• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Kerygmatic project, symphonique et cool

Kerygmatic project, symphonique et cool

Le rock progressif est sans doute le genre musical le plus plastique, ouvert à tous les styles sous la condition que les compositions et les exécutions offrent un minimum de complexité. Sinon, le prog vire vite au pop et devient inaudible pour les amateurs du genre. Le prog évolue ainsi entre des œuvres pas faciles d’accès et des compositions plus faciles en apparence mais avec des subtilités. Ce prog accessible, on le trouve à travers les trois musiciens qui viennent de former Kerygmatic project dont le CD vient de sortir en janvier 2013 sur le label Ma.Ra.Cash qui semble très en forme actuellement. Il ne faut pas s’attendre à écouter une musique endiablée comme les Italiens du prog nous ont habitués depuis les seventies. On se situe plutôt dans une orientation entre symphonisme et rock eighties à la Depeche Mode. Et c’est ce qui fait tout le charme de cet album.

Dix morceaux se succèdent comme autant de tableaux expressionnistes peints avec des nappes d’orgue, de synthé, de mellotron, avec des découpes mélodiques subtilement exécutée au piano. L’ensemble vire parfois au rock d’ambiance actuel avec des parties vocales rappelant le Yes des années 1980 comme c’est le cas sur les cinquième et sixième morceaux avec une voie à la Andernson, ou alors Dead Can Dance et des vocalises plus incantatoires sur le second morceau. Agréable à écouter que ces compositions dont on découvre les subtilités après chaque écoute, malgré cette apparente facilité due à la fluidité des exécutions. De quoi accompagner des soirées entre amis sans indisposer les oreilles. Avec les arabesques du clavier qui tissent des atmosphères plantes et symphoniques avec des superpositions de différents timbres joués aux synthés, à l’orgue, au piano et qui au final déroutent ce qui n’est pas pour déplaire. Un disque à découvrir et conseiller pour aborder le prog et ensuite attaquer des productions plus serrées.

L’occasion de signaler deux autres formations ayant signé chez Ma.Ra.Cash pour produire quelques albums bien envoyés. Alex Carpani avec son ensemble et Torre del Alchimista. On se situe dans le prog italien le plus élaboré avec des variations de style incroyables. L’occasion de rappeler que l’Italie est devenue depuis une décennie le pays du rock progressif, ce qui n’étonne guère car ce genre musical colle bien avec le peuple italien qui ne se résume pas au public de Berlusconi et qui a su garder une curiosité pour sa culture, ses monuments, son histoire et les belles choses. Un pays finalement assez raffiné dont l’image véhiculée par nos médias est pour le moins tronquée. Plongez-vous dans le prog italien, vous en ressortiez enrichi.

Line-up

Marco Campagnolo, claviers Danilo Nobili, percussions Samuele Tadini, guitares, chant


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires