• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’Echange de Clint Eastwood

L’Echange de Clint Eastwood

 

Angelina Jolie. Universal Pictures 
VIDEO

Filmée par une caméra sobre, d’un classicisme rigoureux, cette histoire vraie, qui se produisit à Los Angelès dans les années 1920, aurait pu sombrer dans le mélodrame le plus pompier, si elle n’avait pas été mise entre des mains expérimentées, alors que, servie par le style économe et sans emphase d’un Clint Eastwood, elle donne lieu à un film sombre et limpide, traversé d’une violence contenue qui s’empare de vous sans plus vous quitter.

Car, certes, l’histoire est à peine crédible. Pensez donc : une jeune femme se fait enlever son bambin de 9 ans lors d’une courte absence. Lorsque la police le lui rend quelques semaines plus tard devant la presse rassemblée non sans raison, la mère s’aperçoit avec effroi que l’enfant n’est pas son fils Walter. Embarras du policier qui s’est chargé de l’enquête, désespoir de la mère qui, dorénavant, va devoir ferrailler sans faiblir contre une coalition d’incompétents qui la fera d’abord passer pour fabulatrice, puis pour folle. Et lorsque la malheureuse produira enfin preuves et témoignages irréfutables, on la fera interner dans un hôpital psychiatrique pour délire paranoïaque.

" Nous n’avons rien inventé - dira Eastwood - une grande partie des dialogues est la retranscription mot à mot des minutes du procès. Ce que dit le médecin, le chef de la police, même les propos de l’accusé principal sont ceux que les témoins ont rapportés ".

Ce récit abracadabrantesque a été rendu plausible non seulement par la précision documentaire de son scénario, mais par une mise en images qui s’est voulue discrète. " J’avais une bonne histoire et de bons acteurs " - confiera le cinéaste aux journalistes - aussi ai-je fait ce qu’il y avait à faire. Je n’avais aucune envie de m’agiter ou de faire les pieds au mur avec ma caméra. Comme spectateur, je n’aime pas qu’on exhibe la réalisation. Dans Million Dollar Baby, la caméra se déplace beaucoup, mais très lentement, on ne se rend pas compte des mouvements. Je n’aime pas que les prises de vues soient telles que les gens pensent au réalisateur qui la dirige et à l’opérateur qui tient la caméra ".

On connaît la modestie de Clint qui s’applique ici, comme dans ses oeuvres précédentes, à concentrer l’action sur le sujet lui-même, sujet qui n’est autre que le combat solitaire d’une femme pour la reconnaissance de ses droits et que rien, ni personne, ne pourront détourner de son objectif qui est de faire triompher la vérité et la justice. Petite soeur de Josey Wales, hors-la-loi ou de L’homme des hautes plaines, elle lutte certes avec d’autres armes que les leurs, mais la même détermination face aux machinations perverses d’une police corrompue. Seul le pasteur, le Révérend Briegleb ( John Malkovich parfait ) osera prendre fait et cause pour cette mère douloureuse qu’aucun obstacle ne parvient à décourager : ni les menaces, ni la prison, ni la mort...

Angelina Jolie. Universal Pictures

Angelina Jolie, dans le rôle de Lara Croft, alias Christine Collins, irradie sous sa cloche en feutre qu’elle ne quitte presque jamais et qui met en valeur ce qu’il y a de plus touchant dans son visage : ce petit quelque chose de désabusé dans la bouche, de pathétique dans le regard. Nul doute - et nous nous en étions déjà aperçus dans Un coeur invaincu ( 2006 ), cette actrice est une tragédienne. Elle en a l’étoffe, l’inquiètude, l’indignation, l’émotion constante, ce feu souterrain qui brûle en elle et que le cinéaste - par souci de sobriété - a su atténuer par un jeu de photographie et de lumière qui tend vers le noir et blanc. Tout est mis en oeuvre pour que l’offense faite à l’enfant et à sa mère reste dans une dramaturgie maîtrisée, celle d’un auteur qui a toujours préféré le laconisme à la grandiloquence. Ce film confirme, si besoin était, que l’inspiration de Eastwood se plaît à exalter le courage des figures obstinées que les tragédies les plus noires ne parviennent pas à abattre. Mythe de l’héroïne seule contre tous qui redessine les contours d’un archétype familier, dont les hommes ont besoin pour éclairer leurs fantasmes. On se demande, après avoir vu L’échange, comment Sean Penn au dernier Festival de Cannes a pu bouder ce mets de choix ...


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Pierrot Pierrot 20 novembre 2008 12:46

    Bonjour,

    Un film de Clint qui ne ressemble pas à ces films précédents, sauf peut être que les "méchants" sont bien méchants (policiers, maire ...) et les "bons" sont très sympathiques, courageux et gentils ...

    Beau film par ailleurs, vif, suspense, excellentes prestations des acteurs.

    A voir.

    Bonne journée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès