• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Cerisaie » clôt le cycle Tchekhov à l’ Athénée

« La Cerisaie » clôt le cycle Tchekhov à l’ Athénée

Si la Cerisaie devait être une Comédie musicale, il faudrait la confier à Paul Desveaux qui, avec la chorégraphe Yano Latridès, prend la dimension de ce que pourrait être une réalisation chorale.

Cette proposition théâtrale a pris son enivrant tournoiement à la fin du cycle de Tchekhov à l’Athénée, en un voyage des comédiens avec futur proche en perspective chaotique et menaçante.

Alors que tous ensemble, les acteurs de cette comédie s’enchaînent à danser sur le volcan éveillé qu’une fin de monde nostalgique pourrait embraser à la moindre étincelle dissidente, Lioubov Andreevna ( Océane Mozas ) semble effectuer un dernier tour de piste à la tête de sa famille décomposée, en affichant la force intériorisée d’un passé indéfectiblement heureux.

Le nouveau riche Lopakhine (Christophe Grégoire), fils de moujik émancipé, tire, de manière équivoque, les ficelles du destin, sans être lui-même en mesure de maîtriser quelques motivations contradictoires.

Tiraillée entre des ambitions personnelles légitimes et des renoncements collectifs réalistes, la troupe s’étourdit des parfums prégnants de la cerisaie en fleurs, toujours si proche dans les cœurs et pourtant déjà si lointaine dans les esprits.

Sur la scène, côté cour précisément, le squelette d’un arbre indéterminé lance ses branches dénudées, telles les flèches d’un sémaphore en perdition, alors que Charlotta Ivanovna ( Fany Mary) la magicienne effectue des tours pendables devant l’assistance médusée par tant de faux-semblants ô combien troublants et, pourtant paradoxalement, tellement porteurs d’espoirs.

La valse frénétique peut reprendre de plus belle à la manière d’un défi musical adressé à tous les empêcheurs de tourner en rond, car La Cerisaie n’appartient effectivement qu’à ceux qui s’en emparent avec enthousiasme et conviction.

A chacun donc sa cerisaie, pourvu que d’aucuns acceptent l’imaginaire sensible d’autrui comme autant de facettes giratoires d’un kaléidoscope universel tourmenté par une humanité en quête de sens.

photo © Laurent Schneegans

LA CERISAIE - ***. Theothea.com - de Anton Tchekhov - mise en scène : Paul Desveaux - avec Vincent Debost, Daniel Delabesse, Amandine Gaymard, Christophe Giordano, Christophe Grégoire, Jean-Claude Jay, Fany Mary, Justine Moulinier, Océane Mozas, Gilian Petrovski, Maëlle Poésy & Baptiste Roussillon - Théâtre de l’Athénée


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Theothea.com Theothea.com 10 décembre 2010 10:40
    16 nov. 2010 ... Theothea.com - de Anton Tchekhov - mise en scène : Serge Lipszyc ... Tchekhov et la splendeur de la monotonie du temps qui s’écoule, ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès