• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’enfer/Henri Barbusse

L’enfer/Henri Barbusse

En fouinant dans la bibliotheque de mes beaux-parents, je suis tombée sur un vieux livre de Poche, datant de 1970. Le titre m’interpelle. L’auteur me dit très vaguement quelque-chose, le souvenir d’un récit de guerre sanglant. (Le Feu, publié en 1916) On l’appelait le « Zola des Tranchées ». Ici, il n’est pas question de guerre, mais l’auteur garde un style à la fois litteraire et cru qui rappelle l’estampille de Zola. Ce roman nous plonge dans un univers etrange dès la première page. Un homme désabusé, las, blasé, echoue dans un hôtel de province, se vautre dans sa chambre. On sent qu’il n’a gout à rien, qu’il est fatigué de la vie, de l’amour. On ne sait rien de lui, ni son nom, juste son âge, la trentaine. Des bruits venant de la pièce d’à coté attirent son attention. Il se lève, intrigué, et remarque en hauteur, sous le plafond, un trou qui lui permet de voir dans la chambre voisine. Et c’est là qu’il regardera, plusieurs jours durant, avec une fascination qui va le detruire, tous les episodes possibles de la vie humaine. Sexe, plaisir, adultère, décès, accouchement, homosexualité, creation artistique, mensonges : rien ne nous est epargné. On devient voyeur par le prisme du héros qui reprend gout à la vie petit à petit, mais qui perd pied en même temps. Ce roman a dû faire scandale à sa sortie en 1908, par sa modernité et son audace. Depuis, il est tombé dans l’oubli. L’écriture cependant a un peu vieilli et certains passages sont trop lyriques. Mais cela reste un très beau moment de lecture. A decouvrir !

Tatiana de Rosnay


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès