• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « L’importance d’être Constant », d’Oscar Wilde, au (...)

« L’importance d’être Constant », d’Oscar Wilde, au Théâtre Hébertot

 

Quand deux jeunes amis aristocrates, l’un fortuné, l’autre pas, l’un dandy londonien, l’autre gentleman de province, tous deux empêtrés dans le poids des convenances à respecter, vont céder à la tentation de s’inventer une raison impérieuse afin de rencontrer leur future épouse respective, Jack et Algernon devraient se sentir solidaires dans leur affabulation salvatrice.

Et pourtant c’est bel et bien la rivalité qui va les opposer dans leurs démarches concomitantes, comme s’ils essayaient de conquérir la même dame.

Cependant, au coeur du quiproquo, c’est la similitude du stratagème d’identité qui va s’inviter sur le terrain des hostilités amoureuses, en les présentant respectivement comme le frère d’un certain Constant, prénom délicieusement équivoque qui a le mérite de pâmer immédiatement les deux jeunes femmes, Gwendolen (Gwendoline Hamon) et Cecily (Marie-Julie Baup).

En effet « earnest » or not « Ernest », telle sera la question sous-jacente en langue anglaise originale renvoyant à une double signification implicite et paradoxale, « sincère » et « menteur de fait » tout à la fois.

Se prenant la ruse malhabile en boomerang, c’est d’abord la dualité outrée des prétendantes au seul « Constant » de leur coeur qu’il va leur falloir affronter, mais c’est surtout le véto de Lady Bracknell, une tante gardienne jusqu’au-boutiste des règles de bienséance qu’ils auront à défier tous ensemble... découvrant fort opportunément à la fin la chance fraternelle d’être bien né « Constant » !...

Si Frédéric Dieffenthal entre de plein-pied dans l’imposture mystificatrice de Jack, Lorànt Deutsch semble plus appliqué aux entournures mondaines, restant en deçà de toute mythomanie flamboyante.

Dans un décor affriolant et lumineux de Pace, la distribution de Pierre Laville s’avère équilibrée et cohérente, tout en ne déléguant les authentiques accents de délire sous contrôle qu’à Macha Méril, dont le savoir-faire tient à distance les rênes de cette ultime et subtile comédie d’Oscar Wilde.

Photo DR. Gilles Bureau

L’IMPORTANCE DÊTRE CONSTANT - ** Theothea.com - d’ Oscar Wilde - mise en scène : Pierre Laville - avec Gwendoline Hamon, Frédéric Dieffenthal, Laurent Deutsch, Macha Méril... - Théâtre Antoine


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • roumi (---.---.74.206) 20 septembre 2006 14:52

    bonjour

    au fou du roi ( sur france inter )c’etais brut de decoffrage et beaucoup mieux rigole ! merci j’ai en plus la liste des acteurs .

    roumi


    • Forest Ent Forest Ent 20 septembre 2006 16:46

      Une des meilleures comédies de tous les temps, mais qui doit, pour garder son sel, être impérativement jouée à l’anglaise : humour à froid, aucun sous-lignage.


      • (---.---.240.214) 17 octobre 2006 14:32

        bonjour, je vais voir cette piece en famille Vendredi 20. Malhereusement il me reste 2 places sur les bras. Ce sont des places dans la corbeille categorie 1. très bien placées.Si ça vous interesse, je vous les faits au prix d’achat.

        56 € la place . je les vends à l’unité ou à la paire.

        Damien

        contacter moi par mail : dam_goetz@yahoo.fr ou au tel : 0617173838

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès