• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Ils ont changé sa chanson

Ils ont changé sa chanson

Mélanie Safka était à Woodstock. Quelques mois après sa prestation sur cette scène légendaire, elle sort en 1970 un disque sur lequel figure une chanson chargée d’une étrange détresse : What Have They Done To My Song. Aujourd’hui encore, difficile de l’écouter sans éprouver un sentiment de nostalgie....

En cet été 1969, Melanie Safka, une jeune chanteuse pop de 22 ans, née dans le Queens d’un père d’origine ukrainienne et d’une mère d’origine italienne, ne s’est jamais produite devant une foule. Son public habituel est constitué des passants de Greenwich Village ou des étudiants de Temple University (Pennsylvanie). Arrivée à Woodstock le vendredi 15 août, elle est placée en stand by dans une petite tente du quartier des artistes tandis que Ritchie Havens ouvre le festival. Les heures passent. Melanie, paralysée par le trac, espère ne pas avoir à chanter, elle l’inconnue parmi tant de grands noms. 

Peu avant 23 heures, la tente s’ouvre, et un organisateur demande à Melanie de se préparer. À l’extérieur, il tombe sans discontinuer une pluie battante. On parle de 500 000 spectateurs sur le site. Un vrai délire ! Dans cette ambiance surréaliste, Melanie Safka succède sur la scène du mythique Festival de Woodstock au sitariste indien Ravi Shankar.

Malgré ses craintes, la jolie chanteuse hippie parvient à surmonter son trac. De sa voix chaleureuse et légèrement rauque, elle interprète plusieurs chansons passées depuis dans la légende de ce festival hors normes. L’obscurité tombant, des milliers de lueurs de briquets et de bougies surgissent dans la nuit comme un formidable encouragement. Lorsque Melanie quitte la scène sous les ovations de cette foule extraordinaire, elle laisse la place au chanteur folk Arlo Guthrie puis à Joan Baez.

Quelques mois plus tard, Melanie s’inspire de l’expérience vécue à Woodstock pour composer, puis enregistrer avec les Edwin Hawkins Singers*, Lay Down (Candles In The Rain) en hommage aux innombrables lueurs de briquet qui ont accompagné sa prestation sur la scène de Woodstock.

Candles In The Rain devient tout naturellement le titre de l’album vinyle qu’elle publie en 1970 chez Buddah records. Outre la chanson éponyme, ce 33 tours comporte en 5e plage une étrange complainte intitulée What Have They Done To My Song**. Confrontée aux exigences du business musical qui lui a imposé une version écourtée de Lay Down au détriment d’une montée en puissance plus progressive des chanteurs de gospel d’Edwin Hawkins, Mélanie confie sa détresse dans cet opus où son désarroi de créatrice se change en un cri de colère impuissante. (Lien)

En mai 2015, la provocatrice mais généreuse chanteuse Miley Cyrus, lance Happy Hippie (HH), une fondation dont l’objectif est de venir en aide aux SDF appartenant aux minorités sexuelles LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) des États-Unis. Si l’on en croit la chanteuse, 40 % des sans-abris américains sont en effet LGBT, victimes la plupart du temps d’un rejet de leur propre famille dans un pays où prédomine encore une morale étriquée. Pour solliciter les dons à sa toute nouvelle fondation, Miley Cyrus fait appel à des artistes et les associe à cette œuvre humanitaire par le biais de clips vidéo auxquels elle participe.

C’est dans ce cadre qu’a lieu la rencontre entre Miley Cyrus et Melanie Safka. Cette dernière est d’autant plus partante pour soutenir cette cause qu’elle a toujours été connue comme une chanteuse libertaire sensible à la cause des opprimés et des accidentés de la vie. Le clip réalisé en cette circonstance – sans contrepartie financière – nous montre une Miley resplendissante face à une Melanie aux airs de vieille squaw assise devant son tipi. C’est Miley qui entonne What Have They Done To My Song avant d’être rejointe par Melanie dans un duo très émouvant et empreint d’une belle complicité. (Lien)

Un moment de pur bonheur musical !

Ensemble de gospel popularisé en 1969 par « Oh Happy Day »

** Ce titre a été repris par différents artistes, tant américains qu’étrangers, notamment Ray Charles et Nina Simone. En France, c’est Dalida qui, l’année même de la sortie du titre original, a enregistré « Ils ont changé ma chanson ». Une pâle copie.


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 16 mai 2016 13:38

    Merci pour le rayon de soleil Fergus ! smiley

    Le temps béni où les nanas balançaient sans nous jeter leurs ovaires à la gueule ...


    • Fergus Fergus 16 mai 2016 14:12

      Bonjour, Clocel

      Une époque et un milieu où, entre pétards et philosophie « peace and love », la guerre des genres relevait de l’absurdité. Ce qui n’allait pas, ici et là, sans quelques dérapages. De nos jours, les dérapages existent toujours, mais les positions se sont crispées, parfois jusqu’à des formes d’intégrisme.


    • Aristide 16 mai 2016 20:57

      @Fergus


      Qu’est ce cette histoire d’ovaires à la figure et de formes d’intégrisme. Comme si la situation des femmes étaient meilleure à cette époque.

      Nous voilà maintenant dans la nostalgie d’une époque où les femmes n’avaient pas les mêmes droits que les hommes, qu’il leur fallait l’autorisation de leur conjoint pour ouvrir un compte en banque, que le chef de famille existait encore, que l’autorité n’était pas égale, , ...

      Cela devient grave quand vous arrivez à vous faire contaminer par ces machos rétrogrades avec leurs rancunes assez incompréhensibles. Ils ont tous une mère, des soeurs, une conjointe et des filles, ... Je n’arrive pas à comprendre ces mecs.




    • sarcastelle 16 mai 2016 22:18

      @Aristide

      .
      Bah oui, le féminisme haineux est une invention machiste rétrograde. Honte à Fergus. 

    • sarcastelle 16 mai 2016 22:20

      @sarcastelle

      .
      et surtout à Clocel. 

    • Fergus Fergus 16 mai 2016 23:03

      Bonsoir, Aristide

      Je ne suis contaminé par rien. Je reconnais simplement que dans les milieux hippies, les rapports hommes-femmes n’étaient pas ceux de la société au sens large. Car vous avez raison, il y avait alors encore beaucoup de chemin à parcourir pour les droits des femmes.


    • Fergus Fergus 16 mai 2016 23:05

      Bonsoir, sarcastelle

      Toutes les manifestations de « haine » dans les rapports hommes-femmes sont à proscrire.


    • alinea alinea 17 mai 2016 00:00

      @Aristide
      À l’époque on n’avait pas de compte en banque et si on en avait on n’était pas mariés, nous n’avions pas de patron ni de maîtres et il n’y avait aucune sorte de différence entre les hommes et les femmes dans n’importe quel recoin de nos activités !


    • Fergus Fergus 17 mai 2016 09:12

      @ alinea

      Cet aspect de liberté, plus ou moins échevelée et le plus souvent sans fric, doit sembler bien étrange aux jeunes d’aujourd’hui. Les conditions de vie pratique se sont considérablement améliorées depuis, et pourtant l’époque actuelle semble bien tristounette en comparaison.

      Bonne journée.


    • Etbendidon 16 mai 2016 14:11

      Ah notre rédacteur en chef qui sort enfin du bois !

      Faut dire que la semaine dernière rigolos non écolos + 49.3 il n’y avait pas de quoi sortir un socialo du bois

       ^

      Le rapport avec cet article qui fera date ?

      Ben WOODSTOCK

      Wood c’est le bois Non ?

       smiley

       

      Sinon en ce moment je suis avec Arnaud en train de grimper le Mont Beuvray (c’est dur)

       

      De la haut il a clamé : « Du haut de ce mont, 40 siècles me contemplent »

      Puis il a pris sa guitare et a chanté : What Have They Done To Me

      Petite poilade offerte par HABITAT Dinan


      • Fergus Fergus 16 mai 2016 14:19

        Bonjour, Etbendidon

        1) Je ne suis pas, et n’ai jamais été, « socialiste », a fortiori au sens qu’a pris ce mot depuis... 1983 !

        2) La semaine dernière, j’étais en vacances, notamment en Belgique, et je n’ai posté que deux petits commentaires rapides, les vacances étant à mes yeux trop sérieuses pour que mon temps soit dilapidé sur le net. Surtout que, cerise sur le gâteau, il a fait grand beau temps sur la Flandre mardi, mercredi et jeudi ! smiley

        Laissons « Arnaud » à ses escalades pour une petite satisfaction : le mont Beuvray est sans doute la seule montagne qu’il réussira à gravir, celle de l’Olympe élyséenne étant infiniment trop escarpée pour lui.


      • Aristide 16 mai 2016 21:07

        @Fergus

        « Je ne suis pas, et n’ai jamais été, « socialiste », »


        Le vendredi de la crucifiction, Pierre a renié trois fois Jésus. 

        N’ayez pas honte, tous ces mecs bavent d’envie devant votre juste-gauchisme, ils en bavent de vous voir manier la tempérance, de vanter la responsabilité individuelle et la solidarité, ... Enfin quoi, aucune raison de renier ce terme qui n’est surement pas honteux, en tout état de cause pas devant tous ces nationalistes étriquées, ces fachos dissimulés et ces révolutionnaires en carton.

        Relevez le nez et assumez, il n’y a rien d’honteux à prôner la mesure, à ne pas se jeter la tête baissée dans des modèles politiques aussi prometteurs que dangereux, ... Par contre, je reconnais qu’il assez difficile de se retrouver actuellement dans ce camp assez ... ridicule, avec des antis qui ne votent pas contre et des pours qui suivent et ferment leur gueule.



      • Fergus Fergus 16 mai 2016 23:13

        @ Aristide

        En écrivant cela, je pensais encarté, et a fortiori militant.

        Car « socialiste », je l’ai été, et je pense l’être encore, au sens de pouvoir donné au peuple et non aux forces du capital, ce qui exclut toute politique du PS depuis des décennies. Mais désormais le terme est galvaudé, dénaturé, bafoué par tant de personnages se revendiquant de la gauche que c’en est devenu pathétique.


      • franc 16 mai 2016 14:24

        j’aime beaucoup cette chanson What Have They Done To My Song de Mélanie que j’écoute de temps en temps avec beaucoup de plaisir ainsi q ue les chansons de Joan Baez qui a une voix sublime et ne chante que de chef d’oeuvre .,ça change des nullités actuelles .


        • Fergus Fergus 16 mai 2016 14:31

          Bonjour, franc

          « ça change des nullités actuelles »

          Et pour cause : la plupart des productions sont désormais très formatées et ciblées pour des publics rentables par des « majors » où les spécialistes du marketing ont depuis longtemps pris le pouvoir.

          Et dire que Melanie se plaignait son époque des dikats des maisons de disque ! Voilà qui fait sourire aujourd’hui. Car pas grand chose n’altérait alors la créativité des artistes, et c’est pourquoi les sixties et les seventies ont été LA grande période pop-folk-rock.


        • Le Sudiste Le Sudiste 16 mai 2016 20:02

          Bonjour Fergus,
          Sur ces sujets, vous serez certainement très intéressé par une des traductions de Attis sur laquelle je suis retombée il y a quelques jours à la faveur d’un autre article qu’il présentait ici. Je conseille d’ailleurs vivement son excellent blog, même si je le conçois, beaucoup refuseront en bloc ce qui casse nombre de leur certitudes ou illusions...
          « Le village des damnés » article sous-titré « L’histoire étrange, mais néanmoins véridique, du Laurel Canyon et de la naissance de la génération hippie. »


        • Le Sudiste Le Sudiste 16 mai 2016 20:08

          @Le Sudiste
          « retombé »-é-. Eh ! Je ne suis pas encore LGBTWXT


        • Aristide 16 mai 2016 21:12

          @Fergus

          Je comprends assez la nostalgie de cette époque bénie de nos jeunes années, mais de là a tomber dans cette vision du tout fout le camp, et de la créativité en panne ... Il me semble qu’il y a eu, qu’il y a et aura de grands artistes. Nos artistes sixties et seventies ne sont pas ceux de nos enfants et petits enfants, c’est sur.

        • Fergus Fergus 16 mai 2016 22:58

          Bonsoir, Le Sudiste

          Merci pour ce lien très intéressant. Je l’ai parcouru rapidement, mais je prendrai le temps de le relire à tête reposée tant il me semble riche d’informations.


        • vesjem vesjem 16 mai 2016 15:45

          merci fergus
          si l’une de mes filles lit ton article , elle comprendra pourquoi elle porte ce prénom


          • Fergus Fergus 16 mai 2016 16:06

            Bonjour, vesjem

            Même sans référence musicale, Mélanie est un très joli prénom. smiley

            Mais ta fille sera peut-être intéressée de savoir qu’une des héroïnes du « flower power » a contribué à lui donner ce prénom.


          • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 mai 2016 15:46

            Bonjour Fergus


            merci de m’avoir rappelé cette chanson que j’aimais bien mais que j’avais presque oubliée.
            E la réécoutant, je me dis qu’on peut tout apprendre, tout enseigner, en musique, mais qu’une voix comme celle de Mélanie, avec sa sensualité pudique et sa puissance réservée comme celle d’un V8 au ralenti, on l’a ou on l’a pas. C’est banal comme constat, mais ça saute à l’oreille.

            • Fergus Fergus 16 mai 2016 16:12

              Bonjour, Jeussey de Sourcesûre

              Je n’aurais sans doute pas osé comparer la voix de Melanie à celle d’un « V8 au ralenti », mais le fait est qu’elle est chargée de « sensualité » et de « puissance ».

              Quant à Miley Cyrus, elle ne trahit pas cette chanson dans son interprétation tant elle semble la faire sienne dans une parfaite complicité avec Melanie.


            • alinea alinea 16 mai 2016 23:23

              Oh merci Fergus ; dis, à cette époque, elles avaient quelque chose de plus ces chanteuses... ou... c’est moi.. ?


              • Fergus Fergus 17 mai 2016 09:06

                Bonjour, alinea

                Ce qu’elles avaient de plus, c’est d’échapper au formatage, c’est de défendre des causes, c’est de s’exprimer dans un cadre où les carcans étaient encore rares. Et seuls les vrais talents surnageaient, ce qui n’est plus le cas de nos jours où le marketing prime le plus souvent sur les qualités artistiques.


              • alinea alinea 17 mai 2016 10:33

                @Fergus
                oui, j’y vois aussi des femmes qui donnaient, qui n’étaient pas sur scène pour se montrer, ça rejoint ce que tu dis, elles étaient remplies du monde et mettaient leurs talents à son service ; pas besoin de décorum, de paillettes, de jeux de lumières parce qu’il n’y avait aucun vide à combler. Ça m’a touchée de réentendre cette chanson, elle m’a donné la pêche, comme une consolation !
                Bonne journée Fergus


              • franc 17 mai 2016 10:46

                @Fergus

                 -

                oui tout à fait


              • Fergus Fergus 17 mai 2016 11:19

                @ alinea

                Le fait est que les chanteuses de cette époque étaient beaucoup plus naturelles, tant dans leur tenue de scène que dans leurs œuvres, plus sincères et plus spontanées.

                « Ça m’a touchée de réentendre cette chanson, elle m’a donné la pêche »

                J’en suis ravi pour toi. Et, confidence pour confidence, elle me fait le même effet. smiley


              • cevennevive cevennevive 17 mai 2016 11:18

                Merci Fergus pour ce pur moment de nostalgie. Une pure merveille.


                La chanson, ces chanteuses magnifiques !

                Nous ne savions pas, à ce moment-là que le monde deviendrait ce qu’il est aujourd’hui. Solitude parmi des milliers de gens, pauvreté parmi des salaires et et des fortunes colossales, indifférence à la souffrance parmi des horreurs sans nom...

                Et je me revois à cette époque là, mon bébé dans un couffin auprès de moi, assistant à mes cours de fac... (Existe-t-il aujourd’hui une fac où l’on puisse amener son bébé ?), rentrant dans une chambrette mansardée pour écouter cette sorte de musique sur un vieux tourne disque.

                Ah ! « La nostalgie n’est plus ce qu’elle était »... Et les luttes hommes vs femmes, femmes vs hommes sont devenues encore plus virulentes car il s’y mêle argent, pouvoir et Ego.

                Bien à vous.


                • Fergus Fergus 17 mai 2016 11:23

                  Bonjour, cevennevive

                  Un grand merci pour ce témoignage qui rejoint les commentaires d’Alinea. Je partage totalement ce regard posé sur cette époque.

                  « les luttes hommes vs femmes, femmes vs hommes sont devenues encore plus virulentes car il s’y mêle argent, pouvoir et Ego. »

                  En effet, et c’est une calamité ! smiley

                  Cordial salut aux Cévennes et à leurs habitants.


                • Antoine 17 mai 2016 12:54

                     Ce n’est pas d’un raffinement musical extrême mais sympathique dans une médiocrité généralisée.


                  • Fergus Fergus 17 mai 2016 12:59

                    Bonjour, Antoine

                    Je retiens le mot « sympathique ».

                    Pour ce qui est de la « médiocrité généralisée », le fait est que, trop souvent, cela décrit bien ce que l’on entend de nos jours.


                  • Antoine 17 mai 2016 13:11

                    @Fergus
                    En raison de l’inculture musicale en particulier dans notre pays, moins en allemagne par exemple, cette médiocrité a toujours eu cours mais les moyens modernes l’ont rendu très agressive et incommodante.


                  • Antoine 17 mai 2016 22:05

                    @Antoine
                    La preuve de ce que j’avance, déjà un plouc m’a moinsé...


                  • smilodon smilodon 17 mai 2016 22:59

                    @ l’auteur : Merci. Je connaissais pas. Je vais chercher !..... Ca doit être « bon » !....Adishatz.


                    • Fergus Fergus 17 mai 2016 23:27

                      Bonsoir, smilodon

                      Merci pour cette visite en terre de souvenir hippie.


                    • Ratatouille Zoblard le terrible 18 mai 2016 00:25

                      le batteur est nul à chier,mais bon la blondasse est mignonne
                      ça ra-trappe un peu
                       smiley


                      • Fergus Fergus 18 mai 2016 09:21

                        Bonjour, Zoblard le terrible

                        A chacun sa perception. En l’occurrence, la prestation du batteur n’est pas primordiale, et il ne s’agissait pas d’un enregistrement studio destiné à une vente massive de CD.


                      • Clofab Clofab 18 mai 2016 11:11

                        Joliment chanté ! un bonheur. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès