• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hannah Arendt

Margarethe Von Trotta nous livre un biopic étonnant sur une figure majeure de la pensée philosophique et politique. Une plongée étonamment intime dans la vie d'Hannah Arendt : sa pensée, ses déchirures, ses joies, ses amour. En situant l'action à un moment polémique : en 1961 ; au moment du procès d'Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de juifs, la réalisatrice frappe fort et nous dresse le portrait d'une femme engagée et sans concession. En proposant au New Yorker de couvrir l'évènement pour "s'acquitter d'une obligation vis-à-vis de son passé", la philosophe va se mettre en péril...

 

« C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal. » Hannah Arendt

JPEG - 64.4 ko
Hannah Harendt
Affiche du film

Si la qualité de la réalisation est contestable car quelque peu labile et souvent laborieuse au travers une reconstitution d'époque qui laisse globalement à désirer, on ne peut en revanche que saluer l'iniative de l'hommage rendu et un effort manifeste de documentation (la réalisatrice a d'ailleurs eu des contacts avec l'entourage d'Hannah Arendt). Malgré l'importance donnée à cet aspect historique, ce qui l'intéresse dans la réalisation d'un tel biopic, c'est bien la contemporanéité de la pensée de la philosophe.

L'angle d'approche via la polémique est courageux tant la douleur est encore présente. Rien ne nous est épargnés quant aux atrocités commises, ni la posture adoptée par Arendt qui crée la dissidence par son absence d'affectivité, favorisant l'objectivité. Femme de conviction et pleine de probité, elle ne dit pas ce qu'on attend d'elle et paraît presque prendre la défense d'Eichmann, "individu effoyrablement normal qui n'a fait qu'obéir aux ordres", en somme un banal antihéros. Dire toute la vérité est en effet son seul but et ce procès s'inscrit dans ses réflexions sur la banalité du mal. Entreprise difficilement acceptée et encore moins saluée de la part ceux qui attendent et préfèrent les paroles apaisantes. Mais peu consensuelle, Hannah affronte l'espace publique -qui lui n'est pas à la recherche de la pensée mais d'un coupable à faire payer- sans faillir.

En ce sens, le film a justement ce mérite de montrer ce conflit omniprésent à travers toute l'histoire entre espace publique et pensée intellectuelle, la volonté de vérité étant toujours irritante pour la souffrance à vif qui aspire à un soulagement et une rédemption par la vengeance.

Pourtant, Arendt, si elle ne veut pas surbonner son jugement et sa réflexion à la seule loi de l'affect, elle ne se débarasse pas pour autant de son désarroi tragique, ouvre au contraire de nouvelles perspectives d'actions et de pensées. L'antisémitisme a atteint un point d'irréalité et c'est ce point qu'elle entend expliciter en montrant à quel point, il est une pure absence de pensée, bien qu'elle peine à se faire entendre par le plus grand nombre au cours de ce procès à tel point qu'elle sera elle-même soupçonnée de nazisme... 

Barbara Sukowa est étonamment convaincante dans ce rôle qui demande à la fois du charisme,de l'aplomb et du coeur. Et malgré un physique réellement éloigné de la véritable Hannah Arendt, elle nous offre un portrait d'une justesse certaine et poignante. Celui d'une femme qui préfère l'errance à laquelle confine la question, qu'une fausse vérité à laquelle condamne une réponse non soumise à l'examen de la pensée.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès