• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Houellebecq, la possibilité du vide - acte II

Houellebecq, la possibilité du vide - acte II

Voici bien la patte des grands communicateurs, le suspens aura été entretenu jusqu’à la dernière minute. La veille encore TF1 refusait de confirmer la nouvelle. En effet, l’idole des clones, ne s’était-il pas décommandé, in extremis, de l’émission Campus  ? Normal, en un sens, Guillaume Durand nous parle encore de littérature, sujet assez éloigné des préoccupations de l’invité de Patrick Poivre d’Arvor.
Arrive, finalement, le moment fatidique tant espéré par ses fans, au titre desquels se situent en première ligne les adeptes de Claude Vorilhon (connu sous le nom de Raël chez les martiens et autres planètes charlatanesques) : Michel Houellebecq, à l’instar des Villepin, Sarkozy et autres Hollande, est bien sur le petit écran du journal télévisé de 20 heures.
Après un sujet consacré au « un million d’euros légué aux vieux d’un village de France », l’homme aux 1,5 millions d’euros d’à-valoir va, enfin, prendre la parole, non pas en direct mais préenregistré. En effet, Fayard, qui veille jalousement sur son investissement, se méfie des saillies, style « l’islam est la religion la plus con », de son poulain.
Ainsi, nous avons appris qu’il était content de lui, qu’il avait écrit un grand livre, qu’il ne semblait pas être convaincu d’occuper une grande place dans la postérité littéraire (reconnaissons au moins à Houellebecq une certaine lucidité sur lui-même) et surtout que les Français avaient le goût pour la polémique. C’est, d’ailleurs, là le plus intéressant et le plus révélateur, car sur ce point, le livre est très bien fabriqué. Son auteur a su parfaitement tirer les leçons du succès de Plateforme. On se souvient que sa fin relatait un attentat d’Islamistes contre l’Occident en proie à la débauche. L’ouvrage était sorti le 3 septembre 2001, le 11 le monde découvrait, avec effroi, l’effondrement des Twin’s ? et les possibles qualités prémonitoires de ce jeune écrivain auto-élevé, pour la circonstance, en prophète.
Le prochain épisode des aventures houellebecquiennes devrait se situer autour du 3 novembre, chez Drouant, pour le Goncourt. Le prix ne devrait pas échapper à « La Possibilité d’une Ile », Bernard Pivot, tout nouvel occupant du premier couvert, l’a lui-même adoubé considérant qu’il s’agissait « du plus excitant » et du « plus accompli » de ses livres.
Enfourcher le cheval de la célébrité mondiale sera bien trop tentant pour nos fines bouches académiques. Il s’agit d’une occasion rêvée d’asseoir la notoriété, au niveau de la planète, d’un prix littéraire trop circonscrit aux limites hexagonales, même si l’on feint d’ignorer que la déferlante d’articles consacrés à Houellebecq est due moins à ses talents littéraires qu’à la campagne marketing de son éditeur, qui n’a rien à envier à un album de Madona ou au lancement de la dernière lessive, comme le rappelait François Busnel dans Lire.
Enfin, les Goncourt feront preuve d’originalité, la pire il est vrai. Car levons l’hypocrisie et appelons les choses par leur nom ! Pour la première fois dans leur histoire ils récompenseront un livre faisant, ouvertement, l’apologie d’une secte où argent, sexe et immortalité, sur fond galactique, sont élevés en vertus cardinales, tout comme le fait d’ailleurs Houellebecq. Les Raëliens n’ont pas manqué, au demeurant, de s’en féliciter dans un communiqué, repris par l’AFP, clamant « leur satisfaction de voir enfin un intellectuel français de premier plan (?) reconnaître les qualités exceptionnelles de la philosophie raëlienne. Et la secte ajoute : « Enfin un pavé dans la mare d’intolérance des milieux intellectuels francophones, lâches, prêts à toutes les bassesses pour être politiquement corrects »
Au fait, et le lecteur dans tout cela ? Pour un peu on l’oublierait celui-là. Selon un sondage, cité par Europe1, la moitié des Français ne connaîtrait même pas le nom de Houellebecq et, selon les libraires, les premières ventes n’ont pas encore détrôné Harry Potter.
Vous rendez-vous compte ? Houellebecq relégué, par le petit sorcier, chez les Moldus ! Voilà qui serait le réel scoop de la rentrée !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Michel 20 (---.---.204.7) 1er septembre 2005 17:40

    comment parler encore plus dans le vide ? je me le demande. Si c’est la seule chose que tu as à dire sur Houellebecq, c’est triste. As-tu aumoins lu un de ces livres ? Et la possibilité d’une île ? Bref, il faut critiquer le texte par le reste dont on se fout complètement !


    • L'équipe AgoraVox Allan 1er septembre 2005 18:44

      Je comprends pas trop le commentaire qui précède. Raël fait bien partie du livre non ? D’ailleurs, à ce sujet l’Unadfi dénonce une apologie des raéliens :

      « Je pense que sous des formes de fiction, de provocation, il y a une apologie de la secte raélienne, et cela me chiffonne évidemment », a déclaré Mme Picard à l’AFP, relevant qu’il « y a une cinquantaine de pages qui présentent la secte ».

      Je comprends qu’on puisse se méfier un peu d’un type qui ne trouve pas mieux de définir l’Islam comme la réligion la plus conne et que par la suite s’amuse à faire l’apologie d’une secte d’allumés partouseurs...

      Voir aussi cet article de Libé :

      "Ses rapports avec Raël ? Il s’en est inspiré pour pour les Elohimites de son livre. Il connaît très bien Claude Vorilhon, alias Raël, et a assisté à certains de leurs séminaires. Et il est sans doute sympathisant de la secte mais pas adhérent. Il la traite en tous cas avec complaisance. C’est impossible de croire en tous cas qu’il l’ait infiltrée pour écrire son livre. A l’époque, il était déjà connu planétairement et Raël était bien content de l’accueillir."


      • Martine (---.---.31.96) 2 septembre 2005 11:02

        Justement, le titre traduit parfaitement la personalité de Houellebecq : le vide ! Il faut être parfaitement aveugle ou inculte pour voir dans « la possibilité d’une Ile » la trace du génie d’un auteur à décrire les maux de notre société. Certes, il le fait, non sans un certain talent mèlé d’humour noir, mais cettte descrription est plate, lamentablement plate, et insignifiante. Relisez Foucault, les pistes qu’il donne pour décrypter notre époque sont mille fois plus profondes, pertinentes et toujours actuelles. Lorsque je vois qu’on se permet de comparer Houellebecq (il le fait lui-même en parfait mégalomane) au Marquis de Sade, à Balzac, Zola, Sartre et Baudelaire (excusez du peu !) il faut ne jamais avoir lu ces auteurs et faire montre d’un obscurantisme total. Les plans cul que nous vale la sexuamlité patholigique de l’auteur, étalés dans chacun de ses livres font pâle figure face à un Louis Calafert ou un Georges Bataille. Enfin comment qualifier de livre visionnaire, comme je l’ai lu sous la plume d’un commentateur thurigéraire, un opus ou comme seule sortie de l’histoire l’auteur ne peut se résoudre qu’à faire l’apologie d’une secte aux théories de laquelle la lecture des très nombreuses pages qu’il lui consacre, ainsi que ses déclarations, montre qu’il y adhère parfaitement. Avez-vous eu la curiosité d’aller sur les sites des réaliens. J’ai eu la curiosité de parcourir celui consacré.... au femmes (http://www.sowoman.org) ? Les conseils donnés par Raël sont édifiants. Pour ce gourou, dont Houellebecq est un fidèle partisan, la protistution est une banalité, un travail comparable à celui d’un ouvrier ou d’un ingénieur qui « loue leurs corps à leurs patrons ». Raël préconise, bien sur et on s’en doute, l’amour libre avec tout individu de rencontre qui nous plaise mais suurtout préconise la liberte des rapporets sexuels dès l’âge de ... 14 ans ! Peut-être est-ce cela qui tente Houellebecq ? J’aimerais bien connaître son opinion sur la pédophilie quand on voit le nombre de fois qu’’il emploit, dans son livre, l’expression « Jeune salope » souvent qualifié « d’infernale » ! Et je passe sur l’expression « pétasse » que l’on retrouve à chaque coin de pages. Alors franchement que des gens comme Nourissiez, Sollers ou Pivot (il m’a bien déçu) encensent Houellebecq et militent pour lui faire délivrer le prix Goncourt, oui, il faut vraiment que notre monde soit bien malade. Je souscris parfaitement aux propos de Lallement dans ses articles sur Houellebecq. Dans l’histoire, son réel talent est de nous faire acheter son livre et de lui faire gagner de l’argent. Sur ce point, aussi, HOuellebecq rejoint Raël !


        • grellety (---.---.129.130) 2 septembre 2005 14:44

          L’explication marketing de la propagande totalitaire en faveur du dit Michel satisfait la raison, naïve, bonne fille. L’intérêt intéresse les intéressés, nous en sommes tous là, égo sum. Mais quoi ? Il n’y aurait rien d’autre. Et si l’affaire visait la « stérilisation » forcée des êtres virils, féconds ? S’il s’agissait pour une gent parisienne de faire en sorte que ceux qui peuvent enfanter et créer ne le fassent pas, à coup de... cynisme. Souvenez-vous de l’anecdote Diogène versus Alexandre. Du point de vue des cyniques, Diogène passe pour un homme libre qui dit son fait au puissant. Et que fait le puissant ? Il sourit, salue le sieur, et s’en va. Diogène, lui, reste dans sa m.... Le cynisme n’est ni plus ni moins que le degré zéro de l’existence, l’abandon de ses forces, une mort commencée dans la vie même. « La possibilité d’une île » n’est-elle pas que la fuite d’un cynique devenu désormais riche ? Nouveauté « moderne »... Mais chose bien connue de ceux et celles qui dirigent le monde : ne vous intéressez ni aux affaires publiques, ni aux affaires privées (business). Et rêvez de... « la possibilité d’une île ». Sans - moi...


          • Saint-Just (---.---.17.132) 4 septembre 2005 18:10

            Et alors ! Même si Houellebecq était raëlien en quoi cela interférerait-il avec son talent ? Céline était ouvertement antisémite et pourtant c’est un écrivain de génie. Même votre Sartre, tout prix Nobel qu’il était, a toujours soutenu les régimes totalitaires et a eu pendant l’occupation un comportement qui n’a pas été des plus glorieux ! Plus près de nous et dans un autre registre John Travolta et Nicole Kidmann sont des scientologues revendiqués. Personne ne conteste leur talent d’acteur ni n’appelle au boycotte de leurs films ! Sacha Guitry était aussi mysogine que Houellebecq et personne ne lui en tient rigueur. Franck Sinatra était un mafioso non contesté et nous continuons de louer en lui le plus gand des crooners ! Houellebecq est l’auteur français le plus lu dans le monde, nous devrions nous en réjouir. Peut être est-ce cela qui dérange et devrons-nous faire comme Stendhal .... attendre qu’il soit mort pour reconnaître son génie ? Car Houellebecq est le premier àa avoir décrit le monde tel qu’il est et tel qu’il va devenir. C’est bien cela qui dérange notre intelligensia bien pensante. Il est assez curieux et comique de voir l’alliance du Figaro et de Libération pour dénigrer Houellebecq. Tout ça pour ne pas avoir figurer parmi ceux qui ont pu lire le manuscrit. Justement, si tous les éditeurs faisaient de même peut-être qu’enfin nous aurions un regard objectif sur l’écriture. Lire Houellebecq c’est bien ce qui compte et il étonnant de considérer que ceux qui l’ont critiqué sont justement ceux qui n’ont jamais lu la possibilité d’une ile, certainement le meilleur de ses livres et qui est appelé un succès planétaire sans précédent ? C’est cela qui rend jaloux les petits esprits de Saint Germain des Près !


            • Jacques (---.---.29.216) 5 septembre 2005 13:28

              Féminité Le futur de l’humanité « Si la féminité est un remède pour l’humanité et la voie pour empêcher sa destruction, la développer en soi, devient une nécessité et une responsabilité de chaque être humain sur cette planète, quel que soit son genre » Raël Merci pour ce lien !


              • (---.---.9.46) 16 septembre 2005 23:06

                Lisez le papier de Claude Allègrre dans l’Express de cette semaine sur Houellebecq et le Goncourt :


                • B.L. (---.---.141.8) 23 septembre 2005 08:06

                  Voir la transcription du « chat » de Demis Demonpion dans télérama.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès