• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Il segno del comando, ésotérique, sombre et somptueuse œuvre de (...)

Il segno del comando, ésotérique, sombre et somptueuse œuvre de prog

L’énigmatique formation génoise « Il segno del comando » vient de sortir un nouvel album longtemps attendu et qui devrait être fortement apprécié de la critique car il figure comme un chef-d’œuvre dans le genre. Cette formation est organisée autour du bassiste Diego Banchero qui assume pratiquement toutes les compositions ainsi que les textes. Cet album concept est intitulé « Il volte verde », autrement dit « la face verte » qui est l’un des plus célèbres romans de Gustav Meyrink, romancier autrichien connu pour sa littérature fantastique et son affinité pour l’ésotérisme, qu’il soit oriental ou occidental, du yoga à la kabbale. C’est cette atmosphère étrange que Diego Banchero et ses musiciens ont tenté de reproduire avec ce fantastique CD. La line-up a été modifiée depuis le dernier album du groupe intitulé Golem, autre œuvre du même Meyrink. Dès les premières notes, l’étrange atmosphère se dessine aux oreilles avec des exécutions musicales finement ciselées, une instrumentation sophistiquée et des compositions très styles, aux antipodes des mélodies conventionnelles. J’ai rapidement trouvé des similitudes avec un autre disque dans le style progressif, lyrique et dark, Il ballo delle castagne. J’ai voulu en avoir le cœur net. On retrouve aussi aux commandes le même Banchero, avec une autre formation et cette même étrangeté.

En fait, la démarche de Banchero est expérimentale. Cet artiste ne veut pas jouer de la musique mais faire de la recherche musicale, trouver une voie et cette foi, le pari est plus que réussi puisque « Il volte verde » est incontestablement au-dessus du CD delle castagne. Sans doute une maturité et une alchimie trouvée avec de nouveaux musiciens. Les parties vocales y sont pour beaucoup, avec une présence accentuée de la chanteuse Maethelyah qui pour la bonne cause, a fait une infidélité à sa formation du moment, le groupe Danse Society bien connu des amateurs de cold wave des early eighties et qui s’est reformé récemment. En fait, Maethelyah a exercé ses talents en Italie sur les scènes underground pour ensuite rejoindre l’Angleterre où elle a montré ses talents d’interprète dans un registre qui allie le gothique et le goût pour les aventures ésotériques. Autant dire qu’avec Banchero, l’association est plus que fructueuse et ce sont ces envolées vocales envoûtantes qui contribuent à la réussite de l’ensemble. Un mélange parfaitement alchimique du point de vue sonore. Les compositions alambiquées de Banchero propulsant les parties vocales venus d’outre-tombe.

Dès l’intro, une ambiance de film fantastique se dégage des jeux instrumentaux parfaitement agencés comme les motifs dans une toile de Kandinsky. Progressif, symphonique, dark et étrange, voilà comment on peut définir cette musique qui dès le second morceaux, se fait un peu plus violente et enlevée, toujours dans un registre dark et symphonique avec une rythmique ensorcelante et ce chant en italien imprégné de virtuosité et très appuyé qui n’est pas sans rappeler Siouxie, égérie s’il en est de la dark virtuosité, ou même Catherine Ribeiro et ses intonations de pasionaria. Aux antipodes de la guimauve pop. Mais ne nous trompons pas, c’est du prog qui est joué, celui qui est typiquement italien et torturé, enflammé, avec comme ancêtre le mythique album de Balletto di Bronzo. La musique devient carrément un torrent avec des incises de guitare très enlevées et un ensemble parfaitement maîtrisé alors que la batterie se plait à quelque facéties et se positionne comme un instrument à part entière et non un métronome. Le quatrième morceaux est plus intimiste et parfaitement joué pour accueillir la voix de Sophya Baccini lyrique et lumineusement désespérée. Cette musique est à la fois sombre et lumineuse, comme peut l’être le registre ésotérique et mystique. Les ténèbres sont belles. Cette quête musicale cherche le beau et l’étrange.

Cinquième morceau et c’est parti pour l’étrange, l’envoûtant, sans repères mélodiques pour se raccrocher. Ensuite, des notes sur deux claviers et une guitare pour une entame baroque qui se fluidifie pour laisser place à des ambiances romantiques et lyriques, toujours dans un registre symphonique et légèrement dark qui s’accentuent pour aboutir à des atmosphères proches de la Dead can dance vites dissipées par des parties de guitares assez torturées et ce chant, masculin cette voix, grave et lancinant. Le morceau d’après offre à Maethelyah un tremplin pour donner de la voix avec une puissance remarquable, envoûtante et toujours de torrent impétueux marqué par les guitares qui ne sont pas discrètes, appuyées, bref, tout est exacerbé, enflammé, appuyé, enlevé et parfois feutré dans ce CD qui mérite plusieurs écoutes et qui ne laisse pas indifférent tant on découvre des subtilités à chaque écoute. Et dont la richesse est due aussi à la participation de nombreux musiciens de la scène pro venus en guest comme Martin Grice de Delirium ou Claudio Simonetti de Goblin. Avec de plus quelques motifs orientalisant ou légèrement folk et baroque. On se perd et c’est délicieux. Un disque qui détruit les conventions et conduit vers des paysages symphoniques d’une sombre splendeur affirmé. Sublime, époustouflant et indispensable pour tout mélomane féru de prog. Déjà un des disques de l’année 2014 qu’on souhaite excellente pour le prog.

Il Segno del Comando :

DIEGO BANCHERO – Basso, tastiere MAETHELYAH - Vocals ROBERTO LUCANATO – guitars MAURIZIO PUSTANAZ – Tastiere DAVIDE BRUZZI – guitars DAVID KRIEG – Voce FERNANDO CHERCHI – Percussioni

Guest

CLAUDIO SIMONETTI – Tastiere MARTIN GRICE – Sax & Flute GIANNI LEONE - Tastiere GIORGIO CESARE NERI – Guitars SOPHYA BACCINI – Vocals ALESSIO PANNI – Drums PAUL NASH – Guitars

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Pillippe Stephan Uraniumk 6 février 2014 12:06

    l’album complet en streaming

    Il segno del comando

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires