• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Jeux d’enfant ?

Jeux d’enfant ?

Le monde des églises chrétiennes évangéliques est mal connu en France et en Europe. C’est pourtant un secteur religieux des plus actifs, qui connaît une progression impressionnante dans le monde entier (environ 19 millions de nouveaux membres par an), et notamment dans les pays en voie de développement. Bien que composé d’une grande diversité de courants, souvent apolitiques, il a souvent, depuis les années Reagan, été associé aux mouvements de la « droite chrétienne » (Christian Right), et notamment aux néoconservateurs américains qui accompagnent l’administration de George W. Bush, qui s’est d’ailleurs lui-même présenté comme un ‘born again christian’, autrement dit un évangélique.
En 2006, le président Bush décide de nommer à la Cour suprême des Etats-Unis Samuel Alito, catholique censé être proche des convictions de ces milieux (notamment sur l’avortement), en remplacement d’un juge réputé comme modéré, déclenchant une polémique.
C’est dans ce contexte que Rachel Grady et Heidi Ewing vont réaliser "Jesus Camp", documentaire sur Becky Fisher, pasteur pentecôtiste du Dakota du Nord qui organise tous les ans "Kids on Fire" ("Enfants en Feu"), camp d’été pour enfants. Durant quelques jours, elle y accueillera des jeunes (à partir de cinq ans), garçons et filles, éventuellement accompagnés de leur famille, pour une retraite au cours de laquelle elle pourra les éduquer suivant ses convictions.
Grady et Ewing nous initient ainsi à un monde très particulier, où politique, pseudo-science, propagande de tout poil et thématique guerrière sont intimement mêlées. Levi, Rachael et Tory, les trois enfants suivis plus particulièrement, baignent dans cet univers décalé de la norme, quelquefois tragiquement comique, souvent effarant, voire effrayant. De par leurs milieux familiaux, âgés d’une douzaine d’années environ, l’un se destine à devenir pasteur et compte déjà plusieurs "prêches" à son actif, l’autre est une fan de "heavy metal chrétien" et s’inquiète des plaisirs de la chair associés à la danse, tandis que la troisième, prosélyte exemplaire, distribue un peu partout des tracts aux personnes qu’elle rencontre. Leur participation à cette retraite nous plonge dans leurs ratiocinations de tous ordres : innocuité du réchauffement climatique, créationisme, dénonciation du culte d’Harry Potter (qui aurait dû être mis à mort suivant les préceptes de la Bible), lutte contre l’avortement... Le burlesque le dispute au pathétique.
Le plus étonnant est l’attitude du pasteur Fisher, organisatrice du camp au centre du documentaire. Cette petite bonne femme rondouillarde expose benoîtement à la caméra l’endoctrinement aboutissant à la formation de ce qu’elle considère comme la future élite pentecôtiste. Elle n’hésite pas à présenter son stage comme la réplique, inoffensive à ses yeux, aux camps d’entraînements des kamikazes du Proche-Orient. Et pour former les participants de l’armée de Dieu, comme elle l’appelle, c’est un véritable spectacle destiné à marquer les esprits qu’elle met en scène, avec orchestre pour rythmer les prêches, jouets et accessoires pour en être les supports (car l’image est toute-puissante maintenant, particulièrement chez les jeunes), et séances d’imposition des mains, toujours impressionnantes il est vrai pour un néophyte.
On est loin d’un idéal de structuration d’esprits critiques. La frontière entre éducation et manipulation est allègrement franchie, mais la sincérité du pasteur Fischer est totale dans son exposé, ce qui n’est d’ailleurs guère rassurant.
Les réalisatrices revendiquent une objectivité aussi complète que possible dans leurs portraits. On peut en douter, vu les tentatives un peu alambiquées de rapprochement de certains acteurs avec George W. Bush. Elles se défendent néanmoins d’avoir tiré une caricature du mouvement pentecôtiste, ou d’une partie de celui-ci. Il est d’ailleurs intéressant de relever que les familles impliquées dans le documentaire ont accordé un satisfecit au produit final après avoir demandé (et obtenu) quelques retouches mineures, ne réalisant sans doute pas l’impact qu’il aurait en-dehors de leur univers très tourné sur lui-même : après la sortie du film, le camp a en effet été fermé jusqu’à nouvel ordre à la suite de déprédations...
Dans quelle mesure ces personnes sont-elles représentatives d’un élan politico-religieux de l’Amérique profonde ? Difficile à dire, et le film, malgré tout son intérêt, n’apporte malheureusement pas de réponse directe à cette question. Une interview un peu moqueuse du pasteur Ted Haggard (plus tard impliqué dans un scandale sexuel, mais c’est une autre histoire) laisse bien penser qu’elles sont très marginales, mais aucun chiffre n’est donné.
Les mérites de ce documentaire sont autres : outre l’aspect de curiosité du phénomène, nous montrer comment vit un microcosme semi-clos et réfractaire aux idées les plus répandues, comment les enfants peuvent en être les victimes comme les vecteurs, et nous interroger : que seront-ils devenus dans vingt ans ?

Documents joints à cet article

Jeux d'enfant ? Jeux d'enfant ?

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • docdory docdory 16 mai 2007 14:36

    @ Emmanuel DDL

    Très intéressant article qui amène à se poser trois questions :

    1°) A quoi , et surtout à qui servent les religions ?

    2°) L’apparition en France des « nouvelles » religions ( évangélistes , islam ) est elle un phénomène intrinsèquement néfaste ? Si oui , de quels moyens dispose l’Etat pour leur mettre des bâtons dans les roues ?

    2°) Quelle limite à la liberté religieuse ? La Déclaration française des droits de l’homme stipule que nul ne peut être inquiété pour ses opinions , même religieuse , tant qu’elles ne portent pas atteinte à l’ordre public . Il semble qu’un pareil endoctrinement d’enfants est manifestement , d’un point de vue du citoyen français que je suis , une atteinte caractérisée aux droits des enfants , et donc à l’ordre public ...


    • Emmanuel DDL Emmanuel DDL 16 mai 2007 15:55

      @docdory

      Merci pour vos remarques.

      Concernant vos deux premières questions, à mon avis difficile de trancher de manière générale. Les « nouvelles » religions sont si variées dans leurs concepts, leurs dirigeants, leur implication et leurs contraintes sur la vie quotidienne ou publique... Affirmer qu’elles sont intrinsèquement néfastes serait réducteur.

      A mon sens la meilleure arme contre une religion qui serait néfaste reste l’information ’objective’, et là l’éducation joue un rôle primordial.

      Sur le plan législatif il y a l’arsenal classique de lutte contre les sectes, avec ses insuffisances.

      En ce qui concerne la limite à la liberté religieuse, totalement d’accord avec vous, le documentaire donne un bel exemple d’endoctrinement, même si la question de la liberté des parents à éduquer comme ils le veulent leurs enfants entre aussi en ligne de compte.

      La question du trouble de l’ordre public est encore plus intéressante.

      Le pasteur Fischer prétend former des membres de l’armée de Dieu (’Army of God’) Selon ses déclarations (sur son site), elle récuse totalement l’idée de violence et de trouble à l’ordre public, pour elle c’est un terme biblique, et la bible rejette les armes matérielles.

      Mais il faut aussi savoir que le terme (AOG) regroupe aux USA tout un mouvement anti-avortement pour lequel l’usage de la force est tout à fait légitime dans sa lutte. On lui doit entre autres exploits les ’Nuremberg Files’, dont le but est de diffuser la liste des médecins pratiquant l’avortement aux USA afin les mettre hors d’état de pratiquer.

      Cette ’armée’ n’aurait très probablement aucun mal à recruter des fidèles du pasteur Fischer en mal d’action.


    • pierrarnard 16 mai 2007 16:40

      Non pas jeu d’enfants, mais travail conscient d’adultes manipulateurs....

      A partir d’une certaine masse critique d’adhérents une secte nuisible deviens vite une religion acceptable (voir la scientologie ou les moonistes aux US...)

      En clair cela devient un puissant outil à féderer le peuple et donc un mouvement dont il est interessant de récuperer la sympathie pour conforter son electorat...

      Donc le pouvoir se compromet avec la chose religieuse et la chose religieuse fricotte avec le pouvoir...

      Rien de nouveau sous le soleil, à l’aube du monde les sorciers faisaient la loi avec la complicité du plus fort...

      Il faut une démocratie solide pour les sortir du cercle mais les pretres de tous poils sont aimantés par le pouvoir, comme monseigneur 23 posant ce matin au perron du palais néoprésidentiel en ayatollah éclairé que la séparation de l’église et de l’état tenaille cependant....


      • Kookaburra Kookaburra 16 mai 2007 20:02

        Sujet intéressant mais complexe. Comment définir un secte ?Comment expliquer l’engouement pour les sectes ? Serait-il que l’homme a besoin d’une dimension spirituelle ? Les extremismes, chrétiens ou islamiques, sont certainement néfastes, mais il ne faut pas jetter le bébé avec le bain ! Ne croyons-nous tous en quelque chose ? Même si parfois c’est peu spirituelle.


        • L'enfoiré L’enfoiré 16 mai 2007 20:29

          @L’auteur,

          Bon article qui fait réfléchir. C’est fou.

          Sous de « bons sentiments », les intentions sont parfois bien différentes. Je n’ai pas été totalement compris dans l’article (URL) (mal bouclé sur AV, j’en ai convenu). J’ai été peut-être trop loin. La question posée n’est pas donner une vérité ni une accusation mais un simple questionnement citoyen.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès