• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Jack London, l’aventurier à l’œuvre immortelle

Jack London, l’aventurier à l’œuvre immortelle

Si une œuvre littéraire mérite d’être relue si souvent sans jamais se faire détrôner par d’autres plus récentes, inusables ou fortes, incontestablement celle de Jack London est l’une parmi les rares élues pour l’éternité.

D’abord elle est faite d’un panache qui ne dément pas le grand talent de celui qui la signe, subjuguant aussi bien le lecteur occasionnel que le critique qui se risque à cerner sa portée. Ensuite, parce qu’elle se compose d’écritures variées - journalistique, poésie, théâtre, essai, nouvelle et roman - toutes singulières les unes que les autres. De coloration captivante propre au roman d’aventure où il excelle, justement le bouquet romanesque recèle toute l’exigence fictionnelle du genre prisé de tous lecteurs et jalousement convoitée par les plumes. L’imagination de Jack London s’est bien accaparée la verve littéraire où le chaos et l’intrépidité des intrigues tiennent en haleine. Ce qui pérennise l’œuvre, bien idoine à être découverte en tous les temps.

L’homme extraordinaire, l’équivalent d’une centaine de livres attachants accouchés en moins de 25 ans, appose avec brio son empreinte dans chaque ouvrage. Ce qui donne un sens mirifique, harmonieux et incomparable à toute l’œuvre. Un timbre d’une fierté généreuse, distillé sans concession de sa philosophie à la fertilité inouïe parcourt les textes griffés dès la première ligne. On se demande à la visite de la multitude de titres, quelle vie a-t-elle bien pu accoucher des monumentales qualités ?

La droiture exemplaire conjuguée aux capacités prolifiques rares font de l’auteur l’idole de plusieurs générations de lecteurs et érudits en belles lettres. Les déboires difficiles de son parcours devaient donner un écrivain maudit, celui qui vit les misères. Au contraire, ils lui forgent une personnalité avide de gratitude et l’obtient avec la littérature. S’approfondir dans la connaissance de ses romans, mène à la quête des biographies qui lui sont consacrées pour saisir le mystère de son génie. Dans chacune de celles lui sont faites, il est dit que l’œuvre est puisée du vécu et s’articule avec le fantasme créatif et le style rédactionnel approprié au genre.

Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, année où sort L’Aventure de Tom Sawyer le roman Mark Twain dont toute l’œuvre est de la même essence. Sa tendre enfance s’est baignée dans l’atmosphère de spiritisme entretenu par sa mère, ce qui activa l’étalement de sa rêverie fantasmagorique inspirant l’émérite œuvre. Fils illégitime de Flora Wellman, une mère issue d’une famille aisée de l’Ohio qui s’est enfuie de chez ses parents dès 16 ans. Cet âge ne l’a pas empêchée de détenir déjà une culture qui lui a permis de survivre en donnant des cours de piano et de diction avant de se consacrer au spiritisme. Et d’un père, William Chaney lui-même autodidacte et auteur (roman et poésie) qui ne l’a jamais reconnu. Parce que ce dernier se considérait stérile mais pas impuissant, il prit sa quatrième épouse sur six, Flora qu’il abandonna dès qu’elle lui annonça qu’elle était enceinte croyant qu’elle le trompait. Quand ils formèrent leur couple en 1874, elle avait 30 ans et lui 53. Le 16 septembre 1876, elle épouse John London, un veuf poursuivi par sept enfants auxquels se rajouta le futur Jack qui a été considéré par ce maçon et fermier comme son propre fils. C’est sa demi-sœur Eliza qui s’occupa beaucoup de lui.

Il savait lire et écrire dès l’âge de 5 ans selon l’unanimité des biographes qui insistent sur sa jeunesse accablée de moult précarités. Autodidacte de haut vol, Griffith London Chaney dit Jack se considère « un raconteur d’histoires » comme se définissent par modestie élémentaire tous les écrivains. Le brin hors-normes, qui le fait dépasser d’une tête les autres, réside dans ses opinions de rebelle et sa disponibilité à graver avec forte considération la part de son environnement et celle de son vécu dans sa littérature bien plus que fascinante.

Jack a commencé à travailler dès 13 ans dans une conserverie qui conditionnait les produits agricoles, en tentant de publier des articles de presse. Puis économisant et contractant un prêt chez une femme noire, il s’est acheté une barque et s’est mis à écumer les huîtres de la baie de San-Francisco. Le 17 avril 1894, à 18 ans, il était parmi les 100 000 chômeurs qui ont marché depuis sa ville, San Francisco, sur le capitole à Washington. Des centaines de milliers d’autres ouvriers ont pris départ de leurs villes respectives afin de réclamer du travail, ceci pour sa présence dans l’histoire des Etats-Unis et les luttes qui lui a été d’une inspiration pour écrire principalement trois essais sur le socialisme. Il déserta le 24 mai « l’armée industrielle », telle qu’elle a été baptisée. Car il était très difficile de nourrir les marcheurs dans les villes traversées où l’accueil des autres travailleurs était solidaire, contrairement à celui du peuple de droite qui était hostile. Ses premiers papiers de presse commencèrent à paraître après cette escapade avec les hordes de gueux.

Aventure qui l’a marqué pour la vie et déclencha sa conscience politique qui fait de lui un communiste que très peu de biographes et de critiques rapportent fidèlement. Pourtant il s’était fait d’abord une réputation de politicien en se portant candidat dans des élections locales et par une fougueuse participation dans des salons de discussions socialistes que tenaient les mouvements de gauche au début du XXe siècle aux Etats-Unis. Lénine mourant se faisait lire « Talon de fer », Trotski le cite dans ses écrits et Che Guevara prenait référence de ses travaux.

Cependant sa vocation d’écrivain est parvenue au raffinement de son expérience d’impénitent aventurier dans, la ruée vers l’or, les équipées au Klondike. Il le reconnaît lui-même en écrivant en 1915, un an avant sa mort : « C’est au Klondike que je me suis découvert moi-même. Là, personne ne parle. Tout le monde pense. Chacun prend sa véritable perspective. J’ai trouvé la mienne ». Dès son retour du froid canadien et de sa fièvre de l’or, comme des milliers de chercheurs, ses premières nouvelles ont vu le jour. Le succès par la richesse matérielle s’en est suivi par la magie d’une écriture considérée, à ce jour, moderne où chaque mot galvanise sa démarche d’auteur.

Si pour Ernest Hemingway qui a est de la même trempe, en écrivant pendant des années depuis le bureau de Fidel Castro, la phrase courte et salvatrice se composait de : sujet, verbe et complément. Chez Jack London, le livre d’environ cent pages sous le format dit poche, le récit est condensé pour contenir et libérer à la fois toute la matière et les thèmes qui le composent. Certain de ses écrits sont à cheval entre la nouvelle et le roman.

The Redge Pleague (La Peste écarlate), publié en 1912, est l’une des merveilles que nous a léguée Jack London. De quelque 70 pages, ce court roman est celui où l’anticipation concerne notre époque, au regard des grandes maladies - sida et grippe aviaire - qui angoissent scientifiques et gouvernements. Il raconte l’extermination de l’humanité par une maladie hautement contagieuse par l’air, précédant les concepteurs de vaccins et semant une panique généralisée au niveau terrestre.
http://www.argfotheme.com/organecyberpresse/

Documents joints à cet article

Jack London, l'aventurier à l'œuvre immortelle

Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • haddock 16 août 2007 10:35

    Fascinant cet homme qui apprit la vie en vagabondant et qui est devenu un des plus grands écrivains .


    • JL JL 16 août 2007 10:39

      Merci pour cet article. J’ai découvert Jack London il y a un demi siècle (hé oui) avec « Croc blanc », une révélation. Jack London n’a pas son pareil pour parler des animaux. Qui ne se souvient de ’l’appel de la foret" ? Et depuis j’ai lu tout ce que j’ai pu, sans jamais être déçu par lui.

      Avec ses aventures au Klondike, les récits des mers du Sud constituent l’autre volet de la vie aventureuse de cet auteur prolifique, éclectique et passionnant à plus d’un titre. On y trouve une description des méthodes employées par les conquérants pour le moins peu flatteuse, et c’est peu dire.

      Pour ses opinions politiques et sociales, outre « Le talon de fer », il faut lire « L’humanité en marche », un recueil d’une cinquantaine de courts textes étonnants, évoquant l’intelligence des animaux, l’évolution des races, le suicide, la mode féminine, …, des textes parfois naïfs, parfois très pertinents, preuve de l’immensité de la pensée de cet homme qui n’a pas la place qu’il mérite dans la littérature mondiale parce que, comme dit N.E. Tatem, il était communiste. Je ne le crois pas communiste, c’est un terme beaucoup trop réducteur pour un tel personnage.


      • bernard29 candidat 007 16 août 2007 11:33

        Trés bon article sur jack London, aussi dans le Nouvel Obs de la semaine passée. « Jack London le chercheur d’or » par François Forestier, dans la série les écrivains-voyageurs.


        • TSS 16 août 2007 16:19

          pour ceux qui ne l’ont pas lu ! lisez « le vagabond des etoiles »

          une merveille !!


          • moebius 16 août 2007 22:05

            ...lisez tout, mais lisez aussi Conrad aprés, plus profond, c’est un point de vue, quoique london avait aussi sa part de « pessimisme » mais plus journalisique lui.. ; plus américain... et grand merci pour cet article qui sera peut etre pour certain l’origine d’une découverte


            • moebius 16 août 2007 23:29

              pardon, « journalistique »


              • grugru 23 août 2007 00:12

                Merveilleux London mais vous semblez oublier le côté sombre du personnage et à son approche sociale.. L’aventure aboutit à la plongée définitive. Pensez à Martin Eden et à sa profonde perdition : le plus beau livre de London qu’il faudrait inviter à lire ou relire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès