pouvez, en apéritif, tenter une expérience hors du commun et voir le curieux film de Werner Herzog Grizzly Man.

Ce documentaire retrace la vie et la mort de Timothy Treadwell, un écologiste qui a consacré une grande part de son existence à l’observation et à la protection des ours. Il ne s’agit en aucun cas de l’homme qui regarde l’homme qui regarde l’ours qui regarde le saumon… Non, le légendaire cinéaste des années 1970 mène son investigation avec force honnêteté et respect. Interrogeant les proches et les détracteurs, il remonte le cours des évènements en mêlant ses images à celles, incroyables, de Tim qui se mettait à chaque fois en scène au milieu de ces puissants animaux.

Cet expert de la vie sauvage donnait gratuitement des conférences sur ses "amis" à poils bruns, et a de la sorte œuvré pendant quinze ans à les faire connaître des enfants. Chaque été, le fondateur de "Grizzly People" partait en Alaska sur leur territoire, les approchait, leur parlait, établissant un lien imaginaire entre l’homme et la bête. Tout à fait conscient du danger qu’il encourait, il a fini dans l’estomac de l’un d’entre eux.

Sous son apparence d’illuminé presque infantile, il est avant tout un homme qui poursuit un rêve, vivre dans la nature loin des humains. En frôlant l’ours, il franchit une barrière que beaucoup ne peuvent lui pardonner, celle que l’on résumera d’une triste expression : chacun chez soi. Ce film nous renvoie à nous-mêmes et à l’incommunicabilité entre les espèces. C’est une métaphore de ce qui ne fera jamais le monde : l’harmonie. Même recherchée, elle est impossible. Herzog est bien le cinéaste qui pouvait le mieux comprendre cette initiative, lui qui dans Aguirre ou la colère de Dieu racontait déjà l’histoire d’un conquistador fou s’enfonçant dans la jungle amazonienne pour trouver l’Eldorado.

Grizzly Man, documentaire de Werner Herzog, avec Timothy Treadwell, durée 1h45.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Sandra.M Sandra.M 28 décembre 2005 11:26

    Depuis 3 ans, le festival du film américain de Deauville a également la bonne idée de présenter des documentaires « Les docs de l’oncle Sam ». C’est dans ce cadre que j’ai vu « Grizzly man » de W.Herzog qui retrace le portrait de Timothy Treadwell qui a vécu régulièrement au milieu des redoutables grizzlys sauvages d’Alaska par lesquels lui et sa compagne seront finalement dévorés, dénouement symbolique d’une nature impitoyable que personne ne peut maîtriser ou dompter. Tout au long du documentaire on s’interroge constamment sur les réelles motivations de Timothy : agit-il pour le plaisir de se mettre en scène ou est-il un fervent défenseur de la cause animale ? La première thèse pourrait être renforcée par son désir premier d’être acteur mais sa fascination, son aveugle fascination même, semble particulièrement sincère. Je ne peux m’empêcher d’être fascinée moi aussi, agacée cependant également, par cette sorte de « Matador » pacifique qui côtoie constamment le danger avec une désinvolture apparente. Une passionnante et terrifiante expérience, des étincelles de l’instant magique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès