• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Heureux comme un Corot !

Heureux comme un Corot !

Heureux comme un Corot qui fait des ronds dans l'eau. Le peintre aimait l'amitié, il aimait aussi voyager. De ses séjours à Rome, à Naples, à Venise, il fera de superbes tableaux. Mais il sillonnera aussi la France, aimant peindre en plein air. Ne cherchant ni la gloire ni à achever tous ses tableaux, il ne fut connu quà plus de cinquante ans. Mais nombre de ses toiles sont aujourd'ui inestimables comme ces "Bretonnes à la fontaine de Batz" et bien d'autres.

Heureux comme Corot qui fit de beaux voyages
En Italie et dans nos belles régions.
Et puis est retourné, pour peindre à Barbizon
Ou à Fontainebleau de si beaux paysages !

Non, Corot n'est pas le chef de file des impressionnistes !

Corot aimait à saisir la lumière à différents moments de la journée, préférant être au-dehors que dans son atelier. Si Corot fit l'admiration, après sa mort, de grands peintres comme Monet ("Il y a un seul maître, Corot. Nous ne sommes rien en comparaison, rien" Claude Monet, 1897) ou Degas ("Il est toujours le plus grand, il a tout anticipé..." Edgar Degas, 1883), il est considéré à tort comme le père de l'impressionnisme. En effet, la filiation n'est pas directe et, d'autre part, Corot était trop modeste dans sa démarche pour prétendre créer ou influencer quelque mouvement artistique que ce soit. En outre, ses tableaux ne sont pas délibérément peints à la manière des impressionnistes ; ils sont simplement - bien souvent - inachevés. Ce qui pour Baudelaire était une qualité. Le poète écrivit à propos d'un tableau de Corot " ... en général ce qui est bien fait n'est pas fini et ... une chose très finie peut ne pas être bien faite du tout".

Une notoriété très tardive

Non seulement, il commença son métier de peintre tardivement, en 1822, à l’âge de 26 ans, mais il ne connut la gloire que passé la cinquantaine. Corot sera l’un des premiers peintres à travailler dans le village de Barbizon. Il se rendait aussi dans la forêt toute proche de Fontainebleau. Il ira également peindre dans la vallée de la Seine, et sur les côtes de la Manche. Il fit trois voyages en Italie, huit séjours au moins en Bretagne. Au cours de ses pérégrinations, il ne cessa de peindre des paysages idylliques, généralement parsemés de petits personnages, selon les règles du paysage classique. 

En mars 1826 à Rome, il prit plaisir à peindre à différentes heures du jour : "Rome vue des jardins Farnese le matin", "Vue de Rome, le Colisée, le midi", "Le Forum vu des jardins Farnèse, le Soir".

Peintre des impressions (mais pas impressonniste), peintre de l'inachevé, il réalisa le tableau "Le pont de Narni" en septembre 1826. Corot a délaissé le premier plan et s'est concentré sur les jeux de lumière avec le pont, l'eau et la végétation environnante. La cité de Narni l'avait attiré pour ses ruines romaines d'un pont construit sur la Nera par l'empereur Auguste. Pour Corot, son tableau n'étant pas fini, ne méritait pas d'exposition au public. Mais le regard de nos contemporains, habitué à l'esthétique impressionniste, croit y déceler la manifestation d'une démarche d'avant-garde de ce mouvement pictural.

Huit voyages en Bretagne

Bretonnes à la fontaine de Batz

Un homme d'une grande générosité

Sa générosité était très connue : en 1871, il donna 20 000 francs aux pauvres de Paris, qui subissaient le siège des Prussiens. En 1872, il acheta une maison à Auvers-sur-Oise, qu’il offrit à Honoré Daumier, devenu aveugle et sans ressource. En 1875, il donna 10 000 francs à la veuve de Jean-François Millet pour l’aider à élever ses enfants. Il aida également financièrement un centre pour jeunes déshérités, rue Vandrezanne, à Paris. Le fait qu'il était célibataire et sans enfants lui permettait de faire des dons.

Vidéo clip des oeuvres de Corot en 3 épisodes : Italie, Bretagne, France, portraits. Sur une musique de Schubert.
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • alberto alberto 2 novembre 2012 10:47

    Salut Taverne

    Corot chef de file des impressionnistes : certainement pas.

    Corot précurseur et inspirateur : certainement, ainsi que l’ont reconnus ses « successeurs » .

    Merci pour ton clips .


    • Taverne Taverne 2 novembre 2012 11:22

      Nous nous rapprochons peu à peu d’Edouard Manet... (je dis ça pour l’avatar que vous avez choisi).

      Corot s’est longtemps présenté comme un simple amateur, un « artiste du dimanche » mais de tous les jours de la semaine. Il ne prétendait donc a fortiori pas fonder un courant.

      « Je veux être un homme heureux », est la chanson qui résume assez bien sa vie.


    • jack mandon jack mandon 2 novembre 2012 11:28

      Bonjour Taverne,

      Si l’on veut s’abandonner, rêver, méditer dans un creuset matriciel maternel, se poser. Place à la gestation de l’âme.
      Dans cet univers romantique une large place est donnée aux descriptions poétiques, aux épanchements intimes, aux sujets sentimentaux, religieux, fantastiques, aux décors historiques.
      Comme je vous le disais dans un autre climat, empoisonné par le chaos du monde, l’art qui prend sa source dans la tragédie antique ou prône la cruauté, est amoral, organique, en fait il prend même la forme de la mort. L’homme y travaille.
      Cette vision romanesque est reposante, elle vient du ventre maternel qui prépare et donne la vie. Elle est féminine.
      Les hommes lui donnèrent le nom de romantique, classifiant, étiquetant sans vraiment comprendre que ce moment artistique était tout simplement intemporel, qu’il nous parlait de la relation profonde et mystérieuse de la femelle mammifère à son petit.
      Plus qu’une période de l’histoire de l’art cette période chante simplement la vie.
      Tout homme qui sait écouter l’enfant qu’il porte en lui entend bien le message. Rien n’est tout à fait perdu dans la tendresse.

      Merci Taverne


      • jack mandon jack mandon 2 novembre 2012 11:48

        Taverne,

        Peut être un réflexe de financier, de salafiste, d’intello mao, vous trouverez même des gens,
        peut être simplement malheureux et inconsciemment fiers de l’être qui refuseront votre article.

        La vie simple, la vie à l’état brut est trop présente dans ce message pour une âme douloureuse
        Je ne suis plus très sur que le monde veuille poursuivre l’élan de vie.
        Au secours les femmes, surtout sans dogme et travestissement, des vraies femmes !
        Les femmes avec le coeur, le ventre, mais avec la raison aussi. 


        • Taverne Taverne 3 novembre 2012 09:59

          Oui, Jack, cela laissera indifférents certains barbus ennemis de l’Humanité... A propos de barbus, il y en aura plein après Corot : Manet, Courbet, Millet et d’autres après eux. Mais ceux-là étaient des barbus sympas.

          Amour des gens, communion avec la nature, Corot était un homme simple.


        • Jason Jason 2 novembre 2012 18:12

          Bonjour Sabine,

          Je partage votre point de vue en général. Il doit y avoir des sites un peu moins commerciaux (et sans doute d’autres qui le sont plus, tels certains forums conso).

          Pour moi, Avox est devenu une habitude et j’y vais régulièrement. Quant à la médiocrité, elle est partout, dans un univers d’idées jetables. Mais, oh miracle, il y a parfois des pépites.

          Ne baissez pas les bras dans la recherche d’un site moins fouillis.

          Cordialement


          • Chupa chups Chupa chups 2 novembre 2012 18:22

            Magnifique. Par contre ce qui me gène c’est que se peintures ont l’air assez hétérogènes. Certaines ont l’air plus, comment dire, « réalistes » que d’autres. Ça me gène, je ne sais pas pourquoi ...


            • Taverne Taverne 3 novembre 2012 09:27

              Cela vient peut-être de moi. Je m’aperçois que j’ai posé un tableau aux traits larges juste après une toile au dessin très fin et réaliste.


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 novembre 2012 19:25

              Très very très bien ce clip . 


              Donne un bon aperçu de l’ oeuvre .

              Des pâtes oui  mais ..... smiley

              • Dwaabala Dwaabala 2 novembre 2012 22:21

                Si Jean-Baptiste Corot n’a pas été le précurseur de impressionnistes, il a eu un prédécesseur, sinon un cousin, pour ses œuvres de jeunesse dans la campagne romaine : Pierre Henri de Valenciennes.
                Nombreuses illustrations :

                 http://www.google.fr/search?q=pierre+henri+de+valenciennes&hl=fr&rlz=1T4ACEW_frFR371FR372&prmd=imvns&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=LTeUUOWID8eYhQeosIGACg&ved=0CC0QsAQ&biw=1024&bih=372


                • Taverne Taverne 3 novembre 2012 09:21

                  En cliquant sur votre lien puis sur une image, je suis tombé sur la tribune de l’art qui parle d’une exposition Corot à Karlsruhe.


                • Taverne Taverne 3 novembre 2012 09:59

                  Vous êtes un dé-tracteur ?


                • Isis-Bastet Isis-Bastet 4 novembre 2012 13:11

                  Corot a été le professeur de la peintre impressionniste Berthe Morisot.


                  • Taverne Taverne 4 novembre 2012 18:06

                    Vous oubliez le lien vers votre article sur Berthe Morisot. Je me permets donc de l’ajouter.


                  • Dwaabala Dwaabala 4 novembre 2012 14:56

                    Détracteur de qui, de quoi ? grands dieux !

                    Non, votre article a ce rien de passion qui plaît, quant à Corot que j’ai tant vu et vénéré...

                    C’était un homme de cœur qui ne laissait pas un ami dans le besoin, paraît-il.

                    Ce n’est pas attenter à sa grandeur que de le rapprocher de PH de Valenciennes qui fut son aîné, comme les impressionnistes furent ses cadets.

                    Avez-vous remarqué que les auteurs des clichés se sont mépris au point d’attribuer l’auto-portrait de Corot à PH DE V ?

                    Cordialement.


                    • Taverne Taverne 4 novembre 2012 18:09

                      C’était juste une blague avec tracteur et détracteur. Je reformule :« Savez-vous comment on nomme quelqu’un qui dénigre François Bayrou ? Réponse : un dé-tracteur. » Voilà, ce n’était que çà...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires