• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > L’Occident tatoué ? Moins voyou que dévoyé ...

L’Occident tatoué ? Moins voyou que dévoyé ...

« Je suis un dur, un vrai, un tatoué (…), j‘ai risqué l’bagne, faut l‘avouer ». Paroles célèbres d’une chanson de Fernandel dans le film « Raphaël le tatoué ». Rien qu'une Java de … 1938. On comprend sans peine que ces marques, autrefois totalement indélébiles, étaient l'apanage des voyous, des « apaches de barrières », quand Paris possédait encore plus d’octrois que de banlieues.

Jadis, le tatouage parcourait aussi les mers du globe aux biceps imposants des matelots rendant hommage à « Lulu pour la vie ». Pas question alors de changer de dulcinée sous peine de finir au court bouillon, arrivé au port d'attache …

Depuis, cet intime dessin a quelque peu viré de bord. On le retrouve désormais plus ou moins (plutôt plus) partout sur les élégantes modernes, sauf à l’endroit où leurs aînées du Grand Siècle arboraient une « mouche » qui en disait long sur leurs appétits coquins du moment. Très pratique, car mobile. A contrario, le siège du plan de com’ corporelo-pictural du 21ème siècle doit être, lui, judicieusement choisi.

Pour être bien vu, il faut que le dessin « libertin » soit, lui aussi, « vu » dans les conditions les plus suggestives. Mieux, il doit être entre aperçu.

Par exemple, à la naissance d’un décolleté (malheureusement, souvent frais émoulu de la clinique esthétique la plus proche …) ou bien, à peine masqué par une ébauche de string, lui-même à la lisière descendante d’une chute de rein favorisée par la coupe taille basse d’un jean couture.

Nous sommes bien loin de nos égéries des maniaques du couteau et de la gambille sous la boule à facettes ! Et ce n’est rien par rapport à ce que sont devenus les tatouages au masculin.

S'il y a assez de monde dans l’univers carcéral français - tellement bondé qu’il craque de partout sans toutefois relancer le secteur du bâtiment - pour occuper son temps à orner son corps de peinture à objectifs qui s’aimeraient tribaux (c’est le big gang), le tatouage se retrouve également, plus bizarrement, sur l’anatomie du commercial de base. Ce dernier ne connaît pourtant de la prison juste ce qu’il faut pour alimenter une conversation encanaillée et de circonstance, destinée à émouvoir une fanatique du George Clooney d’Ocean Eleven ….

LUBRIQUE

Bon, comme le piercing, le tatouage est presque devenu un sex toy en trompe l’œil et, bien souvent, en trompe couillon (ne). Car l’habit (ou le déshabillé en post-néo décalcomanie) ne fait pas le moine. Surtout lubrique.

Néanmoins, l’âme, la « soul » du tatouage, malgré les effets temporels, persiste sous la peau pour peu que l’on voyage un chouïa.

En délaissant nos golden boys et executive women occidentaux, le tatouage possède encore des codes avec lesquels il ne fait pas bon rigoler.

Comme ceux, des « voleurs dans la loi » russes qui indiquent beaucoup de choses sur l’histoire de leur porteur et leur grade dans cette organisation mafieuse toute puissante chez Poutine.



Ou encore, ceux arborés sous le manteau par les Yakuza japonais. Leurs significations hiérarchiques peuvent être du même ordre que celui de leurs homologues slaves, mais revêtent des teintes plus ésotériques, mantra personnels dessinés à forts pouvoirs « mystiques ».

Et les tatouages des femmes proches de l’organisation nippone sont aussi lourds de sens érotiques. Ce qui interdit aux tatoués (ées) du pays du Soleil Levant de se pointer dans des lieux publics comme les « sento », les bains collectifs d’eau chaude, si ces derniers ne sont pas contrôlés par les Yakuza.

Ce qui aurait beaucoup plu au Français Robert Doisneau qui a publié, en 1950, un ouvrage intitulé « Les tatouages du milieu ».



Les corps peints des tôlards, souteneurs, et des prostituées, sont immortalisés par le regretté photographe. « Les putains me racontaient leurs histoires de fesses, ce n’était pas mon truc », raconte Doisneau.

Il précise que, si les tatouages étaient un code de reconnaissance du « milieu », ils étaient également une « auto-stigmatisation ». Sous les pavés du cul, la plage christique en quelque sorte …

JPEG - 13 ko
Chef maori
JPEG - 21.9 ko
Visage maori

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 6 février 2013 15:52

    Chouette article expliquant ce besoin d’une quête de reconnaissance aux travers d’artifices divers (Percing, tatouage, chirurgie, coiffure…) de ceux qui, ne se contentant pas du naturel, s’invente une personnalité par le bais d’apports ou modifications corporels.


    • In Bruges In Bruges 6 février 2013 18:29

      Ouais. Faut noter deux choses :
      1) Quand on se fait tatouer sur la fesse à 20 ans « à Jimmy pour la vie », et qu’à 30 c’est Lulu , à 40 Jeff et à 50 Boby, ça fait beaucoup de place perdue et trop de lecture pour le mec de passage...
      2/ Qaund on se fait tatouer à 20 ou 30 ans (homme ou femme), ne jamais oublier ce que ça va devenir , tout frippé et ridicule, quand on va arriver à 70 balais ( pour ceux et celles qui y arrivent).
      Ma copine est médecin : quand elle examine des vieilles avec des coeurs brisés qui pendouillent sur la fesse- gant de toilette, elle me dit : jamais de tatouage, t’as l’air trop con en vieillissant...


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 février 2013 18:34

        Ouais ,la seule solution c’est de s’faire tatouer des gants de toilette ....


      • Stof Stof 6 février 2013 20:15

        Le tatouage marque un moment de la vie. Donc, s’il signifie quelque chose au moment où on le fait, on ne peux pas le « regretter ». Ou alors c’est qu’on ne comprend pas le sens des tatouages.


        En ce sens, le tatouage de l’homo modernicus n’est pas différent des autres ni ridicule. Qu’est-ce qui ne serait pas ridicule alors ? Rouler en Ferrari pour montrer qui c’est le boss ? C’est pas plus con qu’un chef Maori qui se fait écorcher la face.

        • srobyl srobyl 6 février 2013 23:10

          A chaque fois que je vois un tatouage, je pense à celui que le « Sâr Rabindranath Duval » devine chez un spectateur, tatouage qui représente dit-il « la cueillette des olives en Provence d’un côté et de l’autre un épisode de la prise de la smala d’Abd El Kader par les troupes du duc d’Aumale ! » Un grand moment de marrade  ! J’ai eu un jour un fou-rire inopiné à cause de cette évocation alors que j’étais dans une file d’attente 


          • srobyl srobyl 6 février 2013 23:16

            Oupce...Pour ceux qui ne connaitraient pas, c’est


          • Montagnais Montagnais 7 février 2013 04:17

             .. Groupe sanguin ? ..


            Fiel, vitriol et jus de poireau ? .. (Actius )

             - La marque des esclaves ..

            - la marque des barbares

            De nos jour, auto-administrée 

            • Aldous Aldous 7 février 2013 12:44

              Le tatouage, c’est par essence une marque d’esclavage.


              reste a savoir à quoi on s’aliène de la sorte.

              Marque de la bête, du souteneur, ou auto-inscription au registre d’Auchwitz ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès