• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Bohème » par Jacques Attali & Opéra en plein Air

« La Bohème » par Jacques Attali & Opéra en plein Air

C’est sous le signe du « sablier » dont il est collectionneur dans sa vie privée que la mise en scène de Jacques Attali fait de « La Bohème » de Puccini, un hymne au temps qui passe… cheminant vers sa résolution inexorable.

JPEG - 97.5 ko
MARCEL Jean-Kristof Bouton & MUSETTE Olivia Doray
© Theothea.com

En effet, sous la conception du dessinateur Enki Bilal en charge du décor et des costumes, le rôle de Parpignol, marchand ambulant et néanmoins « ténor », a été envisagé comme un personnage de clown toujours prêt à brandir un sablier pour rappeler à chacun des protagonistes la durée par essence éphémère de l’instant présent, qu’il soit vécu de façon satisfaisante ou problématique.

Dans cette perspective, au quatrième acte, l’objet jusque-là portatif changera de dimensions au point de devenir la référence symbolique témoignant de la santé de Mimi qui ne cessera de se dégrader au regard de la bande des quatre amis, Rodolphe, Marcel, Schaunard & Colline ainsi que de Musette devenue sa confidente.

JPEG - 97.2 ko
RODOLPHE Amadi Lagha & MIMI Ainhoa Zuazua Rubira
© Theothea.com

C’est en raison de cet impact psychosocial que Jacques Attali a choisi « La Bohème » en la situant, avec l’assentiment du célèbre auteur de BD devenu son alter ego artistique, dans un « avenir proche » et par conséquent délibérément prospectif.

Pour sa première mise en scène lyrique, l’intellectuel défricheur du monde contemporain, entend être présent à chacune des représentations, de juin à septembre 2016, sur l’ensemble des sites prestigieux parcourus par la tournée estivale de « Opéra en plein air  » de manière à rester vigilant en permanence sur les modifications ou corrections à apporter à sa collaboration créatrice nécessairement non figée dans cet espace temps inéluctablement évolutif.

JPEG - 127.8 ko
© Theothea.com

C’est ainsi que « Mimi », la grande Histoire d’Amour de Rodolphe partagée initialement dans les émois de la passion, ayant peu à peu subie les assauts de la jalousie pathologique en surcroît de ceux de la maladie rongeante, va devenir parallèlement l’histoire de l’ensemble de leurs amis, tous concentrés sur l’objectif d’enrayer la destinée en marche vers l’agonie programmée.

Forcément poignants, tous leurs efforts seront à l’image d’une humanité en lutte viscérale avec les forces hostiles tentant de la détruire à la fois de l’intérieur et de l’extérieur.

JPEG - 94.6 ko
© Theothea.com

Dans la spectaculaire cour du Château de Vincennes, Le Music Booking Orchestra, sous l’impulsion de son premier violon, Anne Gravoin, ainsi que sous la direction musicale de Patrick Souillot, va développer, à l’instar d’une chaîne productrice d’humanité solidaire tels les sopranos, ténors, barytons, basses et le chœur, tous ensemble réunis en symbiose sur cette scène structurée à plusieurs niveaux de nuances symphoniques bien éclairées par Jacques de Rouveyrollis, un message ô combien lyrique symbolisant le salvateur « Carpe diem » lancé telle la bouteille à la mer… où pourrait fort bien se trouver dans les hauts-fonds le fameux sable grâce auquel serait conceptualisé le secret alternatif du « sablier » selon son verre protecteur validant l’écoulement à jamais…

photos © Theothea.com

LA BOHEME - ***. Theothea.com - de Giaccomo Puccini - mise en scène Jacques Attali - Direction musicale Patrick Souillot - avec Ainhoa Zuazua Rubira, Olivia Doray, Amadi Lagha, Jean-Kristof Bouton (distrib. 24/06/16) ... - Opéra en plein Air / Château de Vincennes

 

JPEG - 112.4 ko
Le metteur en scène & La Première Violon
© Theothea.com

Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 28 juin 2016 09:33

    Les vainqueurs sont...Puccini et les interprètes de cet opéra...Attali lui (comme BHL ou d’autres) n’est que le représentant des parasites-politiques des salons Parisiens...Une goutte d’eau.. !


    • tonimarus45 28 juin 2016 16:28

      @Le p’tit Charles- attali metteur en scene-je croyais qu’il etait dans la "fosse d’ochestre a jouer un air de pipeau


    • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 28 juin 2016 09:40

         Zut alors ! Attali, le fléau de la pensée, a encore frappé !


      • Ben Schott 28 juin 2016 09:51

         
        Je lui souhaite le même succès qu’un autre « intellectuel défricheur du monde contemporain » avec sa pièce « Hotel Europe ».
         


        • amiaplacidus amiaplacidus 28 juin 2016 10:17

          Mais qu’a donc fait Puccini à Attali pour que ce dernier lui en veuille à ce point ?


          • Le p’tit Charles 28 juin 2016 10:34

            @amiaplacidus...heu...Puccini avait du talent lui... ?


          • amiaplacidus amiaplacidus 28 juin 2016 10:57

            @Le p’tit Charles
            Ce doit être quelque chose de ce genre là !


          • Allexandre 28 juin 2016 10:54

            Que n’aura-t-il pas fait cet Attali ? Voilà qu’il s’attaque à la mise en scène des opéras !! Un de plus qui a besoin de nourrir son égo. Au détriment bien sûr de Puccini. Quelle misère !!!!! La Bohème en pire !


            • amiaplacidus amiaplacidus 28 juin 2016 11:00

              « sous l’impulsion de son premier violon, Anne Gravoin »
              .
              Les affaires de famille, il nŷ a que ça de vrai !


              • Alex Alex 28 juin 2016 15:16

                @amiaplacidus

                Exact !
                L’opéra revisité par madame Walls et « l’intellectuel défricheur du monde contemporain » (sick...), faute d’être impressionnant, est révélateur des « réseaux » chers à un attali toujours pas euthanasié malgré ses conseils.

              • vesjem vesjem 29 juin 2016 22:30

                @Alex
                effectivement, on ne voit pas la tête de la violoniste ; l’auteur de cet article n’ a pas voulu confesser la collusion par la confession ; çà mérite une fessée


              • tonimarus45 28 juin 2016 16:33

                bonjour— Comme disait «  »audiard« , que je ne fais que citer »« Les C ;; ; ça ose tout c’est d’ailleurs a cela qu’on les reconnait »".Sans vouloir offenser ni insulter quiconque ; je ne fais que citer un specialiste de la question


                • covadonga*722 covadonga*722 28 juin 2016 21:10

                  Yep 

                  le plus sidérant c’est cette arrogance assumée.Nous avons la, l’aristocratie consanguine de nos élites 
                  du monde des affaires des politiques et de leurs commensaux artistiques ! les quartiers ou ils résident
                  sont des châteaux , les édifices culturels ou ils s’auto-congratulent sont des châteaux , les lieux de pouvoir de la république sont des châteaux dont par le jeu des chaises tournantes umps ils se partagent les prébendes .


                  revienne le temps des châteaux qui brûlent !

                  • Ratatouille Ratatouille 29 juin 2016 08:31

                    Theothea.com Viens de littéralement pulvériser son record (x12)
                    de commentaires sur ses 900 articles ,c’est un buzz inédit sur
                    agoravulve
                    la culture théâtral de nos amis vogaroxien est en net augmentation
                    moi qui pensait que ce n’était qu’une bande de couillon ,me voila
                    contredit par les faits,votre travail à fini par payer.
                    bravo
                     smiley
                    .
                    comme d’hab...pas sur la tête ...merci.. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès