• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Incroyables cétacés ! » Une exposition géante !

« Incroyables cétacés ! » Une exposition géante !

Le Muséum d’Histoire Naturelle de Paris propose, jusqu’au 25 mai 2009, une grande et très belle exposition intitulée « Incroyables cétacés ! », qui ravira les amoureux des océans et des magnifiques géants des mers qui les peuplent.

L’exposition « Incroyables cétacés ! » a été inaugurée le 8 juin 2008, journée mondiale des océans, et ouverte au public le 11 juin. Les visiteurs, parisiens, banlieusards et touristes ont jusqu’au 25 mai prochain pour venir découvrir, au sous sol de la Grande Galerie de l’Evolution, tous les aspects de l’évolution et de la vie des grands mammifères marins, ainsi que tout ce qui concerne leurs difficiles rapports avec les hommes, et la protection dont ils font désormais l’objet.

On peut diviser l’exposition en trois thèmes, le passé, le présent et le futur, abordés le long de la visite des nombreuses salles.


1) Le passé, qui expose notamment :

- l’histoire des ancêtres des cétacés, où le visiteur admirera, entre autres, dans la première salle, un saisissant squelette pratiquement complet de Cynthiacetus, qui a demandé aux concepteurs de l’exposition deux années entières de travail pour son dégagement et sa reconstitution.

- l’histoire de la chasse à la baleine et au cachalot.

- l’histoire, forcément liée à celle de la chasse, des relations entre les cétacés et les hommes, faites à la fois d’amour, de fascination, de crainte et de conflits. On découvre également l’histoire des mythes et des fantasmes liés aux cétacés en général, et en particulier au dauphin qui fait l’objet depuis des siècles d’une véritable vénération chez les humains, qui entretiennent avec lui des relations parfois même empreintes de spiritualité. On rencontre Sedna, la déesse Inuit, Flipper le dauphin qui a fait rêver des générations d’enfants, ou encore Moby Dick le redoutable cachalot.


2) Le présent, où l’on se familiarise de façon plus scientifique avec les 80 espèces de cétacés, ceux à fanons, ceux à dents, les gros, les moins gros, les grands, les petits. On apprend, à l’entrée de l’exposition, à mieux connaître les zones de la planète dans lesquelles on peut les rencontrer.

Des panneaux explicatifs enseignent également le mode de respiration et le mode d’alimentation des différents cétacés (un rorqual n’engloutit pas l’eau qui sera filtrée à travers ses fanons de la même façon qu’une baleine franche, chacun possède son propre « style » qui dépend de sa morphologie), les différentes techniques de chasse des odontocètes (cétacés à dents), parfois remarquablement astucieuses.

On apprend avec étonnement que les fanons des baleines et rorquals sont composés de kératine, comme nos cheveux ou nos ongles ! Que les dauphins entendent… grâce à leur menton ! Que la graisse liquide, le « blanc de baleine », qui se trouve dans la tête du cachalot, se solidifie lorsqu’il plonge à de grandes profondeurs à la recherche de calmars géants, jouant ainsi le rôle de lest, et qu’il se liquéfie de nouveau lorsqu’il remonte à la surface ! Ou que le dauphin, qui décidément nous étonnera toujours, n’hésite pas à enfoncer carrément jusqu’aux yeux sa tête dans le sable des fonds sous marins, pour déloger une proie enfouie qu’il a repérée grâce à son extraordinaire système d’écholocation.

On s’amuse, grâce à un dispositif, à comparer ses capacités à retenir sa respiration avec celles des cétacés, dont certains peuvent plonger en apnée pendant plus de deux heures ! On essaye de reconnaître les différentes baleines grâce à leur chant, et les enfants peuvent manipuler, tout au long de l’exposition, des jeux éducatifs.

L’exposition présente également de nombreux films, d’impressionnantes maquettes de quelques têtes de cétacés, grandeur nature ! et une quantité satisfaisante de textes à lire, ce qui est un autre bon point car certaines expositions ont désormais tendance à trop privilégier l’audio-visuel ou le côté « manipulatoire », au détriment de la partie « lecture », et de la partie que l’on pourrait nommer « Pour aller plus loin… ».


3) Le futur est abordé sous l’angle des menaces qui pèsent sur les cétacés, et des mesures de protection, mises en place par la Commission Baleinière Internationale (CBI), dont ils font désormais l’objet, grâce à un moratoire que plusieurs pays ont refusé de signer.

Et les menaces sont nombreuses ! On est ahuris d’apprendre, par exemple, qu’il y a de nos jours tant de déchets non biodégradables (principalement du pastique) dans l’océan qu’un « septième continent  » s’est même formé dans le Pacifique Nord, à cause des courants qui ont rassemblé et compacté ces déchets sur une superficie, toujours croissante, qui fait actuellement six fois la France ! Les cétacés sont également incommodés par la pollution sonore qui les désoriente, et par bien d’autres menaces que l’exposition présente dans une mise en scène très réussie.

On peut finalement écouter les avis de différents représentants de la CBI sur le thème : « faut-il reprendre ou définitivement interdire la chasse à la baleine ? » Le représentant du Japon et celui de la Norvège défendent bien sûr leur volonté de continuer la chasse, l’un pour des raisons scientifiques, l’autre par tradition. Les opposants à la reprise de la chasse mettent notamment en avant l’argument selon lequel l’observation touristique des cétacés rapportera beaucoup plus que la chasse aux pays concernés.

Et le visiteur peut lui aussi voter pour donner son avis sur cette question de la pleine reprise, ou non, de la chasse à la baleine.


On ressort de l’exposition, dont la visite très détaillée peut durer largement plus de deux heures, conquis par ces êtres souvent gigantesques, attachants, toujours étonnants mais aussi complètement pacifiques, même les orques ne méritant en aucune façon leur réputation de mangeurs d’hommes. Comme d’habitude, le MHN offre à ses visiteurs une exposition instructive, attrayante, bien faite et pédagogique, si possible à ne pas rater, et dont on peut voir un petit aperçu sur le site internet du Muséum (sans parler des très nombreux livres consacrés aux cétacés), si l’on ne peut aller la visiter.


http://baleines.etc.free.fr/livressurlesbaleines.htm

www.cetaces-et-voyages.com/bibliographie.html


Liste de liens et références bibliographiques sur les dauphins :

www.waterplanetusa.com/fr/links.htm


Mais aussi...

Cétacé Info


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès