• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « L’élégant profil d’une Bugatti sous la lune », au Théâtre du (...)

« L’élégant profil d’une Bugatti sous la lune », au Théâtre du Vieux-Colombier

 

S’inscrivant dans l’imagerie populaire des monstres légendaires, le Gilles de Rais de Jean Audureau s’expose en victime expiatoire de ses propres tourments, celle pour qui l’addiction à la puissance du rêve détermine le désir forcené d’appropriation de cet imaginaire spécifique à l’enfance.

L’ogre boulimique de fantasmes oniriques mais torturé par les maléfices de sa convoitise et tenté par la repentance de ses pulsions criminelles, succombera néanmoins à l’ultime appel symbolisé par « Jean », le jeune garçon qui sera sacrifié sur l’autel de l’appétence consumériste au nom de son don réputé exceptionnel pour l’art de la rêverie.

Ce conte apparenté à celui d’un Barbe-Bleue devenu voleur de rêves parce que frustré dans son incapacité à en produire lui-même, pourrait trouver sa « chute » quelque part entre « songe » et « mensonge », là où dans les flots troublés de la Loire, l’engloutissement du gourou avec ses proches ferait Rédemption à l’aube d’un jour nouveau.

De parti-pris poétique résolument distancié de toutes considérations morales, cette adaptation moderne d’une figure scandaleuse du Moyen Age a donné à Jean Audureau l’opportunité d’une écriture théâtrale concernant la mise à l’index et l’exclusion avec tout son cortège de souffrances afférentes.

La mise en scène de Serge Transvouez au Théâtre du Vieux-Colombier est imprégnée de sensualité dévorante au sein d’une jungle proliférant parmi les sentiments contradictoires et renvoyant en miroir abyssal la multiplicité des points de vue que la tentation d’une cure de jouvence peut susciter dans les esprits sensibles.

Certes qu’il est élégant le profil d’une Bugatti sous la lune, mais il ne faudrait pas s’abuser d’un « modèle réduit » à la plus simple expression de la fascination esthétique ; c’est pourquoi les comédiens s’emploient à bien différencier, par leur jeu de troupe soudée autour de l’enfant, le rêve magique du cauchemar éveillé.

Photo DR. Christophe Raynaud de Lage

- L’ELEGANT PROFIL D’UNE BUGATTI SOUS LA LUNE - ** Theothea.com - de Jean Audureau - avec Isabelle Gardien & Anne Cressent - mise en scène : Serge Transvouez - Théâtre du Vieux-Colombier



Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès