• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Je nous aime beaucoup », de Véronique Olmi, au Petit Théâtre de (...)

« Je nous aime beaucoup », de Véronique Olmi, au Petit Théâtre de Paris

Je nous aime beaucoup, titre magnifique mais qui contient d’emblée le défaut de sa qualité. En effet, derrière son arrangement ostentatoire avec la syntaxe, se révèle une pièce dont le texte est extrêmement élaboré, voire trop complexe pour que les comédiens l’aient aisément en bouche avec le souci d’en pouvoir percuter toute la truculence.

A cette réserve près, qui néanmoins accompagne la représentation dans son entier déroulement, le thème est suffisamment original pour retenir toute l’attention en redécouvrant soudain le conflit des générations alors que celle des post-soixante-huitards avait eu pour objectif de l’abolir.

En effet, d’un pragmatisme systématique, celle des vingt ans en 2006 nous est présentée comme un antidote redoutable au fallacieux laxisme des dogmes qu’aurait élaborés celle des militants du bonheur pour tous, au siècle précédent.

C’est donc la mauvaise foi qui va régner en maîtresse des cinq protagonistes réunis dans une ferme retapée au fin fond du Gers où Véronique Olmi les maintient pour cause de noces un week-end durant dans l’attente du train de retour pour Paris.

Il faut dire que l’auteur s’implique elle-même dans le vécu de cette situation jusqu’à jouer le rôle de cette épouse libérée et emblématique des seventies, en restant l’objet de conquête de ses deux soupirants d’alors, Pascal Elso l’ex et Stéphane Hillel devenu le mari.

"Je nous ai beaucoup aimés", pourraient-ils proclamer en choeur, tous trois à la face de l’autre couple (Aurore Auteuil et Sébastien Lalanne) résolument moderniste qui consciencieusement pratique l’art du sadomasochisme avec le respect d’un mode d’emploi bio mais dans une complicité illusoire.

En stigmatisant ainsi de manière caricaturale toutes attitudes figées dans les modes de vie stéréotypées, Véronique Olmi décante la voie d’une liberté salvatrice de penser au cas par cas, la pertinence conceptuelle ou non du couple.

Cependant José Paul, Agnès Boury et Marjolaine Aizpiri ont dirigé les cinq acteurs en gommant tout jeu de séduction qui aurait pu circuler entre les protagonistes.

Ce choix paradoxal de mise en scène met à plat le comportement grotesque de chacun mais inhibe quelque peu la sensualité du non-dit de la libido collective.

C’est ainsi qu’à distance générationnelle du Rohmerien Genou de Claire, l’Olmien "Je nous..." de Véronique renvoie les uns et les autres dans les cordes d’un ring où le temps du marivaudage aurait été mis KO par la satire contemporaine.

JE NOUS AIME BEAUCOUP - ** Theothea.com - de Véronique Olmi - avec Véronique Olmi, Stéphane Hillel, Pascal Elso, Aurore Auteuil, Sébastien Lalanne - mise en scène : José Paul & Agnès Boury - Petit Théâtre de Paris


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Rantanplan (---.---.146.11) 27 octobre 2006 10:18

    A théothéa:tes interventions me font toujours réver,moi qui me semble bloqué dans ma lointaine banlieue et mon travail !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires