• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Hymne à l’amitié

Hymne à l’amitié

La vie dans les cités de nos villes n'est pas toujours facile. Beaucoup de commentateurs ont décrit la colère, la violence, la désespérance, oubliant parfois que des enfants deviennent des adultes, attachés à leur quartier et même à leur immeuble que d'aucuns voudraient détruire.

Des jeunes écrivains comme Jeff Sourdin, né en 1978 ont fait le choix du meilleur, du vrai, c'est à dire aussi de cette amitié qui lie parfois pour la vie des êtres.

Voici là une œuvre humaine, optimiste qui en plus se lit aisément, sans pause.

JPEG - 6 ko

« Le clan des poissards »

roman de Jeff Sourdin

Editions de La part commune

février 2012

215 pages

16 €

 

Une chronique des années 2000

L'un des quatre héros, s'appelle Trotski et le tout ne se passe pas au début du 20ème siècle en Russie mais en France, à Rennes , un siècle plus tard.

Léon Trotterie- c'est un nom qu'il faut apprendre à porter au Lycée- est vite devenu Trotsky. C'est un insubmersible comme le premier mais un petit peu plus petit.

Le clan des Poissards est avant tout l'histoire de quatre amis, particulièrement liés, de leurs itinéraires nourris d'espérances, d'échecs, d'espoirs et parfois de surprises.

Le lecteur va vivre les évolutions en cours durant toute cette première décennie du troisième millénaire dans une cité et une grande ville de « Province ».

L'un a du pain sur la planche pour se construire et essayer de survivre en passant d'un petit boulot à l'autre. Une autre,« bien » née a ,à l'entrée du lycée « un niveau culturel digne de classes préparatoires mais la maturité émotionnelle d'une enfant de douze ans »...Rien n'est totalement inné ni acquis et chacun ou chacune peut se bâtir un avenir en réduisant ou en supprimant son handicap.

L'auteur est optimiste, certes mais il n'enferme pas le lecteur dans un conte de fée.

La vie est rude, la société de plus en plus duale et certaines valeurs disparaissent.

Les quatre amis avaient aimé le foot dans leur jeunesse et si leur passion n'était pas retombée, le Stade Rennais de 2000 à 2008 n'est plus ce qu'il était. Il a grossi, s'est embourgeoisé et empâté.

« Le Stade ne s'occupait plus de ses ouvriers, de ses paysans et de ses petits retraités.....Changement de classe. Chacun assis à sa place. Place aux loges et aux salons VIP, au champagne et aux petits fours, servis par des hôtesses vêtues de court... »

Le fric est roi et les bailleurs peu sociaux n'hésitent pas à démolir des grands ensembles, à les remplacer par des immeubles plus cossus et à « inviter » les habitants pourtant attachés à leur quartier à vivre autre part là où il y a de la place.

Quoi de plus fort que l'amitié qui dure...La dilution existe. Si les idéaux flétrissent quelque peu avec l'âge et les difficultés rencontrées par chacun, la vie se renouvelle et la fraternité peut se maintenir.

Cette chronique où se conjuguent, dans un style alerte, le réalisme et l'optimisme se lit facilement, trop facilement par le lecteur qui a du mal à abandonner ses nouveaux amis.

 

Jean-François Chalot
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 10 juillet 2012 13:51

    Bien d’accord Chalot sur ce qui se passe dans les villes.
    Moi qui suis citadin, je peux en raconter un bout. Peut-être plus qu’un livre.
    Plein de microcosmes qui ne se connaissent pas.

    Alors, est-ce différent en dehors des villes ?
    Pas si sûr que cela.
    On se connait peut-être mieux entre voisins.
    Enfin se connaître, je veux parler des tares des autres qui elles sont bien connues par chacun.
    Tu veux qu’on écrive un livre sur le sujet ? smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès