• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > ILVCIA, ondes progressives venues de Barcelone

ILVCIA, ondes progressives venues de Barcelone

Le rock progressif s’étend bien au-delà de l’Angleterre, son lieu de naissance et de l’Italie, sa seconde patrie ; il couvre plusieurs continents, avec une présence prédominante en Europe. On évoque souvent les Scandinaves, les Allemands et même les Français mais il ne faut pas négliger d’autres contrées comme l’Espagne où sévirent quelques excellentes formations, Triana dans les seventies, Galadriel pour les eigthies et des dizaines de groupes plus ou moins confidentiels comme ILVCIA qui vient de sortir en septembre 2013 son premier album en version CD mais aussi dans une édition vinyle très limitée, réservée aux fans. Le groupe s’est constitué à l’origine sur une base trio de power rock, basse, batterie, guitare et ça se sent lorsqu’on écoute les morceaux. Ensuite, la line-up fut complétée par un chanteur guitariste et un claviériste, ce qui a rendu la musique plus conforme aux règles du progressif, pour autant qu’il y ait des règles en cette matière.

Intitulé « In the nature of reason », cet album concept propose de mettre en musique un voyage en six étapes. Il a été produit par le groupe qui écume les scènes progressives depuis 2010. Le résultat est assez original. On notera une trame seventies avec des parties de claviers subtiles et une guitare sonnant plutôt heavy comme on a pu en entendre dans les formations des early seventies officiant dans une sorte d’heavy psyché. On pense notamment à Vanilla Fudge. D’autres parties de guitares sont plus enlevées, aériennes mais très progressives dans le style. Malgré quelques faiblesses dans les parties vocales, l’ensemble est vraiment très agréable à écouter et surtout dépaysant, avec des ruptures, comme s’il s’agissait de collages musicaux d’éléments exécutés dans des styles distincts. Une des guitares se fait de temps à autre acoustique, ajoutant une note seventies de plus. Les compositions sont variées et originales. Et parfois, des intonations plus contemporaines viennent se greffer, conférant à l’ensemble une orientation rock expérimental. Bref, aux antipodes de la pop rock commerciales dont se délecte France Inter.

La musique qu’on entend avec ILVCIA nous ramène à la fraîcheur du rock garage et improvisé dans les années vintage. L’écoute est revigorante et l’impression chaleureuse comme la vie peut l’être à Barcelone. Et rarement ennuyante. Avec des morceaux exécutés dans des styles différents évoluant entre heavy prog et des atmosphères à la foi symphoniques et expérimentales. Bref, une musique qui par ses inventions et ses imperfections se laisse écouter sans lasser, contrairement aux produits nickel et sonorement pur que proposent les majors. Il faut soutenir les vrais artistes, même s’ils pèchent par manque de professionnalisme. Eux au moins ont une âme et savent l’exprimer. Pour se procurer ce CD, vous pouvez contacter le groupe : infoatilvcia.com.

Line-up

- Santiago Arderiu / Drums

- Ricard Rius / Bass & Vocals

- Víctor Gil / Guitar

- Gerard Marrugat / Guitar & Lead Vocals

- Guillem Laborda / Keyboards

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 23 janvier 2014 09:56

    Harmonie très pauvre d’où un ensemble bancale et simpliste...On est très loin du roc des années 30.. !


    • L'enfoiré L’enfoiré 23 janvier 2014 13:32

      Je ne connaissais pas alors j’ai écouté

      Pas vraiment les accords que j’aime, mais cela est dû à un nouveau choc de génération.

      • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 janvier 2014 13:42

        choc de génération, je ne crois pas, tu participes au choc de simplification des genres. C’est du prog original et très éloigné du commercial.


      • L'enfoiré L’enfoiré 23 janvier 2014 16:39

        « C’est du prog original et très éloigné du commercial. »

        Peut-être, mais c’est l’avenir qui montrera si cela reste porteur d’espoir sur le futur.
        la réflexion « très éloigné du commercial » me fait un peu peur.
        Etre original demande beaucoup de feeling sur les besoins des gens. Commercial ? Et oui, un peu.
        Pourquoi des groupes fonctionnent et d’autres sortent du pannel ?
        En gros, c’est parce que rien ne permet de retenir la musique en mémoire.
        Il y a des musiques qui traversent les temps, parce qu’il y a un air connu.
        J’ai recherché s’il y avait une description de ce qu’était ILVCA.
        Je n’ai pas trouvé ni wikipedia ni autres.... Un signe ?



      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 janvier 2014 16:49

        Rien ne permet de retenir la musique en mémoire ...
        Ca dépend pour qui ...


      • Shawford Shawford43 23 janvier 2014 16:52

        Yep remember 2007 man. On vas voir ce qu’il en sera nowadays. Et pour l’instant ton cibouleau, c’est dans le caniveau, façon2parler hein.


      • Antoine 23 janvier 2014 23:36

        Encore de la zizique pour oreille inculte et paresseuse...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès