• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > La culture n’est pas un supplément d’âme !

La culture n’est pas un supplément d’âme !

La culture n’est pas un supplément d’âme

La culture est au cœur de l’émancipation humaine et donne un sens à toute politique publique qui se réclame de l’Education poplaire.

La culture risque d’être mise à mal dans toutes les collectivités territoriales notamment dans des communes après les élections municipales.

Le budget national de la Culture rentre dans la moyenne des économies budgétaires, soit moins 2% et ceci c’est pour 2014.

Pourtant l’accès à la culture pour tous est un enjeu social essentiel et pas un « supplément d’âme ».

La culture participe à l’éducation dès l’enfance et tout le long de la vie.

Au lieu de baisser la contribution publique il faudrait l’augmenter : il n’est pas normal que l’accès à la musique, à la pratique instrumentale soit réservé à des familles plus ou moins privilégiés.

D’ailleurs aujourd’hui, des familles de milieu modeste qui faisaient des efforts pour inscrire leurs enfants dans les écoles de musique ont renoncé….Même dans les villes ayant une politique tarifaire sur la base des quotients, le reste à payer est trop élevé.

Des associations avec le soutien de Municipalités élaborent des projets ambitieux. Elles organisent des spectacles vivants, des concerts et des sorties culturelles accessibles.

Elles mènent cette politique parce qu’il s’agit d’un choix et aussi parce que ce sont des bénévoles qui mènent le projet et même parfois, ce sont eux qui sont les artistes.

Il ne s’agit pas là de spectacles au rabais, ils sont de qualité :

La chorale, l’association de danses ou celle de percutions travaille toute l’année en peaufinant tout :

Le contenu et la mise en scène… tout cela pour déboucher sur une soirée inoubliable à un prix défiant toute concurrence.

Dans ma ville la chorale Chanterelle organise une chorale qui est très souvent gratuite et en plus de chanter, les choristes et leurs familles préparent un buffet qu’ils offrent aux spectateurs.

L’affiche qui est jointe à cet article annonce une soirée bretonne de chants et d’initiation à la danse.

Le prix d’entrée est fixée à 6 € et les enfants de moins de 14 ans ont l’entrée gratuite….Tout ceci est possible parce que le Comité des fêtes investit une partie de son budget et que le groupe local « les marins de la Noue » ne touchent ni cachet ni indemnité.

C’est cela aussi le bénévolat… Quant à la subvention annuelle reçue par le Comité des fêtes, épine dorsale de cette soirée elle sert à organiser des fêtes accessibles et conviviales.

Si cette action était réalisée directement par la ville elle aurait un coût de revient cinq fois plus important.

 

Beaucoup de citoyens et des élus sous-estiment l’importance pour le vivre ensemble de l’action militante des bénévoles.

VIVE LA VIE ASSOCIATIVE LOCALE QUI TISSE DU LIEN SOCIAL !

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • PATRICE T PATRICE T 6 mars 2014 10:13

    Petite précision  :: le tarif de 6,00 € annoncé par Jean-François CHALOT est celui demandé pour ceux et celles qui réservent par téléphone et règlent par anticipation. Vous pouvez aussi réserver en même temps votre repas : Menu à 5.00 € (galette complète, crêpe sucrée, un verre de cidre ou de jus de pomme)

    Par contre, le prix d’entrée est de 8,00 € pour les personnes qui se présentent sans avoir réservé avant. Cette différence s’explique dans le cadre d’une meilleure organisation et pour anticiper les installations afin d’optimiser les conditions d’accueil.

    Si vous aimez la Bretagne et son folklore, venez nombreux et nombreuses.

    Patrice THEVENY, membre du Comité des Fêtes et Président de Familles Laïques de Vaux le Pénil qui soutient cette manifestation.


    • soi même 6 mars 2014 10:37

      La culture est au cœur de l’émancipation humaine et donne un sens à toute politique publique qui se réclame de l’Education poplaire.

      Rien que ce postula que vous émoncez montre que vous prenez la culture pour une arme politique publique.
      Et bien non la véritable vie artistique culturel c’est toujours émanciper du Pouvoir.
      Ce n’est pas ce que le Pouvoir le tiens en laisse par les subversions que l’Art doit être fagoter dans une pseudo Éducation populaire !

      Le modèle de l’État Providence est finie , ce mode de fonctionnement est en total déliquescence, qui veut dire que tous vos regrets de ce que l’on peut où l’on doit faire et moribond.
      Et resteront des regrets chimériques si vous ne comprenez pas qu’il y a une nouvelle clé de voûte à trouver, elle est lié à notre responsabilité de séparation les Pouvoirs et de s’approprier le rôle d’équilibre entre le Pouvoir Politique et le Pouvoir Économique !

       
       

       


      • Antoine Diederick 6 mars 2014 21:32

        la culture est un moyen de s’émanciper du pouvoir , parfois, mais aussi de le contraindre à changer, la culture est un supplément d’âme, pour peu que l’on tienne en considération qu’une pratique sociale intelligente et concertée donne un sens à des valeurs de partage et de reconnaissance...la culture nourrit l’âme de communauté de gens....désolé Monsieur Chalot, cela est aussi supplément d’âme.

        mais il y a culture populaire, culture savante (philistins) et culture organisée par l’Etat qui se croit investi de cette mission et là c’est politique.

        en revanche , l’initiative des gens pour organiser des formes de culture est bonne.

        je lance, ici, ce genre de résumé rapide , pour nourrir le débat que vous avez introduit.

        Goethe s’inspire de la culture populaire pour écrire son Faust, Dvorjak puise dans la musique populaire ses plus beaux effets...

        A vous relire.


      • Antoine Diederick 6 mars 2014 21:34

        euh faudrait un peu creuser sur les formes de dominations culturelles.


      • Antoine Diederick 6 mars 2014 21:35

        à Soi-mme.

        Rien de pire que la culture subsidiée, disons plutôt , rien de pire que l’art subsidié.


      • soi même 6 mars 2014 22:17

        @ Antoine, l’Art est une des expressions la plus noble de l’âme !
        La culture est sa reconnaissance !

        CREDO Rudolf Steiner
        Le monde des Idées
        est la source mère et le principe de toute existence.
        En ce monde, réside une harmonie infinie et un calme bienheureux.
        L’existence
        qu’il n’éclairerait pas de sa lumière
        serait morte, privée de toute essence,
        et n’aurait point part à la vie du monde.
        Seul ce qui naît de l’Idée
        ,
        signifie quelque chose sur l’arbre de la création universelle.
        L’idée,
        c’est l’esprit, clair en lui-même,
        qui se satisfait en lui-même et par lui-même.
        Le fragment isolé doit avoir en lui l’esprit ;
        sinon, telle une feuille morte, il tombe de l’arbre de la création.
        Il a existé en vain.
        Or, l’homme se sent et se connaît
        comme un fragment isolé
        lorsqu’il s’éveille à la pleine conscience.
        Mais ce faisant, il trouve en lui la
        nostalgie de l’Idée
        .
        Nostalgie qui le pousse
        à surmonter l’isolement et à faire vivre en lui l’esprit,
        à être conforme à l’esprit.
        Tout ce qui est personnel,
        qui fait de lui cet individu isolé, déterminé
        il faut que l’homme l’efface en lui, le dépouille ;
        car c’est cela qui obscurcit la lumière de l’esprit.
        C’est cet individu égoïste
        qui recherche tout ce qu’engendrent
        la sensualité, les pulsions, l’avidité, la passion.
        C’est pourquoi, il faut
        que l’homme tue en lui-même cette volonté personnalisée,
        et qu’au lieu de ce qu’il veut isolément,
        il veuille cela selon l’esprit.
        L’Idée veut en lui
        .
        Abandonne ce qui t’est particulier,
        et suis la voix de l’Idée en toi,
        car seule, elle est divine.
        Mesuré à l’ampleur de l’univers,
        ce que l’on veut en tant qu’être particulier
        est un point sans valeur
        qui se perd dans le cours du temps.
        Ce que l’on veut en tant qu’esprit
        est au centre,
        car alors, s’allume en nous la lumière centrale de l’univers ;
        un acte ainsi voulu n’est pas soumis au temps.
        Si l’on agit à titre individuel,
        on s’exclut de la chaîne continue de l’activité du monde.
        On s’enferme.
        Si l’on agit « dans l’esprit »,

         

      • soi même 6 mars 2014 22:23
        on s’insère dans cette activité d’ensemble.
        Etouffer l’égocentrisme est la base de la vie supérieure.
        Car celui qui l’annihile vit d’une existence éternelle.
        Nous sommes immortels
        dans la mesure où nous étouffons en nous
        ce qui est personnel, ce qui est en nous mortel.
        Tel est le sens véritable de la formule :
        « 
        Ce qui ne meurt pas avant qu’il ne meure, meurt complètement quand il meurt.
         »
        C’est-à-dire :
        celui qui ne fait pas mourir en lui l’être personnel durant sa vie
        n’a point part à la vie universelle, qui est immortelle ;
        il n’a jamais vécu, il n’a jamais eu de véritable existence.
        Il est quatre sphères de l’activité humaine
        dans lesquelles l’homme s’adonne pleinement à l’esprit
        en tuant toute vie personnelle :
        la connaissance,
        l’art,
        la religion,
        et l’abandon plein d’amour à une personnalité en esprit.
        Celui qui ne vit pas au moins dans l’une de ces sphères n’a aucune vie.
        Par la connaissance, on s’adonne à l’univers dans la pensée.
        Par l’art, on s’y adonne dans la vision,
        Parla religion, dans le cœur.
        Par l’amour, la somme de toutes nos forces spirituelles s’adonne à quelque chose
        qui nous apparaît comme un être de prix dans l’univers.
        La connaissance est la forme la plus spirituelle du don de soi à l’univers,
        l’amour, sa forme la plus belle.
        Car l’amour est une véritable lumière céleste dans la vie de tous les jours.
        Le pieux amour, vraiment spirituel ennoblit notre existence
        jusqu’en nos fibres les plus secrètes.
        Il élève tout ce qui vit en nous.
        Cet amour pieux et pur fait de toute la vie de l’âme
        quelque chose qui s’apparente à l’esprit universel.
        Aimer dans ce sens élevé, c’est porter le souffle de la vie divine
        là où l’on ne trouve la plupart du temps
        que l’égoïsme le plus détestable et la passion méprisable.
        Il faut connaître un peu ce qu’est la sainteté de l’amour
        pour pouvoir parler de piété.
        Si l’homme s’est dégagé de ses limites propres
        pour vivre dans l’une des quatre sphères,
        s’il s’est uni à la vie divine de l’Idée,
        alors s’épanouit ce qui vivait comme un germe en sa poitrine :
        l’union avec l’esprit ;
        et là est sa véritable
        destination :
        « Qui vit en esprit, vit librement ».
        Car il s’est libéré de toute condition subalterne.
        Rien ne le contraint,
        sinon ce dont il accepte volontiers la contrainte,
        parce qu’il y reconnaît le bien suprême.
        Que la vérité en toi devienne vie !
        Perds-toi toi-même pour te retrouver en l’esprit universel ! »

      • Antoine Diederick 6 mars 2014 22:51

        c’est l’idea....


      • Antoine Diederick 6 mars 2014 22:57

        et en même temps le Consolateur...quoique ce terme est mal choisi....

        cela va plus loin....que cette considération que les musulmans voient comme le subalterne du temps à passer avant la Révélation définitive....mais à ce moment....après le combat contre l’Ange....euh je m’égare....

        bien, heureux celui qui après avoir s’être combattu succombe à l’universel.


      • Antoine Diederick 6 mars 2014 22:58

        Christ ne dit pas autre chose que celui qui veut se sauver se perdra...


      • Antoine Diederick 6 mars 2014 23:15

        il va être nécessaire de délier le pouvoir du pouvoir économique tel qu’il est pensé aujourd’hui sous peine de voir être détruit notre avenir....


      • 65beve 65beve 6 mars 2014 19:05

        On a bien compris que Soi Même va rester tout seul devant sa télé au lieu d’aller manger des crêpes et discuter avec des gens.


        • soi même 6 mars 2014 19:44

          @ 65beve, tu confonds allègrement Art avec l’ art du ventre et discuter avec dialoguer, car discuter c’est se disputer !
          En fin si il te faut un prétexte pour te bourrer la gueule, c’est vrais un fest-noz est idéal !


        • Antoine Diederick 6 mars 2014 21:33

          on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même smiley


        • CHALOT CHALOT 6 mars 2014 23:22

          Actias !

          Agoravox est un média citoyen de débat et d’information : le sujet c’est l’accès à la culture et comme j’aime bien m’appuyer sur une expérience de terrain, je l’illustre.

          Ceux et celles qui viendront à la soirée sont du coin et très peu viendront par Agoravox mais tiens ce n’est pas une mauvaise idée : l’occasion de se rencontrer !

          cordialement à toutes et à tous 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires