• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « L’Elixir d’Amour » Marie-Claude Pietragalla & (...)

« L’Elixir d’Amour » Marie-Claude Pietragalla & Eric-Emmanuel Schmitt

JPEG - 88.5 ko
L’ELIXIR D’AMOUR
photo © Theothea.com

En s’offrant Marie-Claude Pietragalla comme partenaire de scène, Eric-Emmanuel Schmitt, à la fois, directeur du Théâtre Rive Gauche, auteur de « L’Elixir d’Amour » ainsi que désormais comédien et interprète de sa propre romance, fait une entrée fort remarquée sur les planches où d’emblée il semble évoluer en son « milieu naturel ».

Gratifié d’une stature imposante mais bonhomme, l’écrivain à succès fait preuve d’un charisme spontané en révélant une physionomie souple et élastique dont le sourire respire quasiment la jouissance voire la jubilation d’être ainsi immergé dans une histoire d’amour écrite comme une parabole… mais qui, présentement, pourrait s'apparenter à la sienne !

En ce soir de Première, ce mercredi 14 janvier 2014, le roi ne semble pas son cousin et c’est donc sous les applaudissements du public qu’Adam fait son entrée, côté jardin, en se dirigeant vers le poste de commandes parisien d’où il enverra son premier texto transatlantique à Louise qui vient de le quitter.

Quelques instants plus tard, côté cour, Marie-Claude Pietragalla, en longue dame brune à la voix chaude et grave, rejoint a parité d’applaudissements son compagnon de scène en s’installant par symétrie à son poste d’observation situé à Montréal.

Les voilà donc séparés par la cyber communication mondialisée, ces deux ex-amoureux dont le temps aurait peu à peu rongé la passion originelle.

Quel plus beau jeu de société à distance que la recherche d’un élixir d’amour qui pourrait redonner sens et vigueur à leur entente fusionnelle des débuts ?

Pour cela, il leur faudra subtilement engager la présence d’un tiers qui, à lui seul, synthétisera toutes les tentations que l’autre sexe a le don de démultiplier dès que le terrain de chasse s’emploie à laisser l’espace-temps libre comme l’air… de ne pas y toucher !…

Le recours à la psychanalyse et à sa notion fondatrice conceptualisée par Sigmund Freud en tant que « Transfert » servira de pierre angulaire à ce renouveau conjugal déguisé, pour la circonstance, en véritable jeu de rôles où chacun des deux partenaires tirera les ficelles de liaisons érotiques à géométrie variable.

Ce leurre au féminin pluriel sera incarné par une collègue juriste canadienne de Louise en séjour d’affaires, à brûle-pourpoint, dans la capitale française.

Adam sera-t-il alors le jouet de ses fantasmes libertaires, sensuels et sexuels ? Louise sera-t-elle la victime ou le démiurge de sa mise à distance volontariste ?

Certes, Eric-Emmanuel Schmitt semble se réserver le beau rôle dans ce jeu à trois partenaires, dont un exclusivement virtuel, mais surtout Marie-Claude Pietragalla relève avec superbe ce double défi à la fois de débuter une éventuelle carrière de comédienne et d’autre part d’avoir le talent de récupérer élégamment les marrons du feu, en voyant tomber dans son escarcelle, l’admirateur transi !..

Rideau ! Applaudissements à tout rompre ! Effectivement, Eric-Emmanuel & Marie-Claude sont « à craquer » ! Oui, ces deux-là sont décidément hyper doués !

photo 1 © Theothea.com

photo 2 affiche © Pascal Ito

L'ELIXIR D'AMOUR - ***. Theothea.com - de Eric-Emmanuel Schmitt - mise en scène Steve Suissa - avec Marie-Claude Pietragalla & Eric-Emmanuel Schmitt - Théâtre Rive Gauche

JPEG - 32.4 ko
L’ELIXIR D’AMOUR
photo affiche © Pascal Ito

Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • laertes laertes 16 janvier 2015 16:26

    " Eric-Emmanuel Schmitt, à la fois, directeur du Théâtre Rive Gauche, auteur de « L’Elixir d’Amour » ainsi que désormais comédien et interprète de sa propre romance,«  !!!!!! Vous oubliez musicologue, futur cinéaste etc. Quand j’ai lu votre article , je croyais, vu les tendances musicophiles de M. Schmitt que cela avait un rapport avec l’opéra de Donizzetti ! Point ! Il vaut mieux pomper un titre connu et y faire sa pauvre cuisine. J’avais lu dans un de ses »livres« que, à sa grande stupeur, ses collègues de l’ENS ne pensaient pas du tout devenir écrivains. quand on voit ce que ce sieur écrit, on ne peut que se réjouir de l’honnêteté de ces gens.
    M. Schmitt ne comprend pas grand chose à la musique (Mozart en particulier), mais ce n’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut se taire. Mais de cela, on peut lui pardonner, quoique, qd on lit sa bibliographie de »ma vie avec Mozart« par exemple, on ne peut s’empêcher d’être ébahi par son inculture malgré la »passion« affichée.
    Ce »fonctionnaire de l’Establishment parisien« met en scène et joue une adaptation de son propre livre ds son propre théâtre . On n’est jamais ieux servi que par soi-même. Mais n’est pas Choderlos de Laclos qui veut. encore faut-il pouvoir. ce texte affligeant de banalités et de petits clichés est bien au diapason de ces imposteurs écrivains qui empestent le paysage littéraire français. Dans dix ans on sera estomaqué que des gens »autorisés" comme dit Coluche leur ait donné de l’importance.


    • christophe nicolas christophe nicolas 16 janvier 2015 18:47

      Eric-Emmanuel Schmitt est un auteur formidable, son « évangile selon Pilate » est excellent.


      • laertes laertes 12 octobre 2015 16:46

        Je m’en lave les mains. Personne ne pourra me reprocher de l’avoir lu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès