• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Inaltérable Guy Bedos

Inaltérable Guy Bedos

Le temps a beau passer inéluctablement, il ne semble pas avoir le moindre effet sur l’esprit critique et dénonciateur de Guy Bedos. Lui, qui constate que : « plus je vieillis sur scène, plus ça rajeunit dans la salle », n’est pas prêt de mettre sa langue dans sa poche. Toujours à l’affût des travers de notre société, il ne manque jamais une occasion de blâmer l’aspect dérisoire des choses et de s’engager en faveur de causes auxquelles il croit et qu’il tient à défendre. Passant par la Lorraine pour participer à un spectacle de soutien au journaliste Denis Robert, l’humoriste qui « aime tout et veut tout », en a profité pour démontrer qu’il n’avait rien perdu de sa verve. « On ne donne la parole qu’à ceux qui veulent la prendre », après tout...

Bedos et Denis Robert. « J’ai connu Denis à travers ses films et ses bouquins, qui m’ont beaucoup intéressé », révèle celui qui ironisait pourtant sur le fait que « le seul prix qui intéresse vraiment un écrivain, c’est le prix du livre ». Ce qu’il apprécie avant tout chez l’écrivain messin, c’est « sa liberté de ton, qui n’est pas très courante, en particulier dans le milieu de la presse ». Guy Bedos se retrouve aussi quelque part chez Denis Robert, parce qu’il a connu cette situation de « tricard dans une bonne partie des médias au cours des années 70 », lorsqu’il a débuté sur scène en solo. De plus, il se considère « un peu comme un journaliste frustré, car l’exercice de revue de presse que j’effectue pour mes spectacles s’apparente davantage à un travail journalistique qu’à un travail d’acteur ». Et pour ce qui est du travail d’acteur, l’homme sait de quoi il parle, lui qui compte plus d’une trentaine de films à son actif, et qui a été dirigé, entre autres, par Marcel Carné et Jean Renoir. Enfin, le comédien Guy et l’enquêteur Denis partagent le sentiment « d’exister à travers ce que l’on fait, et toujours dans le sens d’éclairer au maximum ses contemporains ».

Bedos et l’engagement. « Je suis un homme libre, je n’ai aucun devoir de réserve vis-à-vis de quiconque, ni carte de parti », rappelle le spécialiste des piques féroces contre la politique et ses conséquences sur le fonctionnement de la société. « Aujourd’hui, nous sommes tous dans la désillusion : on ne rêve plus de révolution, mais on peut encore souhaiter une forte évolution ». A ses yeux, l’un des principaux problèmes réside dans le fait que « l’argent est devenu une sorte de religion de nos jours. Et de tous les intégrismes, le plus dangereux me paraît être l’intégrisme de l’argent ». Que préconise alors le citoyen Bedos, qui affirme sans détours : « La Bourse je m’en fous, j’ai choisi la vie » ? « Il faut arrêter le chacun pour soi et réveiller les solidarités, partout et tout le temps. Il devient urgent de fédérer davantage les gens ». C’est dans cette optique qu’il a « des tas d’activités dans diverses associations qui paraissent aller dans le bon sens », précisant au passage qu’ « il serait vivement souhaitable de supprimer l’esprit de boutique de ces collectifs, qu’ils cessent de la jouer perso. L’union fait encore et toujours la force ».

Bedos, son style et son actu. « Il faut toujours taper sur du lourd » conseille de façon radicale le professionnel de la satire. Politiquement incorrect, volontiers provocateur et d’un cynisme perçant, le dérangeant Guy avoue que cette attitude est souvent « coûteuse, mais c’est justement cela qui est excitant ! » A propos de sa liberté de parole, il clame qu’il « n’a pas peur ; au contraire, plus c’est dangereux et plus je m’en fous ! » Son prochain spectacle, « Hier, aujourd’hui, demain », devait initialement s’appeler « Le Rire de résistance », malheureusement le nom était déjà pris. Sans doute était-ce un petit clin d’œil à l’une de ses citations l’impliquant personnellement : « L’humour, c’est aussi une façon de résister »... Sur plusieurs fronts à la fois, comme à son habitude, Bedos s’est également lancé dans l’écriture d’un roman, et sera à l’affiche d’un long métrage au début de l’année prochaine, « Survivre avec les loups ». Et afin de finir son livre dans les meilleures conditions, l’Algérois de naissance confie : « Après la tournée de mon spectacle, je partirai dans ma maison en Corse, qui est mon Algérie de remplacement ».

Alors heureux, finalement, Guy Bedos ? « Je vais bien. Et si tout le monde allait aussi bien que moi, j’irais beaucoup mieux ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 19 décembre 2007 13:13

    Voila l’exemple type du faux cul qui habite à Neuilly depuis des années (chuuttttttttttt !!! il faut pas le dire) et qui a de tres bonnes relations avec son ancien Maire.

    Mais,bon,il faut pas le dire à tous ces beu qui viennent aux spectacles,ils pensent faire de la « resistance » smiley smiley smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 19 décembre 2007 15:04

      Une éloge de Guy Bedos !! smiley

      La honte totale pour l’auteur et pour 5 générations smiley

      Guy Bedos ne fait pas rire. Il fait ricaner. smiley


    • bernard29 candidat 007 19 décembre 2007 14:16

      Bedos ; un pisse-froid de patronage, c’est même pas le café du commerce, qui se proclame de « gôche » parce que c’est la seule manière d’émoustiller un peu les « grenouilles de bénitiers » du PAF.


      • Yvance77 19 décembre 2007 14:38

        Vous êtes aussi cons que cela les deux du dessus ?


        • MF/Melting-Actu 19 décembre 2007 18:33

          Les trois du dessus tu veux dire ! La vache, c’est gravissime de tenir des propos pareils ! Si vous n’avez rien de plus intelligent et de constructif à dégueuler, par pitié passez votre chemin et allez voir ailleurs !


        • Zenobia Zenobia 20 décembre 2007 09:12

          Sans rire, un tel degré de connerie de ces trois là et de certains autres, si tôt le matin.... même avec un café très fort et un peu de « gnaule »... c’est à vous couper le souffle pour toute la journée....


        • Parpaillot Parpaillot 19 décembre 2007 14:41

          Bedos ... Bof ...

          L’individu ne m’est guère sympathique : provocateur peu cohérent, superficiel, mais surtout opportuniste avant tout !


          • brieli67 19 décembre 2007 23:24

            PARPAILLOT n’aime pas les moutons aux pieds noirs ! même les frontaliers il n(apprécie guère

            et de Ziegler n’en parlons pas.

            va verse tes larmes ! Injustes qu ils sont avec Blocher


          • BuZardinho BuZardinho 19 décembre 2007 17:39

            Quel rapport ? Et vous combien en avez vous recueilli ou combien avez vous donné ? Qu’est ce que vous savez des dons de Guy Bedos pour des causes ?

            Il faudrait arréter avec ces supputations épidermiques qui laissent désagréablement voir vos orientations politiques brunâtre.

            Cet homme est de gauche, il s’engage sur des causes humanitaires et alors ? Ce n’est pas à lui de régler tout les problèmes du monde.

            Ayez au moins la décence vous et les autres « indignés » de dire vos réelles pensées au lieu d’avancer de stériles idées qui n’apportent rien à rien.


          • MagicBuster 19 décembre 2007 15:30

            Cet article est génial. je ne comprend pas les commentaires ?!

            On peut très bien se moquer d’un arabe sans être raciste. Pareil on peut être pro-sarko et avoir un peu d’humour en se moquant de lui.

            Bedos, me fait penser à Coluche ou mêmes aux guignols... Ce ne sont pas des personnes sectaires ils savent utiliser les mots justes, les situations burlesques ... ce sont des artistes.

            Franchement, si coluche était encore vivant ça serait aute chose... BEDOS c’est un comique gentil à coté. Pourtant Coluche est réputé pour être comique alors que certaines de ces blagues étaient très acides... mais bien distribuées. Tantot à droite tantot à gauche, tantot les riches tantot les pauvres, tantot les blancs, les jaunes, les arabes . . .

            Bref pour BEDOS peu importe qui il fréquente pourvu qu’il continue de nous faire rire.

            Ce qui est dommage c’est que ce genre de personnages est en voie de disparition.

            Arg , c’était mieux avaaaant.


            • MagicBuster 19 décembre 2007 15:36

              D’ailleurs :

              qui racontent les meilleures blagues juives si ce n’est les juifs eux mêmes.

              qui racontent les meilleures histoires sur les blondes, les belges, les militaires . . .

              qui racontent les meilleures blagues sur les handicapées... ( je vous jure que c’est les handicapées eux-même car venant d’un valide il y a toujours un arrière gout amère. )

              qui racontent les meilleurs blagues sur la politique ... les proches des politiques... Et c’est logique.


            • Nobody knows me Nobody knows me 20 décembre 2007 11:04

              Bedos me fait penser à Coluche. Ces deux mecs ont un timing de malade. Je me demande s’ils n’ont pas un métronome qqpart derrière le rideau noir. Au delà de l’engagement (les commentateurs du haut ne voient que ça), le talent de ces mecs est indiscutable.

              Je me prends à rêver que Coluche soit toujours là. Je peux vous dire qu’il volerait dans les plumes de qqs uns, ça serait un pur massacre. Intégristes, politicards, fascos, tout y passerait.

              Heureusement que Bedos est encore là, on a besoin de contestataires et de vieux dinosaures grincheux comme lui (compliment). Il n’y a que des ânes, des marcheurs au pas de l’oie, pour ne pas vouloir entendre des voix différentes.

              Quant à lerma, mais qu’attendent les admins d’Avox pour mettre en place un filtre automatique sur ses posts putain !! Ses posts sont tellement vides de sens, qu’on pourrait y étudier l’anti-matière.


            • maxim maxim 19 décembre 2007 16:29

              Coluche n’était pas haineux ,Bedos lui,si .......


              • kasko 19 décembre 2007 22:19

                Que Guy Bedos ait des idées, de gauche ou d’ailleurs, c’est son droit et je ne discute pas à ce niveau, d’autant plus facilement que sur plusieurs sujets je suis tout-à-fait d’ accord avec lui. Ce qui me gêne par contre beaucoup chez une personne comme lui qui se proclame « profondément humain », c’est sa méchanceté : il s’en prend aux personnes, aux individus. Ne pas être d’accord avec quelqu’un ne veut pas dire ne pas le respecter en tant qu’être humain. Je l’ai encore entendu quelques minutes à la radio ce matin se moquant de Christine Boutin d’une manière que je n’admets pas : se demander si elle peut se regarder dans la glace le matin, aller dire qu’elle ne lui déclenche aucune érection,.. ce n’est pas digne d’un homme qui en appelle aux droits de l’homme (et de la femme) ! Outre la facilité de telles plaisanteries salaces (faire rire en étant méchant est très facile), le meilleur moyen de donner des leçons de respect de l’homme aux autres est d’en faire preuve soi-même à l’égard de ceux ou de celles dont on combat les idées et les actions !

                Le rire que suscite Bedos sent parfois mauvais.


                • Lil_Pims 19 décembre 2007 22:41

                  Autant que celui de Bigard ou Gerra ?

                  a choisir je prefere encore la finesse d’esprit de Dieudonne, il fait preuve d’un peu plus d’autoderision.

                  Cela dit en passant Victor Hugo etait un grand bourgeois et cela ne la pas empeche d’ecrire les Miserables non ? On peut etre un privilegie sans etre un « salaud de droite » non plus.


                • Zenobia Zenobia 20 décembre 2007 09:10

                  Oui mais cher Ami, Bigard, il PRIE avant, alors ses plaisanteries bien lourdes et grasses, sans aucun respect des femmes entre autres.... lui seront pardonnées....c’est ainsi la charité chrétienne.....


                • TSS 20 décembre 2007 11:44

                  lui,au moins,il soutient D.Robert alors que ce sont les journalistes en place(sont ce de vrais journalistes ? j’en doute) qui devraient être derrière lui !!


                  • vivelecentre 22 décembre 2007 07:23

                    Malgré sa longue carriere, lorsque l’on parle de Bedos, on dit toujours l’humouriste Bedos.. c’est pareil pour « l’humoriste Dieudoné »

                    alors que dans d’autre cas, il suffit juste de dire Coluche ou Desproges, on sait déjà que ces sont des humoristes(c’etaient) !

                    Curieux, vous ne trouvez pas ? de quoi cela peut il tenir ?


                    • judel.66 22 décembre 2007 21:38

                      bedos c’est de l’aigreur haineuse et provocatrice ...il ne sait que«  »travestir la verité pour exiter des sots«  »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès