• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Houellebecq, Goncourt et dépendances

Houellebecq, Goncourt et dépendances

Exemple type d’une mauvaise journée qui s’annonce. Au petit matin en buvant votre premier café de la journée tout en survolant le journal, vous apprenez que le Goncourt sera probablement attribué à Michel Houellebecq. Le réseau des maisons d’édition fonctionne toujours aussi bien, faisant fi de la crédibilité artistique, elles se partagent les prix littéraires avant de se répartir la manne financière à venir, parce que c’est de cela qu’il s’agit avant tout et tant pis pour les talents ignorés, place aux blockbusters, ceux dont on est certain qu’avec un minimum de marketing ciblé et un matraquage médiatique toutes chaînes confondues on dépassera allègrement le seuil de rentabilité de plus de cent milles exemplaires écoulés sans compter les éditions de poche.

Après une journée de dur labeur, vous vous rendez dans le centre commercial le plus proche, vous passez par la librairie. O surprise ! Des piles de « La carte et le territoire », juste à côté des tours de l’opus annuel d’ Amélie Nothomb « Une forme de vie », Flammarion et Albin Michel, bin tiens ! Renaudot et Goncourt ? Ou vice versa , à moins que Grasset qui présente « Apocalypse Baby » de Virginie Despentes ne vienne jouer les perturbateurs, sans oublier les autres prix littéraires à attribuer. Il en faut bien pour toutes les maisons d’éditions, n’est-ce pas ?

Vous fuyez vers le Carrefour tout proche pour faire vos courses. Erreur fatale. Le rayon bouquins est à l’entrée. Une tête de gondole complète de Houellebecq ! Deux mètres de haut sur un mètre vingt quand même !
Tout compte fait, c’est peut-être bien sa place à Houellebecq en tête de gondole dans un hypermarché, à côté des packs de Coca et de poudres à lessiver. Cette semaine Promotion Exceptionnelle ! A l’achat d’un Houellebecq, 1 gratuit ! Déjà qu’on se demande ce qu’on peut faire d’un exemplaire, imaginez avec deux. Petite astuce : si vous avez un meuble bancal….ou alors comme réserve de papier au petit coin…..

Y en a marre de voir comment les recenseurs littéraires remisent leur sens critique au vestiaire pour encenser chacun des opus de « l’oeuvre » de l’écrivain, comme s’ils avaient peur en le critiquant d’aller à contre-courant de la pensée unique qui veut établir le crédo, en son temps érigé par Guillaume Durand lors de la sortie des Particules Elémentaires : « Houellebecq est un génie »(sic). Un médiocre en rencontre un autre et pense reconnaître l’empreinte du talent, comme quoi quand on mesure les autres à son aune…

Lire Houellebecq, c’est lire ou relire un écrivain qui ne finit pas de se raconter lui-même avec ses obsessions principales : lui, sa dépression chronique et le sexe. Pas le sexe flamboyant, gaillard, onirique, mais le sexe triste, dépressif comme une érection molle demandeuse d’une dose de Viagra.
Un style tout à son image, pâle, inexistant, déplaisant à l’image de l’auteur, réduit à séduire ceux qui comme lui font la fortune des psychothérapeutes qui abondent en ces temps difficiles et dont les salles d’attentes regorgent de clones houellebequiens.

Comment peut-on encenser un type capable d’exprimer des conneries nauséabondes telles que « Chaque fois que j’apprenais qu’un terroriste palestinien, ou un enfant palestinien, ou une femme enceinte palestinienne, avait été abattu par balles dans la bande de Gaza, j’éprouvais un tressaillement d’enthousiasme à la pensée qu’il y avait un musulman de moins »….

Houellebecq est à la littérature ce que le mal de dents est à l’homme : agaçant, douloureux et évitable avec un minimum de prévention.
En ces temps de crise, faites une économie n’achetez pas « La carte et le territoire », pensez à votre pension…..
 

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • voxagora voxagora 1er novembre 2010 11:54

    Oui. Merci de prendre la peine d’écrire un article

    pour nous rappeler la triste réalité de la « culture » littéraire.
    Espérons que ceux qui n’ont pas la chance d’y avoir accès par internet
    en soient informés par d’autres voies,
    parce que ça fait cher le cale-meuble !


    • Zoorro 1er novembre 2010 12:35


      Michel Houellebecq est probablement le meilleur écrivain français de sa génération.

      Je viens de terminer son dernier livre (« La carte et le territoire »), et c’est un très bon livre, bien écrit, riche de personnages très bien dessinés et de situations justes, l’intrigue en est prenante, l’arrière plan philosophique, sociologique, historique tout à fait pertinent.
      En plus c’est un livre intelligent, truffé de passionnantes références culturelles qui apportent une véritable valeur ajoutée à l’ensemble (comme c’est toujours le cas chez Houellebecq).

      Il se peut que je ne sois pas objectif, étant donné que j’ai déjà aimé tous les livres précédents de cet auteur. Mais comme il se trouve que j’ai lu, ou essayé de lire, un bon nombre des romans de la « rentrée » (étrangers et français, y compris le Nothomb qui je vous le concède n’est pas « un bon Nothomb »), je puis vous assurer qu’à mon humble avis « La carte et le territoire » est de loin ce que j’ai lu de meilleur.

      Pour ce qui est du Goncourt, je vous donne raison, ce prix a couronné bien des livres tout à fait médiocres ces dernières années, si bien que si en 2010 il couronnait Houellebecq, ce serait plutôt un bien pour sa crédibilité, mais en réalité je ne souhaite pas véritablement que ce soit le cas, Houellebecq n’en a pas besoin du tout.

      Un auteur à succès n’est pas nécessairement un mauvais auteur et s’attaquer à Houellebecq ne rendra aucun service à des auteurs moins célèbres.
      Ma conclusion est : lisez « La carte est le territoire ».


      • ZenZoe ZenZoe 1er novembre 2010 16:03

        Déjà, prendre le temps d’écrire un article pour insister que l’écrivain ne vaut pas la peine qu’on s’intéresse à lui, je trouve ça cocasse !

        Pourquoi Houellebecq vous dérange-t-il ? Personne ne vous force à le lire et personne ne vous force à acheter les Goncourt, vous savez. Quant à ses lecteurs fidèles, pensez-vous que ce soit tous des gogos incultes et naïfs, incapables de faire la différence entre un Guy des Cars et un Jean-Paul Sartre ?

        Tout le monde sait bien que l’attribution des prix littéraires est trafiquée, mais ça n’empêche pas qu’ils soient attribués assez souvent à des auteurs talentueux. Personnellement, j’apprécie cet écrivain et son univers particulier. Un Goncourt pour lui, pourquoi pas ? 

        Ma conclusion sera la même que Zooro. Lisez Houellebecq ! Si vous ne voulez pas acheter ses livres, il y a sûrement une médiathèque pas loin de chez vous ?

        Bonne lecture donc, et bonne fin d’après-midi à vous.


        • vinvin 1er novembre 2010 19:03

          (@L’ AUTEUR).


          Vous dites que HOUELLEBECQ a écrit ceci : ( Chaque fois que j’ apprenais qu’ un terroriste palestinien, ou un enfant Palestinien, ou une femme enceinte palestinienne, avait été abattu par balle dans la bande de gaza, j’ éprouvais un tressaillement d’ enthousiasme a la pensée qu’ il y avait un musulman de moins). Fin de citation.

          C’ est vrai ? HOUELLEBECQ a écrit ça ?

          je ne connais pas bien cet écrivain, sauf de nom, donc je croyais qu’ il écrivait que des conneries ! .... Excusez-moi de m’ être trompé a son sujet, je pense que je vais me mettre a acheter ses livres ! 



          VINVIN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès