• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’homme descend du Songe

L’homme descend du Songe

Rêver, c’est un peu tout ce qu’il reste à l’être humain pour se forger un désir…
D’autant que certains refusent de prendre leurs réalités pour un rêve.
Alice, au pays de ses merveilles, s’était réfugiée dans son rêve, pour en faire sa réalité.
Elle se crée un rêve dans un autre monde pour échapper à cette vie qu’elle n’a pas envie de vivre.
D’autres plus pragmatiques, ont décidé de s’en tenir à une réalité possible, et écartent le rêve comme un but impossible à atteindre.
Et pourtant, ne nous faut-il pas construire des rêves pour permettre le changement de nos réalités ? lien
Plus prosaïquement, pour rêver, il faut dormir, et plus notre temps de sommeil est long, plus nombreux seront nos rêves.
Ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour nous, puisqu’aujourd’hui, nous dormons moins qu’auparavant.
En 50 ans, le temps de sommeil moyen a diminué de 1h30, conséquence du stress et du temps passé devant les écrans (de télé ou d’Internet).
La moitié des Français se plaignent de mal dormir, et 9% des adultes souffrent d’insomnie sévère. lien
On peut mourir de manque de sommeil : des expériences cruelles faites sur les animaux le prouvent. (Sur les rats par exemple). lien
Mais la mort n’est-elle pas un scandale, comme l’ont écrit Marie de Hennezel et Jean Yves Leloup dans leur livre « l’art de mourir  » (robert laffond éditeur 2008) ?
Nous passons près d’1/3 de notre vie à dormir, et 10% de notre vie à rêver.
Pour Pierre Lory, « dans les sociétés archaïques, le rêve est en tout cas le moyen privilégié d’entretenir des rapports avec la surnature : de connaître les événements cachés, présents ou à venir, de maintenir l’équilibre avec le monde des défunts (…) certains anthropologues ont été jusqu’à suggérer que l’expérience du rêve aurait présidé à la naissance de l’art, et que les peintures rupestres préhistoriques que nous pouvons contempler aujourd’hui reproduiraient des visions de type chamanique ». lien
C’est ce qu’écrivent J.Clottes et D. Lewis-Williams dans leur livre « les chamanes dans la préhistoire » (éditeur Le Seuil, 1996).
Michel Jouvet neurophysiologiste à l’université Claude Bernard, de Lyon, membre de l’académie de médecine a découvert « le sommeil paradoxal ». lien
Paradoxal puisque à ce moment, contrairement au « sommeil léger », nos muscles sont totalement relâchés, au moment ou notre activité cérébrale est intense.
En effet, à ce moment de notre sommeil, nous avons au niveau de notre encéphalogramme une activité aussi importante que lorsque nous sommes éveillés et particulièrement concentrés.
Il raconte çà dans son livre « le Sommeil et le Rêve » (éditions Odile Jacob).
Il nous décrit les principales phases du sommeil :
Nous entrons dans une phase de sommeil à ondes lentes : ce sommeil appelé sommeil léger, dure 25 minutes environ, puis suit le sommeil paradoxal. C’est là que naissent nos rêves.
Le phénomène du sommeil paradoxal a été constaté chez la plupart des homéothermes (êtres vivants à température constante).
Les homéothermes dorment beaucoup durant leurs premiers jours, et on de longues phases de sommeil paradoxal.
Il formule l’hypothèse que notre programmation génétique est réitérée au cours de la vie, et qu’une reprogrammation génétique à lieu durant le sommeil paradoxal.
Cette hypothèse audacieuse est passablement critiquée par certains de ses confrères.
Pourtant Michel Jouvet persiste et se base sur des travaux récents menés par des chercheurs américains.
Ils portent sur le parcours de jumeaux, n’ayant pas été élevés ensemble, et certains allant jusqu’à rêver les mêmes choses, au même moment.
Michel Jouvet va encore plus loin.
Il affirme que nous sommes ce que nous sommes parce que nous rêvons.
L’un des rêves que l’on trouve le plus souvent, et dans toutes les civilisations est celui du vol.
Or dans ce rêve, le corps, bien sur, ne vole pas, même si nous nous souvenons d’avoir volé.
Ce qui implique que notre corps est fabriqué de « quelque chose de matériel », et il y a « quelque chose qui pourtant quitte la tête ».
Ce « quelque chose » immatériel de nature, peut rencontrer les dieux, les démons, ou même se projeter dans le temps, amenant ainsi les « rêves prémonitoires ».
Cela nous ramène au concept que l’on trouve dans toutes les civilisations, celui d’une âme quittant le corps.
C’est pour cette raison qu’aujourd’hui encore, le fellah égyptien, se met un turban sur la tête pour empêcher, croit-il, son âme de quitter sa tête, et pas seulement pour se protéger du soleil.
C’est exactement le même phénomène qui se produit avec le rêve : il quitte notre tête à la découverte d’un autre monde.
Michel Jouvet pense que l’homme n’aurait pas pu inventer ce qu’il a fait, s’il n’avait pu rêver.
Etudier le rêve, c’est donc étudier le sacré.
20% des humains ne se souviennent pas de leurs rêves, d’autres plus imparfaitement.
Tout dépend du temps qui s’écoule entre la fin du dernier rêve, et le réveil. Plus ce temps est long, moins grandes sont nos chances de nous souvenir de nos rêves.
Pour se souvenir de nos rêves, il faudrait donc avancer notre réveil de quelques minutes, afin de raccourcir le temps qui s’écoule depuis la fin du rêve jusqu’au réveil.
En fin de compte, Michel Jouvet reprend à son compte la pensée de Shakespeare : nous sommes ce que nous rêvons. (« nous sommes de l’étoffe dons sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil ») (extrait de « la Tempête  »)
Ce qui revient à dire que si nous ne rêvons pas, nous ne sommes pas.
On peut écouter une interview de Michel Jouvet sur cette vidéo en trois parties.
Chaque nuit, nous passons plus d’une heure à rêver, mais certains y passent toute une vie. lien
En politique, les futurs élus le savent.
Ils nous proposent du rêve à l’infini.
Et comme nous avons envie de rêver, nous faisons confiance à celui (ou celle) qui nous les propose, quitte à déchanter par la suite.
Ce rêve là est un jeu cynique.
Il ne relève que de la communication, ou pour être plus clair de la séduction, voire du mensonge.
Il n’est pas un rêve. Il en utilise la forme, il en a l’apparence, mais n’est qu’une illusion.
Le rêve de l’illusionniste n’est donc qu’une manœuvre habile pour nous faire croire à la réalité de ce que nous voyons.
L’illusionniste n’est pas un magicien.
Il peut être un artiste. lien
Il peut-être aussi un « faiseur », un manipulateur habile, capable de détourner notre attention, pour nous laisser croire au miracle.
 « Ensemble tout devient possible  », on connait la chanson.
Le magicien, c’est le rêveur.
Il se forge un désir, et ce désir pourrait être le moteur du sens de sa vie, à tel point que ce rêve peut se réaliser porté par « la foi » de celui qui y croit.
Ce rêve là est un point tout au bout de notre horizon, un point que nous voulons atteindre, et qui nous maintient en vie.
Mais programmer ainsi « une carrière » nous fait courir le risque de ne pas tenir compte du chemin que nous allons emprunter pour arriver à ce but.
« Le bonheur c’est le chemin » dit un proverbe tibétain.
C’est aussi ce que dit cette chanson. (Le chemin)
Il y a pourtant une autre piste : il est décrit dans un film récent « inception » dont l’argument est que le rêve ne serait que le niveau -1 de la réalité.
Le film propose des méthodes afin de revenir d’un niveau de rêve à un autre moins profond, mais encore mieux, (ou pire) à la réalité. lien
Le rêve prémonitoire est trompeur. Il peut aussi bien révéler une situation à venir, mais elle peut avoir un double sens.
L’histoire est connue de ce roi qui, ayant envisagé de soumettre un pays voisin, a fait un rêve. Il prend ce rêve comme un signal, et décide d’envahir son voisin, lequel en profite pour l’envahir à son tour.
Son rêve était juste, mais mal interprété.
Les exemples de rêves prémonitoires sont légion : telle cette psychanalyste (et donc rationaliste) américaine, ayant rêvé d’un accident arrivant à sa sœur, à un endroit précis, accident qui se produisit trois jours plus tard. lien
L’interprétation des rêves est subjective, même s’il en existe des dictionnaires. Certains affirment que rêver d’une personne qui part en voyage est prémonition de mort.
Sur ce lien, le témoignage d’une internaute qui n’a que la crédibilité que chacun voudra bien lui apporter.
Il y a enfin l’inconscient collectif évoqué par Carl Gustav Young, qui devrait nous permettre de rêver des évènements passés.
« L’homme descend du songe », c’est la devise de Georges Moustaki.
Alors, avant que nos vies ne tournent au cauchemar, rêvons toujours plus, et essayons de faire de nos rêves une possible réalité.
Il arrive aussi que les rêves d’un président ne correspondent pas à celui de ceux qui l’ont élu, comme on peut le voir sur cette vidéo.
Car comme disait mon vieil ami africain :
« Si tu peux être dans mes rêves, je pourrais être dans les tiens ».

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 19 octobre 2010 10:03

    Bonjour Olivier,

    D’accord avec toi, l’homme descend du singe. Cependant, à voir l’attitude de certain, je me demande très sérieusement si ils n’auraient pas grillé quelques étapes du genre qu’ils se seraient carrément cassé la gueule de l’arbre !... 


    • zelectron zelectron 19 octobre 2010 10:33

      Encore plus : il y en a qui ne sont pas descendus de beaucoup et même pas du tout.


    • slipenfer 19 octobre 2010 10:57

      Gabriel
      pour ceux qui sont montés dans l’arbre :))


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 13:23

      Gabriel
      tout d’abord, comme je l’avais écrit dans un article ancien, c’est juste le contraire : le singe descend de l’homme...
      ensuite, tu as mal lu : l’homme descend du songe.
      ce qui n’a rien à voir.
      on est bien d’accord.
       smiley


    • Gabriel Gabriel 19 octobre 2010 13:30

      Cher Olivier,

      Cela n’est qu’une boutade, mais tu l’avais compris j’en suis sur.


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 13:38

      Gabriel,
      une boutade de Dijon ?
       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 13:49

      zelectron,
      et n’oublions pas ceux qui, une fois en bas, se sont dépêchés de remonter.
      faut voir le bordel qu’il y a en bas.
       smiley


    • slipenfer 19 octobre 2010 10:55

      Bon article Olivier
      un panoramique plutôt complet des différents types de rêve, que l’on vie
      où expérimentent « pour les chercheurs de rêve ».
      ajouter peut-être les expériences de mort imminente (le dernier rêve arfff !!!).
      il est en effet possible d’explorer ce monde si curieux, que celui de la psyché humaine.
      je dirais même que c’est la mode depuis quelque temps, des groupes de toutes sortes
      propose des thérapies d’éveil, mais attention aux charlatans. Pas facile de si retrouver
      quand on a peu de notions de psychologie.
      Pour ma part je vous propose : le rêve solide
      ce type de rêve un peu singulier a la particularité de ressembler assez précisément
      à la réalité, mais il manque (ou déformés) des composantes, surtout au niveau des sensations.
      On peut y expérimenter, l’odorat, le toucher, L’ouïe, la pesanteur,etc mais avec des différences que l’on identifie au réveil,car on se souvient très bien de ce genre de rêve.
      Il est amusant de constater au fil du temps un doux mélange au niveau des souvenirs
      de ses rêves et de la réalité (enfin celle que l’on vit tous les jours).
      amusant non.
      je vous invite donc à l’occasion de passer dans mes rêve solides
      et je vous offrirai un bon verre de vin.
      à la prochaine et dormez bien ou,devrais-je dire planer bien.


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 13:27

        slipenfer,
        la mort imminente, très bon sujet,
        mais je crois que j’irais volontiers au dela : (c’est le cas de le dire) évoquer l’immortalité,
        il suffirait de la rêver ? non ?
        s’il faut croire Shakespeare...
        le rêve solide que vous évoquez a un autre nom : la réalité, mais comme dans « inception », il pourrait n’être qu’une phase du rêve.
        plus pragmatiquement, j’ai aimé cette idée d’avancer le réveil de quelques minutes pour avoir une meilleure perception de nos rêves.
        non ?
         smiley


      • slipenfer 19 octobre 2010 11:47

        Jill Bolte Taylor
        Vraiment étonnant (elle a vécus consciente un moment avec seulement la moitié
        gauche du cerveau et état) stupéfiant ce qu’elle raconte avec beaucoup d’humour
        sur cette expérience)

        vidéo 1
        vidéo 2

        Jill Bolte Taylor née en 1959, est une scientifique américaine, spécialisée en neuroanatomie
        qui a la particularité d’avoir elle-même vécu un accident vasculaire cérébral.

        Les hypothèses sur le fonctionnement cérébral qu’elle en a tirées ont eu un fort
        retentissement et Time l’a classée comme 41e personne la plus influente du monde
         dans son Time 100 de mai 2008


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 13:30

          slipenfer,
          je crois que les réalités d’hier seront (ont déjà été) dépassées,
          tout est affaire de temps, de distance.
          la science a ceci de passionnant, c’est qu’elle se construit sur le doute.
          bien sur, il arrive que des charlatans s’engouffrent dans cette possibilité,
          mais aujourd’hui, on est sur (?) que la terre est ronde...
          il n’y a pas si longtemps, cette idée était passible de mort violente.
          il nous faut donc tout le temps rester ouverts à toutes les hypothèses, ou se taire, et faire du surplace.
           smiley


        • Taverne Taverne 19 octobre 2010 13:25

          Marche ou rêve !
          Et les crédules se font payer en monnaie de songe...


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 13:32

            Taverne,
            bien sur, les mascarades sont vieilles comme le monde,
            pourtant je continue de penser qu’il faille rester attentif à ce que nous ne comprenons qu’imparfaitement.
            pour la chanson, j’ai téléchargé le logiciel, et çà marche pas...
            mais je ne me décourage pas facilement.
            ceci dit, si tu peux m’envoyer la piste son sur un mail, je m’amuserais à y mettre la voix de liebe et la mienne...
             smiley


          • armand armand 19 octobre 2010 13:32

            L’homme descend du Songe... et le Songe descend de l’Art (bre).


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 13:35

              Armand,
              c’est pas mal,
              un peu court, mais pas mal.
              vous devriez développer ?
               smiley
              je reste attentif.


            • Frabri 19 octobre 2010 14:05

              Certains et certaines pensent que l’homme, la femme, le songe et le singe descendent de Dieu.

              Et les mystiques remontent a Dieu.

              Mâ Ananda Moyi
               http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A2_Ananda_Moy%C3%AE

              Saint Jean de la Croix
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Jean_de_la_Croix

              Râmakrishna
              http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A2makrishna

              Ibn Arabi
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Ibn_Arab%C3%AE


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 14:08

                Frabri,
                Dieu ou Dieux ?
                histoire de ne pas se fâcher avec toutes les religions.
                 smiley
                merci des liens.
                 smiley


                • kitamissa kitamissa 19 octobre 2010 14:38

                  c’est deux bon potes qui se racontent leur dernier rêve ,l’un Roger bon gros aimant la bonne bouffe et marié à une Germaine bien rondouillarde dotée d’un solide coup de fourchette ..

                  et Joseph lui,séducteur impénitent,vieux beau sur le retour et célibataire ...

                  Roger > ah dis donc,j’ai fais un rêve...tu peux pas t’imaginer ,avec Germaine on habitait un chateau ,et dans la salle à manger immense ,il y avait..mais de la bouffe plein la table,avec tous les meilleurs pinards..
                  et Germaine mince comme une fée,dans un tenue en mousseline qui flottait dans l’air et qui daisait avec une belle voix suave" Rogeeerrrrrr,prends du caviar...Rogeeerrrr,prends du homard......moi tu m’connais,je m’en foutais plein la lampe avec un bon coup de bon pinard pour fair passer tout ça ....

                  et puis qu’est ce que je vois sur la table ? un superbe rôti bien dorée et juteux,mon plat préféré !...et Germaine qui flottait toujours en l’air ...Rogeeerrrrr....prends de ce beau rôti que j’ai fait cuire pour toi ......

                  alors moi,je prends le couteau ,je découpe deux belles tranches et je cherche la moutarde ...

                  ben merde ! où qu’elle est la moutarde ? Germaine ! et alors..la moutarde ?nom de Dieu,tu sais bien qu’il me faut de la moutarde avec le rôti !!!

                  et ma femme qui flottait toujours ..Rogeeeerrrrrr..pardon pour cet oubli.....prends ta moto et fais un saut jusqu’à Dijon pour chercher de la moutarde !......

                  alors c’est là que Joseph dit pfffff,la bouffe ....moi je vais te raconter mon rêve ..

                  > voilà,j’étais à Courchevel aux sports d’hiver ,c’était le soir dans ma belle chambre du meilleur hôtel ***** ,couché bien peinard avec un bon bouquin avant de roupiller ..et soudain ..TOC TOC ..à la porte ..ouais qu’est ce que c’est que je demande ? j’entends une voix, Jojo,c’est moi Pénélope ...moi je réponds Pènélope ? connais pas ...attendez je viens vous ouvrir ...et là tu devineras jamais ..Pénélope Cruz en personne dans une manteau de vison blanc qu’elle ouvre ,et complètement à poil en dessous ...entrez donc ma p’tite dame ...qu’est ce qui vous amène ?

                  Joseph,je t’ai vu cet après midi dans le hall ,et j’ai craqué,je suis dingue de toi !

                  alors là,je te la chope,et crac ma poule ,la Pénélope,je l’envoie au 7 eme ciel,je lui sors le grand jeu,et puis à la fin je lui dis,bon allez ma poule,moi j’aimerai bien terminer mon bouquin ,allez tchao....

                  y’avait pas 5 minutes que j’étais couché que j’entends à nouveau Toc toc ...ah merde ! qu’est ce que c’est encore ? ......

                  Joseph ..c’est moi..Nicole ... ah bon que j’réponds ,Nicole qui ? ........

                  Nicole Kidmann .....

                  Bon c’est ouvert entrez...et là qui c’est qu’arrive ? Nicole Kidmann dans un manteau de chinchila qu’elle ouvre ,et à poil en dessous ......qu’est ce qui vous amène à c’t’heure ma p’tite dame ?..........Joseph,je t’ai vu sur les pistes cet après midi,je suis tombée raide dingue de toi,je te veux ....

                  alors là tu m’connais ,je la balance sur le plumard et re-crac trois ou quatre fois de suite et puis je lui dis,bon allez Nicole,je voudrais bien finir mon bouquin peinard ....allez à plus tard ...

                  bon alors j’essaie de rebouquiner et j’entends Toc Toc ...alors là j’avais les boules .....ouais qu’est ce que c’est encore ? !....c’est moi Paméla ....et crac sans que je lui demande,elle ouvre la porte ,en petite nuisette transparente et se jette sur le lit ...prends moi tout de suite Joseph !...j’en peux plus d’attendre !...

                  attends un peu Paméla que j’lui dis,...là j’suis sur les rotules,je me suis déjà tapé tes deux copines,là je suis à plat !..

                  Ah merde qu’elle répond,moi j’ai vachement envie,t’as pas un copain des fois ? ..

                  c’est là que Roger s’écrie,ben merde,fallait m’appeler !

                  ben pas possible répond Joseph ,t’étais parti à Dijon en moto pour chercher de la moutarde !


                  • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 14:55

                    kita,
                    belle histoire que l’on devrait évoquer dans nos écoles républicaines qui en sont bêtement resté à Napoléon et Jeanne d’Arc.
                     smiley


                  • kitamissa kitamissa 19 octobre 2010 15:10

                    ah merde,j’ai oublié Anderson ..Paméla Anderson .....bon moi je vous la laisse ,les gros lolos c’est pas mon truc ! smiley smiley


                    • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 17:42

                      Kita,
                      tu dois être menacé par Alois Alzheimer,
                      ta Pamélà est évoquée à la fin de ton histoire..
                      Alzheimer, tu connais ?
                      son prénom c’est...
                      merde, j’ai déjà oublié.
                       smiley


                    • King Al Batar King Al Batar 19 octobre 2010 15:19

                      Bonjour à l’auteur, et encore une fois merci pour votre article qui, comme toujours, change un peu des thèmes que l’on a (trop) l’habitude de lire...

                      Un jour que j’avai certainement abusé de certaines substances, en posant mon postérieur et le reste dans un canapé avachi devant la télé. Je me suis maté Apocalypse Now, que je considère d’ailleurs comme un chef d’oeuvre, même si (de mon point de vue) on ne vois pas assez Marlon Brando...

                      Dedant, à un moment le Colonel Kurtz (donc interprété par marlon Brando) dit une phrase sur laquelle j’ai scotché pendant pas mal de temps. Il dit :
                      « La vie est le cauchemar du rêveur ».
                      C’est simple court et efficace, mais je trouve cette phrase pleine de vérité. Si l’on y reflechit bien il y a pleins de personnes qui vivent dans le rêve. Alors ce n’est pas forcément le rêve à proprement parler comme lorsqu’on dort, mais c’est plutôt une fuite de la réalité.

                      Que ce soit les jeux vidéo, ou la masturbation devant un film X, ou le cinéma, les séries, la télé réalité. Toutes ses éspèces de morceaux de vie auquelle on ne participe pas activement, mais dont nous sommes spectateurs, passifs, parfois admiratif, parfois ébêté...
                      Je ne dis pas que tout ce que je viens de citer est nocif, ce sont des distractions comme les autres, mais ce sont aussi la seule chose qui reste à ceux dont la vie est chiante. Il ya toujours un risuqe de s’enfermer dedant et de ne plus vivre sa propre vie pour preferer contempler et rever celle des autres finalement.
                      Pour ceux qui vivent dans ce genre d’univers, oui leur vie est leur cauchemar.

                      Mais la vie vaut la peine d’être vécu, et le rêve se doit d’être mesuré et réalisable, sinon nous serons d’éternels insatisfait et malheureux...

                      Bien à vous !


                      • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 17:47

                        King,
                        nous sommes bien sur d’éternel insatisfaits, mais cette constatation nous donne envie de rêver encore plus loin.
                        au fond, le cauchemar, c’est de ne pas réaliser ses rêves, ou de les voir prendre d’autres directions.
                        j’avais oublié cette phrase d’Apocalypse Now, çà va être l’occasion de me le repasser sous peu,
                        ce cauchemar qu’évoque Brando est peut-être à rapprocher de cette phrase qui veut que nous naissons tous avec une maladie incurable, qui ne peut que mal finir.
                        mais au dela de çà, je suis plus intéressé à la densité d’une vie, qu’à sa longeur,
                        merci de votre commentaire.
                         smiley


                      • Clojea Clojea 19 octobre 2010 17:25

                        Salut Olivier : Curieux les rêves.... J’ai beau rêver que je vais me réveiller avec un tas de billets de banques, rien à faire. Juste un tas de factures quand j’ouvre la boîte aux lettres. Bon allez, fait de beaux rêves..... smiley


                        • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 17:49

                          Clojea,
                          je sors de ma sieste,
                          le facteur est passé,
                          je te confirme qu’il y a plus de factures que de billets,
                          les facteurs prennent de mauvaises habitudes,
                          et çà va pas s’arranger, depuis que la poste est privatisée.
                           smiley


                        • Pyrathome pyralene 19 octobre 2010 18:54

                          I have a dream !! .......c’est si bon de rêver au milieu de ce cauchemar de monde à l’agonie !!
                          Pour l’autre, là, qui se prend pour Naboléon, j’ai aussi fait un rêve, mais je dois avouer qu’il n’est pas racontable car peu ragoûtant..... smiley


                          • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 19:57

                            Pyra,
                            le Naboléon gueule à tarte a réussi a mettre la France à feu, et bientot peut-être à sang.
                            çà confirme le scénario que je proposais dans un article récent.
                            quel pauv’ con.
                            il serait temps qu’il se tire.
                            je suis en train de préparer un article « la démocratie est-elle soluble en Sarközie »
                            merci de ton commentaire.
                            et fais de beaux rêves.
                            celui d’une France démocratique, « liberté égalité fraternité »
                             smiley


                          • Salsabil 19 octobre 2010 20:22

                            Bonsoir Olivier,

                            Joli papier qui laisse... rêveur ! smiley

                            Bien sûr, que ferions-nous sans rêves ? Ils sont ce qui porte nos émotions, nos envies, notre moi profond. Ils sont l’expression d’une réalité que nous avons parfois du mal à mettre en place, trop occupés que nous sommes à correspondre aux dictats sociaux.

                            Je crois véritablement aux rêves prémonitoires, en ayant moi-même fait quelques uns plus que troublants.

                            Il ya donc plusieurs sortes de rêves, ceux que l’on fait les yeux bien ouverts et qui nous permettent de réfléchir et d’avancer, ceux qui sont hors de notre contrôle conscient et qui nous « parlent », aussi étrange que cela puisse paraître.

                            Si seulement ceux de l’omniprésident pouvaient le faire avancer dans le bon sens... smiley

                            Bien à toi.


                            • olivier cabanel olivier cabanel 19 octobre 2010 20:57

                              Salsa,
                              j’avais besoin un peu de rêver, avec tout le bordel que sarko à foutu dans ce pays.
                              sur les rêves prémonitoires, Michel Jouvet, le scientifique évoqué dans l’article n’y croit pas, et est convaincu (jusqu’à nouvel ordre) qu’il s’agit seulement de coïncidences.
                              moi, je suis plutôt de ton avis,
                              il y a tant de témoignages convergents...
                              merci de ton commentaire.
                              amicalement
                               smiley


                            • Harfang Harfang 20 octobre 2010 12:48

                              Avez-vous déjà fait un de ces rêves où au réveil vous n’êtes pas bien sur d’être revenu dans la réalité ? Vous savez, ces rêves qui vous font douter ? Rêve, réalité, réalité, rêve... Après tout, ça n’est qu’une question de perception. Je me souviens avoir lu une intéressante théorie (un peu à la « Matrix » en fait...) : la réalité n’existerait pas à proprement parler, elle ne représenterait qu’un niveau de conscience, les rêves en étant un autre.
                              Certains « fous » vivent dans une « réalité » bien différente de la notre... mais laquelle est la bonne ? Et comment pourrions-nous le savoir ?
                              Finalement, la théorie Einstein-Rosen à propos des trous de vers ou l’hypothèse d’Everett n’excluent pas l’existence de réalités « parallèles »... La fiction s’est d’ailleurs souvent emparé de ces notions (de façon plus ou moins heureuse d’ailleurs).

                              Certaines philosophies/religions/croyances principalement orientales évoquent aussi la possibilité que nous ne soyons qu’une sorte de projection d’un sur-moi mal défini sur une toile de fond qui est cette réalité, et que plusieurs projections pourraient coexister sur plusieurs plans différents.

                              Hum... finalement cette mise en abîme m’effraie un peu, je crois que je vais aller me coucher...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès