Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’homme et l’appareil, entre rêve et réel

L’homme et l’appareil, entre rêve et réel

« Il fallait qu'on eût calomnié Joseph K. : un matin, sans avoir rien fait de mal, il fut arrêté. »

Voici l'incipit détonnant du roman de Franz Kafka « Le procès », paru en 1925. Dès la première ligne, le destin de Joseph K. semble scellé. Un matin comme les autres, la justice fait irruption dans la chambre d'un citoyen ordinaire et socialisé et le projette dans un labyrinthe obscur, oppressant, sans échappatoire possible.

Dès lors, Joseph K. est la proie d'une machinerie implacable, tel un pantin manipulé par un pouvoir invisible, un insecte aux prises avec une Justice tentaculaire et biocide.

 

Enferré dans une gigantesque toile d'araignée, Joseph K. joue la désinvolture quoiqu'il pressente un péril sérieux et fatal, puis il cherche, en vain, à s'y extraire, il s'enquiert d'une explication, il envisage sa défense, il peaufine un plan pour remporter un procès couru d'avance.

Plus il se débat dans ce marécage épais, plus il s'épuise, et s'enfonce, inexorablement. Il s'envase tel un personnage de Ionesco, il se délabre tel un personnage de Beckett. La lueur au bout du tunnel faiblit et se rétrécit peu à peu.

 

Les personnes qu'il croise dans ce tunnel ne lui apportent aucun secours malgré les apparences premières, malgré les embryons de promesses qu'elles suscitent de prime abord. Que ce soit le peintre (l'art), l'avocat (le droit), le prêtre (la religion), l'Autre pourrait être une aide, un soutien dans ce combat inégal. Il finit par se dresser en obstacle ou en menace.

Joseph K. est seul, terriblement seul. Impuissant. Il est un pion égaré dans un dédale vertigineux et paranoïaque.

 

Au gré de son odyssée absurde et surréaliste, K. succombe aux appels de la volupté et du désir, comme pour procéder à un relâchement de la tension qui pèse sur lui.

Qui sait si ces menus plaisirs ne sont pas les semences de la culpabilité qui engendrent sa condamnation, cette sentence venue de nulle part ?

Ce jugement quasi divin serait-il un avatar des manœuvres souterraines du Sur-moi ou simplement le verdict arbitraire d'un Etat tout-puissant ?

 

Joseph K., passager d'un cauchemar dont la musique le poursuit sans cesse, sans réveil possible.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Passante Passante 11 janvier 17:51

    l’ouverture du procès c’est le procès d’ouverture,

    la perspective se jouant au point d’intersection entre deux axes :

    1/ dans son journal, l’observation sur ce spectacle hallucinant d’une rue :
    un espace où, dit-il, « tout le monde lève le pied pour quitter le lieu où il se trouve »
    (le procès se prépare par une réflexion sur le « procès » humain même)

    2/ « écrire c’est bondir hors du rang des assassins ».
    ça y est, immédiatement le procès commence, c’est l’entrée :
    l’évocation de satan surveillant la plume au début de la saison de rimbaud,
    le procès par la mère du poète à l’entrée des fleurs du mal, cette bénédiction,
    les cigognes ouvrant lautréamont, etc.

    sa solution ? sublime ! :
    si le paradis est perdu, dit-il, ça ne peut être que continuellement,
    mais s’il est continuellement perdu, alors on y est constamment.

    • Arthaud Arthaud 12 janvier 06:29

      Excellent


      .. et illustration de Tardi ? comme Casse-pipe ?

      Quant à : 

      « Joseph K. est seul, terriblement seul. Impuissant. Il est un pion égaré dans un dédale vertigineux et paranoïaque. »


      Faut qu’on s’y fasse, qui plus est, opaque


      Baruntse dit : L’homme est-il le jouet de son immanence/transcendance où acteur dialectique ?

      On voit bien de temps à autre un cheval .. pas la chevalité

      Ou alors faut affirmer : l’homme est le jouet de Mickey

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès