• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Jours d’orage, Hubert-Félix Thiéfaine

Jours d’orage, Hubert-Félix Thiéfaine

Hubert-Félix Thiéfaine «  Jours d'orage  » Fayard

A une époque où l'étiquette Rock est souvent collée sur des ersatz très surfaits, il est bon de remettre les choses en perspective, et à leur juste place.

Le rock est né du mal-être des musiciens noirs américains, de leur blues, et de leur subversion cachée sous leurs musiques et leur langage codé, façon Cab Calloway, un des premiers à musiquer une subversion narquoise en se jouant de la belle société « white and people qui venait s'encanailler au Cotton Club et qui ne comprenait pas les jeux de mots de l'argot des noirs américains

Ensuite, ce fut l'emballement d'une jeunesse américaine qui a trouvé dans cette musique sommaire et violente un exutoire à son envie de jouir de la belle american way of life, et parfois de hurler ses rebellions. L'idole emblématique s'est incarnée avec un jeune crooner du Sud qui a transformé le mouvement musical rageur en show de postures plus ou moins provoc, mais en costume à paillettes , puis en marchandisation à outrance.

Un homme de radio, Alan Fredd fut le premier à utiliser l'expression rock'n'roll en 1951 , sans savoir que ce terme d'argot des noirs allait devenir un genre musical qui allait marquer le siècle ; c'est quand Bill Haley immortalise 'Graine de violence' et qu'Elvis prend le relais et que le rock explose, parce que ce sont des blancs qui le jouent. Avant les musiciens noirs qui faisaient cette musique n'étaient que des représentants d'un genre folklorique mineur, pour minorité ethnique en quelque sorte. (les disques Racial records)

Little Richard, Big Joe Turner et quelques autres, précurseurs étaient noirs, ils faisaient du rock and roll sans le savoir, mais Elvis, et surtout son manager, le colonel Parker ont vite compris comment exploiter le filon avec un merchandising intensif qui a fait du rock un produit commercial hautement côté à la bourse du showbizz.

Un des critères pour savoir qui fait de la musique et qui fait du bizness, c'est l'analyse des revenus des « artistes » quand les ventes de produits dérivés priment sur les droits et royalties, on n'est plus tellement dans la musique, mais dans le commerce d'accessoires et de gadgets.

On verra donc un peu partout des clones d'Elvis, qui se font une rock and roll attitude artificielle, avec une pseudo biographie américanisée que les médias relayent sans trop de déontologie.

Ce sont les anglais qui vont faire du rock une vraie musique de subversion et de transgression, quand Presley n'est plus qu'un produit bien exploité et formaté king des teen agers.

Néanmoins, les USA ont aussi des géants de la création, comme « The Doors » qui vont atteindre des sommets, et pour la France, le seul artiste dans la lignée des créateurs du blues, père du rock, est Hubert Félix Thiéfaine.

On mettra au rang des épiphénomènes plus ou moins anecdotiques ceux qui n'ont retenu du rock que les santiags, les oripeaux à paillettes, et la guitare qu'on essaie devant un miroir pour voir si elle s'accorde avec le costume.. En ce qui concerne le son, c'est pas la priorité pour les deux accords sommaires et les qualités médiocres d'instrumentistes de la plupart des idoles des jeunes, t'as le look, coco, le reste c'est très secondaire. Et pour les paroles... le french yaourt est en promotion permanente.

Donc pour avoir une idée de ce que peut être le rock dans une approche supérieure, de la musique et des paroles, il faut lire la biographie d'Hubert-Félix Thiéfaine. Après avoir écouté ses albums.

« Jours d'orages » C'est une édition augmentée de 100 pages environ depuis la première édition de 2005. Un travail biographique fouillé, né d'une suite de rencontres entre Jean Théfaine, et Hubert Félix Thiéfaine , comme une longue discussion-analyse riche et documentée.

C'est une vie pleine de turbulences de «  jours d'orage » qui génèrent quelques albums d'anthologie, nourris de textes fulgurants, de somptueuses harmonies, d'une quête permanente de l'absolu, sans concessions aux modes et aux effets artificiels, pas de frime, pas pipolade ni de « une » dans voicigala, d'ailleurs, c'est dans une totale absence dans les médias que Thiéfaine a fait sa vie d'artiste.

Par chance, des auditeurs de France Inter, et lecteurs de « Paroles et musiques » ont eu le privilège de découvrir Thiéfaine assez tôt, 1979-80, époque « Autorisation de délirer » ensuite « Soleil cherche futur » et « les dingues et les paumés » ont été au top de nos play list familiales de 12 à 40 ans à l'époque. Et ça a continué jusqu'à « la tentation du bonheur » et la suite...

H-F Thiéfaine est le champion incontesté des non-invités à la télé, même quand on remplit un Bercy, silence écran, hormis Monique Le Marcis de RTL et Foulquier-Villers-Artur sur Inter, il fait sa carrière sans médias ni relais presse. Et exception dans ce monde très segmenté de la chanson des années 2000, il est peut-être le seul à avoir un public qui se renouvelle constamment.

Sa vie d'homme et sa vie d'artiste ont été traversées de nombreux jours d'orages, évoqués ou racontés avec pudeur et précision à la fois. Les doutes, les angoisses, l'incertitude, et tout ce qui peut soigner ces maux composent un chemin de vie apparemment cahotique mais finalement cohérent, si on considère le bilan musical

Cette biographie de Jean Théfaine est un modèle du genre, par sa documentation fouillée sans être indigeste, par les témoignages sans voyeurisme des compagnons de route, par la qualité du texte, ça chante entre les lignes, leçon de vie, leçon de musique, les convulsions de la création, tout ça donne des tableaux de ciels tourmentés, de mouvements d'opéra sauvage où les dingues et les paumés trouvent parfois le chemin d'un paradis provisoire, juste avant l'enfer ? un soleil qui cherche toujours un futur, sur les pas d'Abdallah Geronimo Cohen,

« ...Je ne vais tout de même pas te raconter comment et pourquoi j'écris des chansons, non ? C'est comme ça !
Ma main sur le clavier de mon piano est reliée à un fil et ça marche. Je suis "dicté"
J'ai un magnétophone dans le désespoir qui me ronge et qui tourne et qui tourne et qui n'arrête pas .. »

On ne saurait mieux dire, n'est-ce pas Léo ? (extrait de et basta !)

 

N'empêche, dans ses désespérances et ses colères salutaires, HF Thiéfaine est un des ces artistes majeurs, et si les citoyens lambda ont une chance d'entrevoir ce qu'est la vie d'artiste, on peut trouver une piste dans ces lignes :

«  ...Un artiste qui ne provoque pas, c'est un bourgeois. La création ne peut passer que par la provocation. Mais ça implique qu'on se remette en question soi-même de façon quotidienne. Pour ça il ne faut pas avoir peur d'en prendre plein la gueule et d'aller parfois jusqu'à l'autodestruction. » (Extrait du petit lexique thiéfainien à l'usage des mal-comprenants)

Je laisse la conclusion à Francis Vernhet, (photographe de spectacle et de Chorus) qui résume bien ce qui se dégage de l'oeuvre de Thiéfaine, et du livre du Jean Théfaine :

« … Thiéfaine me rend plutôt optimiste sur la force vitale qui peut animer les êtres. C'est quelqu'un, même quand il avait une vision de la vie passablement noire, qui a continué à avancer. Comme tout le monde, sans doute un peu plus que tout le monde, il a encore des coups de blues, mais ça ne l'empêche pas de créer et de vivre. »

«  Jours d'orage  » par Jean Théfaine, chez Fayard

 

Norbert Gabriel

pour plus d'infos sur le rock, une fiche synthétique assez complète

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_rock


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • SANDRO FERRETTI SANDRO 8 mars 2012 09:41

    Merci pour ce petit coup de chapeau à un drôle de bonhomme indestructible malgrè les apparences, récompensé « sur le tard », mais tout de même de son vivant, ce qui ne fut pas le cas de tous.
    Deux petits bémols cependant :
     -HFT doit étre salué « pour l’ensemble de son oeuvre », comme on dit, et pas trop pour ses prestations des 10 dernières années, plutôt auto-plagiesques. « Les dingues et les paumés » et les fragments d’hébétude n’ont pas eu de suite, dommage.
    -Il apparait aujourd’hui, par comparaison avec le contexte actuel désertique de la scène française, comme un « poids lourd incontournable ». Mais c’est un peu par défaut, la faucheuse étant passé par là pour beaucoup d’autres...


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mars 2012 10:54

      Bonjour,pour le passage blues / rock il me semble que c’est surtout un passage ternaire / binaire.Sinon vive HFT,tagada....tsoin..tsoin...


      • norbert gabriel norbert gabriel 8 mars 2012 11:10

        Je vois avec plaisir qu’ il y a des experts ..  smiley c’est vrai qu’en voulant faire « pas trop long » on simplifie parfois un peu trop ... vous avez raison « ta-ga-da » c’est Blues « plong-plong » c’est rock... smiley


      • Le printemps arrive Le printemps arrive 8 mars 2012 21:34

        "H-F Thiéfaine est le champion incontesté des non-invités à la télé, même quand on remplit un Bercy, silence écran, hormis Monique Le Marcis de RTL et Foulquier-Villers-Artur sur Inter, il fait sa carrière sans médias ni relais presse.« 

        Je l’ai découvert en colo (en tant qu’encadrant) avec la »fille du coupeur« de joint et à l’époque cet omerta m’avait titillé, pensant qu’elle était justement due au côté »perversif" de ce texte.

        Avez-vous des éléments sur ce point de vue ? vrai ? faux ? complètement à côté de la plaque ? les chiens de garde étaient déjà bien dressés ?


        • norbert gabriel norbert gabriel 9 mars 2012 00:30

          Thiéfaine a été interrogé assez régulièrement sur ce boycott des médias, qui peut avoir plusieurs explications, selon lui, dans une émission de Foulquier je l’ai entendu esquisser une hypothèse, pour sa première Itw télé, il y a eu un ratage, genre le rendez-vous est calé, mais lui, il n’est pas informé, donc il passe immédiatement pour un réfractaire, et le mot d’ordre circule très vite,n’invitez pas Thiéfaine, il refuse de passer à la télé. . De plus, les chansons comme « la fille du coupeur de joint » ne devaient pas susciter l’enthousiasme des patrons de chaines, donc personne n’a fait le forcing pour l’inviter. Et puis, les années 80-82, c’est aussi l’époque où toute la presse plus ou moins pipole en matière de chanson, met Duteil au placard, parce qu’il n’est jamais mêlé à des histoires crapoteuses, qu’il vit avec la même femme depuis des années, qu’il ne se drogue pas ; on lui dit clairement, vous ne nous intéressez pas. Et à cette époque, Duteil vient de s’émanciper des majors en s’auto produisant. Et ça va durer 30 ans. Comme Thiéfaine, pour d’autres raisons. En 1995, on va lui coller une étiquette politique tout-à-fait inappropriée, Duteil a été élu maire de son village sur une liste plus écolo que politique . Le seul lien avec la politique, c’est une asso pour des enfants dans la mouvance Chirac en 1995 par là.. Et on en a fait un chanteur RPR. Alors qu Barbara avec qui il était voisin et ami, et avec qui il partageait des combats « associatifs » n’a jamais été suspectée d’être « RPR » (pour autant que ce soit ignominieux) On a donc deux cas d’artistes tricards des médias, pendant la même période, et à peu près la même durée.
          D’un côté les médias ostracisent le mec trop lisse, trop bien élevé et propre sur lui, mais en même temps on évite soigneusement de se mouiller avec un énergumène comme Thiéfaine.
          Qui s’avère d’ailleurs dans la vie un type fréquentable..
          Ce genre d’anomalie est assez fréquent dans la chanson, art populaire par excellence, et traité ou maltraité par une sorte d’intelligentsia de la presse, qui aime bien se payer des têtes de turc avec une cruauté parfois assez immonde (voir le cas Vanessa Paradis à 12-13 ans)
          et parfois on a l’impression que certains journalistes ou critiques ont honte de leurs émotions.
          On a vu des gens emballés par un spectacle, dans la salle, écrire le lendemain un papier quasi venimeux, parce que la ligne du journal n’aurait pas supporté un éloge d’un chanteur qui n’avait l’heur d’être dans la ligne. Et paradoxalement, c’est plutot du côté de Libé que ça s’est produit (avec Goldman par exemple, qui s’était payé une pleine page de Libé pour remercier ceux qui venaient à ses spectacles ..)
          C’est comme Ferrat, à part Drucker, qui l’invitait ? et Isabelle Aubret qui chante Brel et Ferrat est bannie de tous les médias radios depuis des années... Il y a des choses comme ça ..


        • Le printemps arrive Le printemps arrive 10 mars 2012 08:06

          merci pour vos réponses.


        • Le printemps arrive Le printemps arrive 10 mars 2012 08:11

          concernant l’omerta sur certains artistes,

          une amie, fille d’un photographe de presse régionale en retraite, m’a affirmé que son père avait des consignes sur les artistes à mettre en valeur ou ignorer en fonction de leur orientation politique.

          Ceci explique peut-être cela !


        • norbert gabriel norbert gabriel 11 mars 2012 01:29

          La seule info fiable, parce que vérifiée auprès de l’intéressé, c’est avec Le Figaro, qui sur le plan chanson a fichu une paix royale à Bertrand Dicale jusqu’en 2007-2008, où on a commencé à lui suggérer qu’il y avait des artistes peut-être plus compatibles que d’autres avec les lecteurs. C’est à ce moment là qu’il a quitté le journal. En revanche, on ne peut pas dire que Libé, sur le plan chanson ait été un modèle d’ouverture. Etonnant non ? Pour le reste, ça doit aussi dépendre de l’éthique du journaliste qui se laisse balader, ou non, par sa direction...
          De tout façon, il y a toujours eu un problème de fond avec la chanson dans la presse, c’est un sujet bouche trou, c’est mieux s’il y a des ragots pipoles, et la plupart des journalistes qui sont en mission chanson se sentent « minorés » dans cet art mineur.. et les revues spécialisées ne tiennent pas, comme Chorus par exemple.


        • bert bert 11 mars 2012 00:35


          il est peut être le seul a avoir un public qui se renouvelle constamment
          hihihihi
          purée c’est du bon

          • Benoît RIVILLON Benoît RIVILLON 11 mars 2012 00:36

            Salut Norbert !
            Tu as oublié de nous dire comment se portait la fille du coupeur...


            • norbert gabriel norbert gabriel 11 mars 2012 01:17

              Aux dernières nouvelles plutôt bien, elle est plutôt dans le plâtre que dans les champs de coquelicots, mais il y aussi du chant dans l’air... Car tout finira par des chanson... (cf The end)


            • bert bert 11 mars 2012 00:55

              une vidéo inédite et très rare de thi&faine


              • Rensk Rensk 11 mars 2012 14:10

                Depuis qu’il s’est séparé de son groupe... le fameux « Le Machin »... c’est plus du tout la même chose.


                • norbert gabriel norbert gabriel 11 mars 2012 14:24

                  Peut-être ... J’ai plutôt le sentiment que le grand chambardement dans le parcours, c’est la séparation avec Claude Mairet ... Mais bon, peut-être qu’il faut éviter de tourner en rond avec les mêmes pour se renouveler ? 


                • gordon71 gordon71 11 mars 2012 14:51

                  Thiéfaine


                  merci d’évoquer ce grand timide, un talent rare, un aristo de la chanson, à déguster entre connaisseurs, comme un vieux Chateau Chalon , râpeux à l’extérieur, doux et tendre à l’intérieur

                  • SANDRO FERRETTI SANDRO 11 mars 2012 16:29

                    Plutôt un vin de paille, HFT étant jurassien.
                    Mais ce breuvage est hors de prix et sans grand intéret.
                    Je lui préfère le « encore une nuit sans Georges », comprenez le Nuit Saint Georges, qui lui, ne trompe jamais.
                    PS : @Norbert : en relisant l’article , plus axé sur le rock et sa définition que sur HFT lui-méme, je ne pense pas que HFT soit rock.
                    Plutôt « bluesimental », comme il le disait lui méme dans les chroniques du même nom.


                  • norbert gabriel norbert gabriel 11 mars 2012 16:42

                    C’est vrai, mais quand on lit sa bio, et c’était cette bio qui m’a guidé, en un sens, il a une vie plus proche de Jim Morrison, de Janis Joplin, de Rimbaud ou des Rolling Stones par exemple que de Presley, ou son clone Hallyday .. Rock pouvant être compris, ce que j’ai fait, comme une vie de création exacerbée plus qu’un style tape à l’oeil et un peu factice (comme ces rockeurs qui choisissaient leur guitare en se regardant dans un miroir, avant d’en essayer le son..)


                  • gordon71 gordon71 11 mars 2012 17:06

                    sandro 


                    petite précision Chateau Chalon c’est dans le Jura aussi

                  • gordon71 gordon71 11 mars 2012 16:37

                    bravo pour le vin de paille , je vois que vous connaissez un brin,

                     dans mon petit univers musical, HFT est classé avec Manset , et je me permets Capdevielle, sombres, anars, à la poésie fantastique et un peu désespérée, et réprouvés donc précieux



                    • norbert gabriel norbert gabriel 11 mars 2012 16:43

                      C’est exactement ça, pour les sombres anars de la poésie désespérée..


                    • SANDRO FERRETTI SANDRO 11 mars 2012 16:46

                      Ah ce vieux Jean-Patrick, le Springsteen du pauvre et son « le long de la jetée » de 13minutes, qui donnait largement le temps de s’en jeter un, un Gevrey Chambertin en chambre et bien chambré.
                      Oubliez tout cela, mon vieux, c’est pas poltiquement correct.
                      Heureusement qu’on est chez Norbert , y balancera pas, mais bon.


                      • norbert gabriel norbert gabriel 11 mars 2012 16:57

                        Comment ça ? et pourquoi je me balancerai pas un Gevrey-Chambertin vers les cordes vocales ? Je vais me gêner tiens ....  smiley


                      • gordon71 gordon71 12 mars 2012 08:39

                        alors si Norbert balance pas peut être qu’il verra pas d’inconvénient à ce que je colle ici une petit vidéo de capdevielle « oh chiquita »

                        moi ce type là me touche je sais pas ce qu’il est devenu...

                        http://www.jukebo.fr/jean-patrick-capdevielle/clip,oh-chiquita,qxlsqv.html


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 mars 2012 17:30

                        Ia orana tatou,un que j’aime bien et qui partage avec moi l’amour du Fenua (la polynésie) c’est Fred Blondin.
                        ET puis un autre qu’on voit pas souvent,Paul Personne,son jeu de guitare en rend beaucoup jaloux,meme aux US !!!


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 mars 2012 19:02

                          Bonjour Sabine ,exellent,et puis un question/réponse entre une fender strat et une gibson Les paul ça marche à tous les coups !! Paul est un très grand guitariste,qui,s’il avait été americain aurait eu le monde à ses pieds !


                        • Valeska 11 mars 2012 19:12

                          >> son jeu de guitare en rend beaucoup jaloux,meme aux US !!!

                          >> Ca envoie, comme on dit.

                          Mwa ah ah ah ah.. ^^ >> http://www.youtube.com/watch?v=pTwk1UuGJIA


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 mars 2012 19:46

                          Bonsoir ,Valeska ,les styles joués sur un instrument,surtout la guitare qui est polymorphe,peuvent révéler de multiples talents.Je ne faisais que dire que Paul Personne,dans son style blues blues/rock avait un son particulier qui ,s’il n’avait pas été français,l’aurait conduit à une carrière internationale.Ce n’est qu’un avis.Et entre autre j’ aime aussi le métal que j’ai pratiqué dans quelques lieus(enfin surtout des caves !!!).En ce moment j’ecoute du Bach et cette nuit j’ai joué du manouche jusquà pas d’heure avec des ami(e)s ,quelques bieres,un pianiste et une tres jolie flutiste !!!Quand la musique est bonne..........


                        • Valeska 11 mars 2012 20:39

                          @Sabine. Ca envoie de trop ? smiley

                          @Aita. Je ne sais pas.. Dés qu’on sort de ce qui est commercial, c’est plutôt difficile de se faire connaître du public à présent. Si le talent était encore récompensé aux US ou en UK, j’imagine que ça fait longtemps que ça se saurait.

                          Sinon pour ma part j’écoute du rock/metal depuis une dizaine d’années après avoir découvert par hasard le Use Your Illusion de GNR, mais je reste qu’auditrice/spectatrice à ce jour et mes seules prestations se limite à chanter sous la douche. ^^


                        • Valeska 11 mars 2012 21:20

                          Aux moinsseurs en folie >> Thiéfaine c’est trop de la daube. ^^


                        • Valeska 12 mars 2012 09:45

                          Nan mais c’est normal, on ne dépucèle pas les oreilles avec un marteau piqueur. smiley


                        • Valeska 12 mars 2012 10:07

                          J’adore l’ouverture d’esprit sur ce site, faut surtout pas faire les poussières ou nettoyer les toiles d’araignées.

                          N’ayez crainte, je vous laisse écouter papy Thiéfaine en toute sérénité et ne perturberais plus ce forum si actif.


                        • norbert gabriel norbert gabriel 12 mars 2012 10:47

                          Quelqu’un vous a contrariée ? ou agressée ? je ne vois pas bien où ... et j’avais l’impression que la discussion était assez ouverte , je me trompe ?


                        • Valeska 12 mars 2012 11:16

                          Vu le score que je me tape, je n’ai pas l’impression que tout le monde partage cette ouverture d’esprit ... Mais il est vrai que j’ai tendance à répondre à des enfantillages par des enfantillages. Veuillez m’excuser pour le tapage occasionné. ^^


                        • norbert gabriel norbert gabriel 12 mars 2012 11:24

                          laissez tomber les histoires de score, ça n’a pas beaucoup d’intérêt, et pour ma part, je prèfère un débat avec des ouvertures diversifiées qu’une suite un peu convenue.


                        • Valeska 12 mars 2012 13:02

                          Je m’en fiche également de ses histoires de score et préfère un vrai débat, mais ... Je suis une incorrigible impulsive. ^^


                        • Valeska 12 mars 2012 13:28

                          Même si il y a des exceptions, internet ne vaut pas une conversation autour d’une table ou chacun exprimera ses opinions, je devrais le savoir depuis.

                          Sur ce bonne écoute de CeQueVousVousVoulez.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès