• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « L’Entretien Descartes - Pascal » avec Daniel & William Mesguich (...)

« L’Entretien Descartes - Pascal » avec Daniel & William Mesguich au Théâtre de L’Oeuvre

Sur la scène du Théâtre de L’Oeuvre, les Mesguich père et fils se font face de profil de part et d’autre d’une table trônant au milieu d’un décor XVIIe, arborant eux-mêmes des costumes de cette époque.

Tout semble raccord pour donner à voir et entendre l’entretien que René Descartes (51 ans) eut avec Blaise Pascal (24 ans) le 24 septembre 1647, dans une chambre à Paris, dont aucun compte rendu ne nous est jamais parvenu.

C’est précisément l’audace inventive de Jean-Claude Brisville d’avoir imaginé la teneur de leurs propos en mettant en perspective les points de vue religieux, scientifiques et philosophiques spécifiques des deux penseurs, l’un jésuite l’autre janséniste.

Cependant, sur la mise en scène de Daniel Mesguich, glisse d’emblée dans ce bel ordonnancement historiquement reconstitué un étrange grain de sable dont il est à la fois impossible d’ignorer l’incohérence anachronique mais dont il est peut-être vain d’exagérer la signification symbolique.

Pourtant que vient donc faire ce superbe poste de T.S.F. à lampes au-dessus d’un coffre où sont remisés les travaux de Descartes que celui-ci voudrait pourvoir transmettre en relais à Pascal ?

Qu’en dire, si ce n’est que pour accéder à ces précieux documents, Daniel Mesguich (Descartes) sera dans l’obligation de mettre sur le sol ce bel objet de transmission hertzienne, dédié à l’entre-deux-guerres du XXe siècle ?

Disons donc qu’en témoignage métaphorique du "docu-fiction" ainsi mis en place avec une once de provocation, les spectateurs vont pouvoir assister davantage à une joute intellectuelle, voire une querelle morale entre deux grandes intelligences, plutôt qu’à une pensée dialectique en élaboration de synthèse.

C’est à une impasse idéologique assumée qu’aboutiront ces deux personnalités, n’ayant pas su communiquer en empathie, non sans avoir tenté l’une et l’autre d’amener l’interlocuteur sur son terrain de prédilection, qui vers le pragmatisme rationaliste, qui vers le mysticisme intransigeant.

En outre, que le spectateur soit situé relativement côté cour ou côté jardin, c’est selon le même visage ou la même nuque perçus respectivement de trois quarts, qu’il percevra Daniel Mesguich le père distancié et attentif ou William Mesguich le fils pâle et impétueux qui, à tailles quasi égales, transforment allègrement ce duel d’idées contradictoires d’un autre siècle en une rivalité compassionnelle du XXIe, au nom de l’émulation filiale fascinant à parts égales chacune des deux générations contemporaines concernées.

Photo © Eric Devert

L’ENTRETIEN DESCARTES / PASCAL - ** Theothea.com - de Jean-Claude Brisville - mise en scène : Daniel Mesguich - avec Daniel Mesguich & William Mesguich - Théâtre de L’Oeuvre -


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Theothea.com Theothea.com 7 novembre 2007 12:13

    Daniel Mesguich, 55 ans, vient d’être nommé directeur du Conservatoire national supérieur d’art dramatique (CNSAD) de Paris par Madame Christine Albanel, ministre de la culture.


    • jew 7 novembre 2007 22:55

      Deux visages semblables, dont aucun ne fait rire en particulier font rire ensemble par leur ressemblance.

      Pensées


      • dan 15 novembre 2007 17:05

        Comme je ne vais jamais au théatre j’aimerais bien connaitre à travers un livre la teneur de cet entretien entre ces deux géants,philosophes et scientifiques de génie.-----------------Si pour le style de l’écriture je choisis Pascal, pour la philosophie elle-même je préfère Descartes

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès