• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « L’Âme de Billie Holiday » : Nabe, c’était mieux avant (...)

« L’Âme de Billie Holiday » : Nabe, c’était mieux avant !

 
Marc-Edouard Nabe a longtemps cherché le moyen de faire croire à ses contemporains qu’il leur était insupportable. Alors que sur les plateaux télé où depuis 20 ans il raconte qu’il est « boycotté », tout le monde l’aime bien. Il vend peu. Mais on l’aime bien. Il gratifie l’auditeur. Mais tellement moins que le lecteur quand il écrit sur Billie Holiday, ou quand il peint Billie Holiday (le portrait en couverture de l’édition poche et ci-dessus est de lui). Nabe pense avoir fait de la subversion politique un art. Alors qu’il n’est subversif politiquement que lorsqu’il parle d’art. Peinture, littérature, cinéma, théâtre, poésie, Nabe est la plus grande et la meilleure des groupies. Grâce à son entertainer à succès de papa (Marcel Zanini), il a eu accès très tôt à « la seule révolution esthétique du XX° siècle », le Jazz. Il en a fait une mythologie sublime, parente proche de celle des boxeurs. Nabe n’aime pas le jazz parce que les Noirs ont sué pour le faire. Mais parce qu’« il n’est pas un chagrin qu’une minute de jazz ne lui eût ôté ». Nabe n’est pas un « spécialiste » du jazz, c’est un fanatique – question rigueur, c’est plus sûr. Nabe n’écrit pas sur le Jazz, il trouve dans l’œuvre de Duke Ellington des solutions à ses problèmes quotidiens. En jazzman pratiquant, il n’utilise les standards du discours que sont la politique, la religion et l’art que pour pouvoir improviser dessus. Si bien que quand il a tort d’un côté, il a raison de l’autre. La moindre des choses quand on a comme lui tété du Monk, l’homme « qui tapait toujours sur la note d’à côté…oui, à côté de la mauvaise ! »
Billie Holiday était pour Nabe : dans le ventre de sa mère, il assista à un de ses derniers concerts. Billie Holiday était pour lui aussi car il est le seul capable d’écrire : « Oui, Billie Holiday se droguait : elle avait des raisons. Je l’approuve totalement. La drogue n’est plus une misère quand on a un pied dans l’enfer, l’autre au Paradis, à cheval sur l’oubli de « tout sauf ». Car la drogue c’est bien ça : l’évaporation de tout sauf la musique.  » Et plus loin : « La drogue explique son complexe d’infériorité, son envie de dormir et l’envie de dormir qu’elle donne, sa lassitude généralisée et l’engourdissement racial, sa timidité, son trac surtout. La drogue a réponse à tout. » 32 chapitres durant, Nabe explore l’âme de cette « nègre d’amour qui chante la bouche pleine, la bouche pleine de lynchés. » Décrivant en fan la moindre des variations d’attitude de Lady Day, recensant et commentant les photos tristes et gaies en même temps, ses rôles au ciné, sa relation unique avec le « Président » Lester Young, ses love stories pathologiques de Romy Schneider noire, son amour de l’amitié, ses mots-notes…
Nabe est enfin en poche. Ainsi ceux à qui vous l’offrirez pourront toujours avoir sur eux
« L’âme de Billie Holiday ».


Texte - Grégory Protche


PS : Le troupeau de nabiennes pleureuses a mal supporté que dans ses Questions leGri-Gri égratignât leur chouchou maudit... Pour nous faire pardonner - et, confessons-le, parce que nous avons très très peur - ce crime odieux, nous re-publions ici, chapeau introductif compris, un article, bien plus favorable, paru en septembre 2007 dans notre version papier, et consacré à la réédition en poche de son Âme de Billie Holiday.
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • norbert gabriel norbert gabriel 4 mars 2010 19:02

    ce personnage est insupportable, mais quand il écrit sur le jazz, il touche le sublime. Le petit livre qu’il a écrit sur Django est une pure merveille, il me fait oublier les « naberies » habituelles quand il se prend pour Céline.

    « Nuage » (Marc-Edouard Nabe) Ed Le Dilettante, livre souvent épuisé, mais ça vaut le coup de persévérer pour le trouver


    • Reinette Reinette 4 mars 2010 22:34

      Salut le Gri-Gri smiley

      Marc-Edouard Nabe chez Bernard Pivot - Apostrophes, 15/02/1985 - 01h13min47s - très intéressante

      Au cours de l’émission plusieurs altercations mettent aux prises Marc Edouard NABE et Morgan SPORTES, notamment au sujet de Céline, de l’antisémitisme, de la LICRA.
      Nabe se présente comme un écrivain, sûr de son génie, méprisant envers l’humanité, porteur d’idées fascistes et antisémites, admirateur d’écrivains d’extrême droite. Vive empoignade verbale entre Nabe et Jean Marc Roberts, qui veut vivre et pas seulement « écrire et lire », comme le revendique Nabe, qui déclare également qu ’ « aimer Céline et Modiano, c’est complétement incompatible. »
      INA.fr
      http://www.ina.fr/economie-et-societe/justice-et-faits-divers/video/CPB85052196/les-mauvais-sentiments.fr.html


      • grossecanaille 6 mars 2010 00:12

        ça veut dire quoi, « Nabe était mieux avant » ?
        c’est quoi, une allusion sournoise à son nouveau livre qui est « moins bien qu’avant » ?
        c’est quoi le but de cette diversion, sortir un vieil article favorable pour mieux humilier ?
        mais oui... tout le monde a le droit d’émettre son petit avis, c’est naturel, on a envie d’exister, de se donner de l’importance...
        sauf que souvent c’est à coté de la plaque.
        A mon avis, notre gri-gri n’a rien compris au nouveau livre de Nabe, ...pas grâve, il n’est pas le seul, il l’a survolé sans trouver tous les trésors cachés, mais s’est précipité de claironner au monde entier ce qu’il en « pense ». Et il « pense » que Nabe était mieux « avant »....

        il y a des moment où il faut savoir se taire...
        Disons que notre ami gri-gri à raté l’occasion.

        Lamentable.


        • vinvin 8 mars 2010 01:49

          M.E.NABE est le plus grand écrivain contemporain qui puisse exister.


          Merci pour cet excellent épisode d’ Apostrophe, c’ est royal !

          Je n’ ai pas eu la chance de pouvoir me procurer le livre AU RÉGAL DES VERMINES, qui a mon avis, (des quelques extraits que j’ ai pu lire sur le site de NABE, ou dans différents article de presse,) est certainement son plus beau livre. Bref, UNE OEUVRE D’ ART.

          J’ ai découvert NABE en lisant son livre UNE LUEUR D’ ESPOIR aux éditions du ROCHER, qu’ il a écrit entre le 21 Septembre, et le 07 Octobre 2001, ou il parle des attentats du 11 septembre, de BEN-LADEN et des deux TOURS-NIQUÉES (si, si, en deux mots,) du WTC, et dans ce livre aussi il allume le feu !

          EXCELLENT :



          Bien cordialement.




          VINVIN.
           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires