• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Hellfest 2008 : un tremplin infernal

Hellfest 2008 : un tremplin infernal

Après deux éditions chaotiques, on pouvait douter que ce festival metal, qui cherche à se faire une place de choix parmi les plus grands festivals européens, serait enfin sur les bons rails, en cette année 2008. Mais le temps de se remettre des quelques 24 heures de coma après les derniers concerts (Slayer et Morbid Angel), le doute ne me semble plus possible. Cette édition 2008 fut un succès incontestable. Les impressions d’un simple festivalier, fan de musique metal depuis une vingtaine d’années.


Faisant suite au Furyfest, un festival orienté sur le style hardcore qui se termina sur un échec, le Hellfest se présente comme un festival beaucoup plus éclectique, avec des ambitions tournées vers le grand public dans un avenir proche. Dans cette vidéo, l’organisateur, connu sous le nom de Ben, vous en dit plus sur ce qui est envisagé pour le futur du festival :



Mais revenons à l’édition présente. Peut-on dire qu’elle a d’ores et déjà atteint son objectif de satisfaire un public varié et nombreux ? Il suffit de voir l’affiche pour penser que oui. Je ne suis pas un grand fan des festivals où l’on va s’exploser les oreilles face à des sonos inhumaines, se cramer la peau sous le soleil, ou se faire submerger par des orages dans de minables tentes montées quasiment les unes sur les autres, tant la place manque. Mais regardez donc l’affiche, vous aussi : pas moins de 87 groupes, à ma connaissance un seul concert annulé (Necrophagist), un timing d’une précision et d’une rigueur indéfectible, pour permettre l’enchaînement de concerts de grande envergure sur les deux scènes principales et la scène secondaire, sur laquelle défilaient des groupes un peu moins connus, quoique l’on comptait parmi ceux-ci des références telles que Septic Flesh, Impaled Nazarene, ou des représentants de la scène française tels que Treponem Pal. Il y avait également une autre petite scène, entre le camping et les portes du site principal, sur laquelle passaient de petits groupes chargés de détendre l’atmosphère, aux heures de repas.

Mais au-delà de l’anecdotique, le Hellfest cette année, ce n’était pas moins d’une quinzaine de gros concerts par jour, de 12 heures à 2 heures du matin, durant de 30 minutes à 1 heure 15, du vendredi au samedi, qui s’enchaînaient à la perfection sur les deux grosses scènes principales, prévues pour accueillir les délires les plus improbables des groupes phares : scène à deux étages pour Venom, effets pyrotechniques divers pour ce même groupe, mais surtout pour In Flames, ou encore les délires scéniques variés avec objets gonflables pour Helloween, projections vidéos pour Ministry, qui a d’ailleurs produit samedi dernier son tout dernier concert officiel. Le Hellfest 2008 fut donc, qui plus est, le théâtre de nombreux mini-événements en eux-mêmes : le double concert Gammaray/Helloween, la dernière représentation d’une référence du rock industriel comme Ministry, un énième show de Lemmy avec Mötorhead, le premier concert de Carcass après dix ans de pause ou encore l’une des premières exhibitions du nouveau projet des frères Cavalera (Cavalera Conspiracy), célèbres leaders de Sepultura... Rien que cela vous met l’eau à la bouche. Si vous ajoutez à cela des groupes absolument incontournables de la scène actuelle, telles que Morbid Angel, Dimmu Borgir, Opeth, des représentants de styles - comment dire - peut-être plus particuliers, mais tout aussi incontournables dans leurs genres, tels que My Dying Bride, Paradise Lost, Nofx, Apocalyptica, UltraVomit et ainsi de suite... Ajoutez-y encore d’autres noms du metal comme Iced Earth, Satyricon, Anathema, des groupes français passant en scène principale comme Testament et Misanthrope. J’en passe et des meilleurs...

Mais pour que cet amoncellement à peine croyable de références du metal prenne en une bonne mayonnaise, il fallait que l’organisation suive, notamment en matière de technique, d’encadrement et de structures d’accueil. Or, il semble que rien n’ait échappé aux diaboliques organisateurs de ce troisième Hellfest, puisque même des lances à eau étaient au rendez-vous pour rafraîchir le public lors des concerts d’après-midi qui se déroulaient sous un soleil de plomb.


Hellfest 2008 : un tremplin ?

Il faut aussi noter que les organisateurs ont voulu que leur festival se présente comme un tremplin pour des groupes moins connus que les nombreuses têtes d’affiche. Doit-on considérer que, là aussi, c’est mission accomplie ? Il se pourrait bien que oui, car si l’on en juge par le public qui était constamment présent en nombre sous le chapiteau de la 3e scène (bon moyen de se protéger un peu des rayons du soleil en journée), nul doute que nombre de groupes moins connus auront été découverts par certains. Même pendant le concert de l’inénarrable Mötorhead, le dernier soir, un public nombreux, pas forcément fan de ce groupe qui sonne maintenant plutôt rétro, se pressait pour assister aux représentations de Shai Hulud suivi de Comebak Kid, que je ne connaissais absolument pas. En ce qui me concerne, j’aurais remarqué pendant le festival les prestations de groupes tels qu’Origin, Ghost Brigade ou encore Haemorrhage. Nombreux étaient d’ailleurs ceux qui auront également pu assister au concert de Benighted, autre groupe français, issu de ma ville natale.


Alors, Hellfest 2008, pure réussite et festival hors du commun ?

Il va de soi que n’étant pas un grand habitué des festivals, mon avis, à travers cet article, ne vaudra que ce qu’il vaut, néanmoins que pourrait-on reprocher à cette troisième édition du Hellfest, après ce tableau idyllique ? Pas grand-chose à mon avis. Presque tous les concerts ont eu lieu, tous à l’heure sans exception, et aucun événement n’a été marqué par un problème majeur. Personnellement j’ai trouvé que le concert du groupe Mayhem avait un son honteux, avec beaucoup trop de basses : même avec des protections d’oreille, le son était limite supportable, d’ailleurs ce concert ne m’a pas semblé soulever beaucoup d’enthousiasme. Mais c’est bien le seul qui m’a semblé connaître ce genre de problème, le son étant d’une excellente qualité pour les autres concerts (beaucoup semblent cependant déplorer qu’il y avait trop de basses sur de nombreux autres concerts). Peut-être étais-je placé trop sur le côté pour celui-ci ?

On se demande aussi pourquoi le dernier jour, les gobelets spécial festival réutilisables n’étaient plus acceptés et qu’on nous fournissait à la place des gobelets jetables en plastique qui ont accentué la saleté du site...

Peut-être pourrait-on estimer qu’il manquait un peu d’ombre sur le site ? Pourtant le décor original et de fort bonne facture proposé pour l’occasion proposait des tourelles qui en offraient un peu. Des efforts avaient donc été faits en ce sens, et en général, si l’on voulait vraiment s’abriter, on y parvenait sans avoir à tourner en rond pendant une demi-heure.

Pour la nourriture, les boissons et les autres fournitures, tout a semblé parfaitement au point, tout se trouvant, qui plus est, à seulement quelques pas des scènes principales.

Enfin un dernier point, que je ne peux taire : un public exceptionnel et une ambiance qui fut pratiquement toujours au top, ce qui a garanti le succès de l’immense majorité des concerts auxquels j’ai pu assister. Les gens étaient venus de toute l’Europe. On aura ainsi pu reconnaître des drapeaux et des langues allant au minimum de l’Espagne à la Lituanie, avec de nombreux Scandinaves, des Britanniques, des Grecs et beaucoup d’autres.

Aucun incident majeur ne s’est déroulé à ma portée, et je n’ai eu connaissance d’aucun. Pour moi, d’habitude plutôt du genre grognon, le Hellfest aura vraiment été une réussite. Bien sûr on a peu dormi, bien sûr les gens faisaient du bruit dans les campings, bien sûr il y avait un tas de comateux dans les fossés, bien sûr beaucoup de festivaliers n’ont que peu de respect pour la propreté du site, avec des tas de détritus partout au bout des trois jours, mais j’ai souvent vu pire en images, alors fi des quelques problèmes qui font aussi le charme de ce genre d’événements, après ce festival, je suis rassuré sur les quelques doutes que j’aurais pu avoir : le metal a encore un grand avenir en France et en Europe, et ce genre de festival y contribue fortement, aussi parce qu’il donne une bonne image du public metalleux aux gens de la région, très peu trouvant à se plaindre de leur attitude, à ce qu’il semble. Voir le reportage de France 3, en fin d’article.

Par cet article, qui paraîtra peut-être trop élogieux à certains (surtout à ceux qui n’y étaient pas ?), je tenais à rendre hommage à l’organisation du festival, après l’excellent week-end que je viens d’y passer, avec les quelque 40 000 visiteurs attendus. Je ne me prononcerai pas sur la qualité des groupes en présence, ayant parfois un avis assez tranché sur la question. Pour moi, l’essentiel est que ce festival fut un rassemblement de qualité pour tout le petit monde du metal.



Site officiel du Hellfest :
http://www.hellfest.fr/web08/


Reportage de France 3 :


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Nycolas 30 juin 2008 17:59

    Je m’aperçois que j’ai laissé passer une ou deux boulettes. Par exemple, il ne fallait pas lire que le festival durait du vendredi au samedi, mais bien du vendredi 20 juin au dimanche 22 juin 2008.

    De même, ce n’était pas le tout dernier concert de Ministry, puisqu’ils seront encore présents au Graspop, si j’ai bien suivi. Et peut-être font-ils une ou deux autres dates ?

    Mais il faut me pardonner, j’ai écrit cet article le lendemain du festival, en pleine nuit, avec un gros manque de sommeil ;-p

    Merci de signaler si j’ai laissé passer quelques autres coquilles, ou si mon article contient des erreurs.


    • Newby Newby 30 juin 2008 19:54

      Dans tous les cas il y a moins de problèmes dans ce genre de festivals que dans les petites "fêtes" démonstratives de nos joyeux militaires qui s’y connaissent pourtant en organisation....



      • Olga Olga 1er juillet 2008 10:17

        Parmi tous les groupes présents, je dois dire que je suis vraiment fascinée par Ministry (So what, burning inside, psalm69, NWO, warp city, stigmata, No W,....). Mais bon, je n’en suis pas rendue au point d’aller me frotter à leurs fans durant un festival : trop fluette et douillette...


        • merlin7511 1er juillet 2008 10:45

          J’ai fait le Fury 2005 et tous les Hellfest suivants, et franchement celui là restera mon favori. Orga en béton, mille fois supérieure à l’an dernier, avec une sens du détail ahurissant (la déco des bars à vin, les jeux de lumière magnifiques à la nuit tombée). L’ambiance excellente comme toujours (même si on ne se marrera jamais plus comme en 2007, où le côté galère faisait que tout le monde fraternisait dans tous les coins).

          Pour les groupes, j’ai pas vu tout ce que je voulais, j’ai surtout raté Airbourne et Madball (f*** de déprogrammation qui m’a foutu mon planning en l’air !). Petite revue :

          Paradise Lost : définitivement meilleur en fest qu’en concert, où ils ont parfois l’air de s’ennuyer. Manifestement, Nick Holmes avait arrosé l’annif de Greg avant de montre sur scène, je l’ai jamais vu aussi joyeux et facétieux. Manquaient quelques classiques, mais le show aurait pu durer trois heures. Fou de joie d’avoir eu Pity the sadness, je l’avais jamais vu en trois concerts et j’en rêvais la nuit !!

          Carcass : si on m’avait dit un jour que je les verrais sur scène... l’un des grands moments du fest.

          My Dying Bride : j’accroche pas trop à leur musique, mais je les avais vu au Furyfest en 2005 et j’avais été envouté par leur prestation. Et j’ai eu la confirmation que décidemment, j’accroche totalement à leurs concerts.

          Morbid Angel : l’apocalypse !

          Motorhead, Helloween : jamais déçu par ces vieux briscards, beaucoupe de jeunes groupes devraient prendre exemple sur ces papys. Typiquement le genre de concert où on sait qu’on en aura largement pour son argent.

          Cavalera Conspiracy : j’ai surtout accroché aux morceaux de Sepultura. Il a quel âge, le gamin qui s’est mis à la batterie ?

          In Flames : je les ai vu plus inspirés au Furyfest. Effets de lumière et de pyrotechnie complètement dingues (le feu d’artifice !)

          Mayhem : j’aime pas, et le son pourri m’a poussé irresistiblemet vers les bars.

          NoFX : j’étais devant la scène d’à côté, mais j’ai agréablement été surpris. Je n’aime toujours pas leur musique mais ils assurent incontestablement sur scène.

          Apocalyptica : moins puissant qu’à l’Olympia, j’aurai aimé plus de morceaux "à eux" et moins de reprises.

          Anathema : pas mal et rafraichissant.

          Opeth : très bonne musique, moins convaincu par la prestation scénique.

          Dimmu Borgir : le moins mauvais des concerts de Dimmu que j’ai vu, mais décidemment, ils n’arivent jamais à égaler le son monstrueux de leurs albums.

          Satyricon : j’adore...

          Slayer : bof, bof... Comment peut on rater un concert quand on a South of heaven et War Ensemble dans sa disco ? Il parait qu’en Espagne, ils étaient pire.

          Venom  : pas fan et franchement, au début, ça faisait peine à voir. Ce n’est pas donné à tout le monde de vieillir comme Lemmy !

          Candlemass : je ne peux pas être objectif car j’adore. Le chanteur a la tête de Bozzo le clown et révulse ses yeux comme Linda Blair dans l’Exorciste, mais ça marche car c’est un p*** de bon groupe.

          Il me semble que le Hellfest ets en passe de devenir l’un des plus importants fest métal en Europe, en prenant le contrepied des autres : au lieu d’avoir deux énormes têtes d’affiches et rien derrière, on propose une programmation variée et très dense en qualité et en quantité. J’espère vivement que l’on aura une prochaine édition, la balle est dans le camp des élus.


          • Wlad Wlad 1er juillet 2008 11:52

            "Cavalera Conspiracy : j’ai surtout accroché aux morceaux de Sepultura. Il a quel âge, le gamin qui s’est mis à la batterie ?"

            Ben, c’est Igor.


          • merlin7511 1er juillet 2008 12:03

            très drole !!!

            Je parlais bien sur du gamin blond haut comme trois pommes qui a remplacé Igor sur je ne sais plus quel reprise.



          • Befana 1er juillet 2008 10:47

            L’affiche du festival était alléchante en effet ! Merci pour ce compte-rendu


            • floruf floruf 1er juillet 2008 13:30

              J’attendais un peu pour me décider a m’y rendre l’année prochaine et ton article plus le retour que m’en a donné mon frangin m’ont décidé à faire le pélerinage(800 bornes !!!)pour l’édition 2009 . Au delà du fait que ce festival a réussi en quelques années à devenir une manifestation majeure du métal en Europe (avec Wacken et ses 60 000 festivaliers et le Dynamo) c’est d’autant plus jouissif que tout celà se passe sans tapage publicitaire. Up the irons !!!!!


            • Mescalina Mescalina 1er juillet 2008 13:36

              @ L’auteur,

              Un grand MERCI pour cet article qui retranscrit parfaitement mon impression sur ce Hellfest 2008 !

              Première participation pour ma part, juste le samedi car venant de Paris, j’ai pu comparer et apprécier la différence avec le Rock Am Ring (j’ai participé aux 3 dernières éditions et sur 3 jours).

              L’organisation était chirurgicale, l’enchainement des concerts excellent, le cadre magnifique (toutes ces vignes aux alentours...) et un vrai soin apporté au décor, et pleins de détails (les verres signés, la lance à eau pour nous soulager de la chaleur, les stands de boissons très design), la programmation excellente...

              1- bonheur absolu de ne pas faire la queue 20 minutes pour accéder aux toilettes ! Et toilettes de "luxe" comparé à ceux du Rock am Ring
              2- accès quasi instantané aux bières (et vu la chaleur cela nous a souvent sauvé IoI), et le tarfif abordable (2 euros vs 2.8 en Allemagne)
              3- Très bonne ambiance et bon public, aucun incident majeur (ce qui est aussi le cas au RAR, le public métal étant fétard et respectueux dans une très large majorité, il faut le rappeler et le répéter)
              4- Et le cadre... Clisson est une ville MAGNIFIQUE, le petit restau au bord de l’eau le dimanche midi, cette ville vaut le détour et ce festival va lui faire une renommée internationale (je vais y envoyer mes parents), et c’était bien rigolo et sympathique de voir tous ces trashers et leurs teeshirt Morbid Angel se balader avec leurs appareils photos dans le centre ville, les yeux écarquillés comem des grands enfants IoI

              Et je tairai la bétise du collectif "clisson sans hellfest", qui représente tout ce que la connerie humaine à de plus détestable et intolérante. Qu’ils brulent en enfer, bouahahahahahahahahah !!!! (humour).

              Ce festival est à taille humaine, le RaR est devenu une grosse machine, pour l’année 2009 c’est sur, je prends mon pass 3 jours dès la mise en vente.

              BONNE CONTINUATION ET MERCI

              Mescalina


              • Nycolas 1er juillet 2008 22:20

                Merci à tous pour vos commentaires. J’aurais pu parler, dans les points négatifs, du problème récurrent à tous les concerts et festivals : musique trop forte, protections d’oreille indispensables, sinon danger auditif... Mais pour faire bouger les choses sur ce point il faudrait une prise de conscience générale dans le monde de la musique : on peut apprécier la musique sans monter le volume à ce point.

                Ceci étant dit j’ai préféré souligner les particularités positives du festival, tant il aurait été injuste de ne pas rendre hommage à l’organisation et à la réussite de cette fête.

                @merlin7511 : je partage l’essentiel (mais pas toutes) de tes impressions, et je tenais à souligner les apparitions et prestations de groupes tels que Morbid Angel, Carcass ou My Dying Bride, mais aussi Ministry, qui furent parmi les concerts les plus réussis (même si je serais curieux de redécouvrir My Dying Bride sur scène dans de meilleures conditions : plus de temps pour jouer plus de morceaux, moins de soleil pour mieux apprécier leur musique à tendance intimiste et dépressive).

                Dommage aussi qu’on ne puisse pas voir Morbid Angel et Cult of Luna, apparemment deux des meilleurs concerts du festival, qui avaient lieu en même temps...


                • merlin7511 2 juillet 2008 09:59

                  D’acord avec toi pour My Dying Bride, quand je vois avec quellle facilité ils arrivent à transporter le public dans leur trip en plein soleil et en plein air, je suis très curieux de les voir le soir dans une petite salle intimiste.

                  Pour le son, je me trompe sans doute, mais je n’ai pas vu d’opération de sensibilisation (style distribution de bouchons d’oreilles), comme ça se fait parfois dans certains concerts à Paris. Je pense que ce genre d’action devrait être programmée pour l’an prochain, d’autant que beaucoup de métalleux n’hésitent plus aujourd’hui à en porter, l’époque où cela faisait ringard est désormais (et heureusement) révolue.

                  Enfin tu as raison de te concentre sur les points positifs du Hellfest, l’an dernier, tout le monde les a lynché pour l’organisation sans leur faire la moindre concession .

                  Ceci dit, encore une fois, un immense bravo à l’organisation, à Ben et à tous ses bénévoles.


                  • Nycolas 2 juillet 2008 12:27

                    Il parait qu’il y avait une paire de bouchons d’oreille en mousse dans certains sacs hellfest (distribués à l’entrée du festival), mais pas d’explications sur la manière de les utiliser... Donc il y aurait des progrès à faire de ce côté là, pour l’année prochaine, en effet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires