• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « La Cerisaie » d’ Anton Tchekhov en legs suprême d’ Alain (...)

« La Cerisaie » d’ Anton Tchekhov en legs suprême d’ Alain Françon au Théâtre de La Colline

Viscontienne jusqu’au dernier éveil du temps perdu, cette Cerisaie peut s’apprécier Tchekhovienne jusqu’au moindre souffle du temps retrouvé !...

Aboutissement d’une première approche en 1998 à la Comédie Française, Alain Françon signe, aujourd’hui, une mise en scène d’apothéose délibérément inspirée de celle de Stanislavski, lors de la création en 1904 au Théâtre d’Art à Moscou.

En ultime réalisation à la tête du Théâtre de la Colline, le directeur offre à Jean-Paul Roussillon le rôle de Firs, laquais de 87 ans, comme point d’orgue à sa carrière.

Marmonnant le ressentiment d’une époque disparue mettant en jeu la destinée, la mémoire du vieillard hante le domaine, comme une âme en peine, s’apprêtant à subir le couperet des temps nouveaux.

Le Gaev de Didier Sandre y traverse le miroir de la nostalgie en aristocrate déchu de ses prérogatives financières mais fort soucieux de la dignité familiale.

Sa soeur Lioubov (Dominique Valadié) y est sujette aux élans maniaco-dépressifs d’une fortune chancelante la faisant hésiter entre fuite en avant et mélancolie indicible.

Lopakhine, fils de moujik, trouve en Jérôme Kircher, la clef d’un personnage écartelé entre la mauvaise conscience du nouveau riche mais surtout, l’avidité inextinguible de l’arriviste.

Ainsi de suite, vont se présenter tour à tour, chacun des protagonistes au massacre du temps des cerises que tous adoraient mais dont il faudra désormais, faire le deuil.

Telle l’ultime danse sur le volcan des souvenirs, la mise aux enchères du passéisme va se fêter en un retour du refoulé exacerbé que la musique des confidences à demi-voilées emportera à jamais sur le train d’un humour virevoltant.

L’ensemble de la critique dramatique parisienne s’est mise au diapason dithyrambique de l’émotion, à peine contenue dans les frémissements de ces adieux qu’annonceraient, à l’identique de nos jours, des temps incertains !...

Toutefois, à ce concert élogieux du " Tchekhov Proustien ", ajoutons la note d’espérance à l’égard d’un passage de relais, en janvier 2010, dont Stéphane Braunschweig devrait tirer, tout feu tout flamme, les marrons directoriaux.
 
Photo © Pascal Victor
 
LA CERISAIE - *** Theothea.com - de Anton Tchekhov - mise en scène : Alain Françon - avec Clément Bresson, Thomas Condemine, Irina Dalle, Noémie Develay-Ressiguier, Philippe Duquesne, Pierre-Félix Gravière, Jérôme Kircher, Guillaume Lévêque, Agathe L’Huillier, Julie Pilod, Sébastien Pouderoux, Jean-Paul Roussillon, Didier Sandre, Dominique Valadié, Adèle Chaniolleau, Frédéric Lopez, Gille trinques, Patricia Varney, Zimuth & Floriane Bonnani (violon) - Théâtre de la Colline - 
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès