• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La créativité liée à la folie

La créativité liée à la folie

Faut-il être fou pour être artiste ? Les exemples de génies plus ou moins fous abondent, mais la corrélation est un peu simple pour en tirer une conclusion. Et encore faut-il s’accorder sur ce que l’on entend par “fou”… Même si l’on a aujourd’hui les moyens de s’introduire, par l’imagerie, dans le cerveau, les plus illustres fous ont disparu depuis belle lurette. Ce qui est logique puisqu’il y a plus d’artistes morts que d’artistes vivants.

Qu’aurait révélé un scanner de Ravel, une IRM d’Hemingway ? Une topographie par émission de positrons de Nietzsche ? La technique de la tomographie par émission de positrons (TEP) a justement été utilisée par des scientifiques suédois et américains pour tenter d’y voir un peu plus clair sur la relation entre art et “folie”.

Grâce à la TEP, ces deux équipes ont mis en évidence un lien entre les signes cliniques de certaines maladies mentales et une créativité supérieure à la moyenne. Un lien qu’il convient d’interpréter prudemment.

L’étude a porté sur certains récepteurs – les récepteurs D2 – d’un neurotransmetteur, la dopamine. “Nous nous sommes concentrés sur les régions où les anomalies dans la fonction dopaminergique ont été précédemment associées à des symptômes psychotiques ou à un terrain génétique favorisant la schizophrénie”, écrivent les auteurs dans le compte-rendu de leurs travaux publiés la semaine dernière dans PLos One.

La TEP a révélé qu’à l’instar de patients souffrant de troubles psychotiques, les personnes les plus créatives avaient une densité moindre de récepteurs D2 à la dopamine dans la région de l’hypothalamus. Des résultats interprétés avec mesure par les auteurs :

“Ces résultats montrent que le système de récepteurs D2 [à la dopamine] joue un rôle dans les capacités créatives et pourraient révéler un lien crucial entre créativité et psychopathologies. (…) Chez les personnes en bonne santé qui ne souffrent pas des effets préjudiciables d’une maladie psychiatrique, [cette moindre densité de récepteurs D2] peut être la cause d’un meilleur résultat au test de créativité.”

Alors, fous les artistes ? Non puisque les cobayes de cette étude n’ont aucun signe de psychopathologies, mis à part cette densité moindre de récepteurs D2. Et puis s’agit-il vraiment d’artistes ? La créativité des 14 personnes ayant participé à l’étude a été déterminée grâce à un test ad hoc, le Berliner Intelligenz Struktur Test. Selon les auteurs, il s’agissait de mesurer la capacité des cobayes à “produire un travail qui soit novateur et qui ait du sens”, ce que les auteurs définissent par le terme de “divergent thinking”. 

Il est tentant de nouer un lien entre art et maladie, entre création et folie, tant les fous géniaux ont été prolifiques. En introduction de son livre Maux d’artistes, Sebastian Dieguez met en garde contre toute tentation de “réduire ou d’expliquer une œuvre particulière par la maladie de son auteur, et encore moins de l’art en général, ni même le génie, par la neurologie et la psychiatrie”.

Nous reparlerons bientôt de cet excellent bouquin. En attendant, n’oublions pas que d’autres artistes étaient en parfaite santé. A moins que leur folie ne se soit limitée à leurs récepteurs D2.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 31 mai 2010 14:06

    Arthur Koestler était saoul du soir au matin mais il a écrit « le zéro et l’infini » alors, ou est la folie ?

    Je ne résiste pas à celle-ci « Adam et Eve étaient soviétiques : ils étaient nus, le fruit qu’ils mangeaient était défendu et, néanmoins, ils s’imaginaient être au Paradis. En est-ils qui pensent que le paradis est un asile ?.... » 


    • Montag Montag 31 mai 2010 14:16

      Sur ce sujet : « Le génie et la folie » par Ph. Brenot paru en 2007 (Editeur Odile Jacob)

      « Les crises hallucinatoires de Rimbaud ; les phases maniaco-dépressives de Goethe, Nerval, Schumann ; l’angoisse de Munch ; la dépendance aux drogues de Coleridge, Baudelaire, Cocteau ; les frasques caractérielles de Michel-Ange ou les excentricités de Satie ; les tendances suicidaires de Gauguin, Van Gogh, Woolf ; l’effondrement de Nietzsche ou Camille Claudel ; la schizophrénie d’Artaud ; la dépression de Beethoven, Pessoa ou Wittgenstein : en littérature, en peinture, en musique, on pourrait allonger à l’infini la liste des personnalités d’exception chez qui génie et folie se sont côtoyés. L’exaltation créatrice se mêle alors à la mélancolie, à la manie, au délire. Philippe Brenot explore ces destinées hors du commun qui posent cette question centrale : la création puise-t-elle toujours sa source dans la souffrance intérieure ? Et le génie passe-t-il nécessairement par la démence ou l’accablement ? Quand les avancées de la psychiatrie éclairent le mystère de la création… »


      • ZenZoe ZenZoe 31 mai 2010 15:35

        Montag : Merci pour les coordonnées du livre, je vais le lire.

        En ce qui concerne la création, je suis certaine qu’elle a pour source sinon une souffrance, du moins un grand malaise intérieur, que l’artiste essaie de s’expliquer en créant. La souffrance vient la plupart du temps d’une impression d’isolement, d’exclusion même, parce que l’artiste se sent différent des autres. La folie peut être un facteur d’exclusion bien sûr, mais il y en a plein d’autres. Beaucoup d’immenses artistes ne sont pas des fous.


      • Suldhrun Suldhrun 31 mai 2010 15:17

         Bonjour Jonathan 

        Nous ... les Alchimiste , artistes de l Art philosophal .

        Contestons , avec une douce folie ... les atteintes du deuxième principe de la thermodynamique...

        L entropie du vivant , dit elle !


        • plancherDesVaches 31 mai 2010 16:18

          Cela me rappelle quand je voulais, enfant, mettre l’humain en équation...
          Depuis... je suis devenu humain smiley

          Il est évident que le génie est de la folie.
          Allez, je vous fais la démo. J’adore les maths. Vous pourrez ainsi remplacer le terme anormal par le terme, soit :
          - « fou » (qui vous fait peur) par incompréhension, OU
          - « génie » (qui vous fait peur) par incompréhension.

          Un anormal est un gosse incompris. Sa place n’est pas à l’école car il ne suit pas. Il est pour certains dispersé, pour d’autres, non obéissant.
          Il a en tout de droles d’idées car toujours différentes de ces petits camarades.
          Il est toujours isolé. Car les enfants doivent reconnaître leur milieu pour mieux l’explorer.
          Lui, ne peut faire parti du milieu.

          Adulte, ça se calme un peu. Mais par artifice. Car seul, on crève. Obligation.
          Ca me fait penser à un Russe mathématicien qui veut de refuser un prix immense de mathématique.
          Il préfère vivre tranquille chez sa mère car le monde extérieur l’agresse. Le monde des équations est tellement magnifique et magique.
          Peu peuvent le comprendre.
          Mais ce n’est pas tout.
          Les rêves aussi sont différents. Ils vous réveillent la nuit parfois juste par leur puissance et leur bizarrerie. Souvent, vous vous retrouvez à vouloir écrire non pas forcément pour vous souvenir, mais surtout pour le mettre de coté.

          Cette vie est un enfer.


          • mcjb 31 mai 2010 16:41

             je suis maniaco depressive depuis 10 ans, avec des acces de manie qui peuvent faire penser que l’on delire , en fait c’est la pensee qui va plus vite que le raisonnement et donc une personne normale n’arrive pas a suivre la pensee, mais c’est episodique et avec un traitement au lithium ces phases maniques ont tendeance a disparaitre
            ,
            que cache cette maladie
            tout simplement un don de Dieu le systeme limbrique qui s’active sous l’effet de la glande pineale qui se deverse dans le cerveau, ca n’arrive qu’une fois et vous etes bi polaire pour le restant de votre vie,

            magie de la maniaco depression, j’ai mene a terme ma recherche sur les nombres 518 trouve par newton et que l’on retrouve a la base de la bible ebrahique ther bible whell

            je suis emerveillee par tous ces artistes cites dans votre tribune, bravo a eux,


            • Montag Montag 1er juin 2010 09:57

              Message on ne peut plus pertinent, merci pour votre témoignage.


            • mcjb 1er juin 2010 16:20

              il me parait interessant de completer l’article par les donnees mathematiques ,Newton et le nombre 518 figure sur cette page

              http://books.google.fr/books?id=WYZNlRtNeyMC&pg=PA337&lpg=PA337&dq=newtion+518&source=bl&ots=KFLSOwyEnl&sig=7qR-7SqI1zRKa4Mr1FdM1ji1oD0&hl=fr&ei=7G4CTMiiB9eU4gbx7OzLDg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10&ved=0CD4Q
              6AEwCQ#v=onepage&q&f=false


              il a donc le rapport 2/1.5 = 518
              ci dessous le developpement
              518/37 =14

              7x20=140*2=280
              7*17 =119*2 =238

              soit 74*4 = 296
               74*3 = 222

              developpement fait tres certainement par Mr Fermat mathematicien francais il y a 300 ans (16+1=17)

              ce nombre 518 a egalement ete developpe par euclide 518 puissance 4 =4725, et Pascal egalement dans une lettre a Fermat
              ce nombre est egalement a la base de la bile the bible whell

              nous bi polaires avons la chance d’etre suivis par des psychiatres tres competents je pense notamment a Monsieur le Dr Jean-Paul Chabannes - psychiatre
              qui vous met tout de suite a l’aise et cette discipline fait des progres rapides par la science qui vient de Chine .

              la maniacco depression ou trouble bi polaire lorsQue la maladie est surmontee , car il ne faiut pas se leurrer c’est une maladie au depart, peut etre je pense benefique pour l’ensemble des personnes qui doivent surmonter ce problème psychiatrique pour enfin etre a l’aise avec ce trouble, qui peut etre occasionne par la drogue, ne l’oublions pas , je dirais donc mefiance , car ce n’est pas anodin


            • docdory docdory 31 mai 2010 16:46

              @ Jonhatan Parienté 


              Tous les deux ans à Rouen a lieu le festival « art et Déchirure » consacré aux travaux artistiques de malades mentaux 
              Pour ceux que ça intéresse, c’est en ce moment !

              • Krokodilo Krokodilo 31 mai 2010 17:42

                On dirait l’histoire des Papous à poux et des papous pas à poux : les génies fous, les génies pas fous,les fous géniaux et les fous pas géniaux, sans oublier les pas fous pas géniaux !
                Mais c’est bien d’avoir expliqué que dans ce domaine, nous sommes dans la recherche, des hypothèses et des débuts de pistes. 
                D’ailleurs, étant donné la difficulté de définition d’un artiste fou (psychoses, névroses, « simple » dépression, violence conjugale ?), il serait impossible de faire rétrospectivement un comptage comparatif des créatifs « fous » et « pas fous ».


                • plancherDesVaches 31 mai 2010 18:13

                  Krokodilo, retiens simplement que l’anormal doit être considéré comme fou et banni du shèma que l’on veut t’imposer.
                  Ca rassure les foules.

                  Et permet de mieux te maitriser. Ce qui, actuellement, est le but de la manoeuvre.


                • asterix asterix 31 mai 2010 18:52

                  Moi, la dopamine, je m’en occupe seul sur mon vélo. Et pour écrire, je suis continuellement seul aussi.
                  Mais, mais, mais thème et créativité ne viennent que de confrontations avec le monde des autres. Artiste, je n’en sais rien. J’fais ce que je veux, tout est question d’équilibre.
                  Amen et un bonbon au chocolat, dirait celui qui a un ami américain. Pardon, africain !


                  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 31 mai 2010 19:48

                    Montaigne n’était pas fou, ni Descartes, ni Voltaire, ni Bach, ni Molière, ni Racine, ni La Fontaine, ...

                    Napoléon était fou (mégalomanie), Hitler et Staline étaient fou (paranoïa), Lénine était fou (maniaco-dépressif avec crise de violence), Churchill (alcoolique), Jeanne d’Arc était folle (hallucinations auditives et visuelles) ...

                    Y a-t-il plus de fous parmi les personnes célèbres, ou connait-on mieux leurs vies et donc leurs travers ?

                    Un collectionneur de train électrique, celui qui dépense toute sa paye pour suivre des matches de foot, un culturiste ou un végétalien qui met sa vie en danger, les pratiquants de sports extrêmes ... Tout ces anonymes ne sont-ils pas aussi fous ?

                    Je m’interroge. Et comme la question s’adresse à moi-même, je ne dois pas être tranquille non plus !


                    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 31 mai 2010 19:51

                      Et PlancherDesVaches, n’est-il pas fou en écrivant cela :

                      "[...]Et permet de mieux te maitriser. Ce qui, actuellement, est le but de la manoeuvre.[...]"

                      Paranoïa au dernier degrés !


                      • plancherDesVaches 31 mai 2010 20:43

                        Reste « libre ».

                        Ca te permet de mieux intoxiquer les autres.


                      • Lucien Denfer Lucien Denfer 31 mai 2010 19:56

                        A supposer qu’on arrive à s’accorder sur une définition commune de la folie qui pourrait transcender nos divergeances sans heurter nos prétentions, à quoi bon feindre de s’enquérir de la folie d’autrui quand nous portons aux nues des faiseurs de guerre, des affameurs et des manipulateurs psychopathes.

                        L’avantage du psychopathe c’est qu’il est persuadé de sa supériorité sur les gens dits normaux. 

                        Les fous sont peut-être ceux qui ont perdu toute notion de créativité et qui trimballent leur existence misérable, piégés dans un dédale de tentatives toutes plus originales les unes que les autres de se conformer au néant.


                        • plancherDesVaches 31 mai 2010 20:47

                          Le psychopathe ne veut nullement du mal au autres.

                          Encore une croyance de ceux qui ne peuvent accepter que d’autres n’entrent pas dans le système.

                          Je suis vraiment content que les personnes qui luttent pour la « normalité » se révèlent ici.


                        • Lucien Denfer Lucien Denfer 31 mai 2010 21:05

                          La lionne non plus ne veut pas faire de mal à la gazelle.

                          C’est juste qu’elle a un petit creux...


                        • slipenfer 1er juin 2010 11:18

                          @ Plancher des vaches
                          La psychopathie est un trouble du comportement caractérisé par le déni de l’individualité d’autrui et un comportement généralement impulsif et antisocial pouvant aller jusqu’au crime.
                          Ces personnes sont enclines à infliger des mauvais traitements à leurs familles

                          La psychopathie est souvent décrite comme incurable Lien


                        • curieux curieux 31 mai 2010 21:00

                          Et sur un scanner du cerveau du nabot. Qu’y verrait-on ?
                          Du vent, rien que du vent


                          • moebius 31 mai 2010 22:37

                            les artistes sont souvent fou parce qu’ils sont placés dans une situation de concurrence extréme en vue d’un reconnaissance ou n’existe aucun critére absolument objectif


                            • moebius 31 mai 2010 22:41

                              le génie est un concept romantique qui n’ a plus court actuellement


                              • ARMINIUS ARMINIUS 1er juin 2010 08:28


                                Quand on voit l’état actuel du marché de l’art, avec les toiles d’un artiste chinois qui atteignent des sommes colossales, on se rend compte que la folie est plutôt du coté critiques...


                                • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juin 2010 09:21

                                  Je crois que tout le monde est fou .

                                  Sauf moi ...... smiley


                                  • morice morice 1er juin 2010 11:04

                                    david lynch me semble un bon exemple....


                                    Qu’aurait révélé un scanner de Ravel, une IRM d’Hemingway ? Une topographie par émission de positrons de Nietzsche ? 

                                    des cerveaux ?

                                    • morice morice 1er juin 2010 11:05

                                      Il est tentant de nouer un lien entre art et maladie, entre création et folie, tant les fous géniaux ont été prolifiques. 


                                      c’est une évidence. 

                                      • slipenfer 1er juin 2010 11:50
                                        1. la Paranoïa produit aussi des artistes
                                         mais laissons parler un professionnel          
                                         Il est ici Question d ’une autre maladie Lien

                                        a maladie mentale c’est pas le bal musette

                                        présentation du film « PlayBoy Communiste » lien1 lien2
                                         Le meilleur rendement maladie mental/artiste est obtenue avec les schizophrènes.
                                        Il existe de nombreuses techniques pour rendre une personne schizophrènes.et
                                        encore plus facilement s’ il à une sensibilité" artistique ou poétique.
                                        La meilleur méthode étant les mauvais traitement.



                                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès