• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Harry Potter et la coupe de feu, première critique avec les (...)

Harry Potter et la coupe de feu, première critique avec les extraits

Un peu de divertissement, pardi ! Dans les échappées du quotidien, le public pourra bientôt compter, par exemple, sur un film merveilleux : Harry Potter et la coupe de feu.

Outre les bandes annonces, le site français Commeaucinéma.com diffuse notamment neuf extraits du très attendu Harry Potter, opus 4.

Je vous invite à les regarder, car ils nous offrent un meilleur aperçu du travail d’adaptation du scénariste Steve Kloves et de la mise en scène du britannique Mike Newell (Quatre mariages et un enterrement, Donnie Brasco) c’est-à-dire le jeu des acteurs, l’éclairage, la couleur, les plans, le rythme, le décor, les costumes, la bande sonore (je préfère le doublage québécois), le montage, etc.

Il faut savoir que l’adaptation d’un roman en scénario est un long travail d’écriture, hasardeux. Imaginez, pour un roman de près de 700 pages ! Il fut même question de deux films pour ce quatrième volet de l’histoire du célèbre sorcier, mais Steve Kloves a réussi à réduire le script pour donner un film durant tout juste deux heures trente. Le scénariste doit toujours songer à la manière de montrer les faits importants en tenant compte la durée du format, du budget de la production, de la pensée du réalisateur, etc. Il est certain qu’il est souvent dans l’obligation de sacrifier des personnages et des intrigues secondaires. D’ailleurs, le réalisateur Mike Newell a évoqué un exemple en racontant comme il s’est battu pour inclure la scène de la coupe du monde de Quidditch :

Je me rappelle clairement que, pendant les premiers mois du tournage, j’étais énervé par le manque d’argent, il n’y en avait pas assez pour faire le film correctement, et j’étais vraiment frustré.

Il est intéressant de remarquer que les extraits choisis pour la promotion du film sont fidèles au quatrième livre de la saga, afin de ne pas décevoir les fans : Malefoy en fouine (chapitre 13), le premier cours du professeur de défense contre les forces du mal sur les sortilèges impardonnables interprété par un Brendan Gleeson paranoïaque (chapitre 14), la jalousie de Ron (à partir du chapitre 18), les premiers émois de l’adolescence des trois personnages principaux pour le bal de Noël, la journaliste à scandale Rita Skeeter (chapitre 18). Cependant, la production évite soigneusement de dévoiler Voldemort (Ralph Fiennes), afin de préserver la surprise et d’attirer ainsi le public.

Au fil des extraits, on découvre que c’est un film sombre, en suspens, épuré, soucieux du jeu des acteurs, et so british pour le détail de l’ambiance si caractéristique des écoles anglaises.

Mon coup de coeur est la scène de panique de Dumbledore, personnage magnifiquement repris, et incarné par le comédien shakespearien Michael Gambon. Sur un ton juste, il rend bien la peur et l’attachement du vieil homme pour le jeune sorcier. En toute confidence, j’ai hâte de voir l’adaptation de l’avant-dernier chapitre du cinquième tome, Harry Potter et l’Ordre du Phénix, pour la mise en scène de la confrontation entre ces deux personnages.

C’est un film prometteur, vivement sa sortie le 18 novembre ! Navrée pour les fans français, vous devrez patienter encore jusqu’au 30 novembre. ;-)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • grosdoudoud’amour (---.---.230.82) 21 décembre 2005 15:56

    je trouve Harry Potter génial par ailleur des bruits courent comme quoi Daniel Radcliffe alias Harry Potter voulait arreter le cinéma alors au lieu de dire des bétises enquèter sur ça

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès