• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Harry potter et ses fraudes en tous genres

Harry potter et ses fraudes en tous genres

voilà comment pourrait s’intituler un nouveau tome « hors série » des aventures de notre sorcier préféré : en effet, depuis peu se développe autour de ce phénomène une vague de fraudes assez crapuleuses visant à révéler la fin du livre avant l’heure.

Coup de pub ? Négatif, simplement le fait de mettre un terme à tout ce suspense qui pèse autour de l’oeuvre. Ainsi, de nombreux internautes ont pour but de "spoiler", autrement dit de dévoiler les mystères qui tiennent en haleine un lecteur passionné ! Seulement, depuis peu, il est dangereux de surfer sur le net à la recherche d’informations concernant le jeune Potter par crainte de découvrir sur certains forums la fin du dernier tome brisant ainsi le plaisir que J.K. Rowling s’est efforcée de nous procurer sept années durant.

Chose cruelle qui pourrait s’identifier à un crime livresque que de nous délivrer en gros caractères sur un site pirate l’ultime de la série Harry Potter. Par ailleurs, si le net ne suffit pas, certains, par appât du gain, ont mis en place une vente de tee-shirt sur lesquels est imprimée la fin du livre. Quoi de plus intelligent que de vendre quelques lignes sur fond blanc et d’autant plus qu’ils perdront de leur valeur d’ici à quelques mois. Malheur au Moldu qui osera porter ce vêtement (à moins de bénéficier d’un charme de protection) et détruire ainsi l’illusion et l’idylle "Potter" qui fait vivre bon nombre de fans.

Hélas, cette nouvelle mode de révélations préliminaires s’est étendue à un point qu’un jeune adolescent de 16 ans s’est permis en intégralité le dernier tome et de diffuser sa traduction sur internet. Mauvaise chose pour Gallimard l’éditeur officiel dont la sortie en français est prévue en octobre. Malgré les précautions prises comme la fermeture des sites pirates, la poursuite des fraudeurs et bien d’autres, les fuites continuent à se faire.

Harry Potter et les reliques de la mort signe l’achèvement d’une écrivain talentueuse qui a provoqué l’acharnement et la fidélité des fans nous redonnant ainsi le plaisir de lire et étend notre curiosité jusqu’à l’ultime. Pourquoi et dans quel but certains "Mangemorts" se permettent de gacher ce plaisir unique ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • thirqual 10 août 2007 11:34

    Aha, bravo à ce jeune homme ! Traduire six cents pages, même d’un pareil torchon, c’est un sacré exploit.

    (de nombreux journaux anglais avaient dévoilés la fin quelques jours avant la parution...)

    (pourquoi « sur un site pirate » ? n’importe qui peut relater l’intrigue d’un bouquin quelquonque sur un site ordinaire, genre ici, que ce livre soit traduit, en cours de traduction ou pas traduit du tout)


    • Anto 10 août 2007 11:47

      A chacun son plaisir de lecture. Concernant notre jeune internaute, je ne pense pas qu’il ait agit dans le but de nuire au suspense dans la mesure ou il a traduit integralement l’oeuvre.

      En fait l’efficacite d’internet en terme de communication ont rendu les surfer de moins en moins patients comme le montre la course au haut debit. Si bien qu’ils ne veulent plus attendre qu’une oeuvre soit traduite officiellement en france pour en profiter et ce quelque soit son support( films, series, bd, mangas...).

      Les traducteurs se reunissent ainsi autour de projets et fournissent en avt premiere des traductions. Les series americaines sont sous titrees deux jours apres leur sortie sur les ecrans etasuniens.

      Son geste comme l’attitude de tout ces traducteurs a deux explication possibles :

      1/ l’abnegation et une sorte de rebellion contre les reseaux de distribution officiels. 2/ augmenter la frequentation de son site.

      Quant a ceux qui veulent gacher le suspense qui nous est cher, je ne pense pas non plus que ce soit un geste gratuit. Je prend pour exemple deux evenements similaires : la sortie de la Playstation 3 et la sortie du Prince de sang mele. Le meme petit groupe d’anar en herbe (le nom m’echappe) s’est livre par deux fois a des actes de « vandalisme ». Lors des deux evenements, ils ont campes avec les autres vrais fans dvt les magazins les jours precedents la sortie, pour obtenir ce que trop de gens consideraient comme un graal. Une fois le precieux item achete (500 euros pour la console de sony qd meme), ils ont respectivement explose devant une foule medusee la console et devoile a haute voix la fin du 6eme harry potter au nom de l’anti-mercantilisme.

      Voila les motivations qu’on pourrait citer autres que la stupididite et la venalite.


      • thirqual 10 août 2007 11:54

        Dans le cas des séries américaines (et anglaises, et japonaises, et taïwanaises), c’est/c’était parfois aussi par dégoût face au niveau du doublage proposé dans le commerce. (traduire college en en par college en fr, ne pas comprendre la différence entre vis et écrou ou entre balle et cartouche, et j’en passe... sans compter les affreuses fautes qui piquent les yeux). Il y a une amélioration sensible ces derniers temps, cela dit (et une chute du niveau du sous-titrage amateur lamentable).


      • Boileau419 Boileau419 10 août 2007 11:48

        Dévoiler la fin des livres de Rawlings (c’est ainsi qu’elle s’appelle l’écrivaine de ces navets ?), c’est pas de la tarte parce que si vous avez lu les livres de la série vous savez sans doute comme moi comme elles sont laborieuses et torturées, ses fins de bouquin.

        Des livres sans la moindre poésie. De la m...e pure. Je lisais des trucs bien plus intéressants quand j’étais jeune, moi.

        Tout ça, c’est grâce à l’énorme machine publicitaire des maisons d’éditions anglo-saxonnes, plus les films d’Hollywood.

        C’est pas que la France et les autres pays francophones ne produisent rien de bon, mais qu’on n’a pas les sous pour faire la promotion nécessaire. Et puis les Américains nous feraient barrage immédiatemment.


        • ehryx 10 août 2007 13:26

          Il est certainement possible de critiquer un livre, même outrageusement, sans le traiter de ’m...e’ et sans inventer n’importe quoi sur son compte. Je ne vois pas l’intérêt de parler sur agoravox si c’est pour aller donner dans la bonne discussion de comptoir où on ne sait rien mais où on dit tout.

          Aucune machine commerciale n’a lancé Harry Potter. Rowling n’était pas auteur professionnel et a fait une quarantaine d’éditeurs avant qu’on accepte enfin son manuscrit. Ses tirages initiaux n’étaient en aucun cas ceux d’un best-seller, son succès auprès de ses premiers lecteurs et le bouche-à-oreille ont fait boule de neige, les films venant bien après le lancement de la ’machine’ Harry Potter.

          De leur côté les français ont tenté de vraiment ’lancer’ (pub + tirages énormes) quelques produits assez formatés comme le Peggy Sue de Serge Brussolo (pourtant un bon auteur à la base...) sans jamais approcher du succès de HP.

          Peut-être aussi parviendront-ils à faire émerger quelque chose quand ils publieront moins de 800 livres par rentrée littéraire, en privilégiant la qualité sur la quantité, par exemple...


        • Iceman75 Iceman75 10 août 2007 11:49

          Vous me permettrez de preferer le terme Muggle au triste « Moldu » car comme pour Tolkien, certains choix de traduction m’ont laissé perplexe. N’ayant pas su la fin par le net, j’ai donc lu en anglais ce septième tome et c’est avec une grande deception (d’origine diverse) que je quitte le petit sorcier. Le succès de l’auteur provoque évidemment des jalousies, comme ce précédent commentaire d’une personne n’ayant peut être pas essayé de le lire. Moi même, au début, j’étais sceptique sur cette oeuvre « à la mode » mais j’ai vite reconnu l’efficacité de l’écriture. Bien sur on ne recherche pas de la grande littérature mais un dépaysement dans un univers cohérent et riche. Avec un tel engouement, une impatience de connaître la fin est forcée. Et donc certains de vouloir se vanter de la connaître avant les autres, de taquiner leurs congénères lecteurs non anglophones. Cela a toujours été valable pour les romans feuilletons à succès et doit faire partie de la nature humaine.


          • nephilim 10 août 2007 11:59

            houlala c’est horrible^^ Oui pourquoi « crime livresque » Vraiment la je suis bouleversé un tel chef d’oeuvre devoilé sur des sites pirates bouh pas gentils. bon en meme temps tu n’as qu’a pas t’y rendre sur ces sites et moi qui me fout de se bouquin pourrit et de ces aventures pour enfants. et bien je ne connais pas la fin^^ Et chapeau au jeunnot d’avoir reussit une telle performance


            • canelle canelle 10 août 2007 23:37

              le terme « pourri » est quasiment indécent lorsque l’on parle de culture. si aussi pourri qu’aurait pu etre ce livre je doute que des millions de personnes l’aurait choisi comme livre de chevet. Enfin je ne peut pas vous en vouloir chacun son opinion mais avant de critiquer il faudrait réagir avec un certain recul et peut etre essayer de le lire ne serait ce que les premières pages et ne pas insulter l’auteur qui a mon avis a merité son succès


            • Moonz 16 août 2007 00:32

              Traiter un livre de « pourri » avec une telle densité de fautes d’orthographe, je trouve ça vachement osé. Non, je ne m’abaisserai pas à mettre ici la citation de Coluche qui s’impose :)


            • Stéfan Stéfan 10 août 2007 12:36

              1. Si la sortie avait été simultanée dans tous les pays, il n’y aurait pas ce genre de problèmes.

              2. Je ne pense pas que celui qui a publié la traduction intégrale en français ait pour but de nuire aux autres en détruisant le suspense. Sinon pourquoi traduire 600 pages quand quelques lignes suffisent pour dévoiler l’intrigue ?

              3. Le fait qu’un ado de 16 ans ait pu, en deux semaines, traduire et publier sur internet l’intégralité du livre prouve qu’il est tout à fait possible, si les éditeurs s’en donnent les moyens, de sortir le livre simultanément dans plusieurs langues, ou au moins avec un décalage minime (quelques jours, pas trois mois). Cet épisode montre d’ailleurs encore une fois à quel point internet est plus puissant que n’importe quelle structure traditionnelle protectionniste.

              Les éditeurs récoltent les fruits de ce qu’ils ont semé en imposant une attente si longue aux lecteurs français. Peut-être le fait que les fans achèteront au final deux fois le livre (la VO et la VF) n’y est pas totalement étranger ? Quoi qu’il en soit, c’est bien fait.


              • medicine man 10 août 2007 17:57

                Juste comme ca, si la sortie est décalée, peut-être est-ce parce que la traduction est un boulot monstre. Je n’ai pas lu celle du pitchoun, mais lorsque l’on traduit un bouquin de 600 pages en 2 semaines, je ne pense pas que la qualité soit présente. Déjà, de façon générale, les traductions sont simplistes. Alors qu’une personne torche ça en 2 semaines, ça ne me donne pas envie de lire. Quant aux fans qui voudraient acheter les 2 versions, ils me font bien rigoler. Par leur stupidité, bien entendu.


              • Garp Garp 10 août 2007 18:30

                Certe on peut critiquer le fait que le bouquin n’ait pas été édité dés sa sortie en anglais et français mais on peut également critiquer le niveau très moyen (voir faible) des français en ce qui concerne les langues étrangères. Mise à part les plus jeunes je trouve dommage que le lectorat français d’Harry Potter ne puisse pas s’affranchir d’une traduction du livre pour profiter des dernières aventures du fameux sorcier. A travers mes études et ma petite expérience du monde professionnel, je n’ai pu que constater les lacunes de l’éducation française concernant l’enseignement des langues vivantes. Les étudiants de Suède ou de Belgique arrivent sur le milieu du travail certainement mieux préparés que nous ; ce qui constitue un inconvénient majeur pour les français dans un monde du travail de plus en plus tourné à l’international.

                Pour autant j’aime la langue française et j’essaie autant que faire se peut de lui rendre hommage mais la défendre à tout prix me parait être un lourd tribut à payer. Pourquoi ne pas avoir plus d’émissions en VO à la télé (séries et films par exemple comme c’est le cas en Suède) ? Pourquoi toujours utiliser de préhistoriques bouquins d’anglais dans lesquels Bryan est toujours coincé dans cette foutue kitchen (NdA ça veut dire cuisine !!) ou bien ces cassettes audio dépassées qui apprennent l’anglais de 1870 ?

                Enfin bref y’a du boulot !!


              • canelle canelle 10 août 2007 23:39

                je suis ok avec vous. Si un ado a pu en quelques semaines traduire ce tome pourquoi l’edditeur mettrais plusieurs mois ?


              • ehryx 11 août 2007 01:44

                Je ne suis pas traducteur professionnel, mais d’expérience, la correction approfondie d’un texte peut déjà facilement prendre une demi-heure par page. Si on compte 1 heure par page pour un traducteur très rapide, cela nous donne 600 heures de travail, + passage en correction chez l’éditeur, ce qui nous amène déjà à près de 20 semaines de travail. Sachant que la traduction est un travail ardu, et qu’il n’y a qu’une poignée de traducteurs, en france à être réellement capables de transcrire correctement un texte, en comprenant ses références culturelles, les expressions dans leur sens idiomatique, les subtilités des tournures de phrase... Le tout en maintenant à la fois un ’style’ le plus lisible possible en français (le style anglais, traduit littéralement, est le plus souvent une abomination), et la plus grande fidélité à l’oeuvre originale.

                Si c’est pour faire de la traduction à la hache, avec approximations de langage à gogo, contresens et style franglais, en faisant bosser votre traducteur 120 heures par semaine, alors oui, il doit certainement être possible de faire ça en trois-quatre semaines (et oui passer par un éditeur, faire le dépot légal et imprimer, et je ne sais quoi d’autre, c’est autre chose que de poster un fichier sur un blog).

                Mais à moins de ne vouloir lire ce septième tome que pour ingurgiter le plus vite possible son dernier chapitre et son dénouement, je doute que nous y trouvions notre compte.


              • claude claude 10 août 2007 13:23

                bonjour,

                je comprends votre indignation,

                à ma grande honte, je dois admettre que je suis allée voir sur ces sites les résumés du 7° opus !

                je suis venue à harry potter à cause de ma fille, qui voici quelques années, ne lisait pas du tout. une de ses amies lui a conseillé cet ouvrage, et depuis, elle a eu le déclic.

                j’avoue que ses aventures sont passionnantes, et le style de l’auteure fluide.

                je n’ai pas la patience d’attendre la version française, et je suis découragée à l’idée de lire la version anglaise armée de mon dico aglo-français.

                quoiqu’il en soit, je félicite ce jeune homme qui s’est tapé les 700 pages à traduire : bel d’entrainement pour le bac ! j’espère que cette aventure portera les fruits de ses efforts par une belle note en anglais. et que les éditions gallimard sauront passer l’éponge.

                @ boileau :

                vous n’aimez pas le style de jk rawlings, c’est votre affaire. mais ne n’est QUE votre avis. grand bien vous fasse de ne pas acheter les autres opus. beaucoup de profs de langue et de français ne sont pas de votre avis, ce qu’ils soient universitaires ou de collège/lycée.

                certes, l’univers d’harry potter n’a pas la complexité de celui du seigneur des anneaux, mais il décrit bien le passage de l’enfance à celui de l’âge adulte, où chacun d’entre nous a à vaincre ses propres démons et à quitter la douceur du nid de l’enfance.

                bonne journée !


                • Mango Mango 10 août 2007 14:01

                  Absolument Claude !

                  Les enfants accros à Harry Potter achètent la version originale, s’escriment à le déchiffrer même s’ils n’ont qu’un an d’anglais, et quands les parents s’avouent impuissants à traduire les termes propres aux gentils sorciers, achètent le dico spécial « Harry Potter »... Et ils achèteront plus tard le livre traduit, les jeux vidéo, iront voir le film, achèteront le DVD, etc...

                  Mais bon...

                  Harry Potter a des défauts, mais aussi plusieurs mérites à mes yeux.

                  1. Il a sorti de la misère son auteure et sa famille.

                  2. Il a lancé une « mode » : le film fantastique pour enfants adaptés de littérature jeunesse souvent de bonne qualité (Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, Mathilda...), permet d’amener à la lecture des enfants qui n’y avaient jamais « accroché ».

                  3. Il a réintroduit chez moi les « veillées lecture » à l’initiative des plus grands qui se relayaient pour lire à haute voix à l’intention de la plus jeune, encore débutante, et pour que personne ne connaisse la fin avant les autres ! Aujourd’hui, tout le monde sait lire, mais l’habitude est restée, et même si nous ne lisons plus Harry Potter- ils ont grandi-, nous prenons toujours autant de plaisir à ces soirées où chacun, à tour de rôle, choisit un ouvrage qui lui fait envie. Nous nous sommes d’ailleurs « tapé » le « Seigneur des Anneaux » !!!

                  Alors, « littérature médiocre », « mercantilisme », etc... OK, OK...

                  Mais on n’est pas obligé de sombrer dans l’addiction, et si oui, c’est plutôt mieux que d’être accro à la Starac ou au Mac Do...

                  Enfin, ce n’est que mon opinion.

                  Salut à tous.


                • Anto 10 août 2007 14:25

                  oui et il a eu aussi eu le merite de donner gout pour la lecture a beaucoup d’enfants. J’ai un oncle, prof de Francais au college, aujourd’hui a la retraite, qui a donne le premier tome a lire a ses eleves pour en faire des etudes de texte il y a cinq six ans. Lui, ses eleves etaient ravis (il y a meme eu un article dans le journal local smiley ). Alors certes, il a contribue a les plonger dans l’enfer marketing du petit sorcier, mais les aurait-il epargne de toute facon ?

                  Personnellement, j’etais plutot sceptique au debut mais j’ai commence a le lire a cause de l’emballement mediatique autour du heros de Rowling (beeehh) et je ne regrette absolument pas. J’ai adore la saga du debut a la fin et j’ai devore le dernier tome en 3 jours. A lire.


                • lambertine 10 août 2007 14:45

                  J’es père pour ce gamin qu’un éditeur lui fera un pont d’or afin de l’engager comme traducteur.


                • claude claude 10 août 2007 16:34

                  bonjour mango,

                  c’est marrant, moi aussi, après harry potter, je me suis mise au seigneur des anneaux, alors que lorsque celui-ci est paru, cela ne m’intéressait pas.

                  je suppose que le succès de ce petit sorcier est aussi dû au au fait qu’il renouvèle la mythologie et l’imaginaire des contes d’autrefois.

                  il a remis au goût du jour, les dragons, les belles princesses, les méchants sorciers, les gentilles fées et les sages mages...

                  jk rawlings a su faire évoluer son roman, du conte de fée pour enfant à celui pour grand ado : le héros a progressé avec ses lecteurs. elle est dans la lignée des grands auteurs qui l’ont précédé .

                  bruno bettelheim, dans les années 70 avait écrit une « Psychanalyse des contes de fées »

                  bonne journée ! smiley
                  http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_941538954_1/Psychanalyse_des_contes_ de_f%C3%A9es_%5BBruno_Bettelheim%5D.html
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse_des_contes_de_f%C3%A9es
                  http://expositions.bnf.fr/contes/cles/bettel.htm
                  http://expositions.bnf.fr/contes/cles/bettelh.htm

                  voici ce qui est dit sur le site de doctissimo :
                  http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/psycho_pour_tous/enfant_bebe/ps_3 234_contes_fees.htm

                  «  » « L’enfance n’est pas »un long fleuve tranquille"

                  Dès son plus jeune âge, l’enfant traverse des épreuves : déceptions, rivalités fraternelles, confrontation au monde extérieur, prise de responsabilités, etc. Ainsi peut-il être amené à affronter solitude et angoisses. Certains parents pensent qu’il faut préserver l’enfant de ce qui le trouble le plus et ne lui présenter que l’aspect positif des choses. Loin de l’apaiser, cette façon de faire ne fait que renforcer ses inquiétudes car l’enfant sent très bien que la vie ne réserve pas que de bonnes surprises. Les contes de fées vont l’aider : ils lui parlent de la vie et l’encouragent à s’y aventurer.

                  Les contes de fées sont des points de repère

                  Les contes de fées illustrent de façon ludique les terreurs enfantines : la misère et l’abandon (le petit Poucet), la mort d’un parent (Blanche-Neige), les adultes puissants face aux enfants (le petit Chaperon Rouge), la jalousie fraternelle (Cendrillon). Ils parlent des cruautés de la vie et des luttes intérieures en leur donnant une forme tangible qui les rendent moins effrayantes. Un loup, par exemple, ça fait peur bien sûr, mais on peut en rire, rêver qu’on lui botte le derrière, qu’on triomphe de lui, et se libérer ainsi de la terreur qu’inspirent les angoisses archaïques « de dévoration ». Les contes aident l’enfant à mettre de la cohérence dans ce qu’il ressent ; ils lui donnent des idées qui l’aident à résoudre ses problèmes. Qu’est-ce qui est bien ou mal ? Est-il plus avantageux d’être bon ou méchant ? Comment trouver l’amour quand on est grand ? Comment est-ce de grandir et de quitter le giron familial ? Les contes lui fournissent des points de repère sur la conduite à tenir dans la vie ; tous diffusent le même message, simple et encourageant : « les difficultés de la vie sont inévitables mais si, au lieu de fuir, on affronte fermement les épreuves inattendues et souvent injustes qu’on rencontre, on finit par vaincre les obstacles et par obtenir ce qu’on veut ». Et le message passe...(...) «  »"

                  voir également :
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Contes_de_ma_m%C3%A8re_l’Oie
                  http://www.chez.com/feeclochette/
                  http://lescontesdefees.free.fr/Lescontesdefees.htm
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Mille_et_Une_Nuits
                  http://pages.infinit.net/vdemers/nuits.html
                  http://expositions.bnf.fr/livrarab/gros_plan/mille.htm


                • canelle canelle 10 août 2007 23:42

                  quelqun d’aussi amateur que moi. merci !


                • tian tian 10 août 2007 14:25

                  Pas d’accord avec ton analyse. Quand les maisons d’édition jouent à fond le markéting il est normal qu’elles se fassent dépasser par des petits génies du net ... Et franchement le jeune de 16 ans qui est capable de traduire 600 pages de cette façon, il faut absolument le recruter... Il a de l’avenir devant lui ... Quand au bouquin en lui-même, c’est un bon bouquin pour enfants... De là à en faire LE LIVRE il y a franchement des bornes à ne pas dépasser ... Ce n’est pas pace qu’il est vendu à des dizaines de millions d’exemplaires que le livre est un chef d’oeuvre ... Se souvenir du « Petit Livre Rouge » ... Et là, on sait bien que c’est surtout et avant tout une énorme opération commerciale qui permet ce genre d’exploit...


                  • Anto 10 août 2007 14:37

                    j’ai clairement ete impressionne par l’exploit du mome, d’autant plus que gallimard avait qualifie son travail de professionnel. Apparemment, il n’a pas bosse tout seul mais quand meme... Par contre il s’est fait avoir comme un bleu, c’est dommage.


                  • Mickael 10 août 2007 16:28

                    J’avais rapidement lu que ce jeune faisait parti d’un groupe de fans qui traduisait systématiquement les versions anglaises parce qu’ils jugeaient les traduction françaises imprécises et infidèles. A 16 ans, son niveau d’anglais doit être très proche du bilinguisme (?). Je ne sais pas par contre si ce groupe avait diffusé sur la toile les traductions des précédents opus. Je ne cautionne pas l’attitude de Gallimard tentant de protéger son excusivité sur l’édition française des romans.

                    Concernant l’univers d’HP, je trouve deplacé de la qualifier de .erde. Les romans sont cohérents, travaillés, très agréables à lire, et comme dit plus haut et développé ici même, basés sur une psychologie et une mythologie intéressante. A l’époque de la sortie des premiers opus, ils ont eu le mérite de faire prendre goût à la lecture à bon nombre de mes amis (nous avions environ 20 ans à l’époque).

                    La société de consommation actuelle a contribué à pourrir cette magie comme elle en a l’habitude, mais c’est aussi nous qui la faisons vivre...


                    • Forest Ent Forest Ent 10 août 2007 22:17

                      C’est vrai que ce n’est pas bien de spoiler. Quel intérêt y a-t-il à écrire qu’à la fin du tome 7 tout se résume à dire que Harry ... aaaaargh ..... non ... laissez-moi .... disparaisso ! ... volatilizo ! .... passa fenetra ... ! vade retro !


                      • canelle canelle 15 août 2007 17:55

                        pas du tout voyons je m’invente des etudes marrant non ?


                      • Iceman75 Iceman75 12 août 2007 00:24

                        A ce sujet, je trouve la traduction française absurde. Pourquoi traduire certains lieux et pas d’autres. Pourquoi traduire certains noms et pas d’autres ? Je comprends mieux ce jeune homme. Il en allait de même pour Tolkien et le seigneur des anneaux avec Frodo devenu Frodon, etc... A croire que ce sont les traducteurs des Pokemon qu’on a choisi. Si je pouvais saisir à 100% tous les détails en VO, je n’aurais lu que la VO....mais en tant que livre pour enfant, cela reste accessible.

                        Vive la VO, même en ST pour les séries, films et... livres smiley


                        • Moderngirl 12 août 2007 10:06

                          Je ne suis pas d’accord avec votre analyse.

                          Avec tout le marketing généré autour d’Harry Potter, il est tout à fait normal qu’un fan ai envie de traduire l’oeuvre pour la rendre disponible rapidement auprès des autres fans qui n’ont pas les capacités, le temps ou l’envie de se taper un gros pavé en anglais. (car en anglais, on met trois fois plus de temps à lire quand on n’est pas bilingue)

                          Puisque l’éditeur anglais a décidé de créer un véritable raz de marée médiatique en rendant le livre disponible uniquement en VO à une date précise, sans envoyer de version aux éditeurs étrangers par avance afin qu’il n’y ait pas de fuites, il est normal de voir des traductions pirates surgir. Le résultat : sous couvert de maintenir le secret des livres, les autres éditeurs doivent attendre la parution officielle pour commencer à traduire. Ce qui est abherrant et totalement irrespectueux à la fois auprès des éditeurs étrangers qui perdent du chiffre d’affaire car beaucoup de lecteurs vont se jeter sur la version anglaise, et auprès des lecteurs étrangers dont français qui doivent attendre octobre pour connaître la fin.

                          Quand aux spoilers comme vous dites, les fans sont respectueux, ils avertissent les internautes quand ils en écrivent.

                          Sur le net, il existe une véritable communauté de fans qui se respectent et s’entraident. Et je remercie ce jeune homme qui a traduit Harry Potter d’avoir pensé aux autres. Contrairement à ce que vous croyez, c’est tout sauf de l’égoisme.

                          Quand aux droits d’auteur et tout le bordel, les éditeurs n’avaient qu’à se mettre d’accord pour sortir toutes les versions en même temps.

                          Moderngirl.

                          http://moderngirl.canalblog.com

                          http://come2world.canalblog.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès