• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > In the mood for Inception

In the mood for Inception

Présenté comme le blockbuster de l’été, le nouveau film de Christopher Nolan « Inception » ne passe pas inaperçu. Alors, vaste supercherie ou oeuvre maligne ?

Annoncé à grand renforts de tambours et trompettes, "Inception" casse déjà les pieds à certains. Par quel miracle une superproduction hollywodienne jouissant d’un tel matraquage médiatique pourrait-être au bout du compte une bonne surprise ? De mon point de vue et dans ce cas précis, une bonne promotion ne dessert pas le film, au contraire elle est même la bienvenue. Pourquoi me direz-vous ? Et bien il s’agit d’inciter le spectateur à délaisser sa chaise longue pour aller voir un film de 2h30 dont l’intrigue s’avère complexe. J’ai moi-même eu quelques difficultés à saisir la trame élémentaire du film après avoir vu il y a plusieurs semaines la bande-annonce (je vous assure je ne suis pas quelqu’un de stupide), et face à tant de critiques positives en amont de la projection j’ai décidé de secouer mes neurones en stand-by en cette période estivale pour tenter l’aventure "Inception".
 
Verdict : un film inspiré et inspirant, un régal pour les yeux aussi bien que pour les neurones. On s’agite, on cogite pendant 2h30 qui passent bien vite, sans jamais pouvoir sortir véritablement de ce film labyrinthique, même une fois que nous avons en main tous les éléments pour remonter le fil d’Ariane. Christopher Nolan explore toujours plus en avant les méandres de notre esprit film après film. En ce sens il faudrait mettre en relation "Memento", qui date de l’année 2000, et "Inception". "Batman, The Dark Knight" s’intéresse davantage à la psychologie de l’être humain, à ses doutes, ses faiblesses, ses choix. 
 
Le casting est quand à lui très intéressant, Leonardo est bien sûr omniprésent mais chaque personnage jouit d’une place qui lui est propre. Je vous conseille d’ailleurs de visionner l’interview des acteurs réalisée en partenariat avec Allociné (Allociné / Inception / interview n°5) qui éclaire certains aspects du film. Joseph Gordon-Levit y explique par exemple qu’il a bien conscience que Hollywood prend souvent le spectateur pour un imbécile, ce qui explique pourquoi les superproductions américaines sont parfois simplistes et caricaturales. Il considère les derniers films de Nolan dont "Inception" comme des oeuvres populaires qui convoquent l’intellect du spectateur tout en garantissant le divertissement. Je crois qu’il a bien saisi la portée d’un tel film. 
 
Comme le souligne Ken Watanabe dans cette même interview, "Inception" est une aventure à tenter, qui se vit plus qu’elle ne s’analyse, d’où mon refus d’essayer de vous résumer le film dans ma critique. Ce n’est pas de mon point de vue le meilleur film de l’année, mais c’est assurément une curiosité à ne pas manquer. Alors prenez le risque et laissez-vous happer ! 

Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Radix Radix 23 juillet 2010 20:00

    Bonjour

    La confiture c’est meilleur !

    Radix


    • sisyphe sisyphe 24 juillet 2010 10:16

      Le scénario du film est, a priori, intéressant ; à cheval entre Minority Report et Matrix, c’est un scénario de sf relativement « plausible » ; la faculté de rentrer dans les rêves d’un individu, pour « implanter » dans son subconscient une idée qui doit faire son chemin, et influer sur son comportement à venir. 

      Mais il n’a la qualité d’aucun des deux films cités ; le prétexte choisi pour cette « implantation » est à la limite du ridicule (à des fins strictement commerciales), et l’auteur ne peut s’empêcher d’avoir recours à tous les poncifs de tout bon blockbuster américain ; fusillades dans tous les sens, poursuites en bagnoles (depuis 50 ans, les américains n’ont toujours pas épuisé leur frétillement infantile aux poursuites interminables en bagnole, aux stock-cars, à leur hécatombe). 

      Quant à « l’univers » d’un des rêves dans cet espèce de blockaus dans la neige, il arrive comme un cheveu sur la soupe, sans aucune autre justification que, de nouveau, des scènes de grand guignol de chasse, de poursuite (style James Bond) vieillottes, déjà vues, et de destruction finale, comme un vieux feu d’artifice... 

      Le plus intéressant est, finalement, l’intrusion, dans les univers oniriques, d’éléments incontrôlés (venus du subconscient de Di Caprio), et sa relation ambigue, compexe, torturée avec la mort de sa femme, et les raisons qui l’ont provoquée. 

      Bref, pas mal de grand guignol, pour un postulat de base carrément grotesque (tout ça pour une « concurrence » commerciale)...

      Quelques scènes visuellement spectaculaires (les scènes en « apesanteur » dans l’hôtel, la ville dévastée qui s’écroule en falaises dans la mer, la ville à plusieurs dimensions), mais trop de guignolade pan-pan, de flinguages à tout va, de bagnoles, de scènes inutiles et redondantes, pour un fond.............. totalement absent..

      Le seul « sens » essentiel du film étant une action à but commercial....

      Quant à la compréhension des différents « niveaux » du film, pas de problème ; tout est expliqué et réexpliqué didactiquement tout le long ; sans laisser place à la moindre ellipse, au moindre effort de compréhension, d’analyse, de ressenti...

      Bof... 

      Redonnez nous du Matrix ; au moins, il y avait un essai de sens, qui donnait au film une dimension sf qui fait cruellement défaut ici... 


      • Marine Marine 24 juillet 2010 10:51

        Je comprends qu’on puisse en avoir marre des fusillades, poursuites en voiture et cie, je n’y ai pas prêté vraiment attention en fait, c’est plutôt l’idée originale d’extraction et d’implantation d’une idée qui a retenu toute mon attention. Le reste ne sert qu’à donner corps à ce postulat.

        Vous avez vu « Batman The Dark Knight » ? Ou « Casino Royale » ? Je les ai beaucoup aimés, mais j’imagine que vous non. Il y a sûrement beaucoup de films américains que vous refusez d’aller voir ou que vous n’aimez pas à cause de cette utilisation appuyée de mitraillettes, de courses poursuites... si c’est bien fait, on en prend plein les yeux et c’est agréable je trouve


      • Emmanuel Martin 24 juillet 2010 10:35

        Le film est ennuyeux, mal joué, le scénario pas des plus fins, bourrés d’explosions et mitraillages aussi inutiles que pénibles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès