• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Il y a 40 ans, Woodstock

Il y a 40 ans, Woodstock

Il y a 40 ans,près de 500 000 hippies aux cheveux longs et gras embarquaient dans leur "Combi Volkswagen" en direction de Woodstock avec les valises pleines de drogues en tout genre, provoquant par la même occasion , le plus important embouteillage de l’histoire des USA.

En réalité, le festival n’a même pas eu lieu à Woodstock, mais à Bethel, une petite ville de 4000 habitants, sur les terres du brave fermier Max Yasgur, du 15 aout au 17 aout 1969.

C’est donc plus de 30 groupes qui se succèdent, parmi eux : Jefferson Airplane, Sly & the Family Stone, Crosby, Stills & Nash, The Who, Grateful Dead, Jimi Hendrix, Ten Years After, Santana, Creedence Clearwater Revival etc.....

Trois jours et quatre nuits sous le slogan "Peace, Love & Music", mais surtout sous la pluie et ce n’est pas les "No Rain, No Rain" des gentils baba-cool allumés qui vont empêcher le ciel de se déchainer.

L’enfant Voodoo, Jimi Hendrix explosera les cages à miel des inconditionnels qui l’attendent les pieds dans la boue et balancera son "Star-Spangled Banner", la reprise de l’hymne d’une Amérique enlisée dans la guerre du Vietnam.

Joe Cocker, s’arrachera les cordes vocales sur "With A little Help From My Friend" et fera passer l’original des Beatles pour une comptine pour enfants tandis que Santana avec son "Soul Sacrifice", épique de 10 minutes et le fabuleux solo de batterie de Michael Schrieve mettra tout le monde sur le cul !
On se souvient également de la prestation du "Soulman" Ritchie Havens avec le titre "Freedom" qui deviendra un tube international et du facétieux Country Joe McDonald faisant épeler F.U.C.K aux festivaliers.

Pour le reste, Woodstock, ce sont surtout des stars en mauvaise forme (les Who, désastreux), voir carrément défoncées !!!

Le festival fut évidemment un des points culminants de la contre-culture Américaine des années 60 et de la culture Hippie.

La région fut déclarée, peu aprés, zone sinistrée, pourtant aucune violence ne fut rapportée ( 2 décès par overdose, quand même et 2 naissances) et le chef de la Police locale déclara : "nous avons eu moins d’ennuis avec ces 500 000 jeunes qu’avec les touristes ordinaires".

En 1999, un nouveau Woodstock a été mis sur pied mais ce fut une véritable catastrophe : incendies, destruction en masse, bagarres, viols etc...le temps de l’innocence était bel et bien fini.

Texte - Le briscard de père de Max.

www.legrigriinternational.com

 

 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 15 août 2009 08:45

    Bonjour,Gri Gri.

    Curieux de parler de Woodstock sans évoquer Joan Baez. Et sans évoquer non plus Bob Dylan, le régional de l’étape qui, en pépère tranquille et vaguement anti-hippie, avait refusé de participer à l’évènement. Sauf erreur de ma part, c’est même son refus qui a amené les organisateurs à se déplacer de Woodstock à Bethel.

    Merci d’avoir mentionné Creedence Clearwater Revival, d’assez loin (à mon avis) le meilleur groupe présent (et l’un des tous meilleurs groupes américains de l’époque).


    • brieli67 15 août 2009 10:03

      pour moi c’est la révélation de
      http://www.youtube.com/watch?v=oQDakdp5WZ0

      Dans mon entourage, chacun a visionné entre 15 et vingt fois les Woodstocks au cinoche.... avec nos réducs étudiants par temps gris ou de neige ou de pannes de coeur...

      La station radio de Baden_Baden SWF3 les dimanches àprès treize heures nous relatait ces sagas des mois et des mois. Nous encourageait à enregistrer sur cassettes...

      Puis il y a eu à la télé les Rockpalast. tout aussi mythiques , les « nuits de Rock » de WDR/ZDF plus tard en Eurovision.
      http://www.rockpalastarchiv.de/rn.html

      Sans oublier les midnight_moovies RHPS,
      http://www.rockyhorror.com/

      adresse encore valable
      http://www.studiogalande.fr/


    • Fergus fergus 15 août 2009 10:11

      Eh oui, Joe Cocker excellent à Woodstock et si... décevant durant les décennies qui ont suivi !


    • LE CHAT LE CHAT 17 août 2009 09:36

      salut Fergus ,

      d’accord avec toi CCR faisait bien partie des meilleurs et j’ai adoré i’m going home de Ten years after qui étaient eux en forme !

      Autre absente de cet article , Janis Joplin ....


    • Satantango Satantango 15 août 2009 19:04

      « Totalement génial » m’a l’air un peu faible pour qualifier Jimi Hendrix, celui de « surhomme » ou de « Dieu », carrément, lui conviendraient bien mieux !

      Carlos Santana, lui, n’a plus rien fait de très original depuis « Borboleta » en 1974, si ce n’est du trop commercial.

      Quant à Joe Cocker qui avait très vite sombré dans l’alcool, heureusement que des producteurs belges l’ont sorti du marasme. J’ai entendu la semaine dernière une chanteuse de jazz noire américaine qui n’avait toujours pas compris pourquoi les grands compositeurs de blues des States ne l’avait accueilli à bras ouverts. 

      Dommage...


    • xdidier 15 août 2009 16:26

      Pourquoi tout de suite parler « Voitures bourrées de drogues » ? Imbécilité !!!!

      Monsieur, il me semble que votre commentaire est bourré d’âneries !!!!!


      • Fergus fergus 15 août 2009 16:41

        En effet, les témoignages montrent que la drogue (essentiellement des pétards) était beaucoup moins présente qu’on l’a prétendu généralement pour alimenter la légende. Et une forte proportion des jeunes n’avait pas grand chose avec le mouvement hippie. 


      • Le Gri Gri International Le Gri Gri International 17 août 2009 21:24

        - L’ex-policier, Robert Fink., 73 ans aujourd’hui, témoigne : "Je dirai que la moitié des gens prenaient de la drogue, c’était partout. Il n’y avait pas besoin de fumer pour être dans les vapes".
        -Les organisateurs préviennent au micro qu’un acide dangereux circule, mais, en bon libertaires qu’ils sont, ne condamnent pas les dealers et bottent en touche en laissant aux intéressés leur « libre arbitre » de futur junkies.
        - Wade Lawrence, le directeur du musée de Woodstock, conscient du fait que la drogue était omniprésente à Woodstock, dira : «  »Nous avons failli vendre en boutique des pilules ’anti-acide’, pour évoquer une annonce sur scène sur des pilules qui n’étaient pas très bonnes, mais finalement nous ne l’avons pas fait".
        -
        « Woodstock fut la célébration suprême de la drogue, non pas comme un euphorisant occasionnel, mais comme une sorte de vertu » explique Myra Friedman ( la meilleure amie de Janis Joplin.
        -« Il y avait de la drogue partout - marijuana, hasch, LSD », nous a dit David Clayton Thomas qui a chanté à Woodstock, lui, avec le groupe Blood, Sweat and Tears.

        MORALITE : L’USAGE DE DROGUE EST DANGEREUX POUR LA SANTE ET AVANT DE REAGIR A UN COMMENTAIRE MIEUX VAUT S’ABSTENIR DE CONSOMMER DU LSD, DE LA MARIJUANA, DU HASCICH OU TOUT AUTRE SUBSTANCE INTERDITE !!!!

        PS : D’après votre commentaire il semblerait alors que les hippies se soient retrouvés en possession de drogues à l’insu de leur plein gré ...


      • Le Gri Gri International Le Gri Gri International 17 août 2009 21:26

         L’ex-policier, Robert Fink., 73 ans aujourd’hui, témoigne : "Je dirai que la moitié des gens prenaient de la drogue, c’était partout. Il n’y avait pas besoin de fumer pour être dans les vapes".
        -Les organisateurs préviennent au micro qu’un acide dangereux circule, mais, en bon libertaires qu’ils sont, ne condamnent pas les dealers et bottent en touche en laissant aux intéressés leur « libre arbitre » de futur junkies.
        - Wade Lawrence, le directeur du musée de Woodstock, conscient du fait que la drogue était omniprésente à Woodstock, dira : «  »Nous avons failli vendre en boutique des pilules ’anti-acide’, pour évoquer une annonce sur scène sur des pilules qui n’étaient pas très bonnes, mais finalement nous ne l’avons pas fait".
        -
        « Woodstock fut la célébration suprême de la drogue, non pas comme un euphorisant occasionnel, mais comme une sorte de vertu » explique Myra Friedman ( la meilleure amie de Janis Joplin.
        -« Il y avait de la drogue partout - marijuana, hasch, LSD », nous a dit David Clayton Thomas qui a chanté à Woodstock, lui, avec le groupe Blood, Sweat and Tears.

        MORALITE : L’USAGE DE DROGUE EST DANGEREUX POUR LA SANTE ET AVANT DE REAGIR A UN COMMENTAIRE MIEUX VAUT S’ABSTENIR DE CONSOMMER DU LSD, DE LA MARIJUANA, DU HASCICH OU TOUT AUTRE SUBSTANCE INTERDITE !!!!

        PS : D’après votre commentaire il semblerait alors que les hippies se soient retrouvés en possession de drogues à l’insu de leur plein gré ...


      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 15 août 2009 20:18

        Encore un papier sur le festival de Woodstock très succin et ne parlant que de l’anecdotique, les groupes présents, l’orage, la boue, les pétards et les babas cools. Il suffit de voir le film pour ça...Non, le contexte est primordial, c’est 1969 et cela se situe en pleine guerre du Vietnam. Ce qui explique la fameuse interprètation par Hendrix du « star spangled banner » ou l’on entend nettement des sifflements et des explosions de bombes sur le nord Vietnam et le Cambodge.

        « Country Joe McDonald faisant épeler F.U.C.K aux festivaliers. » Et pourquoi ça ? FUCK à quoi ? Et bien FUCK à la conscription, à la guerre et à l’oncle Sam...Les jeunes nord américains refusent d’aller massacrer des civils vietnamiens et de se faire tuer ou estropier pour des buts très vagues et très douteux...Woodstock constitue le début d’un mouvement populaire contre cette guerre ignoble et aboutira au piteux retrait quelques années plus tard de la plus puissante armée du monde. Pas mal pour des chevelus fumeurs de pétards et amateurs de rock & roll, non ?...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès