• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’histoire, vedette du petit écran

L’histoire, vedette du petit écran

Neuf personnes sur dix : telle est la proportion de Français à posséder un ou plusieurs postes de télévision. C’est dans ce contexte que l’histoire peut se glisser dans la petite lucarne grâce aux docufictions et aux séries historiques. Exit les manuels scolaires et les pavés historiques, bonjour les télécommandes !

La télévision explore le temps.

Qui n’a jamais voulu avoir un professeur d’histoire vous faisant vivre au plus près les événements de l’histoire universelle ? Vous êtes des milliers à vouloir vous faire prendre la main pour franchir les murailles de l’histoire. Maintenant, c’est possible, grâce à un nouveau de programmes télévisés : les docufictions. Installé devant votre écran - plat ou non -, avec dans une main des pop-corns et dans l’autre la télécommande, vous pouvez déguster l’histoire comme un plat de pâtes ou comme une pizza tout droit sortie du four.

Sous forme de documentaires, de fictions ou de débats, l’histoire a longtemps été omniprésente dans les programmes, avant de disparaître des lucarnes durant les années 1980. Ces programmes tant pédagogiques que divertissants réapparaîtront vingt années plus tard, lors du passage dans le nouveau millénaire.

La première émission historique naquit en 1955 : il s’agit des Enigmes de l’histoire (réalisée par Stellio Lorenzi) - qui deviendra en 1957, la célèbre Caméra explore le temps. Stellio Lorenzi raconte que l’idée de cette émission lui serait venue en regardant un kiosque à journaux : « J’ai vu dans un kiosque à journaux des piles d’Historia [magazine historique]. J’ai demandé si ça se vendait beaucoup, et j’ai eu la confirmation qu’il y avait une très forte clientèle. C’est comme cela que j’ai proposé mon émission. » Il demandera à André Castelot et à Alain Decaux d’animer ce programme. Cette émission traita des grandes heures de l’histoire de France : les Cathares, la mort d’Henri IV, la mort de Marie-Antoinette. La première émission sera diffusée le 22 mai 1956. Le sujet : le secret de Mayerling (dans les neuf premiers épisodes, des comédiens - en costumes d’époque - font revivre cette affaire). L’enquête est suivie d’une discussion entre Alain Decaux et André Castelot. Au fil des émissions, un jury est chargé de trancher entre les parties. Chaque émission se termine par une question à laquelle chaque téléspectateur peut répondre par courrier. De mars 1956 à mars 1966, quarante-sept émissions sont diffusées.

Après dix années de bons et loyaux services, La caméra explore le temps cessera d’être présente dans les grilles des magazines TV, sur ordre du président de l’ORTF (Office de radiodiffusion de la télévision française), Claude Contamine - pendant ses quarante premières années, la télévision est contrôlée par les politiques. L’émission qui mettra un terme à la gloire portait sur les Cathares. Après cet arrêt, plusieurs téléspectateurs descendent dans la rue, à Toulouse, pour demander la rediffusion de l’émission. Cette protestation n’aura aucun effet.

L’apogée de l’histoire à la télévision

La caméra explore le temps partie, la place est libre pour d’autres programmes à contenu historique. La présence du passé s’installera dans les grilles TV : cette émission allie entretiens avec des historiens et séquences tournées avec des comédiens. Durant trois années, elle brossa le portrait de différents personnages clé de l’histoire, et relata de grands événements.
Les années 1960 seront riches en programmes historiques : Les bonnes adresses du passé (1961-1977) ; Trente ans d’histoire - programme relatant les grands faits de 1914 à 1944 ; Thierry La Fronde (1963-1966).
1967 marquera la création d’un nouveau programme historique : Les dossiers de l’écran. Une fois par semaine, un film, suivi d’un débat, est proposé aux téléspectateurs. En vingt-quatre ans d’émissions, plus de mille sujets furent proposés.

Un nouveau millénaire débute : l’histoire se fait un lifting !

Le nouveau millénaire marquera la création d’un nouveau concept méconnu auparavant : les docufictions. France Télévisons sera le seul groupe à accepter de se jeter à l’eau en les diffusant en prime time. La recette a l’air de faire effet : Le dernier jour de Pompéi, diffusé sur France 2, le 22 février 2004, fédéra 8,744 millions de téléspectateurs (34,5 % de part de marché) ; L’odyssée de l’espèce, diffusé le 7 janvier 2003, réunit 8,7 millions de téléspectateurs.
Il y a cinq ans, la télévision a franchi une barrière qu’il ne fallait pas franchir : allier histoire et télé-réalité. The Trench (la tranchée) - sorte de Loft - est tout à fait l’exemple de ce genre d’outrepassement : on place des candidats dans les conditions de vie du passé, notamment celles de la Première Guerre mondiale (1914-1918). Ceux-ci doivent vivre comme les Poilus. Cette limite n’a pas été franchie depuis.
Avec la multiplication de ces docufictions et documentaires, on peut se demander si ce moyen permet de réconcilier les téléspectateurs avec leur histoire. C’est peut-être un premier pas vers la conversion de néophytes en accros d’histoire ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • José (---.---.53.193) 29 décembre 2006 13:06

    Ouais !!!! L’Histoire comme propagande comme dans les régimes comunistes d’antan !!!!!


    • (---.---.229.236) 29 décembre 2006 13:12

      Bof, la télé française (cinéma aussi, d’ailleur) c’est déja de la propagande (si on ne l’a pas remarqué, c’est qu’on a jamais était dans un pays libre..).


      • Bill Bill 29 décembre 2006 13:28

        Tout à fait d’accord avec tous les deux ! Mais ne sommes nous pas dans une dictature molle d’une certaine façon ? L’état nous dit comment l’Histoire s’est passé en nous obligeant à avoir une opinion toute faite et en effet en remet une couche ensuite par ses media... Manipulations, même à la radio...

        Bill


        • (---.---.162.15) 29 décembre 2006 13:39

          Je suis surpris des réactions précédentes... qui semblent interdire l’histoire dans nos lucarnes...

          Je suis aussi surpris par l’article qui semble montrer une satisfaction sur le traitement actuel actuel de l’histoire dans les grandes chaênes de télévision. Il y a certes des choses intéressantes, mais trop peu.

          Ca manque surtout d’historiens. Ce sont eux qu’il faudrait mettre en avant...

          Am.


          • minijack minijack 30 décembre 2006 06:24

            +1 am

            J’ai construit mon premier site sur l’histoire de France en 1997 (celui indiqué ci-dessous), parce que j’en vais marre de n’entendre toujours que les sempiternels discours de mandarins certifiés par l’Etat. « Taisez-vous ! Moi je sais ! J’ai fait une thèse pendant dix ans sur les petites cuillers de la Pompadour... » (non, c’est juste un exemple smiley) Comme si le mobilier (ou l’immobilier) de la Pompadour était intéressant.. Dans les visites de lieux, il y a encore dix ans, on vous parlait de l’architecte machin chose qui avait construit l’escalier à vis du lieu, ou on vous faisait visiter la magnifique bibliothèque où le lit à baldaquin d’Untel. Tout ça me gavait.

            Mais depuis quelques années, on voit sur certaines chaînes (un peu sur les grandes, mais beaucoup plus sur d’autres chaînes du câble) de véritables reconstitutions historiques, souvent très fouillées quant aux raisons politiqus qui ont conduit à telle guerre ou à tel mariage d’intérêts. Et là, tout d’un coup, on découvre des tas de raisons cachées, et on commence à comprendre beaucoup mieux comment fonctionne une société. Oui il y a un sacré progrès dans l’enseignement de l’histoire par la TV.

            .


          • CAMBRONNE CAMBRONNE 29 décembre 2006 15:02

            BONJOUR A TOUS

            L’Histoire peut être un excellent outil de propagande mais elle est indispensable pour comprendre le monde présent .

            Je ne fais pas plus confiance aux manuels scolaires et aux profs d’histoire qu’à la télé . Il faut toujours garder un esprit critique entretenu par la lecture d’ouvrages de référence , si possible contradictoires .

            Il y a deux jours sur la trois il y avait une émission de jeux sur l’histoire avec des profs patentés et des pipoles .On en est arrivé à comparer le nombre de massacrés de la terreur avec ceux de la commune .

            Il a été dit que la commune ( Du fait des versaillais évidemment et pas des communards )avait fait beaucoup plus de morts que la terreur par une Dame Papadopoulos prof à la sorbonne . A quoi Madame Alonso intellectuelle (autoproclamée ) féministe et gauchiste bien connue a ajouté que si on faisait plus de cas du premier massacre ( la terreur )c’est parcequ’on n’avait tué que des aristos alors que pour la commune on n’avait tué que de pauvres gens .

            Personne ne l’a reprise et on est resté la dessus , donc c’est devenu pour le vulgum pecus une vérité historique.

            Je pense que dans un esprit bien parisien on n’a compté que les morts de Paris parceque sans rechercher des chiffres précis il est évident que si l’on compte le génocide Vendéen dont les victimes c’est bien connu étaient de gros nababs et les massacres de septembre il n’y a pas photo .

            Ce qui est grave c’est que ce genre de propos passent trés bien parcequ’ils sont démagos .Comme il est bien connu par les mêmes que seuls les gens de gauche ont résisté pendant que la droite se vautrait dans la collaboration la plus abjecte .

            Une autre abhération de l’histoire est Louis FERRO autoprocclamé historien qui raconte souvent n’importe quoi avec beaucoup d’autorité .

            Les films historiques de la BBC sont bien meilleurs que notre production nationale et pour l’histoire française récente il vaut mieux se fier aux auteurs américains . C’est ainsi que PAXTON est vraiment l’auteur de référence sur la france de Vichy alors que l’esprit partisan domine trop souvent chez nous .

            Une solution serait que toute production historique soit suivie d’un débat avec participation d’historiens de tendances différentes .

            Salut et fraternité .


            • Bill Bill 29 décembre 2006 15:17

              Tout à fait vrai Cambronne, je suis bien d’accord !

              En plus les morts de la Terreur, ces « aristocrates », aristocrate dans le sens où ils étaient pour la royauté, n’étaient souvent que des gens du peuple ! Incroyable d’occulter à ce point la Vérité !

              Je te salue bien Cambronne et j’ajoute que j’ai toujours autant de plaisir à te lire !

              Bill


            • CAMBRONNE CAMBRONNE 29 décembre 2006 15:40

              SALUT BILL

              Le plaisir est partagé !

              Bonne année !


            • Le furtif (---.---.13.186) 31 décembre 2006 01:42

              @cambronne

              J’ai eu sous les yeux un travail sur l’analyse sociologique et quantitative des guillotinés et des morts massacrés dans les tristements célèbres massacres de septembre 92.

              Les aristocrates étaient loin d’y être majoritaires. Les malheureux et les vagabonds , internés depuis le printemps pour certains , en ont été les victimes les plus fréquentes.

              A ma grande honte je suis incapable de citer mes sources...j’ai parcouru ça il ya plus de trente ans à la bibli du département Histoire de ma fac...

              L’histoire et son enseignement ne sont pas toujours le théatre d’une propagande affichée ou voilée.Le prof de 6è a beaucoup plus fait rêver l’interne effarouché que j’étais.

              • Kadesh Marathon mais aussi les pyramides et l’acropole ,Nechao et Hanon Au cours des interminables heures d’étude les manuels étaient lus et relus....Le bonheur, la vie.

              Cordialement Le furtif


            • CAMBRONNE CAMBRONNE 3 janvier 2007 15:04

              FURTIF

              BONNE ANNEE

              Un livre à lire : « La chambre » de françoise chandernagor où elle nous décrit le supplice du jeune Louis XVII à la prison du temple . Magnifique .

              Cordialement .


            • mat (---.---.47.158) 29 décembre 2006 15:08

              Merci à tous pour vos commentaires. En effet, l’Histoire sur le petit écran se fait de plus en plus fréquente et les telespectateurs en redemandent.

              Mercredi dernier a eu lieu sur France 3, le grand tournoi de l’Histoire (qui a réuni près de 4 millions de téléspectateurs et 17,5 % de parts de marché). Comme quoi l’Histoire est un bon filon pour les chaînes et pour moi - j’ai un blog historique.

              Actuellement, j’écris un article sur l’Histoire et les Français. J’espère que vous pourrez le retrouver sur Agoravox smiley

              Mat


              • (---.---.229.236) 29 décembre 2006 15:33

                D’ailleur, il y a un Lagardére ce soir. Donc fin Louis XIV, et époque Régence, trés bon ca..

                J’imagine sans l’avoir vu que le noble et le curée sont de vrai enculés, et les paysans et les SDF des vrai modéle de vertu. Avec un peu de chance, on aura même droit au sarasin bazané (arabe/mahométant) vachement plus sympa que les méchants...


                • Le furtif (---.---.105.13) 29 décembre 2006 19:58

                  Tout ce mal dit sur l’histoire !

                  Bien sûr elle est trop souvent utilisée à des fins de propagande.

                  Mais....

                  • La meilleure propagande et la plus assurée certitude de son succès tiennent à son absence et à son ignorance.

                  Le furtif


                  • maxim maxim 30 décembre 2006 13:14

                    dans le genre historique,on a oublié la fiction les Rois Maudits......

                    1ere version jouée par Jean Piat,Catherine Rouvel,et tous les autres acteurs de l’époque etait de bien meilleure facture que la dernière ressucée,avec entre autres Phillipe Toréton et Jeanne Moreau .... n’était qu’un pale plagiat,prétentieux dans les decors,et des jeux d’acteurs qui en faisaient trop.....

                    la mayonnaise n’a pas pris,personne n’en a redemandé....

                    copie à revoir.


                    • maxim maxim 30 décembre 2006 18:09

                      je pense que la différence vient qu’à la première version,on nous a servi le foie gras.....

                      à la seconde on s’est contenté d’ouvrir une vulgaire boite de paté de foie........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires