• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Hawkwind et Crimson King, 1969-2009, bon anniversaire !

Hawkwind et Crimson King, 1969-2009, bon anniversaire !

En 2009, on aura célébré les 20 ans de la chute du mur. Cet événement qui a plongé l’Europe dans la perplexité et les intellectuels dans une douce déprime. En 2009, on aura vu la connerie humaine se manifester sans vergogne ni honte. Avec le plan pandémie, la prime à la casse, le sommet des thermophobes à Copenhague. Bref, un cauchemar qui mérite d’être occulté, en célébrant le meilleur du rock et de cette culture qui maintenant, possède ses auteurs de grand style, qu’on rangera au niveau des Debussy et Mahler.

Robert Fripp est un compositeur autant qu’un leader pour une musique typiquement seventies mais perpétuellement revisitée, avec de nouveaux instrumentistes et des styles en constante évolution. Dave Brock, c’est pareil, un compositeur autant qu’un leader pour une musique typiquement seventies mais perpétuellement revisitée, avec de nouveaux instrumentistes et des styles en constante évolution. Le premier fut le leader d’une formation très prisée parmi les amateurs de rock progressif au début des seventies. King Crimson a marqué le paysage musical. Avec un album paru en 1969, « In the court of crimson king ». Le second fut le leader d’une formation très prisée parmi les amateurs de rock alternatif. Hawkwind a sorti son premier album en 1969, le premier de quelques dizaines et plus si on compte les live et autres bootlegs.

A noter un signe essentiel. Hawkwind, comme Crimson, figurent parmi les rares groupes dont les enregistrements live méritent le détour, au même titre que Pink Floyd, Led Zeppelin ou Tangerine Dream. 

King Crimson et Hawkwind ont en commun de ne pas être passé chez Drucker. Leur différence se limite aux déficiences esthétiques des critiques. On trouvera un ou deux albums de King Crimson dans la play list de quelques journalistes du rock mais Hawkwind est copieusement ignoré. Le mieux, quand on est un véritable mélomane, est de fuir la critique. Les idiots bavards et dépourvus de sens musical ont flingué Stravinsky. On retrouve les mêmes, qui ne flinguent plus mais jouent de l’indifférence, ce qui est pire, face à Crimson ou Hawkwind. Ces pitoyables critique du rock que la populace suit et qui n’hésitent pas à mettre en play list quelques sublimes daubes, comme Queen, Madonna, M. Jackson, Moby, Police, Dire Strait ou U2 et je passe cette interminable liste pour cette confrérie pas fraternelle de bobos qui ont choisi de transformer leur tympan en cuvette de chiotte pour que s’y déverse la soupe musicale vantée par les médias de masse.

Ce règlement de compte effectué, je ne saurai qu’encourager ceux qui désirent s’ouvrir à des expériences musicales inédites à écouter quelques perles composées et exécutées par des deux groupes d’artistes devenus incontournables. Fripp, virtuose à la guitare, atmosphère de quatuor pour instruments amplifiés, sorte de Bartok du rock progressif. Et Brock, sobre et simple, rien de la frime à la Johnny et pourtant encore sur scène à bientôt 70 balais. Pour des sonorités très space. Si Crimson se transcende avec la guitare et le violon, Hawkwind se bonifie quand il use des claviers et en plus, du teremin, cet étrange instrument, jouant du sens tactique et des lois magnétiques, venu de la Russie soviétique, aux sonorités planantes, aussi méconnu que les ondes Martenot en usage chez quelques compositeurs audacieux comme Messiaen.

Bon anniversaire à Robert Fripp et Dave Brock, ainsi qu’à Led Zeppelin dont le premier album est sorti en 1969, hymne ésotérique au rythme des corps en transhumance dans cette folle époque d’émancipation, tout aussi incontournable mais que j’ai contourné dans ce billet car ils sont assez connus pour ne pas avoir besoin d’un coup de pouce de la critique alternative. Profitez-en et mettez-vous au courant alternatif, pour ne pas mourir ignare en n’ayant eu comme référence que ce que les médias de masse offrent pour satisfaire les goûts moyens et les profits de cette industrie de la merde musicale.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • PhilVite PhilVite 22 décembre 2009 13:37

    Léon, je n’ai pas votre culture musicale, je reste dans l’émotion. C’est Epitaph que j’écoute et réécoute depuis plus de trente ans et ça marche toujours, je suis immanquablement embarqué dans un autre monde. Cette force d’évocation reste pour moi un mystère. Mais que ce voyage est bon !


  • John Lloyds John Lloyds 22 décembre 2009 13:16

    Hawkwind, j’en reviens pas, ce nom résonne comme les souvenirs d’une autre vie, le premier album que j’ai acheté chez un disquaire, avec mon argent de poche, « In search of Space ». A l’époque mes potes qui écoutaient les Beatles me prenaient, ainsi que mes parents, pour un cinglé, tant le son de ce groupe de génie semble venir d’ailleurs. « Warrior on the edge of time », un monument qui restera immortel. Merci Dugué pour ce vent de nostalgie.


    • Triodus Triodus 22 décembre 2009 14:12

      @John, c’est vrai que la compote de pommes à côté, c’est rien..


      • pruliere pruliere 22 décembre 2009 15:50

        Il est étonnant de constater la pauvreté du catalogue proposé par les chaines auto-proclamées spécialistes du rock.
        cela remue les tripes d’entendre parler de Hawkwind ici ! Les nuits d’enfer à danser sur des morceaux sans fin, les yeux fermés. Et King Krimson....ah bordel, ce que c’était bon !
        j’ai pris bien soin d’enseigner cela à mes deux enfants...C’est groupes ont encore au moins 60 de vie devant eux. Pourvu que cela dure !
        Parmi toutes ces merveilles des 70ties, ma référence demeure Achilles last stand qui confirma le génie hors du commun d’un certain Jimmy Page !


        • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 22 décembre 2009 18:38

          Quand dans un article on trouve le nom du King Krimson et de Hakwind, l’apriori est favorable.

          A la lecture malheureusement on retrouve les mêmes ressassements scrogneugneux qui me font penser que vous n’êtes toujours pas sorti du tunnel musical des années soixante dix, qui si il était intérressant parce que témoin d’une réelle marginalité, et capable d’une réelle inventivité, a finit par s’ankyloser dans un maniérisme béat et un peu embrumé par les trop grandes quantités de drogues ingérées.
          Si comme moi aviez vu Police en public, l’énergie incroyable de ce groupe, vous n’auriez pas ce jugement définitif.
          C’était sûrement mieux avant, mais aussi parce que cet « avant » était celui de votre jeunesse (et de la mienne) donc forcément...... 

          • pruliere pruliere 22 décembre 2009 18:48

            Excusez-moi Pierre de répondre à la place de l’auteur, mais je pense qu’il y a de bons groupes actuellement notamment dans le domaine du rock symphonique, tels Epica (avec la divine Simone Simons) ou encore Within Temptation, et qu’il y en eût aussi dans les 80 et 90ties. Ceci dit, sans vouloir faire de vieillisme, il faut reconnaitre que le niveau moyen du rock il y a 40 ans était largement au dessus de la mêlée ! Même si quelques talents ont émergé depuis. Il me semble que le rock puise sa source dans des émotions philosophiques, politiques et culturelles qui étaient à leur apogée dans ces années-là, et qui comme le reste sont en train de subir les coups de l’ultra-libéralisme ambiant.


          • Rodolphe 23 décembre 2009 09:19

            King Crimson...oh oui ! Epitaph bien sûr, mais Starless ou Lizard, surtout.
            69 année érotique...tout ça tout ça...Je ne connaissais Hawkind que de nom, j’m’en vais écouter çà tout de suite.
            Merci d’avoir rappelé led zep aussi !


            • caramico 27 décembre 2009 19:11

              J’ai tous les vinyls de Krimson, mon préféré est Island,j’ai une curiosité entre Fripp et Eno (no pussyfooting), Larks Tongue in Aspic, et Earthbound enregistré en direct en 72 avec 21st century Schizoïd man, et je les réécoute souvent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires