• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Je l’aimais de Zabou Breitman

Je l’aimais de Zabou Breitman

Pourquoi ne pas le dire tout de go que ce film est un coup de coeur, parce qu’il est bien amené, pudique, délicat, charmant, sensible, qu’il fait honneur à la production française et se laisse regarder avec un vrai bonheur.

Il s’ouvre sur le désespoir d’une jeune femme Chloé ( Florence Loiret-Caille ), que son mari vient de plaquer pour une autre, sans qu’elle n’ait rien vu venir, et la laisse seule avec deux enfants. Son beau-père - qui ne prend nullement fait et cause pour son fils - va l’emmener passer le week-end à la campagne pour tenter de prendre la mesure des choses et, autour d’un bon feu de cheminée, se laisser aller à des confidences, espérant peut-être qu’en s’ouvrant à elle de ses propres souffrances, il atténuera les siennes. Ainsi lui raconte-t-il ce que fut pour lui la passion qui le consuma jadis pour une femme qui n’était pas la sienne et qu’il n’a pas osé vivre jusqu’au bout par souci du devoir ou, plus encore, par lâcheté, faisant deux victimes : Mathilde, cette jeune femme qu’il aimait et qu’il quitte, et sa propre épouse dont il a empoisonné la vie. 


Marie-Josée Croze et Daniel Auteuil. SND

Les regrets, la nostalgie pour ce qui aurait pu être et ne fut pas sont le ressort de ce joli film Je l’aimais de Zabou Breitman , tiré d’un roman d’Anna Gavalda, adaptation fine et fidèle des propos de l’écrivain, que l’on doit également à la scénariste Agnès de Sacy, sans oublier, au passage, un clin d’oeil au magnifique In the mood for love de Wong Kar-wai. Avec ce dernier opus, qui fait suite à Se souvenir des belles choses et L’homme de sa vie , la cinéaste revisite son sujet de prédilection la mémoire et élargit l’horizon d’Anna Gavalda, en y ajoutant sa rhétorique toute personnelle de la mise en scène. Grâce à un montage, qui sait user du flash-back sans jamais égarer le spectateur, la réalisatrice surfe avec intelligence sur passé et présent et nous livre l’autopsie d’un renoncement sans pour autant tomber dans le pathos et en évitant les écueils d’un maniérisme qui semblait la guetter dans son précédent ouvrage.


Marie-Josée Croze et Daniel Auteuil. SND

 

Ainsi signe-t-elle avec élégance un requiem délicat sur les sentiments perdus, les amours renoncés, les passions mal éteintes. Dans le rôle de Mathilde, cette jeune femme rencontrée à Hong-Kong et pour laquelle Pierre éprouvera une passion immédiate, Marie-Josée Croze est pleine de charme et de spontanéité face à un Daniel Auteuil, qui me paraît être le maillon faible du film. Il ne suffit pas d’écarquiller les yeux et de parler d’une voix sourde pour signifier l’émotion et susciter celle du spectateur. Face aux 3 actrices qui l’accompagnent et sont toutes trois excellentes, il m’a semblé bien pâle.

 VIDEO

Documents joints à cet article

Je l'aimais de Zabou Breitman

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès