• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’apparition du mystère

L’apparition du mystère

Certains peintures, images intriguent, laissent penser qu'il y a quelque chose de plus, un mystère derrière l'apparence. Ce mystère attire, invite l'esprit à s'approprier la toile, faire sienne l'image...

e suis plus intéressé par le mystère que l'évidence. Le mystère me pose question, excite ma curiosité mais surtout il est un tremplin pour l'imagination. Qu'est-ce qu'un écrivain sans imagination ?...Certains tableaux donnent à voir mais surtout convoquent des associations d'autres images, et de souvenirs qu'on croyait parfois perdus. Sans oublier les sensations tout à fait intimes qu'ils provoquent, dont certaines inexprimables, au bord de la conscience, comme un mot qu'on a sur le bout de la langue.

Ces tableaux-la ou certaines images ne montrent pas, ils font percevoir. Leur contenu étant surprenant, étranger ou simplement intriguant, l'esprit tente de réduire la surprise, de mettre du sens. Ainsi de différents tableaux de Georges de la Tour ou Jérôme Bosch.

La lumière de la Madeleine ici reproduite aspire le donné manifeste vers autre chose, une connotation, un espace de signification que nous, et nous seul, pouvons remplir. Quelque soit l'intention du peintre, car l'impact de son œuvre a lieu sur nous, ici et maintenant, loin de ce qu'il a pu penser et suggérer.

Quelques-uns verront une dimension sacrée, d'autres la fragilité et la singularité de la vie, ou, pourquoi pas, la lumière propre à chaque être, qui fait de nous des êtres conscients et attirés les uns par les autres.

Jérome Bosch, réputé peintre des tourments infernaux et des félicités divines, restait bien souvent à regarder autour de lui et croquait les mendiants. Est-ce ce chien sur la tête de celui-là, ou bien sa posture calculatrice intensément inscrite dans son présent, affairée à cette vie que son corps à moitié cassé a du mal à retenir, qui nous emmène ailleurs ?...

Cette oeuvre-la aussi s'en va chercher autre chose que le croquis proposé. L'idée peut-être que le plus petit d'entre nous est toujours aussi humain qu'un autre. La sensation que l'humanité n'est pas affaire de robe ou de béquille. L'intuition déjà qu'en chaque homme réside le paradis et persiste l'enfer, avec une force d’opposition qui n'a rien à voir avec la faiblesse de membres contournés.

Quoiqu'il en soit, il y a dans ces deux tableaux et dans tant d'autres du mystère, un autre continent sous la surface dans lequel chacun peut plonger pour s'approprier la peinture ou l'image, en faire sa propriété car lui seul sait quelles associations singulières il pose sur l’œuvre.

Georges de la Tour Madeleine aux deux flammes – huile sur toile – réalisée aux environs de 1635

Jérôme Bosch Étude d'un mendiant


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • ALasverne ALasverne 11 juin 2012 14:26

    Bien vu... La couleur non plus ne paraît pas adéquate, mais le mystère est au-delà des apparences...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires